LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

22e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : L’extradition de François Compaoré exigée

LEFASO.NET

Publié le dimanche 13 décembre 2020 à 22h00min

PARTAGER :                          
22e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : L’extradition de François Compaoré exigée

Le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) ont tenu un meeting d’hommage pour le 22e anniversaire des assassinats de Norbert Zongo et ses trois compagnons d’infortune, ce dimanche 13 décembre 2020.

13 décembre 1998 - 13 décembre 2020. Cela fait 22 ans que le journaliste d’investigation Norbert Zongo et trois de ses compagnons ont été assassinés. C’est la Place de la nation, symbole de la lutte, qui a accueilli l’événement du jour. Après avoir déposés des gerbes de fleurs et s’être recueillis sur les tombes des disparus au cimetière municipal de Goughin, le message de l’anniversaire a été livré aux « camarades » venus pour la cause.

Le CODMPP et la CCVC ont invité la population à redoubler de vigilance face maux qui touchent le Burkina Faso

Le thème retenu pour cette année est : « Face aux tergiversations et obstacles dressés par les régimes successifs sur les dossiers pendants, poursuivons avec détermination, la lutte pour la vérité et la justice pour Norbert Zongo et ses compagnons et pour toutes victimes de crimes de sang ».


Lire aussi Commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo : Depuis le cimetière de Gounghin, le CODMPP et la CCVC renouvèlent leur détermination à poursuivre la lutte


Ce thème, à en croire le président du Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP), Chrysogone Zougmoré, appelle à la poursuite de la lutte pour la vérité et la justice pour toutes les victimes de sang. « Notre peuple exige et attend l’extradition de François Compaoré et le jugement de ces crimes lâches et odieux », a-t-il déclaré.

Les années passent mais la « conviction quant à la victoire du peuple sur les commanditaires et exécutants de l’assassinat de Norbert Zongo et ses compagnons d’infortune ne fait que se conforter », ont affirmé les organisateurs du meeting.

Chrysogone Zougmoré espère qu’avec la mobilisation et la lutte populaire, le peule va triompher

« Un retour insidieux des vieux démons »

Au cours de ce meeting, certains traditionnels slogans sont revenus : « vérité et justice » ; « non, non et non » ; « mobilisation et lutte » et « trop c’est trop ». L’occasion a été bien choisie pour dresser une liste « des maux qui gangrènent » actuellement le Burkina Faso. La corruption, les détournements et la gestion opaque de deniers publics, ont été pointés du doigt. Les intimidations et tentatives d’agression des responsables syndicaux et hommes de médias rappellent les douloureux souvenirs du 13 décembre 1998. « Des actes et agissements qui sonnent comme un retour insidieux des vieux démons, tueurs sans visages toujours tapis dans l’ombre », a vociféré Chrysogone Zougmoré.

Il y a 22 ans jour pour jour, le journaliste d’investigation Norbert Zongo a été assassiné

Selon le président du CODMPP, ce triste anniversaire intervient dans un contexte d’aggravation de la crise multidimensionnelle (économique, sociale, morale, sanitaire et sécuritaire) que traverse le Burkina Faso. Ainsi, il a appelé les défenseurs des droits humains à rester mobilisés et vigilants dans la lutte.

La question de la réconciliation nationale et la paix sociale reviennent sur plusieurs lèvres. Le CODMPP et la CCVC donnent leur lecture de la situation. « Personne n’est contre la réconciliation nationale et la paix sociale. Mais il est inadmissible pour nous que l’on construise la réconciliation sur un champ d’impunité », a affirmé M. Zougmoré, qui exige qu’on fasse d’abord la lumière sur les crimes de sang impunis au Burkina Faso.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • il est temps que la famille Zongo retire le dossier de Norbert Z de la justice. Il ne faut pas qu aujourd hui des gens en profiten pr. faire exagerement leur numero. Famille Zongo, la mort de N.Z a terasse ceux qui l ont terrassé. Je vous pris de vous rapeller du (laissez passer) de notre tradition et que N.Z et tous les dignes fils morts d une manière ou d une autre reposent en paix !

    • Mon cher OCy, ne soyons pas si cruel et sachons compatir à la douleur de sa famille et de ses camarades qui se battent depuis si longtemps pour la vérité et la justice pour lui et ses accompagnants également assassinés à cause de lui. La mère de Norbert elle-même a toujours refusé le pardon sans justice, jusqu’à sa mort. Elle est morte, sans savoir qui a dit de tuer son fils, qui l’a tué et pourquoi on l’a tué. Tu trouves ça normal ? Je suppose que toi aussi tu as une mère, qui t’aime et qui ne souhaiterait pas que tu subisses le même sort que Norbert : tué et brûlé. Alors, retire tes méchantes paroles. Ça n’arrive pas qu’aux autres et sache que nous sommes en Afrique, avec ses mystères. Merci.

  • N’importe quoi ! C’est une astuce pour ne jamais juger. François était là pendant combien de temps. Si on se sentait impuissant alors qu’il dormait à Ouaga, qu’en est-il s’il se trouve à des milliers de kilomètres ? La justice fait semblant et trouve toutes les excuses pour ne pas avancer. Sinon regardez : l’affaire Dabo Boukary par exemple : qui doit-on extrader pour que cette affaire avance ?
    Tous les dossiers sérieux de justice dans ce pays traîne et on trouve toujours une astuce pour faire croire que c’est bloqué. N’avez jamais vu quelqu’un jugé en contumace ?
    L’autre vérité est que en réalité ce sont les mêmes qui sont toujours au pouvoir ; comment faire comprendre au peuple que les Compaoré et les Kaboré d’aujourd’hui c’est exactement la même chose ?

  • @OCy, même si tu soupes à la table des bourreaux et des commanditaires de l’odieux assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons, il faut faire pardon et ne nous distrais pas de notre juste revendication. Attends qu’on tue et brûle ton père ou ta mère ou encore ton frère ou ta sœur pour « laisser passer ». En attendant, va empocher ce que tes amis ou parents criminels t’ont promis pour cette sortie qui ne t’honore pas.

    • Si on tue son frère,sa mére ou sa sœur,tel qu’il paraît insensé, il peut ne pas réagir ; mais attends qu’on tue sa femme où tous ses enfants,tu le verras sortir ses griffes,sa folie ou sa monstruosité pour vociférer et dire qu’il veut justice.Ces genres d’individus,il suffit de leur donner quelques pièces et ils deviennent moutons.Certainement qu’il a bouffé et ce qu’il a englouti a tué son âme ; il se voit donc obligé de défendre le diable.

  • Moi, je soupe avec les responsables de crimes ? Alors, dites moi ce que le jugement du coup d etat a revele, sinon que du gaspillage d argent pendant que les blessés et les ayants droits des victimes ont besoin d aident. Aujourd’hui, je pense tout simplement ds cette période post insurection qu il faut faire l effort de passer à autres choses

    • Tu sembles comprendre le problème. Mais en disant de retirer la cause, tu t’es empêtré dans une logique du bourreau.
      Il ne faut jamais donner la force au mauvais. Au grand jamais. Si tu as osé le faire, on te vomira sans pitié.
      Le Burkina sera toujours propre. Même si c’est quelques uns qui défendent le droit et le normal. Le Burkina mérite mieux que ce qui se présente. Ressaisis-toi Mr ou Mme OCy

  • A lire la réaction de Monsieur ou Madame OCy, je me demande comment des êtres humains peuvent être aussi cruels ! J’ai eu presque les larmes aux yeux en lisant ce post et commence à comprendre pourquoi nous avons du mal à nous emmanciper en tant que pays et Nation. Vraiment dommage, de telles réflexions inhumaines !

  • Le Sage et Vigilance ne vs prenez pas pr. des hommes bons et me diaboliser de la sorte. Dieu seul peut lire a l intérieur des hommes et dire ce qu ils sont réellement. Je sais que Dieu connaît ma pensée et ce que je veux en réalité exprimer

  • @ OCy, lorsqu’on commet une faute et qu’on vous le fait savoir, il faut avoir l’humilité de le reconnaître et s’excuser. Inutile de parler de Dieu, après vos propos vraiment terribles. Comment peut-on banaliser comme ça l’assassinat de Norbert et insulter ainsi sa Famille ? Je suis stupéfait, effondré !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique