Production minière au Burkina : 162 milliards de F CFA de recettes minières encaissées par l’État en 2016

LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • lundi 18 juin 2018 à 16h28min

Le Secrétariat permanent de l’Initiative pour la transparence des industries extractives du Burkina Faso (ITIE-BF) a présenté son rapport de 2016, au cours d’un atelier d’information tenu ce lundi 18 juin 2018 à Houndé, dans la province du Tuy. Le préfet du département de Houndé, Ba Souleymane Ouattara, a présidé cette rencontre.

Production minière au Burkina : 162 milliards de F CFA de recettes minières encaissées par l’État en 2016

Le Secrétariat permanent de l’Initiative pour la transparence des industries extractives du Burkina Faso (ITIE-BF) a procédé à une série d’ateliers d’échanges sur son rapport, exercice 2016. Huitième du genre, l’objectif des exercices de dissémination de ce rapport de l’ITIE-BF est de partager les informations sur le secteur minier et de susciter un débat public autour de la gestion du processus d’exploitation des ressources minières du Burkina.

Rapport ITIE-BF 2016

En 2016, sur les seize sociétés minières qui devraient déclarer ce qu’elles ont payé à l’État, onze l’ont fait, indique le rapport.

« Pour la même année, les services de l’Etat ont déclaré qu’ils ont reçu de ces seize sociétés minières, un montant total de 162 milliards de francs CFA », révèle le rapport. Et pourtant, les seize sociétés minières ont déclaré avoir payé un montant total de 128, 134 milliards de francs CFA.

Selon le directeur de la production, des statistiques et de la prospective au ministère en charge des Mines, Marc Dabiré, au regard de cet important écart, le consultant a cherché à savoir si ces déclarations étaient justes. « Il a ainsi examiné les formulaires et les documents de preuves qui lui ont été envoyés pour justifier les déclarations », a-t-il commenté.

Cet écart provient du défaut de déclarations de cinq sociétés minières : trois ont communiqué des déclarations non-attestées par une personne habilitée donc elles n’ont pas été prises en compte. Il s’agit de Houndé Gold Opération SA, Birimian Resources et GEP Mines ; deux devraient soumettre des déclarations certifiées n’ont rien donné. Ces sociétés sont Burkina Mining Company (BMC), toujours en activité, et la Société des Mines de Bélahouro (SMB) en suspension d’exploitation.

Production et vente en 2016

Selon les données publiées par la Direction générale de l’économie et de la planification (DGEP), la production totale d’or fin au titre de 2016 a atteint 38, 53 tonnes (dont 204 kg d’or provenant de l’exploitation artisanale) contre 36, 17 tonnes en 2015. La quantité de zinc produite est de 155 700 tonnes en 2016, selon le rapport d’activité de la Chambre des mines du Burkina (CMB).

Le rapport indique également que les exportations de l’or ont connu une augmentation en 2016. « La valeur de ces exportations était de 794, 580 milliards en 2015 contre 929, 74 milliards de francs CFA en 2016 », a informé Marc Dabiré. Et d’ajouter que cette augmentation d’environ 14, 53% est due à l’agmentation de la production de l’or.

Selon le rapport, le zinc est produit dans la région du Centre-Ouest par la société Nantou Mining SA. En 2016, la quantité totale de zinc exportée est de 170 102 tonnes pour un montant de 53, 715 milliards de francs CFA, selon la Direction générale des mines et de la géologie (DGMG).

Présentation ITIE

Photo de famille

Le Burkina Faso, en plus d’être un pays agricole, est devenu, depuis 2007, un pays à forte potentialité minière. À en croire le chef de mission de dissémination de ce rapport, Kimségninga Savadogo, le Burkina a adhéré à l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) en 2008. Mais c’est plus tard, le 27 février 2013, que le Burkina a été déclaré « Pays conforme », a rappelé le préfet du département de Houndé, Ba Souleymane Ouattara.

L’ITIE est une initiative internationale de bonne gouvernance volontaire. Elle vise à renforcer la bonne gestion dans l’exploitation des ressources extractives par les pays producteurs.

Le présent rapport couvre la période du 1er janvier au 31 décembre 2016. Il a été élaboré par le cabinet britannique Moore Stephens et adopté par le comité de pilotage de l’ITIE-BF, le 29 mai 2018.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés