Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.» John Fitzgerald Kennedy

9 septembre 2020 : Défis et enjeux d’une rentrée sociopolitique peu ordinaire

Accueil > Actualités > Opinions • LEFASO.NET • lundi 7 septembre 2020 à 22h00min
9 septembre 2020 : Défis et enjeux d’une rentrée sociopolitique peu ordinaire

Les élections couplées du 22 novembre se rapprochent de jour en jour. La rentrée sociopolitique qui s’annonce sera la dernière avant l’échéance et le Burkina Faso retient son souffle. Toutefois, quelques vents contraires s’annoncent sous le ciel électoral. Des tempêtes inopportunes qu’il faut souhaiter et espérer voir se calmer, pour ne pas perturber inutilement un processus politique prometteur. Telle est la substance de cette analyse d’un citoyen.

Sauf chamboulement de calendrier, c’est le 9 septembre 2020 que l’activité gouvernementale reprend pleinement du service au pays des hommes intègres. A situation exceptionnelle, comportements nouveaux. Il est loin, presqu’aux oubliettes, le temps où, dès les mois de juin-juillet, les colonnes de la presse nationale rivalisaient de titres et de détails sur les vacances « méritées » de nos braves dirigeants. Contexte sécuritaire et crise sanitaire aidant, les Burkinabè ont fini par oublier quasiment que les hommes et les femmes qui nous gouvernent sont des êtres humains comme tout le monde, qui ont parfois besoin de prendre un tout petit peu de repos.

Quels que puissent être les conforts, réels ou imaginaires, des postes au sommet de l’Etat, il est évident que les occupants des hautes fonctions ont eux aussi, de temps à autre, besoin de débrayer. Prendre du recul pour souffler un peu et se recharger, en vue de missions et de combats en vérité exigeants et harassants, au service de la nation entière.

C’est tout le sens et la justification des vacances gouvernementales. Quand bien même en réalité celles-ci sont brèves et demeurent la plupart du temps studieuses. « Un ministre en vacances ça ne dort que d’un seul œil », nous disait quelqu’un qui en a eu une longue expérience. Préoccupé la plupart du temps par les dossiers brûlants laissés en suspens. Egalement inquiet des remaniements, dont sont souvent porteurs les périodes de rentrée politique...

Après donc des vacances passées inaperçues, les ministres du gouvernement Christophe Joseph Marie DABIRE se retrouvent en principe autour de la table du Conseil ce mercredi 9 septembre, sous la présidence de Son Excellence le président Roch Marc Christian KABORE. Pas besoin d’être un devin, ni un stratège politique particulier, pour imaginer que cette rentrée gouvernementale et les actions d’urgence qui seront instruites pour le dernier trimestre de l’année et du mandat du président KABORE seront essentiellement guidées et orientées vers trois axes évidents. La poursuite de la lutte contre le terrorisme et l’insécurité. Le renforcement de la maîtrise sur la pandémie de la COVID-19. Et enfin la bonne organisation des échéances électorales du 22 novembre 2020.

Trois axes qui constituent autant de défis majeurs et d’enjeux importants. Tant pour l’équilibre de la nation tout court, que pour le renforcement de la gouvernance démocratique à laquelle aspire ardemment le peuple. Loin d’être l’apanage du seul gouvernement, de tels défis et de pareils enjeux ne peuvent se réaliser que par et dans l’intelligence d’un sursaut collectif qui engage l’ensemble de ce que nous avons coutume d’appeler les forces vives de la nation.

Nous ne le dirons jamais assez, le Burkina Faso est un miracle et le pays des hommes intègres revient de loin. Il suffit de jeter un coup d’œil à notre histoire récente et lointaine pour se convaincre de cela. Pour autant que nous soyons des miraculés, nous devons nous garder de jouer en permanence avec le feu et aux apprentis pyromanes.

Le même jour où le gouvernement fait sa rentrée, les syndicats du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) ont en effet choisi de débrayer, pour une grève de 72 heures les 9, 10 et 11 septembre 2020. Simple coïncidence ? Hasard de calendrier ? Ou prorogation d’un bras de fer entre syndicats et gouvernement que la trêve sanitaire nous a fait oublier sans pour autant éteindre ?

Nul ne saurait véritablement le dire. Il reste que cette concomitance entre rentrée gouvernementale et reprise des revendications syndicales n’augure pas des jours apaisés dont le pays aurait pourtant bien besoin, pour mener à bien les échéances capitales qui se profilent à l’horizon d’un délicat et difficile processus de normalisation démocratique, dans lequel le Burkina Faso est engagé depuis l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

A qui la faute ?

Pour justifier leur mot d’ordre dont préavis a été déposé auprès du gouvernement, les syndicats du MINEFID tablent principalement sur l’exigence de reprise d’agents dudit ministère, qui ont été limogés en Conseil des ministres suite à des faits de violence dont ces derniers se sont rendus coupables sur une de leurs collègues, en marge d’un précédent mouvement de grève.

Une posture syndicale pour le moins équivoque dont, dans toutes leurs déclarations publiques sur le sujet, les leaders du front social peinent à se justifier, vis-à-vis d’une opinion publique nationale outrée et choquée par les images de l’agression incriminée qui ont abondamment circulé sur les réseaux sociaux en son temps.

Pour tout dire, nombre de citoyens honnêtes et sincères attendaient le gouvernement au tournant de la décision de sanction qu’il allait ou non prendre contre les auteurs de cet acte clairement délictueux et moralement odieux. Le pire dans cette histoire eut, sans doute, été que l’Etat, employeur et garant des conditions de sécurité de la victime sur son lieu de travail, ne prenne pas de sanction contre les auteurs de cet acte délibéré et intolérable, commis par les agents fautifs du MINEFID sur la personne de leur collègue. Tout employeur, public ou privé, agissant de telle sorte ne fait que se conformer à son obligation légale de protection de ses employés et de proscription de tout acte de violence sur les lieux de travail.

Le cas échéant, la loi prévoit des voies de recours pour les travailleurs qui tombent sous le coup des délits et sanctions liés à la violence sur les lieux de travail. Des recours qui peuvent même aller jusque devant les tribunaux, pour se faire rétablir dans ses droits. Si tant est donc que les travailleurs licenciés du MINEFID et/ou leurs syndicats estiment que ceux-ci ont été violés dans leurs droits, pourquoi ne pas recourir aux mécanismes légaux prévus à cet effet ?

Plutôt que de s’engager dans une action collective de contestation qui frise, en l’espèce, une défiance pure et simple vis-à-vis de l’ordre codifié et établi. Un ordre sans le respect duquel cependant et à contrario nul ne pourrait par ailleurs se prévaloir de rien du tout.

En toute objectivité et sincérité, ce cas particulier des agents agresseurs licenciés du MINEFID est un vrai faux prétexte utilisé par les syndicats pour tenter de remettre le front social à vif et à feu. Disons-le ici tout net. C’est une perspective dont le peuple se défie et dont les leaders syndicaux devraient avoir la sagesse et l’humilité de se démarquer. Au risque de s’aliéner la considération de discernement et de responsabilité qui est censée leur être accordée.

Lorsque l’on reconnait avoir fauté, comme c’est manifestement le cas dans cette affaire, on fait profil bas et on demande modestement pardon. Bander les muscles, hausser le ton, se réfugier dans un discours exclusivement populiste et dans une attitude outrancièrement va-t-en-guerre relève de tout sauf d’une posture consciencieuse et responsable.

Au nom du réalisme et de la démocratie.

Le 22 novembre 2020 est une échéance capitale pour le Burkina Faso. Nous devons la préparer dans le calme et la sérénité d’un peuple qui veut se bâtir un avenir démocratique maîtrisé. Non pas comme les rentiers insatiables d’un combat que nous n’avons pas fini de mener et dont nous ne sortirons assurément jamais gagnants, si nous ne nous départissons pas de cet esprit de défiance permanente vis-à-vis de la loi et de l’ordre établi.

L’exemple devrait venir des syndicats de la fonction publique, réputés et censés regrouper en leur sein l’élite administrative nationale. Une administration, on ne le dira jamais assez, au service du peuple et non des privilèges exclusifs de ceux et celles qui ont l’avantage d’y exercer.

Pour ne pas louper le coach de l’ancrage démocratique qui se profile dans l’organisation réussie des élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020, il importe que les choses se passent dans une accalmie sociopolitique consensuelle et intelligente.

Le Burkina Faso est situé au cœur d’une sous-région qui baigne dans un contexte géopolitique singulièrement agité et incertain. Ne nous ingénions pas à créer les conditions d’une tension dont nous n’avons guère besoin. Au contraire, cultivons ce sens du patriotisme qui fonde la grandeur des peuples et assoit la puissance des nations. Montrons au monde que nous savons taire nos querelles intestines et sacrifier quelques intérêts partisans égoïstes, quand l’avenir commun est en jeu.

Jusque-là, les partis politiques semblent avoir trouvé le tempo d’une marche mieux ordonnée et plus inclusive vers les urnes. Où le peuple souverain et conscient tranchera et départagera les différents protagonistes. Ce sera alors la victoire de la démocratie, contre la haine fratricide et la zizanie sociale.

Nul n’a le droit de prendre en otage cette perspective de maturation institutionnelle au service de notre développement. Cinq années de revendications en tous genres ont émaillé le mandat finissant du président KABORE. Ne peut-on pas plaider pour une trêve démocratique de trois petits mois pour permettre d’aller à des élections apaisées, libres et équitables ?

Celui qui pense que prôner cela c’est défendre le pouvoir en place n’a rien compris à mon propos. En français facile, je milite ici simplement en faveur d’un réalisme pragmatique sans lequel, à force de vouloir tout et tout de suite, nous risquons de perdre l’avantage démocratique qui a autorisé ce printemps des revendications. Des revendications plus ou moins audibles, satisfaites tant bien que mal depuis bientôt cinq ans.

Au risque de pousser trop loin l’avantage, il est plus que temps qu’advienne comme une paix des braves entre l’exécutif et les syndicats, pour permettre que les élections puissent avoir lieu dans les meilleures conditions possibles. Et en ne prenant pas une fois de plus en otage les cordons de la bourse, pour tenter d’étouffer les finances publiques.

En chaque Burkinabè digne de ce nom sommeille un brin de patriotisme. Il y a des moments où, toute considération partisane mise de côté, il faut savoir et pouvoir laisser parler et agir cette petite part de soi qu’on est prêt chacun à sacrifier à la nation. Il n’est pas d’intérêts ni de revendications qui soient au-dessus de notre vivre-ensemble, dans une conscience partagée de notre communauté de destinée et de sort. Bonne rentrée sociopolitique à tous et que Dieu veille toujours sur le Burkina Faso.

Sidabda Damien OUEDRAOGO

Vos commentaires

  • Le 8 septembre à 07:56, par le révolutionnaire En réponse à : 9 septembre 2020 : Défis et enjeux d’une rentrée sociopolitique peu ordinaire

    Mr OUEFRAOGO quest ce que le Président nous a promis quand il batait campagne pour être Président du Faso ? Après près de cinq ans de pouvoir que constatons nous ? Si nos responsables qui nous gouvernent aujourd’hui étaient de vrais patriotes ils devraient tous démissionner et laisser d’autres essayer. Si au premier mandat c’est la désolation après que des jeunes se sont sacrifiés pour que ces gens accèdent au pouvoir c’est vraiment lamentables. Notre appel devrait être que tous ceux qui ne sont pas de vrais patriotes s’abstiennent de faire de la politique

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 07:57, par le révolutionnaire En réponse à : 9 septembre 2020 : Défis et enjeux d’une rentrée sociopolitique peu ordinaire

    Mr OUEFRAOGO quest ce que le Président nous a promis quand il batait campagne pour être Président du Faso ? Après près de cinq ans de pouvoir que constatons nous ? Si nos responsables qui nous gouvernent aujourd’hui étaient de vrais patriotes ils devraient tous démissionner et laisser d’autres essayer. Si au premier mandat c’est la désolation après que des jeunes se sont sacrifiés pour que ces gens accèdent au pouvoir c’est vraiment lamentables. Notre appel devrait être que tous ceux qui ne sont pas de vrais patriotes s’abstiennent de faire de la politique

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Appel de Gaoua sur la qualité de l’enseignement au Burkina Faso : Trente-quatre ans après, des réalités similaires ?
Culture et démocratie : Comment concilier les deux dans le cadre de la cohésion nationale ?
Financement du cinéma burkinabè : La Grande marche à Reculons
Modification du code électoral : Me Paul Kéré dénonce un coup d’Etat contre la démocratie et la Constitution burkinabè
Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)
Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme
Aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO : Nous sommes inquiets
Journée internationale de la paix : De la nécessité d’œuvrer au respect de la dignité humaine
« Je veux débattre avec Patrice Talon » : Le constitutionnaliste, Pr Frédéric Joël Aïvo veut confronter le président à la réalité du Bénin lors de la présidentielle de 2021
Et si on parlait archives !
Un écrivain au ministre Aboul Karim Sango : « J’ai un sérieux contentieux avec votre ‘’Chargé de mission’’, Koba Boubacar Dao »
Burkina : La Parenté à plaisanterie autour de la politique agricole et de la sécurité alimentaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés