Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

Femmes artistes musiciennes : Maï Lingani prend la tête de l’ABFAM

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Yvette Zongo • samedi 16 mars 2019 à 22h54min
Femmes artistes musiciennes : Maï Lingani prend la tête de l’ABFAM

Face à la presse ce vendredi 15 mars à Ouagadougou, l’Association burkinabè des femmes artistes musiciennes (ABFAM) a présenté son nouveau bureau et les actions prévues sous ce nouveau mandat de trois ans. Une association née en 2015 et qui a pour but de valoriser le genre féminin dans le milieu artistique, montrer l’importance de la musicienne dans la promotion des valeurs culturelles et morales. L’association entend aussi lutter, à travers l’art, contre toutes les formes de discriminations liées au genre.

Les membres du nouveau bureau de l’Association burkinabè des femmes artistes musiciennes (ABFAM) ont animé, ce vendredi 15 mars 2019 à Ouagadougou, une conférence de presse pour présenter leur bureau ainsi que le programme de leur mandat. Elles sont donc six artistes musiciennes burkinabè qui sont élues pour un mandat de trois ans (voir composition du bureau en encadré). Après donc Amity Meria, première présidente de l’ABFAM de 2015-2018, c’est au tour de Maï Lingani, artiste musicienne, auteur compositeur et interprète, de diriger l’association pour les trois prochaines années.

Selon la nouvelle présidente, « l’ABFAM est une jeune structure pleine d’avenir et de projets qui a été créée en 2015 pour valoriser le genre féminin dans le milieu artistique, montrer l’importance de la femme musicienne dans la promotion des valeurs morales et culturelles et lutter à l’unisson contre toutes formes de discriminations liées au genre ». Au cours de son mandat, il est prévu plusieurs activités, a-t-elle fait savoir.

Une vue des journalistes présents

Il s’agit, entre autres, de l’organisation des 72 heures de l’ABFAM, d’une conférence-débat chaque trimestre sur les thèmes liés à la vie de la femme artiste musicienne, d’une conférence des artistes musiciennes de l’espace UEMOA sur l’intégration et la paix, la participation à toutes les activités concernant la promotion de la femme à travers des prestations musicales. Elle a ajouté que malgré la jeunesse de la structure, elle compte déjà 74 membres et souhaite avoir plus d’adhérentes afin que la voix des musiciennes puisse porter.

Et la trésorière adjointe, Odela la Ouanguette, de préciser que les artistes musiciennes subissent une injustice sociale, parce qu’elles ne sont pas conviées à de grands plateaux car elles sont sous-informées, sans formations et mises à l’écart. C’est pourquoi, selon elle, cette association a été créée afin de les unir pour lutter contre toutes ces injustices sociales.

Même si l’ABFAM a pour objectif premier de valoriser le genre féminin dans le milieu artistique et montrer l’importance de la musicienne dans la promotion des valeurs culturelles et morales, elle compte aussi s’attaquer à l’exhibition des artistes musiciennes, beaucoup décriée dans la société, a souligné sa présidente. Car, pour elle, c’est malheureux de voir qu’il y a des femmes qui viennent dans la musique pour s’exhiber.

Et l’ABFAM contribuera au développement personnel et professionnel des artistes afin de leur permettre de comprendre le milieu dans lequel elles évoluent et comment stratégiquement l’artiste doit se comporter pour atteindre ses objectifs. Et Valentine Sinaré, de son nom d’artiste Consuelo, d’ajouter que la musicienne doit rester cette femme digne, intègre et respectée, et l’ABFAM va concourir à sa formation pour qu’elle comprenne cela.

Yvette Zongo
Lefaso.net


Le nouveau bureau

1-Présidente : Maï Lingani (Maimouna Lingani)
2- Secrétaire générale : Consuelo (Valentine Sinaré)
3- Chargée à l’information et à la communication : Besto (Bertine Koeta)
4- Chargée à l’organisation : Wendy (Stéphanie Nikiema)
5- Trésorière : Mariam Oubda
6- Trésorière adjointe : Odela la Ouanguette

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Kundé d’or 2019 : Floby, Maï Lingani et Nabalum sont les nominés
Slam : « Non loti jeune », le nouvel album de Dabross
Femmes artistes musiciennes : Maï Lingani prend la tête de l’ABFAM
Prestations d’artistes lors des cérémonies : Et si on faisait appel à des porteurs de messages ?
1e édition du BIFA : 26 acteurs de la mode et du textile distingués
Musique : Salif Widiga, la coqueluche des commerçantes
Culture, sports et loisirs : Le cadre sectoriel fait son introspection
Cinéma : La salle de Pissy rebaptisée « Canal Olympia Idrissa Ouédraogo »
Langues maternelles : « On ne peut rien construire de durable en empruntant l’outil langagier à une autre culture », Pr Albert Ouédraogo
Religion et culture : L’archidiocèse de Ouagadougou va se doter d’un musée
FESTICO 2019 à Bobo-Dioulasso : Pari gagné pour les organisateurs
Burkina : L’Union européenne et l’Agence française de développement au secours de l’industrie culturelle
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés