Forum Africapacités 2018 : Les participants en quête d’un futur meilleur grâce à l’apport de la société civile

jeudi 28 juin 2018 à 19h35min

Le haut-représentant du président du Faso, Cheriff Sy, a procédé au lancement du forum international Africapacités organisé par Diakonia avec l’appui de la Suède, le jeudi 28 juin 2018 à Bobo-Dioulasso. La cérémonie, placée sous le thème« Contributions de la société civile au défi de la réflexion stratégique en Afrique : comment réconcilier l’urgent-conjoncturel et le durable structurel ? », a eu pour marraine Metsi Makhetha et a connu la participation de Mats Harsmar de l’ambassade de Suède.

Forum Africapacités 2018 : Les participants en quête d’un futur meilleur grâce à l’apport de la société civile

Il se tient, depuis le mercredi 27 juin 2018 à Bobo-Dioulasso, la 6e édition du forum international Africapacités organisé par l’ONG Diakonia, avec l’appui de la Suède. Le lancement officiel des travaux s’est déroulé le jeudi 28 juin 2018. L’activité est placéesous le thème « Contributions de la société civile au défi de la réflexion stratégique en Afrique : comment réconcilier l’urgent-conjoncturel et le durable structurel ? ».

À travers ce thème, il s’agit d’un engagement commun (société civile, politique…) sur un certain nombre d’actions pour profiter des acquis des matières premières, des ressources naturelles et avoir un esprit de responsabilité sociétale de tout citoyen pour faire profiter ces ressourcesaux générations futures.En effet, la principale mission de Diakonia est de contribuer à changer les structures politiques économiques, culturelles et sociales injustes qui génèrent l’oppression, la violence et la pauvreté.

Par ailleurs, depuis 2012, après plus de 25 ans de présence au Burkina Faso, Diakoniaa entamé la capitalisation de ses meilleurs pratiques pour le changement social à travers le partage des expériences de suivi et d’influence des politiques publiques.
L’un des leviers catalyseurs de cette dynamique pour le changement social durable identifié est le renforcement des capacités dans son acceptation holistique. Ainsi, des pistes ont été jetées pour sa rationalisation, sa professionnalisation et son institutionnalisation sous la forme d’un label dénommé Africapacités.

En 2017, le forum Africapacités avait abordé les fondamentaux de la prospective stratégiqueet de la capacitation des acteurs pour un vivre-ensemble consolidé en adressant, sous l’angle des concepts des expériences et des valeurs, la question de réconciliation nationale avec l’exploration des conditions d’un mécanisme de justice transitionnelle.

L’objectif de l’édition 2018 est donc de procéder à une capitalisation croisée des initiatives en cours pour dégager des horizons porteurs. Les travaux se dérouleront sous forme de panels avec des échanges facilités par des modérateurs.

Quatre axes majeurs seront abordés : les référentiels prospectivistes ou la convergence sémantique et conceptuelle, l’analyse rétrospective des tendances lourdes du colloque 2017, un exercice de redevabilité, le chassé-croisé entre l’indispensable consolidation démocratique et l’introuvable convergence des politiques de développement en Afrique et enfin la feuille de route pour une vision prospective fondée sur une trajectoire éclairante vers le futur désiré.

La 6e édition de Africapacités a inscrit sa trajectoire 2018 sous la bannière de la prospective et de la réflexion stratégique en Afrique et a réuni des participants du Burkina, du Rwanda, du Mali de la République démocratique du Congo, du Sénégal pour réfléchir sur la contribution de la société civile a la réflexion stratégique en Afrique.

Selon la marraine, Metsi Makhetha, coordonnatrice du Système des Nations unies, réconcilier le conjoncturel et le structurel nécessite la collaboration entre tous les acteurs car pour « créer les conditions et mener un processus permettant la transformation durable de nos pays tout en renforçant nos démocraties,il nous est indispensable d’associer toutes les composantes de la société dans la réflexion sur notre avenir partagé ».

Pour Luther Yaméogo, directeur général de Diakonia, il s’agit d’engager trois enjeux majeurs : le 1erqui est celui de la nécessaire conciliation entre le conjoncturel et le structurel ; le second qui consiste à renforcer la fécondité du dialogue entre les différents acteurs qu’ils soient de la sphère politique, civile, ou privé.
Enfin, le 3e est de pouvoir prioriser les priorités, de pouvoir inscrire dans agenda, les préoccupations les plus essentielles des citoyens africains en faisant de sorte que ces préoccupations soient adressées maintenant sans préjudice sur les générations à venir.

La journée précédente (mercredi) a été marquée par une visite du barrage de Samendeni,de l’Institut de l’environnement et de la recherche agricole (INERA), une mise au point des recommandations relatives au thème de l’édition 2017 qui a porté sur la réconciliation et la justice transitionnelle et un dialogue avec l’ensemble des acteurs de la gouvernance autour des résultats du bilan à mi-mandat du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés