Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

Accueil > Actualités > DOSSIERS > PROCÈS DABO BOUKARY • Lefaso.net • lundi 19 septembre 2022 à 22h20min
Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

Le jugement relatif à l’assassinat de l’étudiant Dabo Boukary s’est ouvert ce lundi 19 septembre 2022 devant la chambre criminelle de la Cour d’appel de Ouagadougou, délocalisée au tribunal de grande instance Ouaga II. Il se tient dans le cadre de la 3è session de l’audience de ladite juridiction, du 19 au 30 septembre 2022.

Trois accusés sont cités dans ce dossier. Il s’agit du général Gilbert Diendéré (alors capitaine et chef de corps du Centre national d’entrainement commando, CNEC, sis à Pô), le lieutenant-colonel Mamadou Bamba (étudiant au moment des faits) et Victor Magloire Yougbaré (sergent au moment des faits). Ce dernier étant absent de l’audience, il sera jugé par défaut.

A la barre toute la matinée, le lieutenant-colonel Mamadou Bamba a plaidé non coupable, relatant sa version des faits .

Il est succédé au parloir par le général Gilbert Diendéré, accusé de complicité d’arrestation illégale et de séquestration aggravée, de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner et de recel de cadavres.

Le chef d’Etat-major particulier du président du Faso, Blaise Compaoré, s’est d’abord incliné devant la mémoire de Dabo Boukary, a ensuite exprimé sa compassion à tous ceux qui ont subi des dommages lors de ces évènements et a, enfin, présenté ses civilités au tribunal, aux avocats et à l’assistance.

Avant d’arriver à cette fatidique date pour Dabo Boukary, le 19 mai 1990, l’accusé a situé le contexte en remontant au 16 mai (1990) où des manifestations d’étudiants ont éclaté à l’Université de Ouagadougou. Gilbert Diendéré a expliqué que ce jour-là, il était absent du conseil de l’Entente (lieu tristement célèbre où ont eu lieu les tortures). Il n’y est arrivé qu’autour de 14 heures. Il dit y avoir effectivement trouvé des étudiants. Il demande donc à savoir celui qui a ordonné leur arrestation.

On lui fit savoir que l’ordre est venu du cabinet du président du Faso, où il s’est par la suite rendu pour comprendre. Là, le président du Faso dit ne pas être au courant et ordonna de les libérer. Le général Diendéré dit avoir organisé leur libération, en les convoyant du conseil de l’Entente à l’université de Ouagadougou (moins d’un kilomètre sépare les deux lieux : ndlr) à l’aide de deux mini-bus.

Gilbert Diendéré apprend à la chambre qu’il était hors de Ouagadougou le 19 mai 1990, précisément dans la région de l’Est, pour une cérémonie. Rentré dans la soirée, il a continué directement chez lui à domicile, sis à quelques encablures ouest du conseil de l’Entente. C’est tard dans la nuit qu’il reçoit un élément de la permanence du conseil de l’Entente, venu l’informer qu’un civil est décédé au niveau de la permanence. Etonné de la présence d’un civil en ce lieu (il précise qu’il ignorait la présence d’étudiants au conseil), il se rend chez le président du Faso (ministre de la défense, chef suprême des Armées) pour lui faire le point, poursuit Gilbert Diendéré.

« Quand je lui ai dit ça, il s’est un peu emporté en disant : qui vous a dit d’emmener des étudiants là-bas ? Puis, il est resté 5 minutes sans parler. Et il m’a dit : vas prendre les dispositions pour l’enterrement et dis à Salif Diallo de prévenir la famille », a expliqué l’accusé.

C’est ainsi que le corps de Dabo Boukary sera mis dans une ambulance de l’infirmerie de la présidence du Faso et les autres étudiants détenus dans un autre véhicule. Direction : Pô, au CNEC (sis à une centaine de kilomètres au sud de Ouagadougou : ndlr).

Dabo Boukary y sera enterré. Et contre toute attente, dit-il, alors qu’il pensait que les autres étudiants conduits à Pô avec le corps allaient retourner sitôt à Ouagadougou, ce ne fut pas le cas.

Il va alors chercher à comprendre pourquoi ils y sont toujours. Salif Diallo (de qui il dit recevoir souvent des instructions de la part du président du Faso) lui dit d’attendre encore, de les y maintenir d’abord. Face à la durée de la situation et à la rentrée académique qui approchait, il décide d’aller en parler au président du Faso. Ce dernier ordonne de les libérer.

Gilbert Diendéré dit les avoir donc ramenés au conseil de l’Entente, d’où il leur a prodigué de nombreux conseils avant de les libérer (il dit leur avoir expliqué que certains actes dont ils ont été témoins relèvent du secret militaire et qu’ils ne devraient en parler à personne).

L’accusé affirme leur avoir également indiqué qu’ils pouvaient revenir le voir, s’ils avaient de quelconques soucis. Quelque temps après, certains sont revenus le voir pour dire qu’ils veulent faire carrière dans l’armée. Il rend compte au président du Faso, qui dit que si telle est leur volonté, que des dispositions soient prises à cet effet. A en croire le général Gilbert Diendéré, certains de ces étudiants d’alors sont toujours en service dans l’armée.

De sa narration, il est ressorti que feu Gaspard Somé (il dit que l’atmosphère entre lui et ce dernier était froide) était le donneur d’ordre de la manœuvre ayant conduit à la mort de Dabo Boukary.

Avec lui (Gaspard Somé, un des militaires les plus redoutés à l’époque, selon les témoignages : ndlr), Amadou Maïga et Victor Magloire Yougbaré (le fugitif sus-évoqué). A l’époque, patron du conseil de l’Entente, Gilbert Diendéré précise cependant que ces trois éléments étaient certes sous ses ordres, mais n’ont pas agi sous ses instructions. Il dit également avoir rendu compte de tous ces actes à la hiérarchie. « Le compte-rendu libère le subordonné », rappelle le général Diendéré.

Selon le chronogramme de la session, le jugement du dossier Dabo Boukary est prévu pour durer trois jours (19 au 21 septembre 2022).

O.L.O.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 septembre à 22:28, par Nabiiga En réponse à : Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

    ENCORE GILBERT DIENDÉRÉ !!!!

    Tout ce que Gilbert a dit devant le tribunal est vrai. Que personne ne l’accuse de rien car il n’est pas concerné, de près ou de loin à ce qui est arrivé à cet étudiant brilliant puisqu’on l’a entendu dans le procès de l’assinat de Sankara dire qu’il n’y était pour rien, n’a jamais su qu’il y avait ce massacre encore moins fut-il aux alentours du lieu du drame. Qu’on l’accuse de rien.

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre à 22:54, par Citoyen ordinaire En réponse à : Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

    Huum ! Lui DIENDERE veut faire croire que Gaspard SOME était aussi puissant et échapperait à son commandement ou quoi ? Celui-ci est mort (dans des circonstances bizarres aussi), il était devenu peut être gênant pour le FRONT POPULAIRE de Blaise Comparé. Si on ne trouve pas le coupable dans ce jugement, on n’est pas sorti de l’auberge et Gilbert DIENDERE et BAMBA sont invités à vider leurs sacs pour espérer une réconciliation avec tous ces coeurs meurtris ! Je plains Mr Sandaogo Damiba !

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre à 23:35, par Levieux En réponse à : Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

    Moi je crois au GAL DIENDERE, à l’époque du conseil il y’avait un certain Gaspard SOME et un certain Alain BONKYAN deux noms et deux personnages terribles très redouter des ougalais et bobolais à l’époque des faits et il y’a beaucoup d’annectons les concernants à cette époque de la rectification.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 06:43, par HUG En réponse à : Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

    Ce general devrait repondre de son titre de general.Malheureusement ce n est pas le cas Il accuse les morts ou les absents.Un homme courageux affronte son destin, il ne le fuit pas

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 07:44, par TANGA En réponse à : Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

    Ke vous avais dit lors du jugement sur la mort de Thomas SANKARA que GOLF était propre.
    Voyez,.vu son grade et son origine ( village), Blaise le gardait à côté et faisait faire les choses par ces hommes qu’il avait en main. De cette façon, tout ce qui allait être fait serait remis sur la tête de GOLF par ceux qui voient la chose de loin.
    Chers tous, pourquoi des sergents chefs ou arjidants chefs vont ils narguer et souvent même tenir tête à leur supérieur lieutenant, capitaine ou commandant si ils n’ont pas de protection d’un supérieur à cet officier ?
    C’est le cas de lafando dit Kaf car disant avoir accepter les ordres d’aller contre SANKARA alors que GOLF les avait refusé. Ces éléments ( Gaspard, Bonkian et etc.) qui faisaient fureur au pays savaient que GOLF ne pouvait rien contre eux car ils avaient la bénédiction du tout puissant blason de qui ils recevaient des ordres à l’insu de GOLF.
    Que chacun pense ce qu’il veut, mais apstenons nous aux faits mais pas au suppositions .

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 09:03, par Omar Dao En réponse à : Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

    Je constate que dans tous les dossiers dans lesquels il est impliqué et même pour le coup d’Etat de 2015, Gilbert DIENDERE n’a jamais rien fait et ses hommes ont toujours agi à son insu. Il n’a toujours été que le pauvre Chef qui n’était pas là au moment des faits, le pauvre Chef qui ne savait rien de ce qui se passait, le pauvre Chef qui n’était même pas respecté par des hommes sous ses ordres, et patati patata !!

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 13:13, par Sacksida En réponse à : Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

    Ecoutez c’est bien Gilbert Diendere qui etait le chef operationnel des Gaspard et autres ; qui n’oseront faire des choses graves sans l’avis de leurs hierarchie. Pourquoi lui Diendere a fait enterre Dabo Boukary a po au lieu de le faire a Ouaga et informer la famille de l’etudiant. Ces gens etaient des Tueurs du systeme Blaise compaore et ses accolytes criminels. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 16:41, par MBAGOAMA En réponse à : Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

    C’est comme çà !!! Toutes les tueries ont surpris Guienguere. C’est la meme chose pour son patron Blaise compaoré qui vous dira qu’il dormait. Tous ces deux lascards ont choisi de fuir toute responsabilité quant aux assassinats qu’ils organisaient et commanditais. Ils sont toujours absents et sont toujours mis sous les faits accomplis. Souvenez-vous du procès TPR de la CEAO à OUAGA au temps de la Révolution MOUSSA NGOM et son accolyte (j’ai oublié le nom) avaient choisi de ne point répondre aux questions que les juges leur posaient. Ils étaient tous muets pendant le procès. Et c’est çà qui a rendu le procès presque mal exécuté. Je crois que c’est partant de là que nos deux hauts criminels ont choisi de fuir leur responsabilités. Mais quand un enfant commet un crime dehors à l’insu de ses parents et pour le bonheur de ces derniers et que par dessus tout il n’ y a pas de reproches ni de sanction c’est que c’est voulu par les parents. Arretez de nous mener en bateau. Vous etes les commanditaires de tous ces meurtres. MBAGOAMA

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 21:02, par Cris En réponse à : Burkina : Ce que le général Gilbert Diendéré sait de l’assassinat de Dabo Boukary

    Des manipulateurs, des calculateurs, des menteurs, voilà le titre de général, il ne savait pas que ce jour allait arriver, pauvre ignorant

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Affaire Dabo Boukary : Gilbert Diendéré condamné à 20 ans de prison ferme
Affaire Dabo Boukary, l’étudiant tué au Conseil en 1990 : Justice pour un héros de la jeunesse
Burkina/Affaire Dabo Boukary : Sept ans ferme pour le Gal Diendéré, dix ans pour Bamba et prison à vie pour Yougbaré (réquisitoire du Parquet)
Affaire Dabo Boukary : "Il y a des absents, des décès mais on a bon espoir", foi du Dr Séni Kouanda (camarade du défunt)
Dossier assassinat de Dabo Boukary : Les trois choses faites par Gilbert Diendéré, selon Me Abdoul Latif Dabo
Affaire Dabo Boukary : « J’ai vu que les politiques ont, en filigrane, joué un rôle très obscur. Mais aucun civil n’a été inculpé » (regrette Me Sombié)
Burkina : Troisième et dernier jour du procès Dabo Boukary, course contre la montre !
Réaction du Gal Diendéré à la digression d’un avocat : « Lui, il est au Sénégal, moi, je suis au Burkina... »
Burkina/Procès Dabo Boukary : Les témoins se succèdent à la barre, certains disent ne « rien savoir »
Burkina : Pourquoi Diendéré a enterré Dabo Boukary à Pô plutôt qu’à Ouagadougou ?
Burkina : Le procès Dabo Boukary et l’état piteux de la sonorisation
Affaire Dabo Boukary : L’accusé Mamadou Bamba plaide non-coupable
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés