Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

Accueil > Actualités > Opinions • Lefaso.net • mardi 17 janvier 2023 à 19h26min
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

A.O estime qu’en multipliant les alertes au génocide, le journaliste et ancien président de la Commission électorale nationale indépendante du Burkina, Newton Ahmed Barry, court le risque de perdre toute crédibilité jusque dans la communauté dont il se veut le champion. Il s’en explique dans cette tribune.

Quel burkinabè de bonne volonté peut n’être révulsé et révolté par la persistante répétition d’actes terroristes violents, d’attaques ciblées, de massacres aveugles, qui affectent de nombreuses familles voire des communautés entières et ne cessent d’endeuiller le Faso ?

Chaque nouvelle occurrence d’un crime de masse rappelle douloureusement un drame antérieur et fait monter dans l’opinion un certain sentiment d’impuissance, de découragement et même de culpabilité que l’action désormais plus nettement résolue de nos FDS et les progrès opérationnels qui commencent d’être obtenus, ne parviennent pas toujours à contenir.

Impuissance, découragement et culpabilité, mais aussi moins largement sans doute, incompréhension, exaspération et impatience vraisemblablement imputables au déficit de transparence et de communication des autorités.

Ainsi, le massacre récemment perpétré à Nouna par des miliciens Dozo qui de sang-froid ont tué vingt-huit personnes au moins, appartenant très majoritairement sinon exclusivement à la communauté Peuhl, a suscité une vive émotion et une condamnation quasi unanime dont la presse ainsi que les réseaux sociaux se sont faits l’écho. Amnesty International demande qu’une enquête impartiale soit rapidement diligentée et que les auteurs du massacre de Nouna soient traduits en justice. De plus, l’organisation exige fort justement que les forces gouvernementales de défense et de sécurité ainsi que les groupes armés soient strictement disciplinés dans le sens du respect des droits humains et du droit international humanitaire.

Newton Ahmed Barry (NAB), homme de presse et ancien Président de la CENI, est sans conteste la personnalité nationale qui s’est montrée le plus vocal sur le sujet. Dans un journal en ligne, il tire en effet en date du 5 Janvier 2023, une tribune dont le seul titre donne le ton et annonce le contenu polémique et vitriolé :

“Je ne crois pas au capitaine IB. Il n’incarne ni la vertu, ni la science”, affirme-t-il.

Comme trop souvent désormais, NAB encore une fois, n’échappe pas ici à cette fâcheuse tendance à tirer la couverture à lui. Il prétend jouer de transparence, de courage et de vertu, par ce billet qui dit-il, signe son “arrêt de mort”. Mais quel courage ! A l’orée de l’année nouvelle, espérons donc que nous serons exaucés dans les vœux chaleureux de longue vie qu’il convient de former pour notre frère. Et qui vivra verra bien !

NAB assure donc connaître comme tout le monde, “le nom de la grand-mère” ; mais il se garde bien de la nommer. Courageux, mais pas téméraire assurément ! Grandiloquence et forfanterie ? Peut-être bien !

Mais au-delà du contenu factuel — certainement vérifié et avéré — de sa note, le Président honoraire et émérite d’une CENI qui — on finira par s’en convaincre…ou en douter ! — n’a jamais été aussi bien administrée ni n’a performé aussi excellemment que sous son autorité ; l’ancien Président donc se pose ici clairement comme le héraut et l’intrépide défenseur d’une communauté Peuhl qui, il ne saurait être contredit, subit et continue de subir comme au reste bien d’autres communautés à travers le territoire national (Samo, Mossi, Gourmantché, etc.), des exactions, attentats, et crimes de masse imputables à l’action déstabilisatrice d’une nébuleuse terroriste contre laquelle nos FDS il est vrai, n’ont connu jusque-là que des résultats mitigés.

La communauté Peuhl a certes — une fois encore, une fois de trop —, payé au terrorisme comme malheureusement tant d’autres communautés au Faso, un lourd tribut de sueurs, de larmes, de sang et de vies humaines. On ne peut naturellement que s’en émouvoir, le déplorer et appeler à l’action. La communauté Peuhl est-elle spécifiquement visée, ciblée, discriminée et stigmatisée dans une perspective génocidaire ? A cette question cruciale NAB répond affirmativement par une référence analogique explicite aux Nazis hitlériens et aux Interahawes rwandais... Réponse insolite et positivement dramatique, car elle pointe vers le sentier sans retour d’un Rubicon où pourrait s’engouffrer toute une nation et s’y abîmer corps, biens et âme. Quiconque s’aviserait cependant de vouloir ouvrir un chemin si tortueux, on ne voit guère Dieu merci, que seraient alors légion les personnes tentées de le suivre dans une aventure aussi insensée que périlleuse.

A cet égard il y a lieu fort heureusement, de se féliciter de l’esprit d’apaisement qui anime d’autres leaders d’opinion de la communauté Peuhl, assurément mieux avisés et autrement plus représentatifs. La modération de ton adoptée par la faîtière Peuhle Tabital Pulaaku dans une récente déclaration portant sur les tueries de Nouna, est indéniablement plus constructive et utile à l’effort de restauration d’un vivre-ensemble burkinabè unique et exemplaire, mais désormais fortement ébranlé et dangereusement altéré. Pour être modéré, Tabital Pulaaku n’en appelle pas moins fermement et résolument les autorités judiciaires, militaires, exécutives et politiques du pays à leur devoir de justice, de sécurité et de protection égales et indiscriminées pour toutes communautés et ethnies au Faso.

Pareille déclaration contraste positivement par sa hauteur de vue avec l’article univoque, alarmiste et catastrophiste de NAB. Et sauf à corriger le biais ethnotropique qui s’affirme au fil de ses écrits comme une marque distinctive, altère son objectivité et fausse son jugement, l’ancien Président de la CENI court désormais le risque de perdre toute crédibilité jusque dans la communauté dont il se veut le champion et qu’il prétend servir. Quel est en effet le sens dans le contexte sociopolitique du Burkina, d’une alerte au génocide aussi insolite qu’inconsidérée ? Au-delà de la nette exagération qui ignore la stabilité du substrat des relations intercommunautaires et ethniques au Faso, on n’y trouve ni pertinence ni rapport avec les évolutions actuelles de la situation du pays, aussi critiques et inquiétantes soient elles.

En tout état de cause, le diagnostic si dramatique du mal burkinabè appelait pour le moins de la part du Président honoraire, la formulation de propositions de mesures et d’actions visant à prévenir et à conjurer l’apocalypse annoncée ; on eût aimé donc le voir plus constructif à cet égard, et autrement plus disert sur les voies à explorer en vue de solutions à apporter aux problèmes cruciaux et aux défis existentiels auxquels dit-il, le Faso est confronté. NAB en a ---on ne dira pas la « science »--- mais indéniablement l’intelligence, la perspicacité et l’expérience.

Et pour conclure, le billet de l’ex-Président de la CENI ne vaut peut-être que par son ultime paragraphe. Comme lui, on conçoit en effet que la soldatesque fasse mauvais ménage avec la politique. L’observation empirique de l’histoire moderne voire immédiate du Faso l’enseigne éloquemment, sans qu’il soit besoin de longues et confuses élucubrations pseudo “scientifiques” pour s’en convaincre.

Or précisément sur ce chapitre non plus, NAB définitivement ne nous apprend rien de substantiel, pour n’avoir pas fait l’effort d’élaborer davantage et d’expliciter la soi-disant “science” sur laquelle il fonde son credo et son jugement.

Son assourdissante tribune s’en trouve paradoxalement privée de sens...et de bon sens.

Mais comment finir, sans dire encore un mot pour s’en désoler et s’en attrister comme beaucoup sans doute, du caractère désinvolte, inapproprié et franchement irrévérencieux des termes choisis par le Président honoraire pour dérouler et corser sa diatribe non point tant contre le MPSR, sa gouvernance, son administration et son action, que sur et contre la personnalité intrinsèque du Capitaine Ibrahim Traoré lui-même, épinglé et définitivement disqualifié en raison d’une supposée carence dirimante de probité et de compétences.

Or en sa personne, et à tout le moins pour l’heure, le Président Ibrahim Traoré incarne pour le peuple burkinabè en toutes ses communautés et ethnies confondues, l’autorité de la magistrature suprême. Le Président symbolise l’Etat, la Nation et le Faso. Et pour avoir exercé d’éminentes fonctions, Newton Ahmed Barry ne peut être sans savoir que tout citoyen et quel que soit son rang, doit respect et déférence au Chef de l’Etat, non pour ce qu’il est en tant qu’individu, mais en raison de ce qu’il représente, incarne et symbolise.

D’où vient donc que Newton Ahmed Barry ait cru pouvoir s’affranchir ainsi, et si audacieusement de cette obligation ? C’est à lui qu’il revient bien entendu d’y répondre ; mais peut-être comme la grand-mère qu’il refuse de nommer, jugera-t-il préférable de réserver sa parole sur ce point aussi.

La liberté constitutionnelle d’expression autorise ---voire encourage dans un contexte démocratique--- l’interpellation des dirigeants, et la critique de la gouvernance et des politiques publiques. L’exercice de ce droit fondamental s’accommode fort heureusement du respect, de la considération de l’autre, et peut-être au Faso plus qu’ailleurs, du sens de la mesure propice à l’émergence du consensus.

Mais patience donc ! Et voyons de quelle veine sera tirée la prochaine tribune de NAB.

A. O. (15/01/2023)

Vos commentaires

  • Le 17 janvier à 19:52, par lol En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    NAB n’est autre qu’un Valet local de l’occident. C’est le genre de personne très obéissant vis à vis de ses maîtres.

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 09:40, par le visionnaire En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

      Tout d’abord, moi j’ai un problème avec cet écrit. La personne ne signe pas avec son nom et ne met que ses initiales pourtant il répond bien à quelqu’un qui parle à visage decouvert, tout le monde n’a pas les couilles d’assumer ses écrits. Je trouve que Faso.net ne devrait pas permettre à quelqu’un encagouler de répondre à un autre qui évolue à visage découvert.
      Deuxièmement, malgré les bons mots utilisés et en dehors des attaques sur la personne de Newton, l’auteur de l’écrit ne démontre rien qui contredise la thèse de Newton.
      Je pose juste une question ?
      Si après l’attaque des dozos de Nouna, la communauté peule avait aussi réagit et était allé attaquer l’ethnie des dozos, que serait-il arrivé ? C’est ça qu’on appelle génocide. C’est parceque le communauté peule ne réagit pas et ne fait que compter ses morts que le génocide n’a pas encore commencé.

      Répondre à ce message

      • Le 20 janvier à 08:52, par Vercingétorix En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

        Il y a attaques et répliques. Les dozos ont-ils attaqué en représailles ou ont-ils attaqué en premier ? Qui provoque l’exode des PDI ? Vous aurez remarqué que FDS et VDP sont plus dans la défensive. S’il n’y a plus d’attaques, il n’y aura plus de contrataques avec les confusions malheureuses sur les auteurs.

        Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 11:09, par Wena Saam Yandé ! En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

      Je viens d’apprendre qu’il est le reporteur de RFI en langue Fulfulbé. Et je comprends maintenant pourquoi il s’érige en farouche défenseur de la France.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 20:27, par Ka En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Sans nos différences, la richesse du forum de Lefaso.net n’aura pas de côte. Et ma vérité perce les cœurs mais ne tue pas. Et l’analyse de Barry mérite un commentaire de nos différences, dont je vais être indulgent.

    il disait dans sa première analyse ceux-ci : ’’’’’’’’’’’’’’’’’Comme le cas de ce leader musulman bien connu, membre de la faîtière qui dormait chez Damiba avant de retourner casaque pour cornaquer IB, en lorgnant l’immense marché des armes. Mais ça nous en parlerons dans les épisodes suivants.
    Ce que beaucoup ne savent pas
    Il y a une centralité de la pensée de nos « djihadistes des villes… », la religion et accessoirement l’ethnie.
    Il est illusoire de croire que les « djihadistes de la ville » sont dans la vocifération sans un objectif précis.’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’

    Sans prendre parti de qui que ça soit, je dis que les musulmans joue a l’autruche, lui en premier : On sait que le terrorisme dans notre pays a comme commencement une ethnie qui veut utiliser l’Islam pour instaurer le contraire de la démocratie.

    Alors de nos jours au Burkina, il ne faudrait plus parler de musulmans, mais avant tout de citoyens Burkinabé musulmans et de Burkinabé chrétiens ou de citoyens Burkinabé animistes qui en ont marre de ces individus qui empoisonne le pays." Et ces extrémistes alliés de Daesh ne représentent pas les musulmans du monde et encore moins ceux du Burkina, qui ont des approches très variées du Coran.

    La vérité rougisse les yeux mais ne les casse pas. Vous et moi nous savons que la perception de la diversité de l’islam de nos jours est biaisée, dont ’Islam et Daesh, c’est pareille pourtant l’Islam la vraie est une religion de paix si vous lisez le coran comme moi. Aujourd’hui, avec ces terroristes qui utilisent l’Islam pour nous tuer comme des mouches, la manière dont est perçu l’islam par le monde est extrêmement tendue.

    Et je conseille a toutes les personnes comme Barry, tant qu’on n’est pas capable d’offrir un climat de sérénité et de confiance aux musulmans du Burkina et d’ailleurs au lieu de tourner autour du pot en jouant l’autruche pour protéger des individus de leurs égarements, on fait le jeu des extrémistes."

    Pour la majorité - silencieuse - des musulmans des Burkinabé comme mon voisin Moussa et sa famille, leur foi n’est pas la seule composante de leur identité. "Les musulmans du Burkina, tout comme les chrétiens de ce pays se définissent aussi par leur nationalité, leur famille, leur travail, leur humanité... Alors que le discours dominant comme le vôtre voudrait seulement les réduire à leur religion.

    C’est pourquoi je persiste et signe, ‘’’’’’’Il ne faudrait plus parler de musulmans, mais avant tout de citoyens Burkinabé musulmans et de citoyens Burkinabé chrétiens ou de citoyens Burkinabé animistes ». Construire la cohésion sociale et réussir le vivre ensemble, imposent un préalable : déconstruire les mythes, les contre-vérités et les idées reçues, afin de restructurer les mentalités. Panser les plaies pour restaurer la capacité d’écoute et de pardon. Pour vous dire Mr. Barry, que mon plus grand souhait sans penser de vos terroristes de la ville et ceux de la brousse, et que vous écrivez des analyses de soudure pour tout le peuple Burkinabé, pour que le Burkina se retrouve avec ses filles et ses fils, qu’ils se parlent, s’entendent pour l’intérêt du pays. Nous devons être soudés que les uns et les autres se pardonnent afin que le pays reste un et indivisible. » Un conseil aux intellectuels comme vous, ‘’’’si vous ne cultivez pas, si vous ne renforcez pas, si vous ne consolidez pas vos connaissances, votre destin peut se jouer autrement.

    Conclusion : En lisant l’analyse de Mr. Barry, comme je ne cesse de le répéter dans ce forum très riche de Lefaso.net : Nous avons besoin d’une catharsis nationale sans tabous, il faut mettre sur la table la naissance ethnique de cette Nation, entrer dans sa sociologie ethnique et arriver probablement à la conclusion que tous les 63 ethnies du pays ont les mêmes droits et devoirs dans ce Faso. Il me semble que certains Burkinabé pensent hélas qu’ils sont détenteurs du titre foncier de notre pays comme si les autres étaient de manière circonstancielle des faire-valoir ou des citoyens de seconde zone. Oui, il est clair, ce problème de vivre ensemble doit se faire dans la vérité sans faux fuyants

    Et comme le disait l’avoisier, ‘’’’’’’’rien ne se perd, tout se transforme. les terroristes de ville ou de brousse de Mr. Barry oublient que nous vivons dans un univers avec ses règles. Dieu a mis en nous cette richesse que nous pouvons matérialiser dans notre extérieur avec exactitude. Il n’existe pas de chances, ni de coïncidences ; tout ce qui nous arrive dans la vie provient de notre intérieur avec exactitude. Sans rancune.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 21:01, par Alpha2025 En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Je ne connais pas NAB personnellement, mais je reconnais que j’ai toujours trouvé ses chroniques plutôt constructives. Je conviens que par les temps qui courent, critiquer les autorités est plutôt mal vu, et sans qu’elles aient besoin de lever le petit doigt, il y a toujours des personnes pour prendre le contre-pied. Dans le cas présent j’aurais préféré que A.O. démonté NAB argument contre argument plutôt que de se livrer à cette longue diatribe ou il affirme sans ambages que NAB risque de perdre sa crédibilité arguant que même l’association TABITAL PULAKU usé d’un ton plus modéré. Je crois plutôt qu’à l’instar du Mali, certain font de l’autocensure afin de pouvoir continuer à s’exprimer, et si le pouvoir au Burkina n’a pas vraiment serré la vis (en réalité, le peut-il vraiment ?) il se pourrait que certains agissent de façon préventive.

    Quand à "lol" accuser NAB de suppôt de l’occident permet de le vouer définitivement aux gémonies : pas besoin d’argumentaire, comme sous la revolution, celui qui n’est pas avec nous est contre nous ! Il y a donc les bons burkinabè et les mauvais, inutile de dire dans quelle catégorie NAB est classé !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 21:05, par Adakalan En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    NAB a organisé une élection présidentielle pour faire élire un president avec seulement 1 millions de Burkinabè sur un potentiel d’environ 10 millions. Et le vote des Burkinabè de l’étranger un vrai fiasco.
    Ce NAB prétend donner des leçons de morale a qui ??? Ce NAB a sensibise combien de peulh pour qu’ils déposent les armes ??? Ce monsieur que les gens ont supporté lors des audio en son encontre. SVP NAB on a nullement pas besoin des gens qui parle français mais des gens qui vont ramener la paix au Faso .

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 21:08, par Renault HÉLIE En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Si j’ai bien compris, au BF, il est interdit de dire la vérité, de prévenir des exactions, d’alerter contre la violence raciste ?
    La violence des propos que suscite NAB montre un avenir rès sombre !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 21:41, par PUISSANCE 21 En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    NAB a publié son opinion en signant avec son nom. A.O. par contre n’a pas le courage de ses opinions et reste anonyme. Je souscris entièrement à l’analyse de NAB. Il faut en parler avant qu’il ne soit trop tard.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 22:29, par Sacksida En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    En outre, Newthon Ahmed Barry confond dans ses Tribunes qui se veulent journalistiques la Contradiction Principale qui oppose notre Peuple Burkinabe et Africains a l’Imperialisme Occidental et Neocolonial ; qui utilise le Terrorisme et le Grand Banditisme desastreux et des Valets Locaux Africains pour atteindre leurs Objectifs et qui sont evidemment des Interets Geostrategiques economiques reccurents. Les contradictions secondaires d’interets n’etant que mineures qui pourraient exister entre des Citoyens Burkinabe, et ce, Independant de leurs communautes ethniques ou religieuses ; et qui par Ailleurs peuvent etre utilisees opportunement par l’Imperialisme et le Neocolonialisme Occidental a travers des Valets locaux pour atteindre leurs buts. Et qui sont la domination et l’exploitation economiques des pays Africains dans une nouvelle geotrategies Mondiales ou l’Afrique fait l’objet de convoitises diverses. S’agissant de Ibrahim Traore et son regime MPSR 2, des contradictions internes au MPSR sur des questions de la gouvernance securitaire et des manques d’equipements adequats pour les hommes sur le Terrains des combats et des situations deplorables des populations ont debouches au 30 septembre 2022. C’est l’occation pour certaines personnes des OSC Alimentaires de poser ou de prendre des initiatives malheureuses de soutiens inconditionnelles au President Ibrahim Traore. Faut il y voir des agendas caches ? C’est clair que la mission principale du President est la lutte contre le terrorisme et le grand Banditisme desastreux. Evitons donc des deductions qui seraient les produits de nos allucinatons divinatoires et appocalytiques. En tout etat de cause, prions Dieu Sublime qu’on soient Musulmans, Chretiens ou Autres pour que la Paix Veritablement soit sur le Burkina Faso et son Peuple Burkinabe. Salut

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 13:18, par kwiliga En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

      Bonjour Sacksida,
      Ainsi donc, il n’est qu’un véritable ennemi : "l’Imperialisme Occidental et Neocolonial", tout le reste n’est que subterfuge fantaisiste.
      Vous en êtes tellement convaincu, que vous en arrivez même à écrire : "Les contradictions secondaires d’interets n’etant que mineures..."
      Mais nos deux mille morts, ceux de Nouna, de Yrgou, de Djibo,... les femmes enlevées, les deux millions de déplacés, la misère, la corruption,... nous arriverons à les résoudre en combattant "l’Imperialisme Occidental et Neocolonial", ou devons nous considérer que les massacres ethniques ou perpétrés aux cris de Allah Akbar, restent un phénomène "mineur" et "secondaire" ?
      Tant que nous n’aurons pas la lucidité de faire notre propre remise en question, nous ne règlerons rien du tout.

      Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 23:39, par Le pays réel En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Pour ce qui concerne Newton, nous avons compris. C’est lui le porte parole des ennemis du Burkina. Donc c’est pas grave, laissons le faire son travail. Il faut bien qu’il mange. La solution c’est de l’ignorer tout simplement. Surtout qu’il arrête de se fatiguer, personne ne le touchera au Burkina étant donné que c’est ce qu’il cherche

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 02:05, par DJANGO En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    NAB comprend peul pour ne pas dire qu’il est peul. Il sait pourquoi RFI a été suspendu. Vous avez vu comment il s’est excité ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 04:02, par sanpaku En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Newton Ahmed Barry, essaye de nous faire accepter le mot JIHADISTE en lieu et place du mot TERRORISTE. Ce fut la technique de la dame de l’ONU qui s’est expulser. Barabara Manzi voulait imposer à la place du mot TERRORISTE, les mots GOUPES REBELLES ARMES dans le but un jour de diviser le pays en parlant de SEPARATISTES. Nous ne sommes pas dupes et vous tenons a l’oeil. Quant à Newton Ahmed Barry, il veut nous faire croire que les TERRORISTES SONT VENU NOUS ISLAMISER. Allez-y comprendre pour un intellectuel de son rang.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 06:01, par KingBaabu En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    A.O. c’est qui encore ? Pourquoi se draper d’anonymat pour pondre un tel ecrit ? Assumez vos idees, comme NAB semble le faire....

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 07:23, par Negblanc En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Comme on dit NAB ne se mouche pas du pied du nez ! Si non la méthode scientifique n’est pas celle qu’il utilise dans ses écrits. Merci O.A pour cette analyse.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 07:55, par Kladjou En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Merci pour cette réplique propre et san bavures. Le temps est l’autre nom de Dieu. Cette histoire de terrorisme, nous dévoile au fil du temps le vrai visage de tous ces pseudo intellectuels de service tapis à l’ombre qui se servent des communautés ou des organisations religieuses pour leur ascension social ou pour se mettre sous les projecteurs.
    Il se servent souvent des droits de l’homme à géométrie variable pour assouvir leur dessein.
    Nous entamons une huitième année de guerre avec son corollaire de descente collective aux enfers et les Burkinabé ne sont pas des éponges près à absorber les élucubrations de tous ces prophètes de l’apocalypse de service d’où qu’ils viennent et qui qu’ils soient.
    La seul chose qui vaille c’est de redresser la situation par la conquête de l’intégrité de notre territoire et l’instauration de la dignité de tous ces millions de PDIs

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 08:10, par Silmiga En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    NAB par cette sortie a fini par ôter le masque. Il voue une haine viscérale à l’endroit du Président IB même si celui-ci a accédé au pouvoir d’Etat par un coup d’Etat. Du reste il a par la suite prêté serment. NAB a le droit de ne pas croire en IB. Mais il franchit le rubicon avec les autres insinuations. Son expression "puérillement gangté" a véritablement heurté ma conscience. On ne défend pas une communauté en insultant le chef de l’Etat. A moins qu’il ait un agenda caché.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 09:56, par A qui la faute ? En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Heureusement qu’il y a des gens comme Newton Ahmed Barry. Il y a trop d’obscures communistes dans ce pays, qui ne supporte pas la divergence de point de vue.
    Nous ne sommes pas en Corée du Nord ni en Russie et Dieu merci.
    Avant d’exiger le respect de IB il fallait que IB respectât son propre pays c’est à dire la constitution écrite par ses devanciers.
    Vous ne pouvez pas magnifier le désordre et vouloir vivre en ordre. Sinon c’est facile

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 11:26, par Pimus En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Il faut laisser la baudruche de NAB se dégonfler d’elle-même. Ce qu’il cherche ne se produira pas. Sa posture rappelle celle de la Transition de 2014/2015 lorsqu’il a échoué à se faire désigner Président de cette Transition. Il s’est assagi quand les musulmans ont bien voulu et aidé à le faire élire Président de la CENI. Bref, maintenant il faut bien qu’il survive, à tout point de vue.
    Préoccupons nous surtout des plus de 2 millions de PDI, des infrastructures socio-économiques détruites par ces soit disant HANI, et de l’avenir de toutes ces personnes innocentes jetées en pâture à la soif, la faim, la maladie, etc.
    Soyons focus et ne nous laissons pas divertir par des tempêtes de verre.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 12:22, par soyons vrais En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Jusque-là, j’avais du respect, un grand estime pour ce monsieur. Je le voyais comme un exemple d’homme sage, intelligent. Toutes les fois que l’occasion m’est présentée à son sujet, je l’ai toujours défendu. Malheureusement, aucun mortel (que je suis) n’est à l’abri de l’erreur : Peut-être je m’étais trompé sur l’homme que j’ai admiré depuis que j’étais étudiant. Je me suis trompé sur Newton Ahmed BARRY. Sa tribune a emprunté la Voix des ""Mille Collines"", Radio qui a déclenché le génocide au Rwanda. Un homme de la carrure de NAB a-t-il besoin de s’exprimer de la sorte ? Dans quel But ? NAB, pourquoi manipuler le bouchon ethnique en pareille situation où des Responsables de certaines puissances étrangères souhaitent même la destruction de ton pays ? Êtes-vous obligé de vous comporter comme une boîte vide emportée et ballottée ça et là par le vent ? où seriez-vous devenu une des ces marionnettes de la Mère marionnettiste ? Cela m’étonne ! NAB, de grâce, vous avez contribué à réaliser de bonne choses dans cette Nation ; ne tournez pas la veste pour devenir la pierre angulaire de la néantisation du Burkina Faso, vous en porterai une très grande responsabilité ! Pourquoi tenez vous à révolter toutes une ethnie contre d’autres ethnies ? Heureusement qu’au sein de cette ethnie dont vous vous posé comme défenseur, il y a plein d’hommes intègres, qui connaissent mieux la situation que vous et qui ne cèderont pas à la manipulation. Une fois pour toute, vous devez savoir qu’aucune ethnie n’est épargnée par la dure épreuve que le pays vit. Il faudra aussi comprendre qu’au Burkina Faso, il n’existe plus d’ethnie pure : toutes sont fortement métissées, au point que si celui qui se réclame peul meurt, celui qui se réclame mossi, Bobo ou Gourmantché pleure. Si celui qui se réclame Gourmantché, mossi, ou Samo meurt, celui qui se réclame Dagara, Bwa, Peul ou Dioula pleure. etc. NAB, c’est maintenant que la sagesse doit prévaloir au pays des hommes intègres, c’est maintenant que la raison doit dominer sur l’émotion ! Tous, nous vivons les mêmes réalités. Unissons-nous et le Faso s’en sortira. Vive le Burkina Faso, Vive le peuple Burkinabè, vive la transition, Courage aux autorités, courage à IB. Que le grand Dieu de l’univers le soutienne, qu’Il lui donne la supériorité sur tout vent contraire, Qu’il le préserve du mal et le conduise jusqu’à la victoire finale.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:32, par Yvad En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Celui qui a répliqué est d’une lâcheté qui ne permet pas d’accorder grande importance à sa réplique. Ne serait-ce que le nom en intégralité !
    Le message compte, le messager aussi, même s’il est peu connu.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 07:20, par SOME En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Félicitations mon frère, voilà ce qu’on appelle un intellectuel. Quant à ce sieur newton Ahmed Barry, comprends-le : il est en train de jouer sa partie de radio des mille collines ou de goering, pour nous démarrer la guerre civile dans son pays, en allié intérieur de l’ennemi. Regarde bien qui attaque et depuis quand ils sortent du bois pour attaquer.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 02:33, par Jeunedame seret En réponse à : Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !

    Deux djihâds s’affrontent ouvertement maintenant pour le contrôle du pays. Le premier est celui contre lequel le pays ferraille depuis 2016.
    Le second est celui des villes qui s’adosse sur les institutions de l’Etat avec le même dogme que ceux de la brousse et le « Mahdi » IB, comme prophète (croyance chiite duodécimains).

    Grosso modo, les deux ont les mêmes ennemis et une finalité commune dont ils se disputent déjà le leadership. Sous le joug de quels djihadistes allons-nous ployer dans un futur proche ? Les djihadistes de la brousse ou les djihadistes de la ville ?
    Les djihadistes de la brousse sont connus. Ils sont de la mouvance Al-Qaida la principale organisation djihadiste en Afrique, dont l’objectif est d’instaurer un nouvel ordre mondial avec l’idéologie salafiste. Ils utilisent les communautés comme des moyens au gré de leur avancée en usant et en exacerbant les dissensions intercommunautaires.

    Et ils sont en concurrence avec l’autre centrale djihadiste de la région qui monte en puissance dans le zone des Trois Frontières depuis quelques mois, l’EIGS (État Islamique au Grand Sahara)...Une des plus dangereuses au monde et qui semble s’être dangereusement renforcée dans notre septentrion avec Markoye, Gourom, Falagountou, Seytenga… déjà presque sous leur contrôle.

    Les djihadistes de la ville sont ceux faussement fâchés par les revers de la lutte contre le terrorisme des djihadistes de la brousse. Qui sont anti français, anti démocratie, anti droit de l’homme, anti occident, anti élite politique et intellectuelle et qui sont les pro-IRISSI. Ils exercent le terrorisme d’Etat sur les civils non armés, Peulh principalement, dans le but que cette terreur ciblée oblige les djihadistes de brousse à abandonner le terrorisme.

    Les djihadistes de la ville sont constituées essentiellement de mossiphones (tous les audios sont dans cette langue) et les djihadistes de brousse par les fulaphone. C’est en Peulh qu’ils s’expriment dans leurs vidéos sur les réseaux sociaux. »

    Ohoo........................ si je comprends bien les vrais acteurs et ressorts du terrorisme au Faso sont de l’islam. Et la cause serait la mésentente ou rivalité entre djihad de ville et djihad de brousse. Avec les ethnies comme facteurs. Nous souffrons donc de notre population musulmane et du munafiq en islam. Des hommes apparemment de Allah mais en réalité dînent avec le diable. Tout ça à cause de leur lettrisme, abrutissement et inculture. « La guerre se déroule donc déjà, non pas entre l’islam et ses voisins, mais d’abord au sein de l’islam lui-même. » Hypocrisie sucré. Et le mal est chaque djihad cherche son bouc émissaire. NAB, tu es de quel djihad ? Brousse ou ville ? Tu es aussi un danger ? Djihad, mossi peul, ville, IB.. Pourquoi cette recherche effrénée de bouc émissaire ? Pourquoi des intellectuels comme toi sont incapables de dissuader les frères de mosquées et de proposer des voies d’éducation humble ? Il faut vraiment un pape au sein de l’islam pour nous éliminer ses bêtises et déviances. Un islam méconnu par les musulmans qui se politise dangereusement et nous plonge dans le marasme des coeurs et morales.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Le Burkina à co-construire de nos têtes, de nos cœurs, de nos rêves et de nos mains...
L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?
L’humeur de Sayouba Traoré : Encore les journalistes !
Situation nationale : Parole d’espérance pour le Burkina Faso
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, malgré les assurances des variantes du MPSR », estime Kadari Sanou
Politique : La pensée unique est-elle une solution de temps de crise ?
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en armée nationale, avec leurs propres armes, peuvent fidèlement et loyalement défendre la patrie », Abdoul Karim Sango
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac Zida salue la décision du gouvernement
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le Bam ? », s’interroge le Mouvement Bam Faangré
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est souhaitable d’éviter une diplomatie d’affrontement avec les pays de la sous-région’’ (Lettre ouverte de Oumarou Sawadogo au Chef de l’Etat)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup plus complexe que celui, dualiste, dépeint par Newton Ahmed Barry », assure un chercheur burkinabè
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés