Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Norbert Zongo • • samedi 31 juillet 2021 à 07h00min
Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

Selon une publication de Jeune Afrique, le Conseil d’État français a, ce vendredi 30 juillet 2021, validé le décret d’extradition de François Compaoré, présumé commanditaire de l’assassinat, en décembre 1998, du journaliste Norbert Zongo.

« Celui-ci (François Compaoré, ndlr) prend acte ; il est prêt à faire face, dans la dignité, l’honneur et avec responsabilité, à la justice burkinabé », rapportent les confrères de la réaction de ses avocats.

Toujours selon le média qui relaie les propos de la défense, François Compaoré « regrette » cette décision, assurant qu’il serait « exposé » à des « risques de torture, de traitements inhumains et dégradants » s’il était remis aux autorités burkinabé.

Si cette décision du Conseil d’Etat est un « grand » pas vers la lumière sur ce dossier qui a connu plusieurs rebondissements, elle n’épuise pas toutes les voies de recours. Ainsi apprend-on que ses avocats annoncent avoir saisi la Cour européenne des droits de l’Homme, « afin qu’elle face échec à l’extradition envisagée ».

Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 30 juillet à 14:15, par Pierre En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Ainsi !!!! le "Bourreau a peur même de l’ombre du couteau"

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 14:18, par ali baba En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Tres Bonne nouvelle, on s’en rejouit a coeur joie !!!

    Aiee Francois, vous avez si peur comme ca de votre pays !!! Il faut rentrer et afronter la realite, pourquoi avoir peur si vous n’avez rien a vius reprocher. Vous n’etes pas le 1er ni le dernier a etre juge par la Juctice du pays des hommes integres. La Juctice n’est pas mechante, elle est simplement JUSTE. Ta vie est elle superieure a celle des gens que vous avez avec votre frere kafcidenter tout au long de votre regne ???

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 14:31, par marie ouedraogo En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    La defense de FRANCOIS disent qu il sera exposé » à des « risques de torture, de traitements inhumains et dégradants » s’il était remis aux autorités burkinabé. N est pas le meme qui est soupconne d avoir commandite l assassinat de Norbert Zongo, Y a t il pire traitement inhumain et degradants que de tuer quelqu un et de le bruler. Quest ce qu il risquer seulement etre reconnu coupable et emprisonne , il ne sera pas execute ni brule. C’est le moindre mal si toute fois il est reconnu coupable.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 14:34, par Deafnot En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Mon ami vient faire face à la justice au lieu d’insulter l’intelligence des Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 14:36, par Ka En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    ’’’’’’« Celui-ci (François Compaoré, ndlr) prend acte ; il est prêt à faire face, dans la dignité, l’honneur et avec responsabilité, à la justice burkinabé », rapportent les confrères de la réaction de ses avocats.’’’’’’’’

    Monsieur François Compaoré, si tu coupes le tuyau d’alimentation à tes avocats alimentaires en France, et les dire de laisser tout tombé, tout le monde diront que tu as quelque chose sous le pantalon plus que ton frère. Car le Burkina a tourné la page de vos jugements expéditives suivis des exécutions à la sauvette. La preuve vivante est Gilbert Diendéré a la MACA qui assume, et les militaires voleurs d’armes.

    Les juges de l’air Compaoré ne sont plus là, car ceux de l’air Kaboré ont compris que ’’’le combat pour la justice est celui le plus difficile à mener, car, on ne se bat pas pour personne en particulier, mais pour que la JUSTICE soit pour TOUS (sans exception).’’’’

    Dans ton cas, la présomption d’innocence doit prévaloir. Car, la présomption d’innocence possède de nombreuses implications concrètes : Il s’agit tout d’abord d’un principe qui vient limiter la liberté d’expression, et qui autorise toute personne non encore condamnée mais présentée comme coupable, à obtenir une rectification publique. Surtout, la présomption d’innocence vient garantir au prévenu qu’en l’absence de démonstration probante par l’état de sa culpabilité, le doute devra nécessairement lui profiter. Le respect de la présomption d’innocence connaît néanmoins certaines exceptions, qui concernent la caractérisation de quelques rares infractions. (Par exemple, l’individu qui ne peut justifier des ressources correspondant à son train de vie, comme payer des milliards a des avocats sans avoir su travailler dans sa vie, que seulement un salaire de conseiller de son frère, sans oublié la supposition de commanditassions d’assassinat du valeureux Norbert Zongo. Et depuis, tu fais allègrement dans le virtuel, puisqu’on a échoué dans le monde réel. Comme ça, si on ne voit rien, on n’aura rien à se reprocher. Conclusion : La justice Burkinabé est le seul juge a décider de ton sort. Alors respecte ta parole en tant qu’un fils de l’honorable Bila Compaoré.

    Répondre à ce message

    • Le 30 juillet à 18:19, par caca En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

      Vieux Ka prendra son verre de champagne ce soir avec cette décision fallacieuse du Conseil d’état qui valide la mandat d’extradition de Monsieur François Compaoré. Cette décision était attendue pour le respect du droit individuel puisque un ambassadeur est envoyer à Ouagadougou pour faciliter cette extradition.

      Répondre à ce message

      • Le 31 juillet à 15:45, par Nabiiga En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

        @ Caca

        En quoi la décision d’extrader François est-elle fallacieuse ? Lorsque tu prétends que ‘la décision était attendue pour le respect du droit individuel puisque un ambassadeur est envoyer à Ouagadougou pour faciliter cette extradition’ qu’est-ce que tu veux dire au juste car n’ayant aucun rapport ?

        D’ailleurs, ce n’est pas une ‘décision d’extrader François’ mais un jugement rendu par une juridiction judiciaire autre que la nôtre après d’âpres arguments exhaustifs de la part de ses avocats devant des juges. Est ’décision d’extrader’ lorsque la décision est arbitraire sans que François n’ait eu aucun recours que ce soit pour se défendre en disant sa part de la vérité devant des compétences judiciaires. Cette chance-là, il l’a eue et s’en est servi au très grand maximum donc Caca, ce n’est pas une ’décision’ quelconque encore moins est-elle fallacieuse, mais bien le jugement d’une cour bien constituée qui a fait dire la loi.
        Comme si cela ne suffisait pas, tu t’enfonces dans la besogne en disant qu’un ambassadeur a été envoyé à Ouaga pour faciliter l’extradition. En quoi le déplacement d’un politicien français a-t-il à faire avec l’extradition de François ; extradition qui relève strictement de la compétence de la justice et non pas de l’exécutif ? Non seulement c’est archi faux, mais tu refuses de connaître la honte quand tu racontes des histoires publiquement qui n’ont aucun fondement. En France comme au Burkina, il y a la séparation des pouvoirs. C’est un jugement de la cour ; une cour qui a eu la latitude d’écouter, d’entendre, et de lire tout ce qui a été présenté devant elle par l’État Burkinabè d’un côté, et les avocats de ton idole sanguinaire François de l’autre côté. Pour ta gouverne, c’est suite à tout cela que le jugement a été rendu. Ce n’est point du tout une ‘décision’, mais un jugement. Ne les confond pas les deux délibérément car on sait combien t’es manipulateur.


        Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 15:30, par changeons En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Grand merci à la France qui a cette fois refusé d’héberger ce supposé criminel. Qu’il revienne répondre de ses actes devant la justice burkinabé. S’il est coupable, qu’il soit puni selon la loi et dans la dignité. Quand les avocats de sieur François disent qu’il sera torturé s’il revenait dans son pays, c’est une façon de dire déjà qu’il est coupable et sera condamné. Au moins, lui s’il est condamné, il ne connaitra pas le même sort que Norbert Zongo : Tué et brûlé. Il me manque des mots pour qualifier ce genre de crime. Sieur François pensait que l’argent amassé pouvait le sauver, mais hélas, il est transformé en colis recommandé pour envoyé au Burkina. Tout ce qui fait sur terre se paie sur terre avant d’aller au paradis ou à l’enfer. j’espère que ce monsieur François goutera les flammes de l’enfer comme Norbert a gouté aux flammes des fusils de la compaorose avant d’aller au paradis.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 15:31, par LUI En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Mais qui a fait brûler le le dos de David Ouédraogo ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 15:42, par ACHILLE DE TAPSOBA En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    HOMMAGE aux MARTYRS du 30, 31 Octobre 2014 et du 15, 16 Septembre 2015

    Excellent pour cette bonne nouvelle. Super. Mon cher frère François je vous ai dit sans cesse que vous ne serez pas visiblement heureux depuis la mort du GRAND NORBERT ZONGO. Vous avez transformé ce journaliste en 5 kg de poudre avec les armes achetées par l’argent du BRAVE PEUPLE car le pouvoir criminel de votre frère Blaise le pyromane avait l’art de faire disparaître tous les obstacles à son pouvoir à vie. Tout se paie d’une manière ou d’une autre manière. Même si vous échappez à la justice des hommes (BURKINA) le jugement du SEIGNEUR vous conduira à l’enfer direct en contrepartie des vies innocentes que vous avez cruellement fauchées( NORBERT et ses 3 compagnons). Socialement vos enfants ne seront jamais malheureux quand nous les verrons nous les traiterons les enfants du criminel ou les enfants du grand boucher du BURKINA.

    Quel mal le GRAND NORBERT a fait-il pour que vous otez sa vie ? Absolument rien

    Cher François de vous à moi je vous conseille singulièrement de rejoindre Ouagadougou pour faire face à la justice. Chasser le naturel il revient manifestement au galop. Tes avocats escrocs veulent votre fortune mal acquise au prix du sang et de la malversation. Les sommes colossales que vous versez aux cyniques avocats pourraient servir à aider nos déplacés qui priereront pour que le SEIGNEUR transforme votre cœur de pierre en cœur d’amour une fois en prison. Blaise a beaucoup tué, Diendere la machine a tuer a beaucoup tué, Ange Djibril l’homme sans péché a tué. Vous avez tué. Ne trouvez-vous pas qu’il y a eu de morts au BURKINA sous votre règne cruel. La fuite n’est pas une solution durable. Vous avez eu le courage de tuer ayez tout naturellement le courage de venir répondre à la justice ne soyez pas un poltron comme Diendere qui a fui chez le nonce apostolique après son putsch le plus bête du monde. A l’aéroport de Ouaga je vous ferai un bon accueil pour ce courage de revenir. D’après nos frères ivoiriens, on se ”gobe” à l’aéroport à tout à l’heure. Très fraternellement de vous à moi.

    VIVE le GRAND MONUMENT AFRICAIN INOXYDABLE THOM SANK
    VIVE nos BRAVES FDS et nos VAILLANTS VOLONTAIRES.
    VIVE le BURKINA PAISIBLE EQUITABLE en JUSTICE et PROSPÈRE

    JUSTICE pour THOM SANK
    JUSTICE pour NORBERT ZONGO
    JUSTICE pour DAVID OUEDRAOGO
    JUSTICE pour BOUKARY DABO
    JUSTICE pour SALIFOU NEBIE
    Que le SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tant. Amen
    Paix et succès à tous les BURKINABÈS. Amen

    ACHILLE DE TAPSOBA(pur produit de THOM SANK et de NORBERT ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 15:42, par Zambo zambo En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Allah Akbar ! Allah Akbar !
    Allah Kabo ! Allah Kabo !
    Kyrié Elison ! Kyrié Elison !
    Wend la Mita ! Wend la Mita !

    Quelque soit l’épaisseur de l’ombre de la nuit il fera jour et le soleil illuminera la cité.

    N’allons pas vite en besogne, François est un simple suspect mais qui affiche sa culpabilité en voulant fuir la justice de son Pays d’origine.

    Rappelons nous qu’avant son interpellation en France il s’était fendu d’une interview arrogante à Jeune Afrique sur le fait qu’il n’était pas inquiété et qu’il se baladait comme il voulait partout.

    Il n’avait pas osé dire qu’il contournait le Burkina qu’il a pourtant gouverné avec son frère, sa belle mère, son copain d’enfance et leurs complices comme leur case trucidant ceux qui étaient soupçonnés de les gêner.
    Le Petit Président était tout puissant omniscient et omnipotent pendant ce règne.

    Rien n’ai jamais définitivement acquis dans cette vie ici bas. Après avoir régné pendant 27 ans et amassé des richesses on avait encore fin et surtout on avait un appétit du pouvoir t le "petit journaliste " de Norbert Zongo voulait fouiner dans la vie tumultueuse du prince ; mal lui en pris ;

    Sauf qu’au Burkina il y a un Peuple digne, une jeunesse combative.
    François doit venir faire face à son destin. On va le mettre u frai à la MACO ou dans une prisons quelque part et il va s’expliquer. S’il est innocent il sera libre de s’installer à Ziniaré ou n’importe où au Burkina.

    Le avocats qui redoute un procès partial et qui qualifie notre pays de chaos ne seront pas la bienvenue à Ouagadougou à moins qu’ils ne retirent publiquement ces outrances faites à notre justice.

    Qui vivra verra.

    Maintenant les thuriféraires du CDP, de l’UNDD, de la CODER et leurs partisans peuvent commencer à marcher. La Justice sera juste et appropriée pour ces forfaits.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 15:46, par Alex En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Avant son arrestation, François Compaoré avait déclaré que si la justice de son pays avait besoin de lui, il irait répondre. Peu de temps après, il est arrêté. On veut lui faciliter le retour au pays en effectuant un voyage sans avoir à débourser un seul franc pour la volonté qu’il avait manifestée de répondre à la convocation de la justice. Où va-t-il chercher maintenant ces arguments farfelus du genre "on va me tuer, on va me torturer, on va m’enlever ma dignité..." ? Pendant 27 ans, ils ont construit leur justice qui leur paraissait juste. Normalement, il n’a rien à craindre. Derrière lui, la justice au pays s’est même améliorée. On ne plus faire quelqu’un et y a rien comme à leur temps. C’est donc une peur bleue ! Cher François, arrête de chercher des poux sur un crâne rasé. Rentre au pays et défends-toi si tu n’as rien à te reprocher. Si la justice touche à un seul de tes cheveux comme tu le penses, je serai de ceux qui seront les premiers à sortir dans les rues pour exiger le respect des tes droits humains.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 16:20, par Nabiiga En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Pour ma part, la famille Compaoré ( François et sa femme en l’occurrence) a tout à gagner en rentrant à Ouaga. Les psychologues mettent l’accent sur l’importance du sommeil au bon fonctionnement du corps humain. François manque cruellement le sommeil depuis très longtemps si bien que ce manque risque de lui causer des ennuis psychologiques. Une fois à Ouaga, dans sa cellule individuelle à la MACO, il pourra enfin bien dormir afin de rétablir son équilibre mental. C’est là où François gagnerait.

    Du côté de sa femme, elle pourra enfin ester en justice les quelques voyous (un poignet) qui ont jeté des pierres à partir de la rue contre des vitres de leur maison à Ouaga. Elle a menacé et juré depuis l’étranger de le faire à la moindre opportunité mais fut incapable de saisir la justice Burkinabè car étant à l’étranger. Voilà que l’opportunité qu’elle attendait impatiemment s’est finalement présentée à elle. Une fois à Ouaga, elle pourra enfin poursuivre ceux qu’elle croit avoir été vu en train de jeter des pierres contre leur maison. C’est contre la loi de jeter des pierres contre les maisons des gens. Elle aura sans doute gain de cause, j’en suis persuadé.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 17:14, par Le Duc du Yatenga Nouveau En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Burkinabé, le 13 Décembre de cette année 2021, les rues du Burkina doivent être comme en 1999, 2000 jusqu’à l’insurrection, fruit de la lutte du mouvement ’trop c’est trop’. Ne restez pas dans vos maisons, quittez momentanément les face book et les whatsap pour vous exprimer. Il y a des burkinabé dont la lutte se fait sur la toile. Le Duc vous invitent à sortir massivement pour magnifier tous les combattants de la liberté !!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 17:19, par lewang En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Mon cher Alex ; tu fais rire ; François sait ce qu’il a fait ! comme l’adage le dit ’il est difficile d’accepter nager dans la marre ou on a soit meme jete des epineux ! tant que les avocats n’auront pas fini tout le trésor de ce pauvre il n’acceptera jamais venir ! il prefere dormir comme un lievre avec un seul oeil fermé ! c’est déjà une prison pour moi cette situation

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 17:53, par ARMANDO En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Les COMPAORÉ ont compris qu’après Dieu ce n’est pas eux. Il n’y a pas d’hommes forts sur cette terre. Si François jure qu’un jour il va mourir est ce qu’il aura menti ? Maintenant attendons de voir que diront Ablasse et Eddie les inconditionnels des COMPAORÉ. Eux aussi finiront par accepter que les portes que Dieu ferme personne ne peut les ouvrir.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 18:18, par KABORE En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    A Ce Que je sache Monsieur Francois Compaore ne mettra jamais ses pieds au Burkina Faso. Son jugement Sera par continuance.
    Wait And Sea.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 18:19, par HUG En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    francois compaoré un homme recourageux affronte son destin il ne le fui pas. Vient repondre car on a besoin de savoir qui a tué et brulé norbert Zongo et ses compagnons d infortune.Libere ta conscience de ce fardeau. J espere que vous aavez une conscience.Ne cherche pas coute que coute a te soustraire a la justice de ce pays. Il se dit sur RFi que tes avocat feront recours a la justice europeenne des droits de l Homme car toutes tecarottes sont epuisées en france qui veut t extrader. Francois compaoré ou tire tu ces sommes colossales pour que les juges blancs acceptent de tout faire pour que tu fui la justice de ton pays ? Quelle profession occuoait tu quand tu etais au burkina faso ? Justice pour norber zongo et ses compagnons.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 20:03, par MyMy En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    - BON SANG DE BOIS... ! QUI N’A PAS ENCORE COMPRIS QUE LA DITE JUSTICE FRANCAISE SE MOQUE DU REGIME MPP ? SVP, GRANDISSEZ UN PEU.

    APRES LA CASSATION, C’EST LA JUSTICE DE L’UE QUI SERA SAISIE. APRES ELLE, C’EST CELLE DE L’ONU (qui donne un avis). LA PROBABILITÉ POUR QUE CELA REVIENNE EN 1ère INSTANCE EN FRANCE, EST TRÈS VOISINE DE 1.
    POURTANT, IL EXISTAIT UN MOYEN SIMPLE ET IMPARABLE POUR RAMENER M. FRANCOIS COMPAORE AU BURKINA-FASO. MAIS, LE POPULISME ET LE FOLKLORE ONT PRIS LE DESSUS.

    - UNE AUTRE DEMARCHE EXISTE (même si certains vont s’agiter) : IL FAUT DÉLOCALISER L’ÉVENTUEL PROCÈS DANS UN AUTRE PAYS.
    QUAND LES AVOCATS DE M. FRANCOIS COMPAORE VONT CITER FEU SALIF DIALLO, ET FAIRE COMPARAÎTRE ROCH KABORE, SIMON COMPAORE, BALA SANKANDE,... CERTAINS RIRONT JAUNE.

    - SENGHOR LE DISAIT SI BIEN : "HÉLÈNE EST RAISON, LE NEGRE EST EMOTION."

    Répondre à ce message

    • Le 30 juillet à 22:39, par Nabiiga En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

      @ MYMY

      Bonjour mon frère et ou soeur, forumiste. Tu vois, Fasonet donne l’opportunité à toute personne de se servir de son réseau pour s’exprimer librement sans contraint. Voilà tout ce qu’il peut faire pour le Burkina, rien de plus. Tu vois, même en ayant ce droit de t’exprimer, tu n’es pas obligé de t’exprimer si le sujet à débattre dépasse très largement tes compétence et/ou ta compréhension. Non, t’es pas obligé !!!! Il faut que saisisse ce conseil afin de ne plus t’exposer au ridicule. Toute personne qui te lit se pose des questions sur la capacité de comprendre l’enjeu en question. Vivement t’es pas obligé. De même, je vois que tu ne comprends pas le langage de l’internet. Lorsque tu écris en majuscule, c’est égale crier, t’acharner sur ceux qui te lisent ou même voient ce que tu écris. Ce sont des choses très basiques que moi, Nabiiga, me charge de t’informer entre compatriotes. Ah bon !

      Répondre à ce message

      • Le 31 juillet à 17:53, par MyMy En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

        - @Nabiiga, PITIE..., LAISSEZ-MOI TRANQUILLE SVP. LEFASONET NE VOUS APPARTIENT PAS. ALORS, LES MANIPULATIONS PSYCHOLOGIQUES, LES CHANTAGES, LES NÂFIGIYA, LES ENFANTILLAGES..., NE M’Y IMPLIQUEZ PAS. (Je ne mange chez aucun ploutocrate, incorrectement assimilé à "politicien" du Burkina-Faso. Je ne prends aucun centime avec aucune personne pour me transformer en vuvuzela d’un quelconque régime. Devant Dieu, la loi, et notre peuple, ma conscience est tranquille.) SI LEFASONET VOUS PERMET DE DIRE DES CHOSES, POURQUOI MOI, QUI SUIS BBÊ COMME VOUS, N’AURAIS-JE PAS LE DROIT DE DIRE CE QUE JE TROUVE JUSTE ET BIEN POUR NOTRE PAYS ?

        - VOUS NE COMPRENEZ TOUJOURS RIEN A LA POLITIQUE ÉTRANGÈRE D’UN PAYS COMME LA FRANCE. LA FRANCE EST UN PAYS QUI EST PRIS EN OTAGE PAR SES PIRES ENNEMIS. ET CE SONT CE SONT SES ENNEMIS QUI EXPLOITENT NOS PAYS, AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS, DEPUIS PLUSIEURS SIÈCLES. ((BIEN ENTENDU QUE CE PEUPLE EST TENU EN LAISSE, DE SORTE QUE LES MIETTES QU’IL GAGNE PEUVENT LUI EN ÊTRE RETIRES A TOUT MOMENT. DE PLUS, IL EST CONSTAMMENT ENFUMÉ, EMBROUILLÉ INFANTILISÉ.))

        LE MPP VEUT-IL RÉELLEMENT RAMENER M. FRANçOIS C. (qui est devenu une monnaie d’échanges et d’intérêts géopolitiques) A OUAGA ? LA SOLUTION NE SE TROUVE PAS EN FRANCE. UN SIMPLE APPEL TÉLÉPHONIQUE AU BON INTERLOCUTEUR, ET LA POLICE FRANCAISE LE RAMÈNE A OUAGA DANS LA MÊME SEMAINE. (Le reste, c’est du bruit.) MAIS, EST-CE LE MPP POURRA PAYER LE PRIX ? CERTAINEMENT, OUI. MAIS, COMME CA SERA SUR LE DOS DU PEUPLE BBÊ, EST-CE LE PEUPLE DEJA MARTYRISÉ, VA ACCEPTER ? LA RÉPONSE EST NON. EST-CE QUE LES DIRIGEANTS DU REGIME ACTUEL, VEULENT RÉELLEMENT QUE M. FRANçOIS C. DISENT TOUTES LES VÉRITÉS (AVEC ENREGISTREMENTS VOCAUX AUTHENTIQUES), EN CE QUI CONCERNE L’HOLOCAUSTE (sacrifice rituel par le feu) DONT NOS FRÈRES NORBERT ZONGO ET ALL., ONT ÉTÉ VICTIMES ? LA RÉPONSE EST NON. TANT QUE CE REGIME SERA EN PLACE, IL EST PLUS QUE PROBABLE QUE M. FRANçOIS C. SOIT "ENFERMÉ DEHORS, HORS DU BF." Continuez de dormir les yeux ouverts... Bon dodo à vous.

        - JE NE VEUX PAS VOUS OFFUSQUER. MAIS SACHEZ QUE JE NE LIS PLUS VOS MESSAGES DEPUIS TRÈS LONGTEMPS. IL Y A AUSSI CEUX DES THÉORICIENS "DES CRITIQUES FONDÉES", "DES ANALYSES QUI ROUGISSENT LES YEUX, DES BLABLABLA... MAIS QUI NE LES CASSENT..." ETC. ((JE DIS TOUJOURS A AUTRUI DE LIRE POUR APPRENDRE LA SCIENCE ET S’ÉMANCIPER ; PAS POUR DEVENIR UN ABRUTI.))
        EN EFFET, A LA NOTION DE POINT DE VUE PERSONNEL ET AUTRES FRUSTRATIONS PROVENANT DE LEURS PROPRES VÉCUS, CERTAINS, NE COMPRENANT DEJA PAS CE QU’ILS ÉCRIVENT, FONT CROIRE QU’IL S’AGIT D’ANALYSES, DE COMMENTAIRES, DE RÉSUMÉ... THÉMATIQUES SCOLAIRES/ACADÉMIQUES. CONCRÈTEMENT, ILS ALIGNENT DES CONNERIES VIA DES MOTS IMPRODUCTIFS QUI NE FONT QUE DU MAL A NOS ÉLÈVES ET ETUDIANTS QUI LES LISENT.

        UN INTELLECTUEL EST CELUI-LA QUI EST SÉRIEUSEMENT INSTRUIT ET HONNÊTE. ET QUAND ON EST HONNÊTE, QUAND ON A PEUR DE DIEU..., IL Y A DES CHOSES QU’ON NE FAIT PAS.
        TROUVEZ-MOI UN SEUL INTELLECTUEL AU SEIN DU MPP ET ASSIMILES ; ET COMBIEN DANS LA CLASSE POLITIQUE AU FASO ? COMBIEN UTILISENT LEURS INSTRUCTIONS/SAVOIRS/CONNAISSANCES..., RÉELLEMENT AU SERVICE DE NOTRE PAYS ? ((Vous avez vu l’aille de pigeon que M. Zéphirin Diabré a fait au peuple du Burkina ? Qui a déclenché tout ce bord...l sanglant au BF en 2014 ? Quelle solution a-t-il apporté depuis lors ?)) NE ME DEMANDEZ PAS DE LANCER DES FLEURS A CES GENS-LA, QUI MANGENT MES IMPÔTS PENDANT CE MÊME TEMPS.

        - IL Y A DES GENS VIA LE PAYSAGE VIRTUEL, QUI SONT PRÊTS A METTRE LE BF A FEU ET A SANG CAR ILS REMPLISSENT LEUR ESTOMAC GRACE AUX ÉNORMITÉS DE M. ROCH KABORE. POURTANT, TOUT CE QUE LE MPP LEUR DONNE POUR LEUR TUBE DIGESTIF, COMPTES BANCAIRES CLANDESTINS..., PROVIENT DE LEURS PROPRES IMPÔTS. ENTRE LE PEUPLE DU BURKINA ET DES INDIVIDUS MALINTENTIONNÉS , JE CHOISI MON PEUPLE.
        JE DIS, ET LES FAITS CORROBORENT : M. ROCH KABORE EST LA PIRE CHOSE QUI POUVAIT ARRIVER A NOTRE PAYS APRES OCTOBRE 2014. LE DIRE, EST UN ACTE PATRIOTIQUE. VOUS VOULEZ UNE PREUVE RÉCENTE ?

        IL Y A PEU, M. CHRISTOPHE DABIRE A ÉTÉ EN CÔTE D’IVOIRE POUR 2 OU 3 JOURS DE TRAVAIL ÉTATIQUE. IL S’Y EST INSPIRÉ EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME. IL VEUT L’APPLIQUER MAINTENANT AUX FDS DU BURKINA-FASO. (Et il va échouer.) IL SE TROUVE QUE DEPUIS ENVIRON 2018-2019, LA CÔTE D’IVOIRE S’INSPIRE DIRECTEMENT DE PROPOSITIONS FAITES PAR DES BBÊ AU REGIME MMP-KABORE DèS LES PREMIERS TEMPS LOCAUX DU TERRORISME. CE REGIME A CATASTROPHES INDUSTRIELLES CONTRE LE PEUPLE DU BF, REJETTE QUASI-SYSTÉMATIQUEMENT TOUTES CES PROPOSITIONS DE LUTTE ANTI-TERRORISTE QUI LUI SONT FAITES PAR NOS COMPATRIOTES. (LE REGIME MPP FAIT CELA, CAR IL N’Y A PAS D’ARGENT A Y PILLER (pour aller cacher au Canada, en Suisse, au Qatar, au Sénégal, en Côte d’Ivoire...) IL ATTEND DONC QUE LA CÔTE D’IVOIRE S’EN APPROPRIE, POUR ENSUITE ALLER MENDIER UNE ILLUSION DE SÉCURITÉ. ((LE CRIME DE HAUTE TRAHISON EST-IL AUSSI Là ?)) EST-CE QU’UN ÂNE, ICI, N’ALLAIT PAS FAIRE MIEUX POUR PROTÉGER SES PETITS ?

        - JE NE VOUS LIRAI PAS. JE NE VOUS RÉPONDRAI PLUS. JE N’AI PAS LES ENERGIES ET LE TEMPS.

        - BON WEEKEND A VOUS, ET A TOUS CEUX QUE VOUS AIMEZ.

        Répondre à ce message

        • Le 1er août à 10:20, par Ka En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

          MyMy : Ta manipulation de jouer l’agneau et le loup dans ce forum depuis que ton Dieu a perdu le pouvoir, montre ton ignorance. ’’’’Je suis un entrepreneur à BOBO, cher collègue quand tu parles d’un médecin, et utiliser des pseudos des autres qui est ta sauce, ou écrire en majuscule et minuscule, de Sapience a Vision, visionnaire, Kaka, AKA. Kà, Kayouré, Yel…hie, Amoless black power, et des centaines de pseudos, tu peux en changer des millions, tu seras toujours reconnu : Car, un chien ne change jamais sa manière de s’asseoir. Et je te demande de relire tes écris en les analysant, tu verras que tu portes fièrement ton titre de minables manipulateur, et l’histoire du forum de Lefaso.net retiendra de toi qu’un vulgaire sicaire ta véritable identité. Et à chaque fois que tu le tronqueras contre un autre titre comme ici, dont tu veux manipuler les honnêtes internautes, nous serons là pour te le rappeler comme les Nazis à qui tu s’apparentes plus. La seule solution pour toi dans ce Forum, c’est d’arrêter de prêcher dans le désert, car tu ne peux porter aucun masque pour tromper qui que ça soit.

          Répondre à ce message

  • Le 30 juillet à 20:16, par Sheikhy En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Du temps perdu et qui se perd encore pour rien. Si il avait accepté depuis le début, on serait passé à autre chose. Risques de tortures et de traitements dégradants. François Compaoré... svp..
    au Faso ici et en 2021, ce n’est plus ce que vous faisiez avant. On est passé à autre chose. On gère les djihadistes que vous avez couvés. Eux doivent s’inquiéter si on les attrape. Il semble que le Golf et les autres vont à l’église régulièrement et tranquillement depuis longtemps. LAT est là, Jerôme est devenu mpp, ABY est député, on ne sait ou est Soungalo O., Hyacinthe a détalé depuis et lui seul sait pourquoi etc, etc.
    A votre temps, ce n’était pas ainsi. Il faut venir avec ton frère on va régler nos problèmes en garçons burkinabé sans les blancs. Si vous voulez, on va vous escorter pour aller aux audiences et revenir

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 08:00, par Ka En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Caca : je voudrai ici vous dire, toi et MyMy, l’internaute aux multiples pseudos qui bernent les internautes de bonne foi, que personne au Burkina n’ouvrira une bouteille de champagne pour fêter le retour d’un criminel en puissance, surtout pas la famille Zongo, tant que François Compaoré n’est pas au fond d’une cellule au Burkina.

    Le jour où les Burkinabé ont lu ces lignes, ’’’’’’’’’’’’Considérant que la demande d’extradition est ainsi rédigée : "Je soussigné Emile ZERBO, juge d’instruction en charge du cabinet n° 4 du Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou, Burkina Faso, a l’honneur de requérir l’autorité compétente de la République française en vertu de l’accord de coopération en matière de justice du 24 avril 1961, pour l’extradition de COMPAORE Paul François, de nationalités burkinabé et ivoirienne vers le Burkina Faso. COMPAORE Paul François, né le 11 janvier 1954 à Ouagadougou de COMPAORE B. Maurice et de BOUGOUMA Thérèse marié à Salah COMPAORE née OUEDRAOGO ayant un domicile en France a été interpellé à l’aéroport Roissy Charles DE GAULLE, ce 29 octobre 2017 à 6h 45 mn en exécution d’un mandat d’arrêt délivré contre lui le 5 mai 2017.
    COMPAORE Paul François doit répondre des faits d’incitation à assassinats qui sont prévus et punis par les articles 69, 318, 319,320, 324 et 347 du code pénal Burkinabé,’’’’’’’’’’’’’’’’’ caca, toi et le minable illettré MyMy qui ne sait pas écrire qu’avec des lettres majuscules, ce jour-là, le monde entier a compris que la justice Burkinabé a tourné la page de celle de Blaise Compaoré et veut justifier sa crédibilité auprès de son peuple.

    Car, tout se paye dans ce bas monde, surtout qu’un dimanche du 13 décembre 1998, aux environs de 16 heures, le Commissariat de police de Sapouy était avisé par des usagers de la route Léo-Sapouy-Ouagadougou de ce qu’un véhicule de marque Toyota de type Land Cruiser 4x4 immatriculé Il J 6485 BF immobilisé à environ sept (07) kilomètres de la sortie sud de Sapouy en direction de Léo était en feu et qu’une personne gravement blessée gisait sur le côté gauche du véhicule.

    Les agents de police se transportaient alors sur les lieux pour constater les faits. Le procès-verbal dressé par eux indiquait, qu’en dehors du corps qui gisait à côté du véhicule, il y avait trois autres corps calcinés dans ledit véhicule.

    L’enquête de police ouverte à la suite de ces faits permettait d’identifier le véhicule et ses occupants. Il s’agissait de Abdoulaye NJKIEMA dit Ablassé, de Ernest Yembi ZONGO, de Blaise ILBOUDO et de Norbert Zongo. C’est le moment que les assassins payent leurs crimes.

    Caca, en 2021, le nouveau patron de la sécurité de l’époque qui était Djibril Bassolé, ne sera plus là pour se jeter à l’eau et arrêter d’autres personnes jusqu’à les raser les têtes et montrer à la télé pour sauver les assassins de Norbert Zongo.

    Blaise Compaoré n’est plus là avec sa politique de cul-de-sac suivi des traitements humiliants comme a subi Maitre Halidou Ouédraogo et autres pour leurs luttes contre l’impunité.

    Que François Compaoré soit extradé ou pas, la justice Burkinabé a déjà montrer ses preuves. Et je crois que la famille de Norbert Zongo et de David Ouédraogo se sont déjà soulagée de savoir que Blaise Compaoré et son frère ont peur de la nouvelle justice Burkinabé, et ne veulent pas mettre pieds dans le pays qui les a tout donné.

    Répondre à ce message

    • Le 1er août à 19:43, par caca En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

      Vieux Ka, Je pense que tu vas bien et que ce matin ta prière de foi est montée vers le créateur pour obtenir miséricorde.
      J’ai eu un weekend de mariage et je ne pouvais de te répondre concernant l’accord du Conseil d’Etat Français d’extrader Mr François Compaoré au Burkina pour une justice burkinabé taillée sur mesure. Cette décision historique dans une coopération vielle entre la France et le Burkina mérite d’être saluer à sa juste valeur. Quand on sait que la France sous-estime les pays africains. Disons que la France impérialiste joue toujours du père donneur de leçon et la France fraternelle qui veut être la belle femme à séduire. J’ai dû comprendre que votre joie est écourtée car la saisie de la cour européenne suspend provisoirement l’accord d’extrader rapidement Mr François Compaoré au Burkina. Que comprenez vous par là quand on sait la réalité des justices africaines et notamment celle du Burkina où les règles de compte sont les premières motivations. La France accepte la suspension pour permettre Mr François Compaoré d’obtenir réparation auprès de la Cour européenne. Quand, je vous lis, la culpabilité est déjà établie par la justice française. Beaucoup d’entre vous voient cette justice française parfaite.
      Je me pose des questions, pourquoi la France n’a voulue extradée Mr François Compaoré au soir du 30 juillet 2021 ?

      Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 11:14, par Dedegueba Sanon En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Bizarrement, la décision du conseil d’état français de ne pas s’opposer à l’extradition de Moukila, me laisse mi figue mi raisin. Le parcours fut très long trop long pour aboutir à ce résultat. Et on parle encore de saisir la cour européenne des droits de l’homme.
    Tom Sank avait raison, le droit est un droit bourgeois. Si c’est Nobila de Tanguin qui était en cause, depuis longtemps ses os auront blanchi sous terre.... Pourquoi diantre François devrait-il craindre les tortures ? En envoyant son chauffeur David au sinistre conseil c’était sans doute pour le carresser ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 11:28, par citoyen Lambda En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Une chanteuse malienne disait ceci dans une de ses chansons.
    " En toute chose, il faut craindre ta fin . Si Dieu te donne deux choses que sont l’Argent et le Pouvoir ,si tu t’en sert pour faire le mal aux autres ,sache que tu termineras mal aussi ".
    On ne peut pas, ne pas croire à cette prophétie . Regardez comment tous ces grands du monde qui avaient droit de vie et de mort sur leurs compatriotes ont terminé leur vie sur terre : SADAM HUSSEIN, KADAFI, Hussein HABRE,YAYA DJAMEY,MOBUTU, BEN ALI ,etc et la liste est longue .
    Chez nous même ,à commencer par l’ex grand sachem BLAISE COMPAORE ,ses hommes de main que sont les DIENDERE ,YACHINTE,la belle -mère nationale GANDO,etc. Et maintenant voilà la descente aux enfers du petit président François COMPAORE qui était plus président, que le président Blaise COMPAORE car parait-il c’est lui qui arrêtait en dernier ressort la liste des membres du gouvernement et donnait son onction à la nomination des grands DG des sociétés d’État juteux . Il y a des moments ,où il vaut mieux mourir que de vivre une pareille déchéance humiliante . Je n’aimerais pas être à la place des enfants de François COMPAORE .
    Malheureusement, hélas malgré tous les exemples ci -dessus cités qui devaient faire réfléchir il y a encore des gens dans ce pays et dans le système actuel ,qui aiment abuser de leur position au sein de la haute sphère étatique ,pour se livrer à des abus ,des injustices ,des affaires nauséabondes ,à la corruption à outrance et bien d’autres actes délictueux et immorales de mal gouvernance . Ces gens sont tellement assurées de leurs arrières puissants , de l’impunité ,qu’elles ne craignent rien s’ils ne s’illustrent pas par l’arrogance ,le mépris des autres ,l’irrespect ,et l’insouciance par rapport aux souffrances des populations de certaines parties du pays . Comme le dit quelqu’un AYI OUAH . Allons seulement . Qui vivra verra !

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 12:10, par kongoussi biiga En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Les français ont fini avec l’argent de François Compaoré et ils sont train de vouloir l’amené maintenant ? acceptons que les Blanc sont intelligent

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 14:47, par Dedegueba Sanon En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    J’espère juste que ce n’est pas une entourloupe française ? Que cache le "lâchage de François" justement maintenant ? Est-ce le prix que Blaise doit payer pour réussir son retour au Burkina, via ce ministère bidon de la réconciliation ? Dans ce cas quelle garantie lui a t-on donné pour que François s’en tire en y laissant peu de plumes ? Parce que si Blaise a refusé hier de livrer son frère, pour qu’il le fasse aujourd’hui, c’est que forcément il y a un arrangement ou compromis. De toute façon, comme il y a encore un recours possible, le procès n’est toujours pas pour demain.
    C’est même curieux, que la clé d’une affaire judiciaire ivoiroburkinabè ou burkinabè ivoirienne, aille se retrouver dans des mains européennes ???

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 16:10, par sanou paul En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Bonsoir
    Pourquoi farcois Compaoré a peut d affronter la justice burkinabé.
    C’est la justice que lui et son frère ont laissé.
    C’est la justice que farcois et bilaise ont entretenu soutenu formé et soutenu durant 27 ans.
    Reviens c’est votre appareil judiciaire que vous avez entretenu pendant 27 ans

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 17:17, par AMADOU En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Ka vous avez tout dit.. Les COMPAORÉ ont compris qu’après Dieu ce n’est pas eux. Blaise est en prison depuis l’insurrection. François se balade à Paris avec un bracelet. En dehors des broutteurs qui va chez Blaise. Des milliards qui ne les servent pas. Caca ne pouvait pas s’imaginer ce scénario. Si les photos de Blaise qui tournent ne sont pas truquées ça fait pitié. Sauf HERMANN est heureux de le voir comme si étant a Abidjan il ne peut faire profiter de son expérience. Blaise Compaoré n’a jamais fait le front. C’est un profiteur pour s’enrichir. Aussi si ce n’est Gilbert Diendere aucun militaire n’est bien formé au FASO. En attendant on pressent le procès de Thomas SANKARA

    Répondre à ce message

  • Le 31 juillet à 20:51, par SANOU Bala Wenceslas En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Il y a un temps pour chaque chose :
    Un temps pour l’illusion,
    Un temps pour la désillusion ;
    Un temps pour le mensonge,
    Un temps pour la vérité ;
    Un temps pour faire tuer les autres,
    Un temps pour répondre des meurtres dont on est coupable.
    Ce qui importe, n’est-ce pas finalement oser un jour, faire face à soi-même, à son passé, aussi ténébreux et lugubre fut-il ?
    Affronter son passé lugubre peut aider à le faire passer pour enfin accéder à l’humanité qui vous grandit.
    Le ’petit président’ d’alors saura- t-il saisir cette opportunité pour redevenir humain ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er août à 11:00, par Ka En réponse à : Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré

    Mon ami internaute AMADOU : Merci de me lire : Ici je ne fais que dire la vérité : Il a donné sa parole, et il tient à sa parole : Voilà ce qu’il disait au début de son premier mandat présidentiel : Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a appelé dimanche Gaoua, à "rendre justice dans toutes les affaires sensibles", dont les dossiers de l’assassinat de Thomas Sankara, Norbert Zongo, du putsch manqué et de l’insurrection populaire, pour "aider le peuple à se réconcilier".

    Cher ami internaute AMADOU, ici, vu que le ministre de la réconciliation a ouvertement dit à Blaise Compaoré ‘’’’que s’il veut rentrer, il doit passer par la justice,’’’’’ le peuple Burkinabé a compris que la réconciliation n’est pas un projet de gouvernance et est vide de contenu.

    Parce que Blaise Compaoré ne rentre pas comme Hermann Yaméogo prétend, il n’y a pas réconciliation est une insulte au peuple Burkinabé qui lui a chassé du pouvoir.

    Aujourd’hui si François Compaoré a terminer sa course, celle de Blaise Compaoré est cloutée et pleine d’embuches, et a été compris par notre ministre de réconciliation par ce qu’il n’ y a aucun issu pour manipuler le peuple et le faire revenir au Burkina sans passé par la justice, surtout qu’il est dans le filet d’un Syndicat international comme cette publication de l’année dernière de Jack_Paramanga Activiste d’investigation indépendant (AII) : ’’’’’’’’’’’’’’’’’’’ Urgent ! L’histoire s’accélère sur les traces de Blaise COMPAORE. Un syndicat international des victimes de la guerre au Libéria, en Sierra-Leone, en Angola, en Côte d’Ivoire et au Mali serait en formation entre les victimes des différents pays endeuillés par l’ex-dictateur burkinabè. La plupart de ces victimes, qui jouiraient de la nationalité de pays occidentaux sont des veuves, des veufs, des orphelins, des blessés, et tiendraient à demander des comptes à celui dont le nom à été plusieurs fois cité dans les procès contre Charles Taylor, Prince Johnson et autres célèbres criminels de guerre (son nom figure aussi dans les rapports de l’ONU sur des trafics de drogue et de diamants). Certaines sphères du renseignement international le considéraient même comme le véritable cerveau d’une mafia sub-saharienne qui semait la terreur dans la sous-région et qui aurait donné naissance aujourd’hui aux différents groupes terroristes qui sévissent au nord et à l’est du Burkina. Ce syndicat international des victimes dont la création est en discussion dans un pays européen compte obtenir l’extradition de ce Chef de gang où qu’il soit pour répondre devant la justice internationale. Le projet serait même très avancé. Ils auraient déjà saisi un célèbre cabinet d’avocats pour les accompagner dans les procédures et tout au long de leur combat pour la justice et la vérité. La visite au Burkina du Président du Liberia aurait même été précipité au regard des attentes de ce syndicat international de victimes en gestation.. On comprend Par ailleurs, certains notent que la situation en Côte d’Ivoire ne le rassurerait plus. avec ADO énerverait de plus en plus une majorité d’ivoiriens, alors que le président ivoirien voudrait séduire davantage l’électorat du FPI Autant de soucis et de peurs qui ont fait maigrir l’homme dont le clan a pillé le Burkina pendant 27 ans. Une fin à la Mobutu se profile-t-il pour celui qui a pris le pouvoir en massacrant son frère et ami, Thomas Sankara ? #Jack_Paramanga Activiste d’investigation indépendant (AII).’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’ Cher ami internaute AMADOU, merci de me lire.

    Je profite de mon modeste commentaire souhaiter bonne fête de 1er Août à toutes et tous nos amis Helvètes au Burkina comme en Suisse, dont un m’invite avec mamie ce soir ici a Ouagadougou. A tous nos compatriotes résidents dans ce pays de paix et de neutralité incontournable, je leur dit Bonne fêtes, et qu’au Burkina la pluie tienne sa promesse pour une bonne récolte assurée cette année.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Affaire Norbert Zongo : Le Conseil d’État français autorise l’extradition de François Compaoré
Affaire Norbert Zongo : Les avocats de François Compaoré demandent au Conseil d’État français de transmettre au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité
Affaire Norbert Zongo : « Il n’est pas exclu qu’on revive un nouveau 13 décembre », avise Almamy KJ au regard du contexte actuel
Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte
22e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : L’extradition de François Compaoré exigée
Assassinat de Norbert Zongo et ses compagnons : 22 ans après, les Burkinabè toujours en quête de justice et de vérité
21e anniversaire du décès du journaliste Norbert Zongo : Les Burkinabè attendent toujours que justice lui soit rendue
Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré
Assassinat de Norbert Zongo : Des défenseurs des droits humains toujours déterminés pour la justice
Dossier Norbert Zongo : Le Balai citoyen exige l’extradition de François Compaoré
Assassinat de Norbert Zongo : Un 21e anniversaire sous le signe du « sursaut »
Lutte contre l’incivisme et la corruption : Norbert Zongo, un exemple de combat
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés