Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Norbert Zongo • LEFASO.NET • dimanche 13 décembre 2020 à 22h08min
Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte

En attendant de manifester leur mécontentement sur la place publique et réclamer vérité et justice pour Norbert Zongo et ses compagnons d’infortune, assassinés le 13 décembre 1998, le Collectif des organisations démocratiques de masse et des partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) se sont rendus au cimetière municipal de l’arrondissement n°6 de Ouagadougou, tôt le matin du dimanche 13 décembre 2020, pour un dépôt de gerbes de fleurs sur leurs tombes. Ils y ont livré un message et promis poursuivre la lutte.

13 décembre 1998, 13 décembre 2020, voilà de cela 22 ans que Norbert Zongo, journaliste d’investigation, et ses trois compagnons d’infortune ont été "lâchement" assassinés. 22 années après, il est toujours attendu que Justice soit rendue pour que reposent à jamais leurs âmes. Le CODMPP et la CCVC ont procédé à un dépôt de gerbes, le dimanche 13 décembre 2020, sur les tombes de Norbert et ses compagnons.

« Je crois que c’est un acte qu’il faut perpétuer, jusqu’à ce que la vérité se fasse » a laissé entendre, le président de la CCVC, Chrysogone Zougmoré peu après le recueillement. Il informe, tout de même, que le dossier connait quelques avancées. « L’année dernière à la même période, nous annoncions que nous avions enregistré quelques avancées » a-t-il dit, précisant qu’il s’agissait de l’avis favorable qui avait été donné pour l’extradition de François Compaoré, principal accusé dans le dossier.

Chrysogone Zougmoré, président de la CCVC

Au-delà de l’avis favorable, il poursuit : « Nous avons enregistré au mois de mars 2020, la signature du décret d’extradition de François Compaoré par le gouvernement français. C’est un petit pas en plus. L’intéressé a formulé un ultime recours auprès du Conseil d’Etat français et nous attendons que le Conseil d’Etat français se prononce, afin que les choses puissent avancées ».

A l’intérieur du pays, Chrysogone Zougmoré signale également un nouvel état d’esprit qui se veut rassurant. « Il y a une ouverture d’esprit qui est là, mais qui ne nous empêche pas de poursuivre la mobilisation. Vous avez pu suivre le 5 décembre dernier le point de presse du procureur du Faso, près le tribunal de grande instance de Ouagadougou qui est revenu sur les différentes étapes de la procédure. C’est une première qu’il faut saluer à sa juste valeur et poursuivre la lutte, jusqu’à ce que la vérité et la justice se fassent autour de ce crime odieux » a-t-il renchéri.

Les tombes des martyrs de l’insurrection et du Putch de septembre 2015 ont également été visitées

A sa suite, Me Benewendé Stanislas Sankara a reconnu qu’il y a eu une instruction sérieuse en vue d’un procès équitable qui pourra respecter les normes et les standards internationaux. « Les choses quelque peu trainent, au regard de l’ampleur des crimes qui ont été commis. Un tel crime a certainement été planifié, élaboré avec des complices, pour que les exécutants puissent faire leurs basses besognes » a-t-il expliqué.

Pour le jugement du dossier, qui attend l’extradition de François Compaoré, Me Sankara pense que le dernier mot revient au juge d’instruction et non au gouvernement français. « De mon point de vue, si François Compaoré ne veut pas comparaitre, on peut passer outre et aller par la voie de contumace ». Cela est une possibilité, cependant pour que le dossier ait toute la sérénité, il aurait été plus sage que la demande d’extradition du Burkina Faso soit suivie d’effet, a-t-il relevé. Pour lui, il y a déjà une décision de justice qui a été rendue, il y a des accords de coopération entre le Burkina Faso et la France et de ce point de vue, il y a espoir que la France fasse diligence.

Me Stanislas Sankara, un des avocats du dossier

Les « vieux démons »

L’Association des journalistes du Burkina (AJB) a, dans son message livré par son président, Guézouma Sanogo, signifié que le crime de Sapouy a été perpétré dans l’ultime but de faire cesser les investigations de Norbert Zongo sur l’affaire David Ouédraogo, chauffeur de François Compaoré, « torturé à mort dans les locaux du tristement célèbre Conseil de l’Entente ».

Guézouma Sanogo, président de l’AJB, livrant son message

Alors que le pouvoir tentait de faire passer ce crime pour un banal accident de la circulation, tous ceux qui arrivaient sur le lieu du crime fumant y voyaient la signature du régime, a affirmé Guézouma Sanogo.
Depuis six ans, après l’insurrection populaire et la résistance "victorieuse" au coup d’Etat de septembre 2015, dit-il « nous avons des noms, des visages, pas encore de procès, pas de vérité, pas de justice. On nous a fait des promesses, des engagements ont été pris, mais toujours rien de concret ».

Au contraire, Guézouma Sanogo a déploré, le retour de ce qu’il a qualifié de « vieux démons » à travers des exécutions sommaires et extrajudiciaires, suscitées et alimentées par la stigmatisation de certaines communautés, la constitution d’escadrons de la mort procédant à des assassinats ciblés, des tentatives d’attentats à la vie de combattants de la liberté, des tentatives de musellement de milliers de travailleurs, etc. Il réitère la détermination de lui et de ses confrères à se battre sans relâche jusqu’à ce que la lumière soit faite sur les évènements tragiques du 13 décembre 1998.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 décembre 2020 à 09:13, par Kiriki En réponse à : Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte

    C’est là un geste énorme et sensé. Il nous rappelle Norbert ZONGO. Assassiné pour avoir dit la vérité. Je pense que c’est ce geste chaque année qui peut troubler le sommeil du commanditaire encore en promenade dans la nature. La justice des hommes aussi suit son cours. Mais le coupable paiera de toute façon. Dans ce monde ou dans un autre. S’il lui arrive d’avoir de remords, il n’a qu’à rechercher les enfants, la femme, les frères et soeurs de Norbert ZONGO. Pour leur demander pardon. Vous savez, quand j’étais bcp plus jeune jamais vraiment lire. Je me rappelé des propos et des écrits de certains a l’époque qui disaient que BLAISE comparé est un enfant béni. Précisément au moment du meurtre de NORBERT et de ses 04 compagnons.
    Je vous assure que je ne comprenais pas ces gens qui disaient ces choses. Blaise était donc béni parce qu’il n’y avait aucun homme ni aucune femme qui allait broncher. Même des hommes comme Papou n’ont pas pu broncher en son temps. Blaise et François ont tué et régner selon leur bon vouloir. Jusqu’à ce que la puanteur de leur mépris commença a empestée leur plus proches collaborateurs.
    Ces collaborateurs la sont encore là. Un Barry de la ceni a même mis son génie au service du maintien de ces personnes au pouvoir. 27 ans de collaboration avec des diables d’après eux. Mais vous vous avez quand même estimé que l’avenir su Burkinabé devrait être décidé encore par ces gens ?
    Personnellement, mon intelligence je ne rendrai jamais mon intelligence complice d’une telle lâcheté et d’une imposture de trop.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2020 à 10:52, par Pouyou En réponse à : Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte

    Je sui d’acord avec toi M. SANOGO. On nous flatte dans ce pays, et ils profitent de ca pour imposer la loi du silence avec la complicité de leurs partisans. Si on manifeste, ils pensent que c’est l’opposition. Un Burkina qui sait revendiquer des causes justes depuis longtemps est en train de perdre ses acquis democratiques

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2020 à 11:10, par Mogo En réponse à : Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte

    Vivement que ce dossier avance et que les coupables et leurs commanditaires soient traduits devant la justice. Par ailleurs, j’ai été profondément touché que notre site Lefaso.net ne fasse pas cas spécialement (a la UNE) du décès d’un digne fils qui s’est battu pour beaucoup de causes justes (surtout au niveau social), j’ai nommé le grand baobab Sekou Haïdara. Paix à son âme

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Affaire Norbert Zongo : Les avocats de François Compaoré demandent au Conseil d’État français de transmettre au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité
Affaire Norbert Zongo : « Il n’est pas exclu qu’on revive un nouveau 13 décembre », avise Almamy KJ au regard du contexte actuel
Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte
22e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : L’extradition de François Compaoré exigée
Assassinat de Norbert Zongo et ses compagnons : 22 ans après, les Burkinabè toujours en quête de justice et de vérité
21e anniversaire du décès du journaliste Norbert Zongo : Les Burkinabè attendent toujours que justice lui soit rendue
Dossier Norbert Zongo : Des journalistes demandent à la France la prise d’un décret pour l’extradition de François Compaoré
Assassinat de Norbert Zongo : Des défenseurs des droits humains toujours déterminés pour la justice
Dossier Norbert Zongo : Le Balai citoyen exige l’extradition de François Compaoré
Assassinat de Norbert Zongo : Un 21e anniversaire sous le signe du « sursaut »
Lutte contre l’incivisme et la corruption : Norbert Zongo, un exemple de combat
Assassinat du journaliste Norbert Zongo : 20 ans après, vérité et justice sont toujours attendues
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés