LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Drame de Sapouy : « Le peuple est déterminé à obtenir vérité et justice pour Norbert Zongo », selon Chryzogone Zougmoré

Lefaso.net

Publié le lundi 13 décembre 2021 à 23h50min

PARTAGER :                          
Drame de Sapouy : « Le peuple est déterminé à obtenir vérité et justice pour Norbert Zongo », selon Chryzogone Zougmoré

Le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) ont tenu, ce lundi 13 décembre 2021 à la Place de la nation, un meeting à la faveur du 23e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo et ses trois compagnons de route.

L’assassinat du journaliste Norbert Zongo et de ses compagnons d’infortune n’est pas un dossier oublié 23 années après. A la suite des dépôts de gerbes tôt dans la matinée de ce lundi 13 décembre 2021, la foule a convergé vers la Place de la nation où un dispositif a été mis en place pour un meeting.

Dès notre arrivée, aux environs de 9 heures 30 mn, des jeunes, vieux, et femmes épris de justice avaient déjà investi les lieux. Ils scandaient des slogans tels que « mobilisation et lutte », « vérité et justice pour Norbert Zongo et ses compagnons », « non et non au terrorisme », « non aux intimidations et aux menaces contre les honnêtes citoyens » (...). Des artistes musiciens, dont Almamy KJ, ont tenu l’assistance en haleine avant le début des interventions.

Alemany en pleine prestation

Cela fait, la coordination nationale du CODMPP et de la CCVC, à travers la voix de Chryzogone Zougmoré, a rappelé les conditions de ce drame.
« 13 décembre 1998 -13 décembre 2021. Cela fait exactement 23 ans que Norbert Zongo, Ernest Yembi Zongo, Blaise Ilboudo et Abdoulaye Nikiéma dit Ablassé ont été criblés de balles et carbonisés sur la route de Sapouy », déclarent les organisateurs du meeting, ajoutant que « tous les patriotes du monde entier se battent avec courage et détermination pour exiger la vérité et la justice sur ces crimes odieux. »

Les participants lors du meeting

Le président du MBDHP, Chryzogone Zougmoré, n’occulte pas la situation sécuritaire ambiante actuellement dans le pays. Ainsi, dit-il, la crise multidimensionnelle que vit le Burkina Faso depuis 1998 a atteint un nouveau palier qui met à nu l’incapacité du pouvoir à apporter des solutions salvatrices à même d’impulser une dynamique positive à la hauteur des attentes des populations de nos villes et campagne. Il a également profité de ce meeting pour passer en revue le taux de corruption au Burkina Faso. Pour ses compagnons et lui rassemblés pour la circonstance, l’opération mains propres annoncée par le président du Faso ne suffit pas car dit-il, il y a eu « assez de paroles, on veut des actes ». Au-delà de Norbert Zongo et ses compagnons, un hommage a été rendu aux soldats et aux volontaires pour la défense de la patrie (VDP).

Nous devons nous mobiliser pour apporter la réplique aux veillétés de restrictions des libertés, dixit Chrysogone Zougmoré

Tout en exprimant leur compassion aux nombreuses victimes du terrorisme, les organisateurs de ce meeting, à travers la voix de Chryzogone Zougmoré, ont présenté aux familles éplorées, leurs condoléances et souhaité un prompt rétablissement aux blessés. « Le drame d’Inata a bouleversé les consciences et créé un vif émoi au sein de l’opinion et traduit la mal gouvernance au sein de l’armée », affirment-t-ils. Ils vont ensuite demander que les responsabilités soient impérativement situées et que toutes les conséquences soient tirées.

Des atteintes graves aux droits des citoyens sur le plan de la liberté sont constatées. M Zougmoré citera, entre autres, le répression de la marche de l’Unité d’action populaire du 16 septembre 2019 destinée à soutenir les forces de défenses et de sécurité (FDS) et à dénoncer la présence de forces militaires étrangères sur le sol burkinabè. Il a également mentionné l’interdiction abusive de la marche du 27 novembre 2021 et la répression qui s’en est suivie. « Nous devons mener le combat contre de telles tendances et pratiques fascisantes », défend-t-il.

Pour les membres de la CCVC et CODMPP, des victoires ont été arrachées après 23 années de lutte acharnée, malgré de multiples tentatives d’étouffer et d’enterrer le dossier Norbert Zongo et compagnons. Ils promettent de poursuivre la lutte afin de débarrasser, à terme, le pays du « sinistre phénomène de l’impunité qui constitue une véritable gangrène pour notre société ». Pour terminer, ils ont rappelé aux participants que, « tôt ou tard, le peuple debout et déterminé obtiendra vérité et justice pour Norbert Zongo et ses compagnons ».

Inocent H. Alloukoutoui (stagiaire)
Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Quand je dis que les êtres humains sont pathétiques !!!!!!
    Les terroristes vous terrorisent à longueur de journée ;
    Les écoles se ferment de jour en jour ;
    Le Faso perd de plus en plus sont territoire ;
    Des FDS sont tués chaque jour ;
    Et vous.....c’est quelqu’un qu’on a tué depuis 23 ans qui vous intéresse. Voyez....le problème de l’africain ????
    Croyez-vous vois que Norbert et Sankara soient les seuls burkinabes tués injustement ???
    Et les gendarmes de Inata ??? J’imagine que vous aller lutter le restant de vos jours pour obtenir justice.
    Concentrons nous sur le gros problème que traverse ce pays.
    Une fois de plus... les êtres humains sont pathétiques

    • Et le procès Thomas Sankara en cours ? Fallait-il ne pas le tenir ou faudrait-il l’annuler parce qu’il y a des attaques terroristes et tout ce que vous racontez. Fallait juste un peu réfléchir avant de publier votre truc !

    • Mon cher ami, juste un peu de jugeote, de bon sens et d’intelligence. Il y a, aujourd’hui encore, des criminels nazis de la seconde guerre mondiale (39 - 45) qui continuent d’être recherchés pour être jugés.
      Or, il y a eu entre temps : grippe aviaire, Ebola, sida, COVID -19, Al caïda, Ben Laden, Inata...
      Et alors, vous dites quoi !?
      Et puis, cher ami, nous sommes en Afrique, et il n’est pas bon de se moquer du malheur des autres (les familles de Norbert Zongo et de ses compagnons), même sur les réseaux sociaux. Car tu ne sais pas ce que demain te réserve. À bon entendeur, ....!

    • @Yadega, quant on a rien à dire, on se tait tout simplement. Si vous pensez avoir affaire à des illettrés incultes dans Fasonet vous vous trompez vous même. Savez pendant combien d’années le nazi Claus Barbi a été traqué puis arrêté et jugé ?? Sûrement que non, ce que vous dites dans ce forum nous montre votre niveau de culture.

  • Bien qui à tenté d’empoisonner Norbert Zongo 2 semaines avant son assassinat lors de la réunion du MBDHP à Kaya ? il devait faire des révélations mais hélas ! donc attention la vérité va sortir un jour et les loups déguisé en agneaux seront démasqués.
    Non à l’instrumentalisation de la justice Paix pour les Burkinabè

    • Monsieur TENGA. Vous dites bien " tentative d’empoisonnement de Norbert Zongo lors d’une réunion du MBDHP à Kaya ? Confirmez-vous cela ?
      Si oui, vous ferez un excellent témoin lors du procès.
      Je lance ainsi un APPEL au MBDHP et au procureur, afin que cet individu qui se cache sous le pseudonyme de " TENGA", soit recherché (identifié par les services de la cybercriminalité) et auditionné.

  • Vous parlez de quel peuple ? Personnellement je ne suis pas ce peuple. Les hommes politiques sont responsables de la mort de Zongo. Vous les connaissez. L’agitation a trop duré. Permettez aux élèves et étudiants de suivre les cours. À trop ressasser le passé on devient ridicule.

  • Ceux qui t ont tué sont irresponsables Ils ne sont pas courageux.L autre qui est en france j me demande comment il fait pour payer ses avocats et vivre a bengué ? Travaillait il au faso ? Ah j oublais qu on l appelait le petit president Viens repondre devant la jistice francois compaoré. Je parie que ses tentacules existent toijours au pays.Allons seulement.

  • Ceux qui t ont tué sont irresponsables Ils ne sont pas courageux.L autre qui est en france j me demande comment il fait pour payer ses avocats et vivre a bengué ? Travaillait il au faso ? Ah j oublais qu on l appelait le petit president Viens repondre devant la jistice francois compaoré. Je parie que ses tentacules existent toijours au pays.Allons seulement.

  • Mon cher " Yadega "
    C’est l’impunité par rapport aux crimes de sang comme celui de Norbert ZONGO et d’autres burkinabè qui constitue une des raisons des problèmes actuels du Burkina.
    Tout en ayant un cœur pincé pour les victimes de INATA, cela est arrivé car l’injustice depuis plusieurs années est devenue la règle.
    Si la justice sanctionne d’une manière exemplaire les tueurs de THOMAS SANKARA, de Norbert ZONGO, du petit Flavien NEBIE et de ..................... Dieu seul sait, les terroristes penserons par deux fois et nos jeunes soldats, nos VDP et nos populations civiles ne mourront plus inutilement.

    C’est l’impunité qui cultive l’impunité.

  • A Yadega
    Pathétique ! c’est vous. Si les Crimes D’avant les crimes commis sur les SANKARA et HS avaient connu leur dénouement à travers les Institutions Républicaines à charges des dossiers nous saurions éviter ce qui nous arrive. C’est un petit feu qui Provoque le feu de Brousse. N’est pas ce que nous voyons ?
    Naba Yadega. Paix à leurs AMES. Que DIEU bonifie pour nous leur SACRIFICE.

    • Les avocats de François Compaoré gagneraient à faire identifier le Mr. TENGA. L’élément d’information qu’il donne ici est effectivement très intéressant. Il serait effectivement INDISPENSABLE qu’il éclaire la lenterne du juge d’instruction avec cette information précieuse qu’il détient. Très sérieusement.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique