LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina/Littérature : Un nouvel ouvrage met en lumière « Les fonctions sociales du Pwéré chez les Moosé »

Publié le dimanche 16 juin 2024 à 14h54min

PARTAGER :                          
Burkina/Littérature : Un nouvel ouvrage met en lumière « Les fonctions sociales du Pwéré chez les Moosé »

Le livre intitulé « Les fonctions sociales du Pwéré chez les Moosé » a été dédicacé ce samedi 15 juin 2024, à Ouagadougou. Organisé par le Laboratoire société, mobilité et environnement (LASME), cet événement parrainé par le Poé Naaba a rassemblé chercheurs, universitaires et passionnés de culture. L’ouvrage est le fruit de la collaboration entre Dr Alexis Clotaire Bassolé, Israël Bourgou et Pegdawendé Yacinthe Konseiga. Le livre a été présenté par Pr Augustin Palé, qui a souligné son importance et sa profondeur.

Lors de la présentation de l’ouvrage « Les fonctions sociales du Pwéré chez les Moosé », Pr Augustin Palé, anthropologue de formation, a structuré l’appréciation de l’œuvre autour de deux volets principaux.

Édité en 2023, le livre se distingue par un format très agréable et une couverture symbolique qui, selon Pr Palé, attire immédiatement l’attention. Bien que l’ouvrage soit le fruit de trois auteurs, note-t-il, il offre une unité stylistique remarquable. Cette fusion des plumes permet, selon lui, une lecture fluide, sans ruptures perceptibles entre les différents chapitres, témoignant de la cohésion et de la collaboration étroite entre les co-auteurs Dr Alexis Clotaire Bassolé, Israël Bourgou et Pegdawendé Yacinthe Konseiga.

L’ouvrage édité par Mercury et est disponible à la Librairie universitaire ainsi qu’à la Librairie Mercury au prix de 4 000 francs CFA.

Un livre bien agencé et de belle facture

Sur le fond, Pr Palé a souligné la richesse et la profondeur du contenu de l’ouvrage de 107 pages, structuré de manière claire et accessible. Le livre s’ouvre sur une introduction de quatre pages, suivie de quatre chapitres distincts, chacun explorant une facette différente du Pwéré. Le premier chapitre, « Le Pwéré chez les Mossé », pose les bases en présentant l’institution du Pwéré dans la culture moaga. Le deuxième chapitre, « La symbolique du Pwéré », lui, plonge dans les significations et les représentations symboliques attachées à cette tradition. Le troisième chapitre, « Les fonctions prédictives du Pwéré », quant à lui, explore comment le Pwéré est utilisé pour prévoir et anticiper les événements dans la société. Enfin, le dernier chapitre, intitulé « Les fonctions régulatrices du Pwéré », examine le rôle du Pwéré dans la régulation sociale et le maintien de l’ordre au sein de la communauté.

« J’ai retenu qu’on peut devenir Poèga par naissance ou par achat du droit d’être », a relevé Pr Augustin Palé, qui a présenté l’œuvre.

Une contribution à la connaissance des sociétés africaines

Pr Palé a conclu en mettant en avant la lisibilité et la structure harmonieuse de l’ouvrage. La conclusion de deux pages, concise et bien écrite, offre une belle synthèse des thèmes abordés et laisse le lecteur avec une compréhension claire des fonctions sociales du Pwéré chez les Moosé. Il a également salué l’engagement des auteurs à documenter et à préserver les traditions culturelles, soulignant que ce livre constitue une contribution significative à l’anthropologie et à la connaissance des sociétés africaines.

Dr Alexis Clotaire Bassolé, l’un des auteurs, a rappelé l’assertion de feu Joseph Ki-Zerbo : « On ne développe pas, on se développe ». Il a insisté sur le fait que le développement doit s’appuyer « sur nos savoirs endogènes ». Selon lui, il est impératif de documenter et de préserver les trésors humains vivants, c’est-à-dire les traditions et les valeurs culturelles, afin de les transmettre aux générations futures.

« Nous sommes convaincus que la société peut être apaisée à partir du Pwéré », Dr Alexis Clotaire Bassolé, co-auteur du livre.

Le rôle de devin du Poèga

Dans ses explications du contenu de l’ouvrage, Dr Alexis Clotaire Bassolé affirme que le Poèga a une charge symbolique de par sa capacité à lire le passé pour expliquer le présent, afin d’anticiper sur le futur. « Dans ses fonctions prédictives, le Poèga peut, d’une manière plus ou moins cohérente avec le collège des sages, déterminer exactement quels sont les différents acteurs qui posent des actes indélicats dans la cour royale. Ensuite, le Poèga peut aussi avoir cette possibilité de prédire les évènements heureux comme malheureux. Les évènements heureux peuvent être une naissance ou un mariage, tandis que les évènements malheureux peuvent être la maladie, la mort ou la sécheresse », a-t-il expliqué.

Pegdawendé Yacinthe Konseiga, co-auteur du livre.

Le rôle de médiation et de résolution des conflits du Poèga

Dr Bassolé en déduit que le Poèga se trouve dans une dynamique constante d’apporter une contribution pour éclairer Sa Majesté à travers le collège des sages. Il indique également que le Poèga, grâce à la fonction régulatrice du Pwéré, peut « fournir des explications à ce qui nous arrive ». « On va dire qu’il y a eu par exemple, dans telle famille, un totem qui n’a pas été respecté. Et pour réparer les choses, on va demander à l’intéressé de faire un sacrifice. C’est ainsi que l’on observe qu’il y a des sacrifices qui sont faits dans la perspective de pouvoir créer de l’harmonie au sein de la société moaga », a-t-il illustré.

Israël Bourgou, co-auteur du livre présenté.

Dr Bassolé met en lumière le rôle crucial du Poèga au sein de la société moaga, en soulignant sa contribution constante pour éclairer le roi, à travers le collège des sages. Cette fonction consultative et régulatrice permet au Poèga de jouer un rôle clé dans la gestion des affaires communautaires et dans la prise de décisions importantes.

En détaillant le processus par lequel le Poèga interprète les transgressions des totems et prescrit des sacrifices pour rétablir l’harmonie, Dr Bassolé montre comment les traditions et les rituels sont intégrés dans la vie quotidienne pour maintenir l’ordre social. Cet exemple spécifique démontre la manière dont les pratiques culturelles et les croyances traditionnelles sont utilisées non seulement pour expliquer les désordres, mais aussi pour proposer des solutions concrètes visant à restaurer l’équilibre. Cela met en évidence la pertinence et la vitalité des traditions endogènes dans la gestion des dynamiques sociales au sein de la société moaga.

Des participants à la dédicace du livre « Les fonctions sociales du Pwéré chez les Moosé ».

L’événement a été un moment de partage et de réflexion sur l’importance des traditions dans le développement social et culturel du Burkina Faso. La dédicace a également permis aux participants de discuter directement avec les auteurs et d’acquérir des exemplaires dédicacés du livre. En somme, la cérémonie a mis en avant la richesse culturelle des Moosé et a encouragé la valorisation et la préservation des savoirs traditionnels comme base du développement communautaire et national. Ces aspects mettent en lumière comment cette institution traditionnelle joue un rôle crucial dans le maintien et la régulation de la société Moosé.

Hamed Nanéma
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique