[Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

Par Alpha Barry • mardi 28 août 2018 à 07h32min

Aujourd’hui mardi 28 août, le Président du Faso entame à bord de son avion le long voyage qui l’amène à sa première visite en Chine. Dans deux jours, il devrait atterrir à Beijing ou Pékin en français. Si l’accueil à l’aéroport sera assez simple sur le plan protocolaire, l’atterrissage du Pic du Nahouri avec l’illustre personnalité qu’il transporte ne sera pas un fait banal.

[Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing
L’arrivée de cet avion aux parements rouge et vert (les couleurs nationales), frappé du nom du pays est en soi un événement historique à l’image de la visite elle-même. En effet, le moment est historique au regard des symboles et des particularités qui entourent ce déplacement. D’abord à titre personnel. Monsieur Roch Marc Christian Kaboré ne s’est jamais rendu en Chine continentale. Ce voyage est donc une découverte pour lui. Au-delà des grands monuments historiques comme la Grande Muraille ou la Cité interdite, cette visite sera pour la délégation burkinabè la découverte d’un pays très moderne, une grande puissance économique, un pays qui a profondément changé depuis 25 ans environ.

Cette visite du Président Roch Marc Christian Kaboré sera la première d’un Chef d’Etat burkinabè depuis 28 ans. L’interruption intervenue en 1994 dans les relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la République Populaire de Chine avait mis fin à toute visite de part et d’autre d’officiels de haut rang. Et c’est là que réside toute la charge symbolique et historique de cette visite longtemps attendue par nos amis de la Chine continentale. Ce n’est donc pas pour rien que cette visite a été placée juste avant le Forum sur la Coopération Afrique-Chine (FOCAC) pour permettre au nouveau venu qui est le Burkina d’entrer en grande pompe dans cette grande famille Sino-Africaine.

Ce n’est pas pour rien non plus que ce déplacement a été décrété en visite d’Etat avec un accueil et un banquet présidés en personne par le Chef de l’Etat chinois Xi Jinping et aussi avec tout le cérémonial qui accompagne ce type de visite.
Une visite d’Etat trois mois seulement après le rétablissement des relations diplomatiques entre nos deux pays le 26 mai dernier, c’est assurément le signe d’une amitié retrouvée, d’un moment qui était attendu par tous et sans doute d’une amitié qui ne s’était jamais rompue réellement entre deux peuples et deux nations.

En trois mois, cette amitié retrouvée s’est d’abord illustrée par de nombreuses visites de membres du gouvernement de part et d’autre dont celle du Vice-Premier Ministre Chunhua Hu en juillet dernier à Ouagadougou. Ensuite par de nombreuses missions dans les deux sens qui consacrent la reprise de la coopération entre le Burkina et la Chine. Le rythme de travail entre les deux parties a permis d’arriver déjà en trois mois à des résultats concrets qui devraient se matérialiser par la signature d’accords de coopération et de dons à l’occasion de cette visite.

Pour les quatre mois qui nous séparent de la fin de 2018, ces dons représentent plus de trois fois la moyenne des dons annuels que nous recevions jusque-là avec notre ancien partenaire. Je dis bien pour seulement 4 mois ! Les perspectives sont donc plus que bonnes. Des chantiers et de grandes actions s’annoncent déjà dans plusieurs domaines : agriculture, santé, infrastructures, économie numérique, défense et sécurité, formation, etc. Une équipe de médecins chinois dans des domaines assez pointus est déjà en place à Ouagadougou et à Koudougou. Le pari d’un partenariat beaucoup plus fructueux est déjà gagné. La décision de notre Président de renouer avec la République Populaire de Chine était donc la bonne vision pour relancer et booster le PNDES.

Le Burkina arrive à Beijing avec une forte délégation : 8 ministres, des conseillers, une cinquantaine d’hommes et de femmes d’affaires (le Burkina Faso est le seul pays autorisé à y envoyer autant d’hommes d’affaires, les autres ayant seulement cinq). On peut penser que tout le monde est en route pour Beijing. Jamais, autant de monde n’a été mobilisé pour un déplacement à l’étranger du Président Roch Marc Christian Kaboré hormis le traditionnel TAC avec la Côte d’Ivoire à Yamoussoukro et la Conférence de Paris sur le PNDES en décembre 2016. C’est donc dire tout l’espoir que le Burkina place dans cette nouvelle relation aussi bien pour l’aide publique au développement que pour les échanges économiques et les investissements. En 25 ans, la Chine a énormément progressé pour devenir la deuxième puissance économique du monde.

Le Burkina Faso, tout en veillant à la protection de son économie nationale et des intérêts de ses hommes d’affaires (grands et petits), s’ouvre grandement à cette Chine-là afin de profiter pleinement de ses atouts et des progrès qu’elle a réalisées en si peu de temps. S’ouvrir également à cette Chine, anciennement classée parmi les pays en développement et qui reste toujours aux côtés de ceux-ci dans les grandes instances internationales et sur les grandes questions politiques qui divisent le monde. C’est le sens du virage opéré en mai dernier par le Président du Faso et c’est le sens de ce déplacement historique qu’il entreprend aujourd’hui.

Alpha Barry
Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération

Vos commentaires

  • Le 28 août à 08:55, par Mouni KONOMBO En réponse à : [Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

    Tout ce que je peux dire, bonne chance au Président Roch avec tout le Gouvernement et bonne coopération avec la Chine continentale. Le Président a fait un bon choix d’aller vers la Chine continentale, que Dieu Tout Puissant le guide avec tout le Gouvernement pour le bonheur du Burkina Faso.
    Que Dieu protège toute la délégation en aller comme au retour !

    Aaminn !

    Répondre à ce message

  • Le 28 août à 09:17, par Djawaahamo alias le Sap En réponse à : [Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

    Les accords de partenariat ne changeront rien au Burkina Faso. "On ne développe pas, on se développe" a-dit Pr J. KI-ZERBO.
    Pour quoi continuer de mendier ? de prostituer ? de penser que ce sont les autres qui vont nous sauver ?
    Chers concitoyens, qu’est ce que la Chine gagne dans ce partenariat ? On le dit pas assez, alors que bientôt même nos vendeuses de galettes seront remplacées par les Chinoises !
    ’’A Quand l’Afrique ????????????

    Répondre à ce message

  • Le 28 août à 10:11, par TOUDOU En réponse à : [Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

    Mr Barry, arrêtez de nous enfumer ? Cette visite d’Etat n’a rien d’extraordinaire. D’ailleurs, les chinois ont invité le Président Ouattara pour une visite d’Etat en même temps que le Président Kabore. Lisez le communiqué ci dessous de le Présidence de Cote d’Ivoire.
    Pour moi, les chinois ne nous considèrent pas. Nous sommes un nouvel ami. Si notre Président doit effectuer une visite d’Etat, il doit être le seul. On ne peut pas inviter d’autres présidents en même temps que lui pour une visite d’Etat ! Je soupçonne même qu’en plus de Ouattara, les chinois ont invité d’autres Présidents pour des visites d’Etat dans les mêmes dates. En fait les gens viennent pour les visites d’Etat et enchainent avec le sommet Chine -Afrique.
    Le Burkina faso, pèse peu au yeux des Chinois ? La désillusion sera rapide, vous allez voir. Eux, les seuls pays qui les intéressent, c’est les pays àù il y un port, de l’or, du diamant, du cobalt, du pétrole etc..Jamais nous ne pourront concurrencer la Cote d’voire aux yeux des chinois.

    COMMUNIQUE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

    A l’invitation de Son Excellence Monsieur Xi JINPING, Président de la République Populaire de Chine, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, accompagné de la Première Dame, Madame Dominique OUATTARA, effectuera une visite d’Etat en Chine du mercredi 29 août au dimanche 02 septembre 2018.

    Au cours de son séjour, le Chef de l’Etat s’entretiendra avec son homologue chinois, S.E.M Xi JINPING, au Grand Palais du Peuple, sur le renforcement de la coopération bilatérale et des relations d’amitié entre les deux pays, ainsi que les questions d’intérêt commun. Il sera ensuite procédé à la signature de plusieurs accords de coopération entre la République de Côte d’Ivoire et la République Populaire de Chine.

    Le Président de la République s’entretiendra également avec le Premier Ministre chinois, Monsieur LI Keqiang et participera à un Forum économique sur la transformation des produits agricoles. Enfin, le Chef de l’Etat et la Première Dame procéderont au dépôt d’une gerbe de fleurs au Monument aux Héros du Peuple à la Place Tian’anmen, et prendront part à un déjeuner offert, en leur honneur, par le couple présidentiel chinois.

    Au terme de la visite d’Etat, le Président de la République prendra part, les 03 et 04 septembre 2018, au 3e Sommet du Forum sur la Coopération Sino-Africaine sur le thème : « Construire une communauté de destin Chine - Afrique encore plus solide pour une coopération gagnant - gagnant ». Au cours de ce Sommet, le Chef de l’Etat participera à un Dialogue de haut niveau entre les Dirigeants chinois et africains et les Représentants des entreprises industrielles et commerciales. Le Président de la République prendra également part à la 6e Conférence des Entrepreneurs chinois et africains avant de regagner Abidjan le mercredi 05 septembre 2018.

    Fait à Abidjan, le 27 Août 2018

    Source : Dircom Présidence

    Répondre à ce message

  • Le 28 août à 10:13, par Bouba Le Panafricaniste En réponse à : [Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

    Les pays n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. C’est tout à fait logique que le Burkina Faso rompt ses relations diplomatiques avec Taiwan pour la Chine continentale. A entendre le ministre Barry, le Pays des Hommes intègres gagnent plus avec Pékin qu’avec son ancienne collaboratrice. Certainement, Pékin gagne aussi et c’est le partenariat gagnant-gagnant. Mais, notre souci est que nos autorités doivent faire tout pour que ce nouveau partenariat soit profitable à tous les Burkinabè à travers des réalisations et des investissements conséquents et concrets. Ce n’est pas le Burkina Faso seul qui se comporte de la sorte, tous les pays d’ailleurs sont obligés dans ce contexte de mondialisation, d’intégration économique et de village planétaire de tisser des liens bilatéraux ou miltilatéraux. Pour dire qu’aucun pays ne peut vivre en autarcie en ce 21ème siècle et les siècles à venir sans coopérer. L’Afrique est en retard, il faut avoir le courage de le dire, et doit nécessairement compter sur des pays qui ont la volonté même si elle est politique, de l’aider. Bravo aux autorités et bon succès à cette relation.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août à 12:19, par Interrogatif En réponse à : [Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

    "La décision de notre Président de renouer avec la République Populaire de Chine était donc la bonne vision pour relancer et booster le PNDES." Foi de Alpha Barry
    Doit-on comprendre que ce PNDES était mort né sans le secours de la Chine Populaire, Monsieur le Ministre ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 août à 14:25, par A qui la faute ? En réponse à : [Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

    Je ne comprends pas l’extase de mes concitoyens alors que notre misère ne fait que commencer. Les principaux problèmes avec la Chine :
    0)Ils n’ont rien à foutre des normes de sécurité alimentaire
    1)Ils savent faire tout ce que nous savons faire et moins cher. En Chine même les prisonniers sont à la tâche.
    2)Le rapport de force entre Chine pop et Burkina-Faso est de 1/1000 à peu près en terme de PIB. Nous pesons aussi lourd qu’ un tout petit village de labà, ils pourront nous imposer tout ce qu’ils veulent.
    3)La différence entre la Chine et les autres pays développés c’est que même les petites tâches non valorisantes qu’un pays développé refuse sont occupées par des chinois prêts à accepter un salaire burkinabè et travailler 2 fois plus qu’un burkinabè. Les chinois seront prêts à rejoindre nos parents au village pour cultiver du mil et du horicot.
    4)Vous pensez qu’un pays qui n’accorde même pas un minimum d’égalité entre ses citoyens de la grosse ville capitaliste et son village (besoin de visa pour aller d’un village à une ville), va nous inonder de cadeaux pour nous développer ?
    Vous avez déjà entendu que la Chine a développé quel pays ? Plus généralement quel pays a déjà développé quel autre ? Surtout qu’il y a des endroits de la chine plus pauvre que le Burkina même s’il y a d’autres endroits plus développés que New York

    Répondre à ce message

    • Le 29 août à 04:10, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : [Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

      l acharnement sans intérêts évidents contre la Taïwan cet ami d hier et dont l ancien ambassadeur a démissionné, les indiscrétions irritantes contre la Taïwan avec qui dans le futur le Burkina pourrait nouer d autres types de relations,cette courre folle au tout "nouveau tout beau chinois" dont le ministre Barry s est fait le champion est révélateur d un état d esprit et ne saurait se justifier par la naïveté et le fait de ne point être diplomate de formation !

      Répondre à ce message

  • Le 28 août à 14:40, par Mafoi En réponse à : [Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

    "Pour les quatre mois qui nous séparent de la fin de 2018,ces dons représentent plus de trois fois la moyenne des dons annuels que nous recevions jusque-là avec notre ancien partenaire. Je dis bien pour seulement 4 mois" foi de notre ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération qui démontre par ce type de déclaration à l’emporte-pièce qu’il n’est pas intelligent car on n’a pas besoin d’avoir des diplômes en diplomate pour faire souligner que ce qu’il dit ne se dit pas en public même si c’était vrai mais j’en doute d’ailleurs.C’est une forme d’ingratitude caractérisée.C’est comme si quelqu’un te donnait à manger et d’un coup,une tierce personne surgit pour te proposer un menu plus copieux et là,tu te mets à insulter ton premier sauveur qui t’a maintenu en vie sinon peut-être que tu étais déjà mort.Alors au lieu d’attendre les miettes qu’on te jette à la figure comme un chien et en plus de ça,tu as le culot d’aboyer,pourquoi tu n’essaies pas de t’en sortir toi-même.
    Moralité de l’histoire,si tu penses que le Chinois de Pékin viendra tout te donner sur un plateau d’argent sans aucune contre partie en retour,tu te mets le doigt par là où,ce que tu as cru avoir eu gratuitement à consommer il y a quelques heures,sortira à savoir un mot qui commence à A et se termine en S.C’est diplomatiquement incorrect de le dire mais ça reste une triste réalité

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 10:36, par Sacksida En réponse à : [Tribune] Chine - Burkina : Tous en route pour Beijing

    D’abord, le Président Sud Africain, Cyril Ramaphosa, peut s’écrier : « Car, après près de soixante ans de fricotage avec l’occident sans véritables résultats substantiels pour le continent qui continue de tirer le diable par la queue en terme de développement », l’on peut comprendre cette ruée des dirigeants africains vers la Chine qui n’est pas loin de paraitre comme l’ELDORADO. Mais, à qui la faute si l’Afrique malgré ses immenses richesses demeure dans le sous développement ? Premièrement, il faut savoir que le développement commence par un véritable leadership vraiment intègre et visionnaire capable de rassembler la majorité c’est-à-dire le peuple, d’inculquer une nouvelle citoyenneté et de l’engager dans le droit chemin et dans l’intérêt du développement endogène commun. Qui a été complice et avec qui pour commanditer les assassinats de : Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah, Salvianus Olimpio, Thomas Sankara et récemment encore Mohamed Kadhafi ? Pour ne citer que ces patriotes africains là. Depuis, nos indépendances formelles africaines, quels dirigeants africains ont-ils élaboré un projet de société et une orientation politique claire compris par les peuples ? Ensuite, depuis 60 ans, combien de milliards de francs ont-ils été déversés en Afrique dans le cadre de l’Aide au développement et qu’est ce que les élites et les dirigeants africains en ont fait ? Faisons donc le bilan et l’évaluation de l’aide au développement depuis 60 ans et situons les responsabilités. Soyons claire, comme le dit Alpha Blondy, « les ennemis de l’Afrique ce sont les africains eux-mêmes ». L’occident n’est pas seul responsable de nos échecs de gouvernance et développement car « l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maitre qui prétend l’affranchir. De plus, d’une manière générale, dans nos administration publique et privée les africains n’aiment l’organisation, la transparence et la rigueur dans la gestion au profit du plus grand nombre de personnes, sans oublier la promotion de la médiocrité dont la conséquence directe est la mal gouvernance et les détournements de deniers publics. De surcroit, « quelques individus déposent dans des banques à l’étranger des sommes colossales qui suffiraient à développer l’Afrique ». L’apport extérieur chinois ou autre viendrait en complément de l’effort national. En tout état de cause, la coopération entre la Chine et l’Afrique serait pour le meilleur si les africains, dirigeants et leurs peuples changent de mentalité pour comprendre que la diplomatie du chéquier ne saurait être suffisants et qu’il faut travailler dans la bonne gouvernance, la transparence totale et la justice sociale dans les affaires publiques, sinon toute autre attitude d’immobilisme et les mauvaises pratiques ne réserveraient que le pire. En tout cas la Chine, elle défendra ses intérêts économiques, diplomatiques, stratégiques et politiques. Courage et Salut !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés