Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un ami est celui qui vous laisse l’entière liberté d’être vous-même.» Jim Morrison

Les héros de l’insurrection (5) : Simon Compaoré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Les héros de l’insurrection populaire • • vendredi 21 novembre 2014 à 21h38min
Les héros de l’insurrection (5) : Simon Compaoré

Si l’homme affiche une certaine humilité quant à son engagement aux côtés des manifestants les 30 et 31 Octobre 2014, c’est sans doute parce qu’il considère le peuple comme héros de cette insurrection historique. Et il le dit « la victoire a plusieurs Pairs et la défaite est orpheline ». Bien connu de la sphère politique pour avoir été pendant une quinzaine d’années le bourgmestre de la ville de Ouagadougou, il était aux premières loges lorsque le navire « CDP » chavirait sous le coup de la révolution. Aujourd’hui, Secrétaire général du Mouvement du Peuple pour le Progrès, parti dont il est l’un des membres-fondateurs avec des ténors, et pas des moindres, de l’ex-majorité, Simon Compaoré nous livre ce mercredi 19 novembre 2014 à son domicile ses analyses et ses attentes sur la situation de l’heure et ses sentiments qui prévalaient, il y a trois semaines de cela.


Comment avez-vous vécu les manifestations des 30 et 31 Octobre 2014 ?

Les 30 et 31 Octobre resteront gravés dans la mémoire collective et inscrites en lettres d’or dans l’histoire du Burkina Faso. Ce sont des journées où tous les patriotes, tous les progressistes, tous ceux qui aspiraient à la liberté, au progrès social, et qui voulaient mettre fin au pouvoir tyrannique répressif de Blaise Compaoré, se sont levés comme un seul homme. Ils se sont mobilisés et moi aussi j’étais de la partie. Nous étions tantôt dans les secteurs pour amener les gens à sortir, à regagner le centre-ville. Tantôt au centre-ville et comme tout le monde, nous avons participé modestement à notre manière.

Avec qui étiez-vous exactement ?

Non, ça ce n’est pas utile. Vous savez, dans cette histoire-là, il faut retenir que c’est la dynamique collective et c’est le peuple tout court. Les noms-là importent peu. La victoire a plusieurs pairs et la défaite est orpheline. C’est une période où il faut savoir raison gardée, être humble. Moi, j’ai participé aux côtés d’autres responsables politiques de l’opposition d’alors, des responsables de la société civile, des simples citoyens comme vous et moi, et ensemble chacun à sa manière et selon ses capacités, a pu apporter qui la mobilisation qui de l’apport en eau, en nourriture, en encouragement, pour que ce soulèvement populaire puisse aboutir à la fuite du président Blaise Compaoré de Ouagadougou et du Burkina Faso. C’est cela que l’histoire retiendra. Les noms importent peu.

Le Burkina Faso a maintenant un président de transition en la personne de Michel Kafando qui, à son tour, a nommé le lieutenant-colonel Zida comme premier ministre. Quelle analyse faites-vous de la situation ? Etait-ce prévisible ?

Evidemment ! Quand on sait que les Burkinabè aspiraient à la liberté, au progrès et au bien-être social. Ce n’était pas la personne du président Blaise Compaoré qui dérangeait. C’est sa politique et la manière dont on oppressait ces populations des villes et des campagnes ; c’est cette politique-là que nous combattions. Ce n’est pas une politique de personne, c’est parce que Blaise Compaoré incarnait cette politique-là que son nom a été cité. Et les noms de tous ceux qui l’entouraient, les courtisans ont été cités parce qu’ils ont tenu des propos, ils ont eu des attitudes qui nous ont amenés à dire que finalement ils voulaient forcer le destin. Ils voulaient embastiller cet espoir que le peuple avait en l’avenir. Je crois que c’est cela qu’il faut retenir.

Quelles sont vos attentes aujourd’hui ?

Le fait qu’on soit arrivé très rapidement en très peu de temps à résoudre des contradictions, à trouver des voies de sortie avec cette fameuse charte de la transition, c’est tout simplement formidable. Ça montre que les Burkinabè ont encore du ressort et sont capables de se réunir autour d’une table pour discuter et trouver des solutions à leurs problèmes sans qu’il n’y ait une pression excessive venant de l’extérieur. En tant que Burkinabè, je suis très fier, la tête haute, je pense que c’est aussi notre apport à l’histoire de l’humanité. Nous sommes arrivés très rapidement à avoir une charte qui décrit les organes de la transition, qui a été adoptée, signée et qui a permis par la suite de désigner Michel Kafando comme Président de la transition et chef de l’Etat. Et aujourd’hui lui qui prend la responsabilité sur lui de renouer et les civils et les militaires, tous membres d’une même famille. Que c’est formidable ! Et là, l’histoire retiendra cela comme un point fort. Dans d’autres contrées c’est extrêmement difficile voire impossible mais nous avons réussi ce tour de force là. Militaires, civiles, nous sommes tous des patriotes, des gens convaincus que c’est dans la dynamique unitaire que nous allons pouvoir construire notre pays. Je profite de cette opportunité que vous me donnez pour féliciter le président Michel Kafando. C’est son premier acte depuis la prestation de serment hier, un acte qui restera inoubliable, cet acte de nomination du lieutenant-colonel Zida, un vrai patriote comme Premier ministre. Moi, je suis très heureux et je souhaite que le nouveau Premier ministre réussisse sa mission aux côtés du Président Kafando que je salue, que je respecte pour sa grandeur d’esprit.

Actualité oblige, le DG de la SONABEL et celui de la SONABHY ont été limogés. Pensez-vous qu’un assainissement des sociétés d’état s’impose ?

Je crois que le chef de l’état a eu à s’expliquer par rapport à ses mesures là. Pour ce qui est de la SONABEL et de la SONABHY, vous avez entendu les raisons qu’il a avancées. Je pense qu’il est tout à fait normal qu’on s’attende à d’autres décisions de même nature parce que nous sommes dans une phase où il faut effectivement qu’on sente que les choses ont changé et que comme l’a dit le Président Michel Kafando, « Plus rien ne sera comme avant ».

Pensez-vous vraiment que plus rien ne sera comme avant en l’espace d’une année ?

Vous avez raison, un an c’est peu. Mais cette période de transition a 12 mois maximum, donc on aura essayé de faire ce qui est possible dans ce laps de temps. C’est vrai que tout ne pourra pas être fait mais il faut qu’on puisse faire le maximum de ce qui peut être fait en l’espace d’un an. Dans ce sens-là, il s’agit de poser des balises et de donner des signaux forts pour que le peuple ne soit pas déçu, qu’il sache qu’on n’a pas chassé Blaise Compaoré et toute son équipe pour se voir installer dans une apathie, où on pourrait se demander pourquoi finalement on a fait partir Blaise Compaoré et son équipe. Il faut des signaux forts qui montrent que nous sommes sur la route du changement. Les autres équipes qui vont venir, auront à emprunter ce chemin, à approfondir les labours pour que la semence qu’on va jeter puisse avoir de la terre arable pour pousser et produire de bons fruits. C’est en cela que je pense que des mesures peuvent et doivent être prises. On vient de dissoudre les conseils municipaux et les conseils régionaux. C’était absolument nécessaire. Faire autrement allait nous amener dans des situations plus chaotiques où on passera chaque semaine à transformer une commune en délégation spéciale. Comme vous voyez un peu partout, les gens ont commencé à se soulever, à dire NON, nous ne voulons plus de telle ou de telle équipe et au sein même des conseils municipaux les crises se multipliaient. Et comme on ne peut plus parler de majorité et de minorité à l’heure actuelle, il est bon de ramener le cursus à zéro pour qu’on puisse repartir sur de bonnes bases. Ce qui n’est pas une remise en cause du processus de notre stratégie de développement basée aussi sur la décentralisation. La décentralisation, c’est une dynamique qu’on a optée et qui restera un référentiel par rapport à notre façon de développer notre pays, pour des pouvoirs de proximité qui évoluent avec les populations à la base, qui initient des actions de développement. C’est aussi cela qui va nous amener à atteindre les objectifs que nous recherchons à savoir le développement, le bien-être et le progrès social des Burkinabè.

Pensez-vous que les dignitaires de l’ex-majorité doivent être jugés ?

Nous n’avons pas besoin d’installer la justice des vainqueurs. En fait, la victoire des 30 et 31, c’est la victoire de tout un peuple épris de paix, de justice. Et dans ce sens-là, je pense qu’il faut faire en sorte que les investigations qui seront faites, les tords qui ont été causés et qui demanderaient à être réparés le soient dans cette soif de justice équitable. Ce qui nous a manqué, c’est que quelques fois des gens ont profité de leur situation pour se soustraire à ce besoin de justice. Alors, si l’opportunité est donnée maintenant qu’on fasse le point et qu’après avoir fait le point, on fasse la réparation des tords, on prenne les mesures qui s’imposent pour ouvrir maintenant la voie à la concorde nationale. Je crois qu’il n’y a pas meilleure façon de faire. On ne peut pas occulter l’étape « Justice », et l’occulter ça serait résoudre le problème de façon bancale et quand on résout les problèmes de façon bancale, ces problèmes réapparaitront après. Donc on aurait pansé une plaie qu’on pensait être guérie et qui n’avait que des carapaces à l’extérieur mais qui continueraient d’être une plaie à l’intérieur. Alors, je crois que ceux qui ont des choses à se reprocher, ils devront se soumettre à la dure réalité des investigations et de la justice. Ceux qui n’ont rien à se reprocher, je pense que ce n’est pas l’occasion de prendre des gourdins parce qu’on ne s’entendait pas avec Pierre ou Paul pour écraser les gens. Ça aussi, ça ne serait pas juste. Il nous faut une justice impartiale mais qui n’épargne personne parce que là aussi on risque de tomber dans l’injustice.

Quel est le mot d’ordre au MPP ?

Nous appelons tous nos militants à se mettre derrière les nouveaux pouvoirs, le président Michel Kafando, le Premier ministre Yacouba Isaac Zida et toutes les structures, tous les autres organes de transition qui sont en train d’être mis en place ; les appuyer parce que c’est dans cette dynamique d’ensemble que nous allons donner la chance à ses responsables de pouvoir atteindre les objectifs que la transition a fixés. Nous demandons à nos militants de poser des actes qui ne vont pas à l’encontre de cette dynamique-là. Nous demandons également à nos militants de se mobiliser parce que très bientôt nous allons rentrer dans les périodes de choix des premiers responsables du pays, des occupants de la prochaine Assemblée nationale. Et de ce point de vue, nous voulons participer à cette compétition-là et pour laquelle nous pensons que toutes les conditions seront réunies pour qu’elle soit loyale, équitable, transparente.

Doit-on s’attendre à voir des ténors du MPP dans le nouveau gouvernement ?

Ce n’est pas notre objectif. Notre objectif, c’est de pouvoir constater qu’on a travaillé à réunir les conditions qui permettent d’organiser les élections législatives et présidentielles. Nous comptons y prendre part de façon active pour pouvoir imprimer notre programme. Nous avons un programme, la vision du développement. Quelles sont les failles posées par l’ancien système et qu’est-ce que nous voulons apporter comme rectification, comme nouvelle dynamique. C’est cette façon-là, et aussi laisser notre marque dans l’histoire. Et c’est cela notre objectif essentiel. Quand un parti se crée, c’est la conquête et la gestion du pouvoir d’Etat pour transformer positivement la vie des citoyens des villes et des campagnes. Maintenant, nous ne réclamons absolument rien. Et nous ne pouvons même pas réclamer quelque chose. Le pouvoir discrétionnaire appartient à ceux-là qui ont été désignés par les différentes composantes de la société et c’est eux de prendre leurs responsabilités. Si d’aventure, un élément du MPP était appelé, nous sommes des républicains. Mais nous ne réclamerons rien et on ne s’attend à rien. Pourvu que ceux qui seront appelés fassent le travail qu’on attend d’eux et réunissent les conditions d’un changement, l’avènement d’une nouvelle justice équitable et face renouer les milliers de jeunes et de femmes de nos villes et campagnes avec l’espoir.

« Nous devons avant tout remercier Dieu »

Je crois que nous devons avant tout remercier Dieu, le Tout-Puissant parce que nous n’avons pas l’idée que notre situation pouvait être mille fois dramatique. On a parlé des morts, je m’incline respectueusement devant ces patriotes qui ont perdu leurs vies en voulant défendre la liberté, la justice ; qui sont tombés contre l’iniquité des hommes forts d’alors. Ce qu’on peut dire c’est que Dieu a été généreux, il a été bon à l’endroit des Burkinabè. Il nous a épargné de cet océan de sang qu’on aurait pu constater, parce qu’on a déploré des dizaines de morts, mais ça pouvait être des centaines, des milliers, mais Dieu dans sa miséricorde a touché le cœur de nos parents qui étaient militaires, gendarmes, policiers. Ils ont refusé de continuer à exécuter un ordre manifestement injuste et c’est cela aussi qui nous a permis de limiter les dégâts. Ensembles nous lui témoignons aujourd’hui notre gratitude et notre reconnaissance infinie

Herman Frédéric BASSOLE (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 novembre 2014 à 19:19, par Jess En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    S’il vous plaît nous voulons que vous parliez des vrais hérons comme vous l’avez fait jusque-là. Ne ternissez pas l’image de la rubrique avec des politiciens prompts à la récupération. J’aurais considéré les RSS comme des hérons s’il avaient quitté le CDP avant de perdre leurs postes. Des gens ont lutté depuis des décennies, n’ont jamais collaboré avec le défunt régime dictatorial ou ont claqué la porte par conviction, pas parce qu’ils n’avaient plus de postes... Ceux-là je les considère comme de vrais héros. Voilà des gens qui ont fait en son temps trop de mal à l’opposition et qui viennent récolter les fruits de la lutte et qui veulent même la présidence. On est où là ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 19:51 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré par wendmi

    MPP et CDP sont pareils je demande au peuple de ne point leur donner la chance d occuper des mairies ou l assemblée et surtout la présidence du faso sans quoi la lutte que nous avons mené serait inutile .même le chat devenu savant il reste toujours un chat .accepter mon maire que votre temps est dépassé. que Dieu nous épargne des démagogues.vive le peuple

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 20:11, par Biboin En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    No Comment,Monsieur le Maire Honoraire.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 20:17, par En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Juste pour dire Pourqoui a l’aeroport des policiers continuent de faire passer leurs amis et parents pendant que les autres s’alignent. Ailleurs dans les pays civilisés quelque soit ton rang tu t’alignes et les mêmes qui trichent ici pour le m’a tu vu, s’alignent bien ailleurs. Soit tu passes par le salon d’honneur soit tu fais le rang comme tous. Il n’ya pas de honte a faire le rang. C’est tout ca qui doit cesser au BF. Respectons nous pour qu’on nous respecte aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 20:22, par charig En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Oui, nous devons rendre grâces à Dieu pour Sa Délivrance ! J’ai de l’admiration pour vous, Monsieur Simon COMPAORE. Pour votre clairvoyance et votre sincérité. Que Dieu vous rassasie de longs jours pour contribuer pleinement au progrès de notre cher pays, le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 20:33 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré par sidbem

    M.le maire on vous attend sur le terrain avec l argent du peuple volé .vous serez sanctionné a la hauteur de vos actes posés .la souffrance du peuple burkinabè aujourdhui est tributaire de l oeuvre des ex_cedepiste( MPP) et du cdp ;cedez la place maintenant vs avez beaucoup de fils et petit frères qui peuvent vs remplacer valablement

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 20:47, par les vrai héros En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Qu’est ce qui fait de cet homme politique un héros de l’insurrection ? Tout en reconnaissant sa contribution majeure dans la chute de Blaise ( à travers le MPP) , souvenez vous que la lutte pour l’alternance à commencer bien avant qu’il ne quitte le CDP !!! certains parmi eux ont même rigoler lorsqu’on lançais le concept d’alternance en 2011 ( certains de leur amis ont même ironiser en disant que la limitation du mandat présidentielle était anticonstitutionnelle ) !!! politiquement parlant remettez à César ce qui est à César. l’insurrection populaire a commencé le 18juin 2013 , lorsque l’opposition a travers son unité retrouve sous la houlette de Zeph, Abassé, Sankara a fait la première démonstration de force. cela a même été un élément catalyseur pour les démissions massive du CDP puis la création du MPP !!! sans le 18 juin 2013 , peut être que le MPP ne serai pas né en janvier 2014 !!!n’oublier pas qu’il est lui même comptable des 25 ans de règne de Blaise !!! donc mon gar allons doucement pas de récupération politique !!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 20:57, par sperme En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    SIMON votre wakman est fort dêh !

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 21:09 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Eh Simon, tu dois avoir peur de Dieu car toi et Salif Diallo aviez donné l’ordre de brûler les maisons d’honnêtes citoyens. Ça tu sais que Salif et toi le payeront sur cette terre avant de le payer au ciel. Tu es fils de pasteur pour le savoir. Êtes-vous de vrais démocrates en imposant, tout comme vos anciens camarades du CDP ? Je ne le crois pas. Pourtant je t.ai défendu contre les policiers qui te traquaient et te filaient, ainsi que leurs chefs véreux.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 21:28 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré par fils de l’homme

    le groupe RSS pliés vos bagages rejoindre blaise au maroc ou françois au benin vous aviez tous été le bourreau du peuple .ne prenez plus la parole au nom du peuple

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 21:37, par SOME En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Pauvre Dieu Que ne dira-t-on pas ?! Voila ! c’est parti, les manoeuvres ont demarré !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 22:10, par YIRMOAGA En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Voilà un homme politique, qui fait la politique selon ses convictions et très pragmatique et raisonnable. Un très grand militant sincère depuis la RDP à la gestion de la ville de OUAGA, un homme qu’on aura des difficultés à le remplacer, tellement il est volontaire et entreprenant ? Malheureusement malgré sa servitude aux côtés de la politique de BC, il s’est affirmé positivement ? BRAVO à Mr le grand MAIRE que OUAGA ne va pas de si tôt avoir un égal ? Avec le MPP au pouvoir en 2015, il pourra être le HAUT CONSEIL des collectivités auprès du MATDS ?Un rang honorifique , vu son âge et les maltraitances qu’il a subi.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 22:10, par 2s En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Les Simon ont vu le problème plus loin et se sont retirés, ils parle comme s’il n’avait pas contribuer à la mauvaise gouvernance du régime Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 22:12 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Félicitation à vous Mr SIMON COMPAORE pour l’encadrement et la mobilisation . Nous croyons toujours à vous et à vos côtés, nous sommes engagés. Pour le nettoyage des véreux et la lutte contre la corruption, népotisme, et autres maux que nous avons connu avec Blaise Compaore, il faut que les nouveaux chefs d’états et de gouvernement soient très prudents. Ils sont dangereux ces DG de nos sociétés d’état et autres. Mme SOMKINDA TRAORE s’est attribuée une vraie fortune sur les dos de nos vaillants travailleurs qui a la retraite sont confrontées à des situations difficiles d’autant que leurs dossiers peinent à être traités .
    malgre les cris de détresse des uns et autres, elle n’a pas été inquiétée et continuaient toujours à vider la CNSS avec la protection de son François COMPAORE.

    aussi, le DG du trésor dort sur une fortune mal acquises de la richesse de lEtat. Ils sont pareils ces DG et DAF de ONEA IMPÔTS DOUANE TRÉSOR SOFITEX...
    il faudra un vrai nettoyage du système de la douane ou toute la chaîne est pourrie de corruption, détournements et autre.

    vraiment la lutte n’est pas encore finie.
    MAIS NOUS AVONS FOI À NOS NOUVELLES AUTORITÉ POUR UN NOUVEAU BURKINA INTÉGRE

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 22:39 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    C’est Simon Compaoré qui dénonce aujourd’hui le "pouvoir tyrannique et répressif de Blaise Compaoré" ? Lui qui était jusqu’en 2012 l’un des compaoristes les plus exubérants ? Décidément, la politique restera toujours un univers compliqué à comprendre pour les gens normaux.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 23:11, par Francy En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Monsieur Compaoré Simon, je vous assure que je ne vous suis pas quand je vous lis. C’est vous qui parlez ainsi de Blaise ? quand vous dites que, je cite :¨ c’est la politique et la manière dont on oppressait ces populations des villes et des campagnes. C’est cette politique que nous combattions¨ fin de citation, pour ma part j’en ai honte. Est ce que vous asseyez de gagner le cœur des nouveaux dirigeants ? Avez vous déjà oublié ? le fait que vous avez quitté tôt le navire de Blaise, nous vous avons pardonné. mais nous n’avons pas oublié. vous êtes restés combien de temps auprès de Blaise Compaoré ? Blaise n’ a jamais changé sa manière de gouverner depuis qu’il est au pouvoir. Mais vous l’avez toujours soutenu. Pourquoi est ce que c’est parce que Blaise n’est plus aux affaires que vous parlez ? Pourquoi vous n’avez pas démissionné il y’ a des années pour protester ? Alors arrêtez de nous divertir. Si le nouveau régime doit poursuivre des gens, il doit à mon avis vous poursuivre aussi. Car à mon avis, c’est vous tous qui avez induit blaise en erreur. Quand vous étiez aux affaires vous étiez les porte paroles de blaise. On se souvient de comment vous avez défendu l’article 37 et l’installation du sénat. vos amis de l’ex CDP ne parlent.pas car ils savent ce qu’on peut leur reprocher. Alors faites la même chose. taisez vous. Vous êtes autant comptables que Blaise. Laissez nous avancer

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 23:50, par Wekem En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Monsieur Simon COMPAORE, le peuple burkinabé sait que vous avez beaucoup fait pour la ville de Ouagadougou quand vous étiez Maire. quand on occupe certains postes clé, le peuple est dans l’ombre mais ce même peuple observe tout. Je pense qu’aujourd’hui on doit vous soutenir dans vos différentes actions sans crainte. Courage a vous et vive MPP.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 00:03 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Abba ! Toi qui ya pas longtemps encore jouait au Shérif dans Ouaga-là, toi qui étais considéré comme l’un des piliers du regime au point d’être tabassé par les mutins de 2011, c’est toi qui parle ainsi ? Le peuple reste vigilant

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 00:40, par vigilant En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    "c’est que quelques fois des gens ont profité de leur situation pour se soustraire à ce besoin de justice. j’espère seulement que le dossier ASCE sur la réfection de la Mairie de Ouaga qui a coûté plus du milliard ne sera pas en reste.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 05:39, par Gnagdanéwendé En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Je vois que plein de proches, voir des très proches de Blaise qui étaient au courant des abus faits au peuple changent de position. Est ce un désir sincère de travailler pour le peuple ou pour leur intérêt propre ? Je suis sceptique. Qui a bu boira en général. Vigilance peuple du Burkina pour éviter que des rapaces prennent le pouvoir en 2015. Le Burkina à besoin d’un homme intègre pour gouverner, pas de caméléon ! !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 07:32, par Moussa En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    moo personelmn je ne croit pas a cet homme la et aussi a tous les membres de son parti. un voleur reste un voleur. il serait ignoble de voter ce parti la.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 08:10 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré par Z.S

    monsieur le maire arrête de gaver le peuple. vous êtes tous a l origine de nos malheurs.je sais que monsieur le maire est a mesure de bouffer 500000f par jour et que un cadre moyen du pays ne peut percevoir plus de 225000f au bout de 30 jours de travail

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 08:15 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Encore de « l’Opportunisme » ? Que Dieu nous aide. Héros ? Les vrais sont ceux-là qui ont offert leurs poitrines aux balles des assassins de Messieurs Blaise et François Compaoré, Luc Tiao, Assimi Kouanda, Alain Yoda, Yago et autres. Sans vouloir me ramener à son niveau, je dirai et maintiendrai qu’il n’a jamais été un « héro » de la Révolution populaire des 28, 30 et 31 Octobre 2014. Pour preuve, avec ses camarades, ils ont (lui et les autres) commis les mêmes forfaitures, les mêmes injustices et autres fourberies reprochées au Régime passé et ce, pendant plus de 20 ans. Oui ! Face à la prise d’eau de leur « bateau » ils n’ont trouvé d’autres solutions que de se retirer sur la pointe des pieds en argumentant que le « Jeunesse » de l’ex-Méga Parti CDP (Tuk-guili par lui-même baptisé) dont ils furent les artisans premiers des actes par ce Parti commis, de leur "avoir brûlé la politesse" en leur demandant, au regard de leur longue présence aux Commandes, de lui céder la place pour qu’elle se fasse valoir. Pourtant cette Jeunesse qu’ils (RSS) ont sciemment caché la « VUE » pendant plusieurs années a pris soin de leur demander de rester à ses côtés en tant que « CONSEILLERS  » ; postes qui ont aussi leur importance exception faite de leur éloignement du/des gâteaux à partager dont ils en ont bénéficié des années durant. C’est dire que loin d’être un « Héro » de notre Révolution, celui-ci comme les autres d’ailleurs, ne sont que des opportunistes qui sont venu se cacher dans le CFOP pour pouvoir rejaillir. Ce qu’il faut qu’ils (RSS) comprennent, c’est que l’Opposition vraie, la Jeunesse et le Peuple Burkinabé, quoique ayant observé un silence « volontaire et volontariste » les ont vu venir et les attendent. Oui ! Il est su de tous que leurs actions, planifiées pour être menées en deux (2) étapes consisteraient à : i)-Requérir le soutien du Peuple et de l’Opposition vraie pour faire tomber leur « ennemi » juré qu’était Blaise Compaoré (question de « Vengeance » quoi) . Ce qu’ils ont obtenu car ils ont eu une bonne lecture de l’état de pourrissement généralisé du poisson (de la situation) voir, le raz-le-bol du peuple quant aux pratiques de la IVè république dont eux-mêmes furent les artisans premiers collégialement avec Mr. Blaise Compaoré. Comment peut-on contredire Mr. Crapaud quand ils sort de l’eau pour vous dire que Mr. Caïman a mal aux yeux ; ii)-reconquérir une « Popularité positive au sein du peuple désabusé » qu’ils avaient perdue depuis belle lurette par suite de leurs comportements de « dédain » à l’endroit du peuple pour, se remettre en temps voulu en face de « l’Opposition vraie » et du « Peuple » pour livrer combat aux fins de ravir la Direction du pays ; revenir aux "Affaires". Malheureusement, ils ont perdu de vue certaines choses. Ils en ont fait une « très mauvaise lecture  » de la situation. Ces choses sont entre autres : 1-que les choses ne seront plus comme avant, foi des déclarations des Dirigeants de la Transition que le peuple a coopté ; 2-que tous les auteurs et fauteurs (y compris-moi si cela se devait), répondront de leurs « passés » ; de ce qu’ils ont fait et commis. Le mea-culpa par eux cyniquement annoncé (ce qui n’a échappé à aucun observateur des choses, même des enfants de SANKARA qui n’ont connu que leur Régime sanguinaire, injuste et fourbe) n’a pas suffis pour fermer les yeux du peuple. Ce ne fut que nous ramener à l’action de Mr. Blaise Compaoré lorsque, pompeusement au Stade du 4 Août, il a organisé la Journée du pardon pour simplement couvrir son frère, assassin de Norbert Zongo. Retenir ce personnage parmi les héros de la Révolution des 30 & 31 Octobre, c’est insulter l’intelligence du peuple. Ce sera salir la mémoire de nos vrais héros. A tous ceux qui me contrediront, je leur donne Rendez-vous au sortir des consultations de 2015 pour chercher à nettoyer leurs yeux à « l’ACIDE » pour mieux voir, tellement leur surprise sera grande. A Bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 09:18, par segoumousso En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Tout compte fait, il urge aussi d’identifier les elements des forces de l’ordre qui ont effectivement tirer sur les manifestants et les traduire en justice militaire. Les agents de securites savent tres bien entre eux les emements qui ont tirer pour tuer et blesser. Certains ont meme eu des motifs personels de tirer, M le PM en tant que patriote doit aussi balayer son camp. Cela eviterait des exces de zeles des forces de securites dans le future.
    Tout en demandant de punir les administrateurs civiles, politiques et autres complices du prive vereux, il faut aussi netoyer l’armee et les autres forces de securites des elements indesirables.
    "Plus rien ne devrait etre comme avant" dixit PM Zida.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 10:56, par hamidou s En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Lorsqu’on parle du système ,d’enrichissement illicite de détournement de déniés public de la corruption active et passive. Ce sont les Simon et compagnie. Le pouvoir fort c’était salif Diallo.ils sont très riches mais ils n’ont pas d’entreprise.. Ils doivent nous expliquer la source de leur richesse.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 11:49, par tecumseh En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Nous pouvons pardonner mais sans oublier (27 ans.....). Arrêtez d’encenser ces personnes. Selon mon humble avis leurs intentions ne sont pas nobles ; ils ont des ambitions cachés. Le temps nous le diras.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 11:57, par Koutou En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Merci pour l’initiative de recueillir les sentiments de ces "heros de l’insurrection". Cependant, pour donner plus de crédit à ce travail il faut juste faire un peu plus attention. En effet, au MPP, le Cde Simon Compaoré est le 2eme Vice-Président, chargé des relations Extérieures et non pas le Secrétaire Général du parti qui est plutôt le Cde Clément P. Sawadogo. De plus, lorsque Simon Compaoré dit que "la victoire a plusieurs pairs et la défaite est orpheline" comme vous l’avez écrit, il s’agit plutôt de "pères" et non pas "pairs". Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 12:21, par Sorokadi sissa En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Bien dit, il faut la justice. Je pense que c’est maintenant l’occasion pour Simon de se blanchir de l’affaire de la réfection de l’hotel de ville de Ouagadougou épinglée par la cours des comptes quant il était maire. Il faut qu’on sache la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 12:57, par lebonsd En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Bjr tous,

    apres le départ de Blaise a qui donc le tours ? Telle est la question que je pose depuis. A cela j aimerais quand même qu on arrêté de plebiciter le trio qui a mange et piller ce pays pendant 27ans avec Blaise et qui aujourd hui veulent être a nos cotes, et pire même veulent nous diriger. Regardons les choses en face et en vrai.... Rock, salif et simon ayez le courage ou la decence de vous effacer, car comme on le disait au début on avait peut être besoin de vous au début pour nous aider a basculer ce régime, mais maintenant il reste a faire la part des choses. A ce titre donc on vous ratera pas a l occasion car vos part de responsabilité sont connu.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 12:59, par La Doctrine En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Félicitation. J’aime vraiment ce doyen. Il a toujours une certaine hauteur de vue. Je suis sorti le 1er novembre dernier pour participer au nettoyage la ville après avoir entendu son appel plein de modestie et de responsabilité sur oméga FM la veille, et il ne nous a pas laisser orphelin ; il est venu nous encourager alors que nous étions en train de nettoyer la RTB. Que Dieu vous bénisse et vous accorde beaucoup d’autres jours pour que vous puissiez continuer d’apporter votre contribution pour le développement.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 13:01 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Merci leader bien dit dans un franc parler

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 16:21, par doudouno le cobra En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Simon tu es un fils de pasteur et tu sais que dieu te punira.
    Tu es l’un des plus grand voleur de l’histoire de ce pays.
    Tu crois que tu es sorti de l’auberge mais ^pas encore.
    Tu es pire que Salia Sanou maire de Bobo ;lui est illetré ont peut le pardonner pour son ignorance ;toi salif et roch payeront pour les crimes economiques et de sang

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 17:54, par controleur du tresor En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Qu’attendent les nouvelles autorités pour vérifier notre trésorie ? Juste avant l’insurrection il etait impossible de faire passer un cheque tresor de 25 millions. Ordre avait ete donne a gnankabary moumounou de faire des provisions pour le soutien au referendum, cest d’ailleurs une partie de cette provision qui a servi a corrompre les honteux deputes. En rappel le DGTCP gnankanbary moumounou a lui même utilise la tresorie regionale pour battre campagne et devenir depute CDP. Il n’a pas siege parce qu’il se paie mieux dans la caisse publique que les émoluments servies par le parlement. Je suis du tresor public donc je sais de quoi je parle ce nest ni du pur dénigrement encore moins de la simple diffamation

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 17:58, par SING En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Je savais que les CDPistes allaient attaquer cet article mais c’est peine perdu. Si ce ne les RSS en complicité avec l’armée qui ont renverser le régime(parole de Blaise lui même) c’est les RSS qui ont brulé les maisons des gens(pourtant Assami a été le premier a parler de bruler les maisons dans ce pays et la gendarmerie l’avait convoqué pour ça). Ah bas ! donc cette haine envers le MPP ne va jamais finir quoi ?. Quant à ceux qui pensent que le MPP et le CDP sont pareils(je sais que c’est toujours vous les cdpistes avec votre politique de on tombe ensemble) Blaise n’a pas pu déstabiliser le MPP c’est pas vous aujourd’hui qui pouvez le faire. Norbert ZONGO était vraiment un visionnaire la vrai opposition burkinabè viendra du CDP aujourd’hui cette prophétie s’est réalisée. Qui de l’opposition ou des autorités actuelles de la transition(KAFANDO et ZIDA) n’a pas travaillé avec Blaise ?( sauf maître SANKARA). Conseil : Maintenant que votre maître est parti vous avez intérêt à chercher du boulot. Vive les autorités de la transition ! Vive la vrai démocratie au Faso avec Roch à Kossyam en 2015 !(pour ça aussi mes chers cdpistes on travaille dure en ce moment pour réaliser ce objectif).

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 18:42, par un citoyen En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Nous sommes tous responsables mes frères. Par notre silence et notre passivité nous avons tous contribué au pourrissement de la situation. tant que nous nous plaçons pas dans cet angle pour analyser la situation et évitons les accusations sans fondement. j’ai bien peur pour notre futur ! que ceux qui se sentent léser, poussent plainte à la justice et qu"on avance !

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 19:23, par kaos weogo En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Jusqu’au 29 je croyais encore aux anciens amis "convertis" du régime. Mais depuis, l’info a trop évolué rapidement. L’unique voie du salut est un profil bas, beaucoup d’humilité, et peut etre ils auront quelques voix en 2015... peut etre.... le peuple s’est auto informé monsieur. les make up journalistes servent peu à l’heure actuelle.

    Répondre à ce message

  • Le 22 novembre 2014 à 20:22, par JAHONE En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Pas facile !!!! On ne sait plus à qui se vouer !!! Voilà, UPC a fait le travail et les fruits risquent d’échoir au MPP !!! Tellement la politique du ventre a la peau dure !!! A Bobo par exemple tous les anciens tenors du CDP ont déjà fait leur baluchon. Destination : MPP. Et ça recommence ! Un des S a déjà commencé ses manoeuvres qu’on lui connait. L’UPC a en fait battu la campagne pour le MPP !!! HUMMMMMM !

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2014 à 01:22, par Yassin En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Il n’est point grave de tomber, c’est savoir se relever qui fait la valeur des homes. Cest ce que les camarades du MPP ont fait. La chute de Blaise Compaoré n’aurait été possible sans l’UPC et sans le MPP, détrompez vous. Si les gens qui ont servi Blaise à un moment de l’histoire, étaient toujours ces soutiens, aucune insurrection ne saurait possible au Burkina, en tout cas, pas à la date des 30 & 31. Soyez honnetes et respectueux de ces leaders. De toutes les manières, ils prenent des risques énormes à faire de la politique. Certains d’entre nous, s’ils étaient à leurs places, allaient se casser aux Bahamas pour passer le restant de leur vie. Donc, SVP soyons respectueux de ceux qui par leur courage, sont revenus sur le bon sens et l’honneur pour apporter leur contribution.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2014 à 02:03, par alpha En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    éééhhhh !!!! arrèter !!! simon, salif ! ce sont eux les vrais instigateurs d’injustice de corruption, de sorcellerie au burkina faso.pire que blaise parce que ce sont eux qui ont gerré ce pays pendant 26ans.entre soungalo Ouattara et roch,qui est doyen du regime ? pauvres soungalo, alain edouard, luck adolph ,paul marie,et tout ces nouveaux dignitaires du cdp ne sont que des innocents.accusés pourtant des choses dont vous ètes coupables(Simon, rock,salif).réfléchissons un peu.le gouvernement recent de blaise est née sous la pression des burkinabés.soungalo Ouattara n’est arrivé a l’assemblée nationale que decembre passé dont il y’a moin d’un ans.en réalité 27ans au pouvoir c’est bien simon, rock, salif, blaise ,françois.la prochaine insurection sera pour chasser ces trois vereux.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2014 à 02:23 En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Beaucoup et nombreux sont les burkinabè qui ont perdu la raison. Seul le peuple est resté lucide. Entre la peur d’aller à la CPI comme Gbagbo et la volonté du peuple de l’alternance, l’homme fort fut le peuple. Pourtant, ce n’est pas faute pour Barak Obama d’avoir averti Blaise Compaoré du danger. Ce qui est dérangeant, c’est d’avoir voulu associer l’ADF/RDA à cette entreprise macabre en sachant que Alizèt Gando est le témoin de mariage de Me Gilbert Ouédraogo. Il faut se méfier des amitiés serviles. Dans cette insurrection il n’y a aucun héros plus que le peuple burkinabè. Que chacun se le tienne pour dit. Le Sage.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2014 à 07:19, par Alasko En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Je penses que les internautes ont certainement oublié ce que Simon a fait, les années qui ont suivi l’assassinat du célèbre journaliste Norbert Zongo, au collectif de lutte contre l’impunité. Rappelez vous encore, avec son grave accident survenu suite à leur éviction (Rock-Salif-Simon) de la direction politique du CDP, qui a failli lui coûter la vie, ses propos lorsqu’il a recouvré la santé ; il a dit à la chaîne de télévision Canal 3, je cite : "j’aime trois personnes : Blaise Compaore, mon père et Dieu". A travers ces propos, on se rend compte, à l’époque, qu’il a personnifié Dieu. En somme, il faut se replonger dans l’histoire récente de notre pays, pour comprendre ce Monsieur qui adore l’exhibitionnisme ; dans tous les cas ils répondront tous de leurs actes.
    Quant au monsieur destructeur de l’opposition, Salif Diallo qui a mis tout son génie au service du clan Compaore pour faire de ce pays ce qu’il est aujourd’hui ; un pays ruiné par l’achat de conscience, l’affairisme, le népotisme. Bon a retenir : un loup ne devient jamais un agneau

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2014 à 09:58, par BC_SOGENE En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Que de discours de division !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2014 à 11:17, par LY En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Pourquoi pensez-vous que les RSS ont perdu leurs postes au CDP eux qui en étaient bien les têtes pensantes ? Pourquoi n’ont -ils pas été inscrits sur la liste des députables ! Pourquoi sont-ils subitement rentrés en disgrâce auprès le Grand Chef ! Pourquoi Salif a-t-il été remercié violemment le jour de Pâques ? Ces Messieurs ont essayés de changer le CDP de l’intérieur sans naturellement y parvenir. Ils ont osés parler de la patrimonialisation du pouvoir ! La machine était très lourde ! Un véritable rouleau compresseur ! Ils ont quitté ce navire avant qu’il ne croule. C’est cela être vigilant et savoir se remettre en cause et non filer droit dans le mur ! Ils se sont alignés avec le peuple dans la lutte en faisant leur Mea-culpa. Peut-on au moins leur donner le bénéfice du doute et les voir à l’œuvre comme ils ont déjà commencé à travers les marches et meetings jusqu’à l’insurrection populaire. Leur contribution est grande car ils connaissent la machine de l’intérieur et sont donc précieux pour notre lutte. Ne nous fragilisons pas par des querelles inutiles !!

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2014 à 16:21, par Ouédraogo En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Ben voyons ! Si vous voulez vraiment le changement pour notre beau pays m. Compaoré, vous devez vous aussi vous cacher. Pourquoi cela ?
    - 15 ans en tant que maire de Ouaga
    - Presque le double en tant très proche de l’autre Compaoré
    - Et surtout pour les milliards dont vous garder dans vos compte je ne sais ou.
    A moins de nous dire très cher Compaoré comment vous avez gagné toute cette argent ?

    Peut-être que vous êtes sincère vous et vos compagnons ( Diallo et Kaboré). Dans ce cas, montrez la au peuple en rendant tous ce que vous avez pris indûment.

    Dans le cas contraire vous ferez mieux de vous taire et de vous cacher. Nous en avons assez.

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre 2014 à 23:36, par Razougou En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Désolé mais cet article ne sied pas. Simon n’est pas héros de quoi que ce soit.
    D’ailleurs, il faudra que le MPP réponde de ces actes (bruler la maison des citoyens). Simon, est ce que vous saviez que c’est ainsi que les guerres civiles débutent ? Pensez-vous que des voyous d’un tel gabarie ont leur place encore au BF ? C’est vraiment c. de votre part. N’importe quoi

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2014 à 09:46, par Burkindi En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Mr Simon COMPAORE n’a jamais été un héro dans cette lutte.Dès même je pense qu’il est grand temps qu’entre nous on se dise les vérités.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2014 à 11:42, par patyy En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Ils ont aidé Blaise à assoir son pouvoir monarchique, entre temps, ils ont vu que le gars n’allait jamais leur faire la passe, ils étaient frustrés, ils savaient plus sur quel pied danser, mais quand ils ont vu la grande mobilisation du peuple, ils se sont dits, les gars c’est le moment d’aller dans le camp de ceux qui vont vaincre : donc c’est comme ça on devient héro ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre 2014 à 12:42, par kansi En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Patyy, tu a fais une analyse logique. Cette victoire du peuple, ira plus loin que ce que beaucoup imagine. Certains quand bien qu’ils aient lutter, vont regreter. car le changement sera imposé par le peuple. Le peuple doit exiger, la liste de tous ceux qui ont été à quelque postes que se soit de 1984 à nos jours et chacun devra venir rendre compte devant le peuple. C’est à ce prix seul que le Burkina sera en harmonie avec lui-même

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 08:35, par sogossira sanou En réponse à : Les héros de l’insurrection : Simon Compaoré

    Nul être humain n’est parfait ; mais les imbéciles seuls ne savent pas se corriger et revenir sur le droit chemin lorsqu’ils sont égarés ; sont de ceux-là blaise et son clan.
    Des cas de nombreux politiciens qui ont mangé à la table de blaise et qui sont à ce jour de ces critiques virulents, l’histoire récente nous renseigne que sont de ceux-là aussi (et il faut leur reconnaître leur mérite d’avoir su à temps opportun prendre leur responsabilité et leurs distances vis-à-vis de blaise) : Zéphirin Diabré, Saran Sérémé, le bloc uni de Roch, Simon, Salif et du Larlé Naaba Tigré dont il convient de le souligner ont sonné le glas de la chute du tyran, du despote que blaise se voulait être, sans écouter que son clan et ceux qui gravitaient autour de lui en pantins et marionnettes.
    Amande honorable peut être accordée à tous ceux qui ont su prendre leurs distances comme je le disais tantôt par rapport aux velléités claniques du pouvoir de blaise. De savoir partir à temps quand on a constater les dérives, est une grande marque de courage et qui ne peut louer cela lorsque les dissensions ont commencé avec Salif Diallo qui pendant sa descente aux enfers n’a pas manqué de dire courageusement ce qu’il pensait de ce pouvoir. Que dire de Saran Sérémé qui n’a pas hésité un seul instant à se démarquer du même pouvoir lorsqu’elle à constater qu’au sein du parti, sa place n’était plus selon les idéaux qu’elle se faisait.
    On peut certainement leur reprocher leur longue collaboration avec ce pouvoir, d’avoir été les véritables piliers qui ont soutenu ce pouvoir, mais ils faut reconnaitre aussi, que le moment venu, ils ont su s’en retirer pour contribuer grandement à sa chute. Ils ne sont pas saints mais ils sont plus pardonnables que ceux qui ont tenu mordicus à ce que le clan blaise se perpétue ...........

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés