Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

« L’Afrique et la sorcellerie » : Bali Nébié ‘’démystifie’’ le sujet avec ses ouvrages

Accueil > En librairie • LEFASO.NET • vendredi 12 février 2021 à 10h30min
 « L’Afrique et la sorcellerie » :  Bali Nébié ‘’démystifie’’ le sujet avec ses ouvrages

Interroger la sorcellerie pour mieux la comprendre, prendre le phénomène sous un angle scientifique (pourquoi et comment), tels sont entre autres les objectifs de Bali Nébié, un militant dans la lutte contre les accusations de sorcellerie. Ce jeudi 11 février 2021, au cours d’une conférence de presse animée à l’Institut national des sciences sociales (INSS), l’écrivain a présenté ses ouvrages qui traitent de la question.

« L’Afrique et la sorcellerie ». C’est un débat qui traverse les âges, elle est d’actualité. C’est sous ce thème que Bali Nébié, professeur certifié de SVT (Sciences de la vie et de la terre), a animé sa conférence. Il est engagé dans la lutte contre les accusations de sorcellerie qui, à l’en croire, constitue un obstacle majeur au processus d’apprentissage de jeunes collégiens et lycéens. « Le développement de l’Afrique, telle la sorcellerie est perçue, est compromis parce que vous avez des sociétés secrètes qui limitent des actions », a-t-il indiqué.

Selon l’orateur, la croyance de la sorcellerie a des effets pervers aux niveaux individuel, collectif et national. Pour l’aspect individuel, il a cité entre autres l’irresponsabilité, la paresse intellectuelle, le manque de confiance en soi et la tendance à la soumission aveugle aux coutumes. En ce qui concerne la collectivité, la question de la sorcellerie crée des conflits et tensions au sein des familles et une absence de progrès social. Quant au niveau national, on assiste à une promotion de l’occultisme dans la gestion des affaires publiques au détriment de la nationalité et une forte influence des marabouts et autres féticheurs dans les options et décisions politiques.

Le conférencier a indiqué aux participants que la théorie du complot permettait de justifier la sorcellerie et surtout garder son caractère mystique

De l’existence de la sorcellerie

Qu’est-ce que la sorcellerie ? Le conférencier a montré que la sorcellerie est un ensemble de pratiques et de croyances que l’on retrouvait partout dans le monde. « Quand on parle de sorcellerie, les gens ont le regard fixé sur l’Afrique et les Antilles comme s’ils sont les seuls », a-t-il déploré.

A la question sur l’existence de la sorcellerie, Bali Nébié a fait savoir qu’il est difficile de convaincre quelqu’un qui a déjà une idée arrêtée sur l’existence de la sorcellerie de son contraire. Pour lui, en Afrique subsaharienne, la sorcellerie est indissociable de l’existence des sociétés secrètes (ou confréries). Ces confréries étaient composées essentiellement des hommes, contrairement en Europe où on les appelle des « sorcières ». Cette appellation tire son origine de la Bible où Satan aurait donné son pouvoir à la femme.

Ainsi, ce que le commun qualifie de « sorcellerie », le conférencier a expliqué qu’il s’agit de la mystification des organisations secrètes. « Les confréries mettent tout en œuvre pour semer la peur et garder leurs réputations de possession de pouvoir surnaturels », a-t-il notifié. Pour preuve, il a pris le cas des enfants (dans la culture africaine) qui dès leurs bas âges, on leur interdit d’être curieux (poser beaucoup de questions) et prendre pour « vérité absolue » tout ce que les vieux disent.

Selon Bali Nébié, les confréries avaient la noble mission d’instaurer l’ordre et la discipline au sein des sociétés

Eradiquer le phénomène

Bali Nébié a écrit trois ouvrages sur la sorcellerie. Deux romains : « Le crépuscule des ténèbres » et « Les secrets du sorcier noir » et un essai : « La sorcellerie : un géant tigre de papier ». Ces trois livres sont disponibles dans la bibliothèque de l’Institut national des sciences sociales (INSS) où la conférence a été animée.
Au cours des échanges, un neveu de l’auteur a donné un témoignage sur « la pression » que son oncle a subie par les parents du village. Dès la parution du premier livre (Le crépuscule des ténèbres, en 2004), un délai de trois jours lui a été donné pour sa survie. Grande a été leur surprise de voir Bali Nébié aux funérailles de sa tante plusieurs années plus tard.

Aux termes de sa présentation, le conférencier du jour a formulé des suggestions. Bali Nébié propose la révision de la législation sur la sorcellerie et faire en sorte que les textes soient appliqués de manière rigoureuse. « Le mal a atteint la société. C’est par le système éducatif qu’il faut l’éradiquer », a-t-il insisté. Il a foi pour une autre approche de la question et invite les gens à prendre conscience des conséquences de la perception de la sorcellerie dans les sociétés africaines. « La culture doit toujours viser à renforcer la cohésion sociale. Dès qu’il y a quelque chose qui menace cette vie, il faut la dénoncer », a conclu Bali Nébié.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 février à 17:59, par DeBon En réponse à : « L’Afrique et la sorcellerie » : Bali Nébié ‘’démystifie’’ le sujet avec ses ouvrages

    Je Ne Sais Que Dire...
    La Sorcellerie Est Une Pratique Qui Existe.Peut-être Qu’il Faut En Etre Victime Pour En Croire.Moi Je Suis L’un Des Victime Quand J’étais En Classe De Terminale.Ce Qui M’est Arrivé, Dieu Seul Sait.Dieu Me Sauva.Mais Après Tout,evitons Les Accusations Sans Fondements,car Ça Peut Mettre A Mal Notre Vivre Ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 11 février à 19:35, par Emmanuel NANEMA, CNRST/IRSAT En réponse à : « L’Afrique et la sorcellerie » : Bali Nébié ‘’démystifie’’ le sujet avec ses ouvrages

    Félicitations à ce monsieur pour ses écrits très instructifs. Il a été mon professeur de Sciences Naturelles il y a plus de 30 ans de cela au Lycée Ouezzin COULIBALY. Et à l’époque il nous émerveillait déjà. Merci Professeur !

    Répondre à ce message

  • Le 12 février à 18:24, par PIETRO VENEZIA En réponse à : « L’Afrique et la sorcellerie » : Bali Nébié ‘’démystifie’’ le sujet avec ses ouvrages

    Mes plus chaleureuses félicitations à Monsieur Bali Nébié... En italien, le terme sorcellerie vient du mot "sorcière", qui à son tour vient du mot grec strix, qui désigne un oiseau de proie nocturne (la striga ou chouette effraie) , que les légendes populaires accusaient (à tort) de sucer le sang des chèvres. Quand j’étais jeune avec mon amie, je marchais dans une rue faiblement éclairée. Parfois, il y avait une longue respiration. Mon amie a signalé à sa mère et elle lui a interdit de marcher dans cette rue parce que c’était la sorcière qui nous a attirés dans un puits. L’histoire est devenue intéressante. Après de nombreuses promenades, nous avons pu identifier d’où venait le souffle. Un matin, avec un fermier, nous avons posé l’échelle et d’un trou dans le rocher, nous avons réussi à sortir une belle chouette effraie. 50 ans se sont écoulés, le puits est là et nous sommes ici.
    Pour ceux qui croient en la sorcellerie je recommande la liqueur de sorcière, un excellent digestif, fait avec 70 herbes et de couleur jaune car ... elle contient du safran.J’aimerais savoir comment acheter le livre ici en Italie. Docteur Pietro Venezia Honorary Professor of Surgery in Subsaharan Africa

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Littérature : A la découverte des « secrets de la postérité entrepreneuriale » avec Issa Démé
« L’Afrique et la sorcellerie » : Bali Nébié ‘’démystifie’’ le sujet avec ses ouvrages
Littérature : Isidor Ouédraogo présente « Source du Mal ? »
Association Yam-Wekre : Une organisation turque engagée dans la traduction du Coran en mooré
Littérature : « Au petit bonheur la brousse », le nouvel ouvrage de Nétonon Noël Ndjékéry
« Lieutenant Issa Bourou, un héros voltaïque méconnu » : Le livre hommage du colonel-major Dibana Ousmane Zerbo à la mémoire du premier officier de la Haute-Volta
Le ‘’Moogh Naab Yiibu’’ : Le dernier ouvrage de Maître Titinga Fréderic Pacéré
Burkina : « Roch, l’insubmersible » ou la part de mémoire de Seydou Zagré sur Roch Kaboré
« Se réconcilier ou périr, chronique d’une Nation en sursis » : L’hymne à la réconciliation nationale de Lookmann Sawadogo
Collectivités territoriales : Le maire de la commune rurale de Djigouèra partage son expérience d’élu local dans un ouvrage
« Mon rêve est possible si… » : T. Roger Sawadogo propose des repères aux jeunes à la croisée des chemins
Littérature : « Mon ambition pour le Burkina Faso », la première œuvre d’Eddie Komboïgo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés