Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Procès gouvernement Tiao 3 : Nouveau rendez-vous pour le 8 mai prochain

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Insurrection populaire de 2014 • LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • vendredi 5 mai 2017 à 00h05min
Procès  gouvernement Tiao 3 : Nouveau rendez-vous pour le 8 mai prochain

« Même si le procès est reporté 40 000 fois, ils finiront pas juger », clame Victor Pouahoulabou, président des familles des victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, rencontré peu avant l’ouverture de l’audience. Ouvert mercredi dernier, le procès du gouvernement Tiao 3 a effectivement repris ce jeudi 4 mai 2017, conformément à son renvoi. Mais, il sera de nouveau renvoyé au lundi 8 mai prochain, sur requête des avocats commis d’office aux ex-ministres Baba Hama et Baba Démé.

Le procès qui fait couler beaucoup d’encre et de salive, s’est ouvert dans la matinée du jeudi 4 mai. Poursuivis dans le cadre de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 pour « complicité d’homicides volontaires », « coups et blessures volontaires », Luc Adolphe Tiao et une vingtaine de membres de son gouvernement, étaient de nouveau sur le banc des accusés.

Cette fois, la plupart des avocats sont présents, même ceux de Blaise de Compaoré, notamment le Bâtonnier Pierre-Olivier Sur, mais le procureur général, se basant sur les termes du code de procédure pénal, soutient :’’ Le prévenu qui comparaît a la faculté de se faire assister par un défenseur, a contrario, le prévenu qui ne comparaît pas, n’a pas la possibilité de se faire assister par un défenseur ‘’. Les avocats de Blaise Compaoré, Maîtres Pierre-Olivier Sur et Abdoul Ouédraogo, insistent pour soumettre une lettre de constitution à l’examen du président de la haute cour de Justice, Mathieu Ouédraogo, mais celui-ci va vite leur signifier qu’ils n’ont pas droit pas à la parole, leur client étant absent.

A l’appel des accusés, on note les mêmes absents du 27 avril dernier. Il s’agit de Blaise Compaoré, de Lamoussa Salif Kaboré (Mines et Energie), Marie Lucien Bembamba (Economie et Finances), Koumba Barry (Education nationale), Assimi Kouanda (ministre d’Etat, chargé de mission auprès du président du Faso), et Tinga Jérémy Ouédraogo (Ressources animales). Un autre témoin comme le Général Gilbert Diendéré, est également inscrit sur la liste des témoins absents.

‘’Cette demande de renvoi n’est pas de trop’’

Idrissa Badini, l’avocat de Baba Démé (ancien ministre délégué aux infrastructures) confie que c’est seulement le mercredi, 3 mai (la veille de l’audience) qu’il a reçu une partie des pièces du dossier, par l’intermédiaire de Maître Odilon Gouba, qui assure la défense de Baba Hama ( ministre de la culture). Ces deux avocats nouvellement constitués demandent un renvoi.

Me Odilon Gouba, avocat de Baba Hama soutient qu’il n’est pas présent devant la haute cour de justice pour faire de la figuration. De son avis, cette demande de renvoi n’est pas de trop, la justice ne doit pas se faire dans la précipitation, mais plutôt, lentement et surement.

Pour le ministère public, la demande des conseils est légitime, mais les deux conseils peuvent se retirer car les clients peuvent être jugés en fin de rôle. ‘’Il y a 25 personnes ici, on ne peut tous les juger aujourd’hui, ni demain, si on les juge en fin de rôle, ils ont nécessairement de temps pour préparer leur dossier’’, a suggéré le procureur général. Des arguments que le conseil réfute totalement, notant qu’il est question d’un dossier unique, ce sont les mêmes infractions, dans les mêmes circonstances de temps et de lieu.

L’ensemble des avocats s’allient pour demander un renvoi du procès, mais le ministère public semble resté ferme sur sa position. Pour lui, la commission des avocats devant la haute cour de justice est d’ailleurs une faveur et non un droit. La défense quant à elle, clame qu’il s’agit d’une obligation légale et non une faveur.
Il s’en suit alors une série de plaidoiries pour demander le renvoi du dossier car pour l’ensemble du conseil, un avocat ne peut pas s’autoriser à faire de l’improvisation. Le doyen des avocats, Me Titinga Frédéric Pacéré finit par s’inscrire dans cette optique, suppliant la cour d’accéder à la requête des conseils.

Après une deuxième suspension de 15 minutes (la première étant pour statuer sur la composition irrégulière de la haute cour de justice constatée par les conseils), celle-ci finit par accéder à la requête des conseils. L’audience est renvoyée au lundi 8 mai à 9 heures. Un délai jugé insuffisant par Me Idrissa Bandini, qui confie cependant : « Nous allons nous défoncer pour qu’un minimum de préparation et de défense idoine soit assurée ».

Les familles des victimes, quant à elles, veulent que justice leur soit rendue. A ce sujet, le président des familles des victimes de l’insurrection populaire fonde l’espoir sur la justice. « Nous sommes-là pour les encourager dans leur travail, du moment que ce ne sont pas de juges ordinaires. Ce sont des juges de la haute cour de justice, ils doivent juger les bourreaux qui ont tué nos enfants », a signifié Victor Pouahoulabou.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
« L’Observateur Toubabou » : Le regard du journaliste français Thibault Bluy sur les évènements post insurrection au Burkina
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Six ans après, les « insurgés » réclament toujours justice
Anniversaires de l’insurrection et du putsch : Des blessés portent encore des balles et continuent de souffrir, selon des témoignages
Insurrection populaire d’octobre 2014 : S.O.S pour blessés sans emploi
An VI de l’insurrection populaire : La CDAIP réclame justice pour les martyrs
Elections au Burkina : Les blessés de l’insurrection populaire attirent l’attention des candidats sur leur cas
Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »
5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Où en est le Burkina Faso cinq ans après ?
Insurrection populaire au Burkina : Une victoire du peuple contre le non-respect des engagements constitutionnels, selon le président Roch Kaboré
Commémoration de l’an 5 de l’insurrection populaire : « Nous voulons la vraie démocratie, pas la démocratie mouta mouta », Victor Pouhaloulabou, président de l’Union des familles des martyrs
Insurrection populaire : « Cinq ans après, le constat est très amer », constate l’APP/Burkindi
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés