Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

Accueil > Actualités > Opinions • Point de vue • jeudi 31 mai 2018 à 23h21min
Fonds communs et assurance maladie :  Comment réparer l’injustice sociale

Assurément, le malaise est grand quand on évoque la question des fonds communs au Burkina Faso. La poule aux œufs d’or des fonctionnaires de 12 départements ministériels,‘’gérée’’ depuis des années sans tambours ni trompettes, s’est retrouvée sur la place publique et les passions se déchaînent depuis. 55 milliards pour des primes dans un seul ministère par exemple. De quoi s’arracher les cheveux !

On comprend alors que la pilule soit dure à avaler pour bon nombre de Burkinabè, dans un contexte où ils peinent à se nourrir et à se soigner convenablement. Certains pays en Afrique ont eu le courage de mettre fin à cette gloutonnerie, pour affecter une partie des fonds correspondants dans des secteurs comme l’accès équitable à la santé ou encore la lutte contre le chômage. Les réformes en matière de protection sociale (assurance maladie, lutte contre l’indigence chez les personnes handicapées, les personnes vivant dans la rue, etc.) ne pourraient-elle pas être destinataires d’une partie de l’économie qui sera réalisée sur les finances publiques affectées aux fonds communs ?En tout cas, ça serait une piste pour une équitable répartition du fruit de l’effort de tous. Le Gabon, pour ne pas le citer, l’a fait avec grand succès !

Au-delà des passions, des accusations de jalousies brandies contre les pourfendeurs des fonds communs, la question mérite un traitement apaisé mais profond. Pas seulement pour les quelques milliers de fonctionnaires de l’administration publique, mais au nom de ces millions de Burkinabè qui, dans les profondeurs du pays, contribuent à alimenter des fonds par le payement de taxes, sans bénéficier d’aucun des privilèges de l’État en retour.

La situation actuelle fait ressortir 21 fonds communs et assimilés repartis entre une douzaine de ministères et institutions ; certains se gérant sans passer par le Trésor public, voilà la réalité ! De 7,43 milliards FCFA en 2010, les primes de fonds communs du seul Ministère de l’économie, des finances et du développement sont passées à 55 milliards FCFA en 2017. Il faut bien à un moment sonner la fin de la récréation. Aucune société n’avance sans réformes, surtout lorsque l’injustice est aussi criarde. Les réticences de quelques Burkinabè qui craignent de voir leurs privilèges s’envoler peuvent donc attendre.

Il faut du courage et de l’audace pour une redistribution sociale

Le cas burkinabè, en ce qui concerne la volonté farouche du Gouvernement d’opérer des réformes de profondeur, n’est pas singulier car certains pays africains ont su arrêter la saignée des ressources de leurs pays partagées entre quelques « super fonctionnaires ». Dès 2014, Ali Bongo, le président gabonais, décidait de taper du poing sur la table pour réforme r« son » système des fonds communs, vieux de 40 ans et hérité de l’époque de son défunt père. Doté initialement d’une cagnotte annuelle de 212 milliards FCFA (oui, n’est pas pays pétrolier qui veut !), là également ce bonus était versé aux agents des douanes, impôts et Trésor public, ainsi qu’à ceux relevant du secteur des hydrocarbures.

Dans la douleur mais avec une grande efficacité, après d’âpres négociations centrées sur l’intérêt collectif et non plus sur les seuls intérêts particuliers des fonctionnaires, une vraie « révolution » a été entreprise. Cette révolution a abouti à la transformation des fonds communs en prime d’incitation à la performance (PIP). Concrètement, cela a donné les résultats suivants :
- d’abord, la PIP a été plafonnée depuis lors à 100 milliards FCFA au total par an, alors que le total des fonds communs était de 212 milliards FCFA ;
- ensuite, le nombre de bénéficiaires, qui était d’à peine 10 000 fonctionnaires, a été multiplié par 3, passant à 30 000 agents de la fonction publique gabonaise au total ;
- enfin, et c’est le plus intéressant, l’économie financière réalisée au titre de la réduction des fonds communs, soit 112 milliards FCFA, a été affectée en totalité aux chômeurs et aux indigents via d’une part la Caisse nationale gabonaise d’assurance maladie universelle et d’autre part le Fonds national d’aide sociale.

N’en déplaise à ses pourfendeurs, on doit reconnaitre à Ali Bongo d’avoir créé les conditions de l’équité et de la justice sociale dans le partage des fruits de la croissance entre les fonctionnaires et les populations les plus démunies. Bien entendu, la réforme des fonds communs dans ce « petit » pays a fait grincer des dents dans les régies financières. Cela s’est manifesté par la démultiplication des grèves. Mais grâce au soutien de l’opinion publique largement favorable et sensible à la question de la justice sociale, cette réforme est finalement passée et le Gabon est cité aujourd’hui comme un exemple.

Une réforme pour la protection sociale de tous

Si un pays riche en ressources pétrolières, forestières, portuaires et agricoles comme le Gabon ressent la nécessité de « mettre de l’ordre » dans son système d’intéressement de ses fonctionnaires, que dire d’un pays comme le Burkina Faso dont les ressources sont dérisoires, où « tout est prioritaire » comme on aime le dire et où les périls sont grands aujourd’hui en termes d’investissements dans la sécurité, l’autosuffisance alimentaire, la santé, la modernisation des structures de production, l’urbanisation, l’assainissement, etc. ?
En clair, il ne faut pas être un devin pour imaginer ce que pourrait faire notre Gouvernement avec l’économie budgétaire qui sera faite sur les fonds communs « de la discorde ».

Espérons que les discussions prévues au mois de juin 2018 sur la réforme du système de rémunération permettront au Gouvernement Paul Kaba THIEBA et ses interlocuteurs de poser sereinement les bonnes questions. C’est à ce prix que le Gouvernement, et tous ses interlocuteurs de bonne foi, pourront s’attirer définitivement la sympathie populaire en mettant l’accent sur les contraintes du financement de la sécurisation de notre pays, mais aussi sur la redistribution équitable des maigres ressources disponibles. Et quoi de plus porteur que d’investir par exemple dans l’accès à la santé des plus démunis ? Ou encore dans la protection des personnes vulnérables vivant dans nos rues et dont on nous annonce des meilleures conditions de vie ? Cela traduirait fort bien l’esprit de solidarité nationale et d’équité prônée à cor et à cris par le Gouvernement, en plus de lui attirer la sympathie populaire et de convaincre les plus sceptiques du bien-fondé de la réforme désormais irréversible.

Rappelons que lors de son discours à la Nation du 31 décembre 2017, le Président du Faso a fait de l’année 2018 celle de la concrétisation de l’assurance maladie. Rappelons encore l’annonce faite par le Gouvernement au cours du mois d’avril 2018 de s’attaquer aux souffrances et à la précarité des personnes vivant dans la rue. Il est annoncé de meilleures conditions de vie et de protection sociale pour ces catégories de population qui n’attendent qu’un petit coup de pouce de l’État, très loin des budgets phénoménaux distribués chaque année en fonds communs à nos « super fonctionnaires ! »

Toussaint Bazaman
Expert en communication et plaidoyer
toubazam@yahoo.com
+226 58394088

Vos commentaires

  • Le 31 mai à 18:54, par Yam En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Ton analyse ’est pas complète. Et ceux qui ont des statuts particuliers n’est ce pas de l’injustice. Bal à terre. Si on veut résoudre un problème global, on met fin à tous c’est a dire statut particulier et fond commun.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:00, par Revoltuion En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    C’est du propre, Mr. Bazaman, et c’est bien valide, n’en deplaise aux imperalistes gloutons qui ne pensent qu’a leurs panses et leurs bas-ventre.
    La verite est revolutionaire, la patrie ou la resurection nous vaincrons.

    Répondre à ce message

    • Le 31 mai à 20:23, par Le juste En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

      Ton analyse est valide dans un seul sens.
      Le sens de communicateur qui n’a aucune notion d’économie. Oui dans ce sens de celui qui a fais plusieurs fois sans succès des concours qui donne droit au fonds commun. Votre analyse est vraiment valide pour tous les égoïstes qui viendront et qui vous ont déjà soutenu dans votre communication. Si vous étiez juste vous devriez le faire dans tous les sens.

      Avez vous pensez aux conséquences de la suppression ? D’ailleurs il vous faudra une formation complémentaire pour voir sous
      cet angle.
      Pensez-vous que la suppression garantira tout ce que tu propose ? Surement pas ! votre capacité d’analyse encore en cause.

      Répondre à ce message

      • Le 1er juin à 09:22, par A qui la faute ? En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

        Qu’est-ce que vous-même vous proposez ? On donne des milliards à tout le monde ? Le problème que vous refusez de voir c’est que le Burkina est un des pays les plus pauvres du monde et ne peut pas supporter la masse salariale des fonctionnaires. Les FC, la gabégie budgétaire des ministres, les privilège réservés à la première dame, ça fait partie des choses à supprimer ou ...à généraliser à tout le monde si on en a les moyens. Vous n’êtes pas les seuls à avoir des familles à nourrir. Les chomeurs et les gens qui dorment dans la rue sont aussi des burkinabé

        Répondre à ce message

      • Le 1er juin à 09:53, par Yaa-Mâam En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

        Vous me faites pitié.Quelqu’un avance une idée, et puisque cette idée va à l’encontre du remplissage de votre panse, il faut suggérer qu’il n’a pas droit à la parole parce que lui, il n’a pas fait les sciences économiques. D’ailleurs c’est quelle économie que vous étudiez à l’ENAREF ? Mon oeil d’économistes formés à l’ENAREF. Je préfère un analphabète qui fait des propositions pour faire avancer les idées aux prétendus intellectuels qui sont allés apprendre un savoir aux frais du contribuable et qui utilisent ce savoir pour piller ce même contribuable.
        L’aveuglement dans votre égoïsme vous fera tout perdre. Vous êtes contents aujourd’hui de jouir des indemnités de logement. Au départ, il n’ y avait que les enseignants qui avaient droit à cette indemnité et elle s’est élargie progressivement aux autres. Quand il été question de la donner à tous les fonctionnaires, les enseignants n’ont pas refusé au motif que les autres n’utilisent pas leurs domiciles comme bureaux. Il aisé de comprendre vos sueurs froides à l’idée que l’on mette fin à ce pillage de nos maigres ressources, parce vous avez des contracté prêts sur 10 ans sur ce fonds commun alors que vous n’avez pas encore collecté les recettes des dix prochaines années. Commencez à discuter avec vos assureurs. Il y a une simple leçon de vie que vous refusez d’apprendre.Dans la société, les pratiques qui durent très longtemps, même si elles ne sont pas bonnes, c’est celles sur lesquelles tout le monde est d’accord. Mais dès lors que avis divergents apparaissent, ces pratiques vont inéluctablement disparaître ; c’est juste une question de temps. Par exemple, tant tout le monde était unanime pour pratiquer l’excision dans nos sociétés, les filles ont été excisées à tours de bras, au grand bonheur des parents et celles qui pratiquaient l’excision étaient sûres d’être dans un corps de métier qui n’aura jamais de fin. Mais dès lors que des avis divergents sont apparus, cela a pris le temps qu’il fallait, pour arriver à criminalisation de cette pratique.Les fonds communs c’est la même chose, trouvez-vous une posture qui mettra d’accord tout le monde et sauverez peut-être quelque chose. A bon entendeur.

        Répondre à ce message

        • Le 1er juin à 15:00, par Le vieux Sage En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

          A mon avis les Financiers sont avant tout des diplômés de licence, maitrise , DEA ou DESS en droit ou en économie. Donc kôro Yaa Maam je pense que tu dois être un illettré. Ne pense pas qu’on devient financier qui veut. tu connais bien les conditions d’admission à l’ENAREF. Les enseignants se sont battus pour obtenir une bonification d’échelon et des indemnités ( de logement et spécifiques). les agents de santé se sont battus et ont obtenu leur statut particulier (loi sur la fonction publique hospitalière). tous les corps para militaires ont un statut particulier si je me trompe pas. c’est comme sa la lutte et je les félicite énormément. Que font les autres corps pendant ce temps ? absolument rien. Au lieu de se battre pour obtenir des avantages. ils sont là entrain de se faire distraire par le débat sur le fonds commun. pire, ils souhaitent la suppression du fonds commun et même des sanctions plus sévères que les révocations de fonction. je pense que le réveil serait très douloureux pour eux lorsqu’il verront que le Gouvernement et la CS-MEF ont trouvé un accord. car cet accord, quelque soit sa valeur, va certainement soulager les agents du MINEFID. et ces là que les autres corps constateront qu’ils sont mal traités mais ce sera peut être trop tard pour eux de revendiquer. Ne souhaite jamais le pire même à ton ennemi. SOYEZ TOUS BÉNIS. AMEN

          Répondre à ce message

      • Le 1er juin à 12:25, par Réalisme En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

        Tu n’es pas du tout juste. lui au moins il a pu proposer quelques choses. Et toi ? Ah j’oubliais ça va dégraisser certaines personnes. Toogo !!!!

        Répondre à ce message

      • Le 1er juin à 13:59, par aff En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

        Voilà encore un qui se prend gros la tête en pensant rien qu’à lui seul et à son ventre. Fais nous comprendre qu’il a tort au lieu de dire qu’il a raté le concours qui donne droit au FC. Prouve nous que tu ne fais pas partie de ceux qui ont triché ou acheté le concours. On sait où se trouvent les personnes intelligentes. Il faut arrêter ce pillage et vite.

        Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:05, par Mametogsé En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Bonsoir mon chere jounaliste continuer votre mascarade publicitaire nous on vous regarde seulement (votre reponse)

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:09, par Ton Nina poukamin En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Je suis partant mais cette équité devrait être intégrale.
    A l’exception des ministres et présidents d’institution, un poste nominatif ne donne droit à aucun avantage de quelque nature que ce soit. Dans le cas contraire, il devrait faire l’objet d’un recrutement ouvert à tous avec des tdrs et des jury de recrutements crédibles.
    Sinon ce serait médiocre, malhonnête et mesquin de nommer les coquins, les copines et les ressortissants pour prendre des rondeurs du "goutingouloungou" c’est à dire bousier de corttes pendant qu’on serre la ceinture de autres pour en faire des "vouninvougou" c’est à dire guêpes façonnés.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:14, par ZAMBO En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    "De 7,43 milliards FCFA en 2010, les primes de fonds communs du seul Ministère de l’économie, des finances et du développement sont passées à 55 milliards FCFA en 2017". J’ajoute : les projections de 2018 sont de l’ordre de 100 milliars environ. Comprendra qui veut. Féicitation Monsieur TOUSSAINT, tu n’est pas burkinabé, tu es un voltaique. Au japon, quand les fonctionnaires sont en grève, ils portent des brassares noirs au bras et font la surproduction pour montrer leur amour pour leur pays et leur travail. Au burkina on s’assoie dans le bureau de 7h à 16h pour justifier sa présence au service et refuse de travailler en accusant le reseau parce que on a dit que sit ing est illégal. Bande de pareusseux !!!

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:20, par Ignare En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    hummm, belle analyse selon les avertis éclairés. Mais il serait intéressant que notre Expert vérifie combien de temps cette réforme a tenu au Gabon et même dans d’autres pays.Ne sont-ils pas revenu sur celle-ci ? J’attends de voir la suite !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:22, par Rayangnewende En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Monsieur l’expert en communication. On sent vraiment que tu t’es étalé sur un terrain que tu ne maîtrise pas. Encore un autre frustré ? Ton analyse est très restrictive car tu a ignoré beaucoup de paramètres. Eh oui beaucoup de paramètres. Mais je ne t’en veux pas.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:24, par L’homme noir En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Pourquoi ne pas revendre par la même occadion les renauld talisman, V8, supprimer le poste de haut représentant, ministre d’État, supprimer les subventions aux médias, réduire les salaires pour financer l’assurance maladie. continue mon frère, continue...

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:24, par Thom’S En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Merci de vos analyses avec des propositions concrètes. On ne peut pas continuer à distribuer des fonds communs à une minorité de fonctionnaires pendant que la majorité souffre. C’est de l’injustice criarde et cela doit prendre fin pour le bonheur de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:31, par Rayanes En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Une piètre analyse.Et les caisses noires ?le budget de notre Assemblée Natonale qui a été démultiplié ? Certains contrats léonins au pays ?les factures impayées de la sonabel et de l’Onea par certains intouchables ?les malversations dénoncées par les rapports de l’ASCE-LC ?les déperditions de recettes occasionnées par la corruption et dénoncés par le RENLAC ?les prêts non remboursés par certains gourous du pays et révélés par la presse ?....La fixation sur le FC des financiers n’est qu’un trompe-l’oeil.Soutien total aux financiers.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:37, par Dire En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Rien que la vérité ! Si seulement nôtre gouvernement pouvait passer à l’action en supprimant simplement et purement ce fond commun ! Cela pourrait permettre à notre pays de mettre à une forme d’injustice et de pillage systématique. Nous comprenons la réaction des financiers car il n’est pas toujours facile de perdre les avantages que l’on dispose. Mais avec le temps eux mêmes comprendrons le bien fondé de cette action. Dans tout les cas c’est le Burkina qui gagne.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:37, par Bienvenue En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    UN JOURNALISTE VENDU ! TU CROIS QUE CES EN SUPPRIMANT LE FONDS COMMUN QUE LE BURKINA SORTIRA DE SA MISÈRE ! C’EST SIMPLE ! C’EST PARCE QUE VOUS JOURNALISTE VOUS N’A PROFITÉ QUE VOUS FAITES DU DILATOIRE ! ALLONS SEULEMENT !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:47, par Le bon analyste En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Mr l’expert en manipulation, l’exemple gabonais dont tu parles, j’ai lu le document et je pense que tu ne dis pas toute la vérité. Au Gabon, les montants ont été encadrés parce qu’il y avait des DG qui touchaient plus de 100 millions de fcfa par mois. Ce montant étant très exorbitant par rapport à sa rémunération, il a trouvé un moyen de réduire le pouvoir financier de ces DG et quelques directeurs. Cette réduction (montant 212 milliards ramené 100 millards pour les anciens bénéficiaires) et le recadrage des montants a permis de dégager une marge qui a été répartie à d’autres secteurs et ton assurance maladie universelle pour des velléités électorales.
    Et tu dis ceci : "Mais grâce au soutien de l’opinion publique largement favorable et sensible à la question de la justice sociale, cette réforme est finalement passée et le Gabon est cité aujourd’hui comme un exemple". Dans ledit document ce passage n’existe pas, on ne voit aucunement la manipulation de l’opinion publique. De grâce soyez sincère ce que vous lisiez, nous sommes dans un village planétaire, on peut faire des recherches sur ces documents. On n’a en aucun moment parler de supprimer le fonds communs comme vous le souhaitez mais un recadrage et une ouverture vers d’autres secteurs qui avaient deja des Primes similaires. Et le fonds communs est devenu "Prime d’Incitation à la Performance (PIP). Voici le passage du 2è article :" Signalons toutefois que les autres agents bénéficiant déjà d’une prime similaire, au départ exclus de la PIP, ont été réintégrés dans ledit mécanisme. Il s’agit notamment des bénéficiaires de la Prime d’incitation à la fonction enseignante (PIFE), des bénéficiaires de la Prime d’incitation à la recherche (PIR), et enfin des agents touchant la Prime de risque sanitaire".
    Enfin, juste te rappeler que les financiers n’ont pas inscrit un point "fonds communs " dans leur plateforme mais ils demandent un statut sécurisant. Pour finir, le fonds communs est un acquis historique que des dirigeants ont perçu et continuent de percevoir, donc on ne peut pas le supprimer. Et puis n’oublies pas que nos financiers ont bossé avec beaucoup de gabonais à L’ENAREF.

    Répondre à ce message

    • Le 1er juin à 00:39, par le vent En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

      Mon frère ce n’est pas parce que le fonds commun n’a pas été supprimé au Gabon qu’il ne le sera pas au Burkina. Gabon ce n’est Burkina. Rock connait bien les conséquences des mouvements sociaux au Burkina. Il a connu 66, 2014 et 2015.

      Répondre à ce message

    • Le 1er juin à 08:24, par Curieux En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

      Please, est-ce qu’on peut nous dire ce qui se trouve dans ce concept de "statut sécurisant" là ? Il y a tellement de non-dits dans cette affaire avec les financiers ! J’aurais appris que dans le cadre de ce statut sécurisant, ils veulent bénéficier des FC même pendant leur retraite... C’est vrai ? C’est faux ? C’est donc à vérifier.

      Répondre à ce message

    • Le 2 juin à 11:47, par RIMBILA En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

      Merci pour ce verbiage creux, à peine en mesure de justifier ta soupe. Tu dis "Enfin, juste te rappeler que les financiers n’ont pas inscrit un point "fonds communs " dans leur plateforme mais ils demandent un statut sécurisant.". J’ai l’impression que tu crois parler à des ignares. Que veut dire "statut sécurisant" pour vous financiers ? Que voulez vous sécuriser en dehors de votre FC ? Les salaires et indemnités ne le sont-ils pas déjà ? C’est du reste ce point et celui de "l’arrêt des reformes entreprises sans l’adhésion des travailleurs" les deux points saillants de votre plateforme.Tout le monde le sait. Protéger votre FC et vous permettre de toujours dealer, en bloquant les reformes pour plus d’efficacité et de transparence. Pour revenir sur les montants du FC, l’auteur ici a juste donné un exemple de courage en Afrique. Moi, j’irai plus loin. Chez le colon qui a institué ce FC selon le SG du SYNAFI, comment les primes sont encadrées ? Lis l’article sur la remuneration des fonctionnaires en FRANCE en 2017 dans le FIGARO. Tu verras que ta soupe de FC est encadrée labas et ne peut excéder 1/3 du salaire. C’est comme ça. Les bêtises et aberrations qui se passent dans les autres pays francophones africains ne sont et ne seront jamais des modèles pour nous au BF. Du reste, aucun pays francophone malgré leur richesse n’est parmi les 10 puissances économiques de l’Afrique. Cela est du aux sales pratiques héritées du colon et non actualisées comme ton FC et autres malversations. Demande à l’administration financière au Ghana, au Nigeria , en Tanzanie et autres pays anglophones, si elles ont des primes annuelles pour leur travail ? Si oui, c’est quelle proportion de leur salaire ? Les reformes partiront du BF pour atteindre tous ces pays francophones. D’ailleurs, qu’est-ce que ces pays t’inspire, en dehors du FC ? Donner deux ou trois fois son salaire à un travailleur comme prime ne sera jamais sécurisé au Burkina Faso.

      Répondre à ce message

      • Le 2 juin à 15:51, par Le bon analyste En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

        Cher rimbila (petit mange mil), je ne sais pas si tu comprends bien français, tu es guidé par haine viscérale difficile à traiter. Tu es vraiment perdu à tel point que tu veuilles faire plaisir à tes mentors tapis dans le noir. Les financiers auront toujours leur fc et toi tu n’auras que tes yeux pour pleurer. Comme tu es un activiste mppiste, tu ne pourras jamais analyser mon post. Trop ignorant. Mange et tais toi.

        Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:51, par Alex En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Quelle analyse pertinente. Comment après un Faso poste insurrectionnel des individus s’arrogent des fonds du contribuable alors que leurs compatriotes croupissent dans la misère.
    C’est pathétique et hypocrite de leur part. Quel cynisme ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 19:55, par Zot En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Tu peux défendre ton point de vue mais il ne faut pas raconter des inepties. Tout un expert qui vient dire : “ mais au nom de ces millions de Burkinabè qui, dans les profondeurs du pays, contribuent à alimenter des fonds par le payement de taxes, sans bénéficier d’aucun des privilèges de l’État en retour”. Bénéficier des privilèges de l’état c’est quoi pour un intellectuel comme toi ? Tu ne sais pas l’hôpital, l’école, les routes, les forages, l’éclairage publique, les soins gratuits pour enfants de moins de 5 ans et femmes enceintes, etcétéra font partis des privilèges de l’état ? Et quand tu parles payer les taxes il faut te demander combien les communes arrivent à percevoir comme taxes ? C’est à peine 2 milliards de francs cfa avec sa tu viens nous parler de privilèges.
    Pourquoi tu vas jusqu’au Gabon pour trouver un exemple de pays qui a mis fin au fonds communs, n’y a t’il pas de pays à côté de toi pour prendre en exemple. Comme tu l’as si bien dis le Gabon est un pays pétrolier il est plus facile de faire rentrer l’argent dans le budget de l’état comparé à un pays comme le Burkina ou c’est seulement quelqu’un individu il faut pourchasser pour pouvoir boucler le budget avec tout ce que cela comporte comme risques.
    Si on doit supprimer les fonds communs il faudra aussi supprimer beaucoup de choses avec.
    NB : je ne suis pas bénéficiaire du fonds communs à ce jour

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 20:08, par le médian En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Analyse profondément subjective. Le FC ne saurait être la cause de la souffrance de nos populations. Que dites vous des créances de plus de mille milliards non recouvrées et aucune diligence n’est mise en oeuvre par ce gouvernement incapable qui surfe sur du populisme sans lendemain ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 20:10, par le médian En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Analyse profondément subjective. Le FC ne saurait être la cause de la souffrance de nos populations. Que dites vous des créances de plus de mille milliards non recouvrées et aucune diligence n’est mise en oeuvre par ce gouvernement incapable qui surfe sur du populisme sans lendemain ? Notre développement ne sera jamais possible tant que nous restons hypocrites.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 20:18, par le vent En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Je voudrais vous remercier pour votre analyse et profietre intervenir autour de 03 points. Le premier porte sur les comparaisons que nos chers agents du MINEFID font du FC Gabonnais à celui burkinabè. Nos frères financiers aiment fièrement déclarer que Ali BONGO a tenté de supprimer le FC et qu’il a fait machine arrière. A ces déclarations je répondrai que les réalités du Gabon ne sont pas celles du BF. Au Gabon, les fonctionnaires ont des salaires et non des perdiems. Au Gabon, le clan BONGO règne sur le pays depuis plus d’un demi siècle. Cependant au Burkina nous avons éjecté les mains nues 02 de nos dirigeants, faire échec à un coup d’état qui avait pratiquement réussi ... En somme, le Gabon est le Gabon, le Burkina le Burkina.
    Mon deuxième point porte sur les pays pratiquant le FC. Quand on écoute nos frères, ils aiment brandir les textes de l’UEMOA. En dehors de l’UEMOA, les pays comme le Gabon (encore lui), le Cameroun, la Côte d’Ivoire sont cités. Le dénominateur commun de ces pays est qu’ils ont en commun le Francs CFA. Et lorsqu’on cite les modèles de croissance en Afrique, ils sont généralement absents. Ainsi, je voudrais poser quelques questions : le FC existe t’il aussi dans les pays anglophones avec des proportions similaires ? Y’a t’il FC aux USA, en France, au Japon, .... avec des proportions similaires ? Aidez moi.
    Ma dernière intervention est une interpellation à l’endroit de nos dirigeants à mettre tout en œuvre pour mettre fin à cette injustice. A diplôme égal, salaire égal, et à chacun son statut. Des petites différences peuvent être tolérés en fonction des spécificités des corps. Ce sera la meilleure manière de parfaire notre insurrection après le départ des COMPAORE et la suppression du RSP. Rock héyiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 20:33, par tiibo En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Hé hé burkinabè, savez vou pourkoi au burkina nou n’avons pas d’artiste international ni de pers inter dans un klkonke domaine : Reponse la méchanceté du burkinabè et c’est ce ki ressort ici. Au mali a coté des agents ont 5000000f chaque trimestre coe fc. Ici au BF des gens touchent mieux ke des ministres mais cela est normal. Nou supprimerons le fc et le transformerons en autre chose. Ce regime s’en ira en 2020 mes amis et donc fodra pa tomber dans leur jeu en s’emprenant aux financiers ssurtout kan vous savez tres bien k ceux ci ne sont pas les mieux traités en tant ke fonctionnaires.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 20:59, par Le bon analyste En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Cher expert, as-tu fait des projections macroéconomiques pour voir l’impact de la suppression du fonds commun sur l’économie ?
    * Penses tu que 55 milliards en plus peuvent sauver le pays en agonie économique ?
    * Quelle motivation voudras tu donner au personnel du MINEFID pour atteindre de bonnes performances ?
    * Comment pourras tu lutter contre la corruption ?
    * Quel avenir donner à ce personnel d’un ministère aussi stratégique ?
    * Poses toi la question, est ce que Rosine a le même salaire que Remis le porte parole ?
    Si tu penses que la suppression du fonds commun, la suppression des libertés syndicales peuvent faire avancer le pays, je voterai en 2020. Malheureusement pour toi, ça sera un vrai échec pour le pouvoir.
    Il faut que le Président se dise que les financiers sont des burkinabé, qu’on arrête de les opposer à la population (je n’ai pas dit le Peuple), qu’il donne la prime à tous les fonctionnaires, il verra le résultat.
    Cher President, n’ecoutez pas :
    * cet expert en manipulation ;
    * Rosine ;
    * Remis ;
    * PKT ;
    Pensez à la réconciliation des filles et fils du pays ;
    Ne créez pas d’autres martyrs (qui seront les financiers et autres fonctionnaires qui ont des enfants qui comptent aussi sur le pays).

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 21:11, par Le bon analyste En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Mr le Président, si vous supprimez les fonds communs, revendez les talisman, les V8, supprimez les postes comme le Haut représentant, ministre d’État, etc., payer l’eau, l’électricité, le téléphone, voiture et carburant comme les autres fonctionnaires, supprimez tous les statuts particuliers.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 21:19, par Gombo En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    C’est triste pour les pro fond commun il faut supprimer les fonds communs le chef de l’État doit se montrer poignant il faut prévoir de grosses réformes pour tous les corps socio professionnels sans exception.annuler les statuts particuliers.valoriser l’indice salariale.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 21:24, par Le bon analyste En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Conseil Entre-nous
    Voilà ce qu’on est entrain de faire aux agents du MINEFID
    Que chacun médite ces parole
    Agents du MINEFID, tenez bon.

    L’âne au fond du puits. Un jour, l’âne d’un fermier est tombé dans un puits. L’animal gémissait pitoyablement pendant des heures, et le fermier se demandait quoi faire. Finalement, il a décidé que l’animal était vieux et le puits devait disparaître et de toute façon, ce n’était pas rentable pour lui de récupérer l’âne. Il a invité tous ses voisins à venir et à l’aider. Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à enterrer l’âne dans le puits. Au début, l’âne a réalisé ce qui se produisait et se mit à crier terriblement. Puis à la stupéfaction de chacun, il s’est tu. Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce qu’il a vu. Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l’âne faisait quelque chose de stupéfiant. Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus. Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l’animal, il se secouait et montait dessus. Bientôt, chacun a été stupéfié que l’âne soit hors du puits et se mit à trotter !’ La vie va essayer de t’engloutir de toutes sortes d’ordures. Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer. Chacun de tes ennuis est une pierre qui permet de progresser. Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n’arrêtant jamais. Il ne faut jamais abandonner ! Secoue-toi et fonce ! Rappelle-toi, les cinq règles simples ! À ne jamais oublier, surtout dans les moments les plus sombres. Pour être heureux / heureuse :

    - 1. Libère ton cœur de la haine.

    - 2. Libère ton esprit des inquiétudes.

    - 3. Vis simplement..

    - 4. Donne plus.

    - 5. Attends moins.

    Texte de Me Carole Herbst

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 21:40, par tiibo En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Pourkoi pa si le chef de l’etat a une maitrise donner lui un salaire de professeur de lycées. Reveillez vous mr vou meme vou voyez ke cela est une utopie. Les domaines de souverenités ne sauraient etre traités de la meme maniere ke les accessoires vous aussi. Justice, defense, affaires etrangeres , finances sont partout en statu particulier mes amis.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 23:35, par Sans rancune En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Monsieur l’expert, quand on ne connait pas on se tait.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 00:36, par Alex En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Le syndicat des financiers réclame un statut sécurisant. Ce qui est normal. Pour moi, la suppression des FC va plutôt vous sécuriser. Avec les FC beaucoup ont sombré dans l’alcool, la malbouffe et bien d’autres vices. Cela engendre un problème de santé publique qu’il faut résoudre. Moi je suggère qu’on supprime les FC pour protéger nos vaillants frères financiers afin qu’ils fassent émerger le Pays.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 01:40, par La sagesse En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Ce

    affaire fonds communs

    Ce n’est pas simple ce fameux fond commun qui divise les burkinabé. C’est très simple si la majorité du peuple n’en veut pas alors supprimez le et ce serai dans les annales de l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 02:48, par Sincerité En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Bien parlé Gombo. Cet argent à problème doit être :
    - soit réparti à tous les fonctionnaires,
    - soit l’investir dans des réformes de développement.
    Et terminée la bagare. D’ailleurs, chacun a un salaire ainsi que d’autres avantages

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 06:33, par sniper En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Vous remarquerez que ce sont les fonctionnaires les mieux nantis qui font le plus de grèves et de débrayages. Comme quoi, l’argent n’a jamais été suffisant pour un mortel et qu’un gain élevé ou relativement élevé n’est point la parade face à la corruption.
    Soyons raisonnables en toutes choses, surtout dans ce pays guaribou, qui est sur pieds en grande partie grâce aux sacrifices de citoyens d’ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 08:25, par HUG En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Il faut absolument repenser l’octroi des fonds communs pour plus de justice sociale.En plus, il faut repenser les corps à statut particulier, valorisant et autres car le fond c’est qu’on distribue injustement de l’argent à des gens. Chaque corps n’est ’il pas particulier ? Est ce l’agent de santé fait ce que l’enseignant fait ; est ce que le travailleur social fait ce que le contrôleur ou l’inspecteur de travail fait ? Non et non. Les fonctionnaires ayant un statut particulier vivent le mieux tandis que les autres fonctionnaires qui n’ont de fonds communs vivotent. Ce n’est pas normal, diplôme égal salaire égal. Si lors de la rencontre du 12 au 14 juin concernant la remise à plat des rémunérations au Burkina Faso ces questions ne trouvent pas une réponse c’est que la rencontre n’aurait pas atteint l’objectif visé. L"INJUSTICE SOCIALE EST LA MERE DE TOUS LES MAUX.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 08:29, par le visionnaire En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    le fonds commun divise l’opinion publique , le gouvernement de Rock doit taper fort sur la table,taper sur la table signifie étendre le fonds commun a tous les fonctionnaires car ils contribuent au développement du pays ; préalablement des reformes doivent être entreprises dans l’administration publique.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 08:31, par Le conseiller En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Félicitations mon Chers Analyste. Votre travail est très propre n’en déplaise aux bénéficiaires de l’injustice. Pour une justice sociale entre burkinabè, le fonds commun, les primes de rendement doivent être supprimés. Pas de supers citoyens ou de supers fonctionnaires.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 08:32, par luc En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    A l’attention des financiers qui interviennent sur ce forum, l’analyste n’a jamais demandé la suppression du fond commun mais son plafonnement. Et je le soutiens. C’est du propre. le gouvernement doit au nom de l’intérêt général, plafonner les fonds communs. Il y a combien de personnes qui meurent juste parce qu’elles ne sont pas capables d’honorer une ordonnance. Les plus vulnérables sont les femmes enceintes et les enfants. Alors, il est impérieux et pour la pérennité de l’assurance maladie, qu’il y ait des initiatives de ce genre pour la financer. C’est dans cette dynamique que les richesses profiteront à tous.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 08:42, par l intègre En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Mes chers financiers il faut revoir votre manière de vous défendre votre fc car vos arguments sont de plus en plus pitoyables. Les comparaisons sans fondements retournent de plus en plus l opinion contre vous. sachez que vous êtes dans du faux et donc savoir négocier. Et le comble dans tour ça vous ne bosser pas les amis vous êtes toujours prêts a monnayer vos services.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 09:03, par la loupe En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Bjr. Pour cette minorité qui dénigre l’analyse de l’expert ils laissent voire seulement qu’ils sont malhonnêtes. Pourquoi ceux qui bénéficient du FC ne luttent pas pour que tous les Fonctionnaires soient rémunérés pareillement ? Comme ça, on allait vous soutenir. Pensez vous que les autres vont cesser leurs grèves tant qu’ils sauront que l’État vous préfère par rapport aux autres, que vous êtes ses enfants gâtés. Nous faisions une jalousie positive parce que nous appartenons tous à notre père qu’est l’Etat. Bonne chance nous tous !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 09:03, par Freedom En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Félicitation M. Bazaman pour cette analyse très pertinente.

    C’est vraiment pitoyable que des personnes (soit dit en passant des intellectuels) tombent aussi bas en mettant leurs intérêts égoïstes au dessus de l’intérêt général et de la justice et de l’équité. Pensez-vous qu’il soit possible pour un pays de fonctionner correctement avec des fonctionnaires composés uniquement de financiers et assimilés ? La réponse est évidemment non. Donc arrêtez d’amuser la galerie avec des argument aussi légers. A quoi servira votre Fonds commun s’il n’y a pas : d’agents de santé pour vous soigner, de FDS pour assurer votre sécurité.... L’ensemble des agents publics constituent les maillons de la chaîne qu’est la Fonction publique. Il n’y a pas de super agents.
    Personne ne jalouse les bénéficiaires du Fonds commun ; ce que nous réclamons simplement c’est la justice sociale et l’équité. Malgré vos mouvements sociaux intempestifs, dont la vrai raison est votre hantise de voir le Fonds commun supprimé ou élargie à tous les agents publics, les réformes nécessaires seront opérées (et ça vous le savez très bien). Vous pouvez continuer de marcher et même de courir. Il appartient au Gouvernement, pour une fois, d’être courageux et de s’assumer dans cette question du FC.

    Encore une fois de plus félicitations M. Bazaman, n’en déplaise à certaines personnes imbues de leurs personnes qui se prennent pour le nombril du monde ; qu’ils continuent de jouer à la politique de l’autruche, leur réveil sera très douloureux.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 09:46, par ido En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Le fond commun est a distribuer a tous les fonctionnaires. Il doit servir egalement a soulager la soufrance des personnes demunis pas uniquement aux collecteurs des ressources financières

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 09:54, par SID En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    La reforme est irréversible et l’analyse est pertinente et courageuse, mystifiez et sacralisez le fond commun comme vous voulez, la logique est telle que ce qui arrive est nécessaire pour la santé du Burkina. Pas les 55 milliards qui sauvent le pays meme si ce n’est pas rien, mais c’est cette tendance a laisser perdurer un traitement sans avenir réservé à une catégorie de travailleurs qui pose problème. Que les autorités ne cèdent à aucune intimidation, et d’ailleurs vous chantez que vous allez bloquer le pays, conséquence des grèves contreproductives et nulles et au finish vous allez vous bloquer, comment prévaloir l’idée que s’il n’ya pas fond commun la corruption est inevitable, si c’est cela le fond commun va mieux attiser votre aptit pour la corruption. un intègre reste intègre. Soutien Madame le Ministre et ne laissez pas les choses se refroidir, faites passer les reformes, nul doute on retrouvera la sérénité.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 10:30, par IB En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Je pense qu’il faut poser le problème du FC sur la table afin de trouver une solution pour ceux qui bénéficie déjà de ce fonds, les autres fonctionnaires qui n’ont pas de FC, et les populations laborieuses en générale. Le FC ne devrait pas être l’apanage des 12 ministères concernés. Si toutefois les personnes lucides de ce pays veulent la justice, une publique productive .

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 11:55, par kirga En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Avec 55 milliards, on peut construire plus de 1800 écoles à 3 classes ou 9166 forages. Faites le calcul vous même. Vous voyez en une année on peut résoudre tous les problèmes liés aux infrastructure du monde éducatif ou irriguer le sahel pour le plus grand bonheur des populations. Étendez l’exercice à d’autres secteur et constatez les avancées que le Burkina pourrait faire.. Ces financiers sont sans cœur donc sans pitié : il faut que les autorités soient forts, c’est pour cela qu’on les a élus. Si les gouvernants ne peuvent pas assurer la sécurité du peuple, ils savent ce qu’ils doivent faire : partir

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 12:22, par citoyen En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    la réaction des financiers les injures montrent qu’ils ont la peur au ventre.si vous êtes aussi serein que vous le dites,restez tranquillement dans votre coin.La fin est pour bientôt

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 13:28, par Mire En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Très belle réflexion ! Imaginez ce que les fonds communs peuvent réaliser comme barrages par an. Avec seulement les 55 milliards cités, on pourrait avoir dix barrages de 5 milliards chaque. Si chaque barrage de cette envergure fixe deux cent ménages pour la maraicheculture et permet d’abreuver combien de têtes d’animaux, je ne sais, imaginons les richesses qui seront créées au bout de dix ans de réorientation de ces fonds dit communs mais qui ne le sont que pou un même groupe de personnes alors que le paysan de mon village doit participer à cette communauté.
    Je ne sais pas combien de temps ce privilège dure ou à duré pour un même clan, mais il est temps que les mêmes fonds soient réorientés vers les populations rurales qui en sont exclues pour au tant de temps et quand la balance sera équilibrée on reparle d’une répartition juste. Nous sommes tous Burkinabé et aspirons à l’amélioration de nos conditions de vie. Le bonheur est est un droit pour tous y compris celui qui gratte la terre pour se nourrir lui et sa famille. Que ceux qui ont toujours bénéficié des privilèges de l’État : Éducation et Instruction, emploi et revenu assuré laissent quelques subsides à leurs frères qui ne sont pas moins Burkinabé ni moins méritants qu’eux !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 13:53, par tiiboo En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    mes amis aucun financier n’a inventé le fc et encore moins n’a fixé le salaire de kelkun dans ce pays. celui ki estime k’il peut avoir un fc kil le mette en place nou le soutiendrons et meme si ca coute 2000000 par mois mais eviter de demander la supprission de ce dont vou navez pas droit mes amis ca vous prolongera la vie, du reste vous etes ridicules.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 13:59, par équité En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Belle analyse, mais n’oublies pas les organes de presse privée à qui l’Etat subventionne à cout de millions annuellement sans soutenir (financer) les autres sociétés privées. Equité pour équité il faut dépassionner le débat et non se focaliser sur un seul aspect parmi tant d’autres. Fonds commun égal à avantage de chaque corps de métier. Essais de compter tu ne pourra pas, même les enseignants qui se plaignent qu’ils n’ont rien là, ils ont leur vacation. Ils ont leur indemnités d’examen qui ne devrait pas exister car la correction fait partir de leurs attributions. Le cout d’organisation des examens se chiffre à des milliards chaque année.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 14:06, par tiiboo En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    je m’adresse a tavers ce commentaires a tou agent du MINEFID (responsables surtout). Levez vous coe un seul homme et bouttons madame la ministre hors du MINEFID et cela le plus tot possible avant d’enflammer ce pays si cher. Nous avons autant de compétences pour occuper ce poste. De toute facon on ne peut travailler avec elle alors pourkoi la retenir ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 14:13, par L’académicien En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Bonjour à tous.
    C’est un débat très intéressant et passionnant que celui des fonds communs du MINEFID.
    En tant que travailleurs, nous devons être solidaires et soucieux des avantages des uns et des autres. L’objectif du mouvement social n’est pas de prendre les acquis arrachés de haute lutte par les uns et les redistribués aux autres. Au contraire, on doit s’appuyer sur ces acquis ou avantages pour accorder des privilèges aux autres, afin qu’ils ne soient pas trop lésés et de mon point de vue ce devrait être l’esprit ou le fil conducteur de la remise à plat. Notre économie, du moins les recettes propres sont largement tributaires du bon vouloir de ces messieurs qu’on qualifie de super fonctionnaires. Je reste convaincu que la suppression de ces fonds communs va entraîner une baisse drastique des recettes à partir du moment où la motivation et l’engagement de ces acteurs seront écornés. La solution réside dans la concertation et non dans la suppression des fonds communs.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 14:22, par L’académicien En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Bonjour à tous.
    C’est un débat très intéressant et passionnant que celui des fonds communs du MINEFID.
    En tant que travailleurs, nous devons être solidaires et soucieux des avantages des uns et des autres. L’objectif du mouvement social n’est pas de prendre les acquis arrachés de haute lutte par les uns et les redistribués aux autres. Au contraire, on doit s’appuyer sur ces acquis ou avantages pour accorder des privilèges aux autres, afin qu’ils ne soient pas trop lésés et de mon point de vue ce devrait être l’esprit ou le fil conducteur de la remise à plat. Notre économie, du moins les recettes propres sont largement tributaires du bon vouloir de ces messieurs qu’on qualifie de super fonctionnaires. Je reste convaincu que la suppression de ces fonds communs va entraîner une baisse drastique des recettes à partir du moment où la motivation et l’engagement de ces acteurs seront écornés. La solution réside dans la concertation et non dans la suppression des fonds communs.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 15:05, par yaa yah boin En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Continuez seulement, quand le privé va refusé de payer ses impôts on verra quel argent vous allez vous distribuer.
    Nous on parle pas trop.
    One Day...

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 15:11, par Joh En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    C’est pas facile pour celui qui mange de céder des morceaux aux autres. Mais au fond, ceux qui ont le FC savent que les autres ont raison. Nous sommes tous burkinabè. Pas du tout jaloux car je suis certains que ce n’est ni par intelligence ni par plus de travail que ce fond est servi. Du reste nous avons tous des amis et promo qui en bénéficient et on se connait. Seulement, c’est trop. Si tous ne peuvent être servi, que ce FC s’arrête car nous avons tous droit aux richesses nationales. Collecter des fonds n’est pas plus important qu’en produire. L’inverse non plus. On adit EQUITE

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 16:07, par amour En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    a travers les commentaires des uns et des autres, je me suis rendu compte qu’il y’a meme pas de problème mais une mechancète pure et simple, une jalousie meurtrière entres les fils et filles du faso. Le diable a prit le dessus. Monsieur le président, maitrisez vous ce dossier ? Vous n’ètes pas sans oublier que les avantages se trouvent à tout les niveaux. Pourrez vous les réguler parfaitement ? Si oui , allez y. Je croyais que vous aviez un PROGRAMME.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 19:48, par Ignare En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    je pense qu’il est de l’intérêt des financiers de ne plus intervenir dans les forums car le niveau des débats est malsain puisque ce qui est mis en exergue c’est faire mal aux autres en injuriant mais aucune solution comme contribution de la plupart des intervenants.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 20:15, par KPINZIN En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Cest de la masturbation intellectuelle ce brouhaha sinon le concours est ouvert a tous les burkinabe.laissez ces financiers t
    ranquille

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin à 05:11, par Moi-meme En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Soutien au gouvernement et a madame le ministre. Je suis contre le fc. C’est du vol et du pillage.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin à 13:00, par DRAME En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Je ne partage pas le point de vue de ce journaliste, savez vous ce qu’on appelle les "droits acquis" ? Ce sont des droits qui ont été acquis sous de longues luttes. Ne viens pas exposer tes tares sur le net. Le collectif des syndicats du MINEFID a tout a fait raison.Cela est confirmé par l’attitude du gouvernement.on ne resoud pas une crise par la répression. Et le dilatoire qu’il serve au peuple a été découvert par tous.Souvenez de ALAIN EDOUARD TRAORE au moment de la modification de l’article 37 au BF et quand il sorti et disait qu’il n’y avait rien en face. REMY est parvenu qui ignore que l’histoire le rattrapera.SOUTIEN SANS FAILLE AU CS-MEF

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin à 13:47, par bilgat En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    pour moi l’auteur pose un problème sur les fonds communs d’une manière générale surement due à l’actualité. je suis médecin et je pense que des fonds comme les ristournes dans les structures de soins font parti des fonds communs dont parle l’auteur. C’est parce que chez les financiers c’est de gros sous que les gens voient uniquement ça.
    l’homme est de nature jaloux c’est naturelle. Mais pour moi nos autorités doivent travailler a avoir une forme d’équité pour tous les agents de la fonction publique. Tous les agents de la fonction publique sont utiles pour le développement du pays et chacun doit travailler à donner le meilleur de lui même dans son domaine. Tous les citoyens du pays sont utiles au développement du pays. L’État doit veiller à donner les meilleurs conditions de travail pour tous ces agents et à tous ces citoyens qui travaillent pour le développement du pays. Mais au Burkina l’iniquité, l’absence de volonté des autorités, l’absence de courage pour des reformes équitables, profondes des autorités constituent le train train quotidien.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 12:18 En réponse à : Fonds communs et assurance maladie : Comment réparer l’injustice sociale

    Pourkoi souhaiter la suppression d’un avantage ke vou n’avez pa mis en place sous pretexte ke vous ne gagnez pas, a t’on besoin de vou dire ce ke vou savez deja : Méchants, jaloux, mauvais a la limite.......vou aussi dans kel pays on supprime les avantages des uns pour le simple fait ke les autres ne gagnent pays et dans kel pays dans ce monde tou le monde gagne la même chose. Il ya tjrs des metiers nobles coe la medecine, la magistrature, la finance.....arrangez vous pour y figurer sinon avec cette jalousie vou irez ridiculema dire aux autres pays de supprimer aussi leur fonds commun. Si le BF est actuelema derriere cest simplema a cause de la mechanceté et de la jalousie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tribune : Comment faire émerger la prochaine génération d’entrepreneurs en Afrique ?
Statut valorisant du monde de l’Education : Quand la guerre des corps prime sur l’intérêt général !
Tribune : De l’indépendance des pays africains, mais quelle indépendance ?
Burkinabè de tous les bords, vous êtes des anges
Burkina : Le PNDES selon l’homme d’affaires Salomon MBUTCHO
Renaissance de l’institut des peuples noirs : Aux origines du projet
Hausse du prix du carburant : Le Burkina s’enfonce inexorablement dans la crise, selon Ablassé Ouédraogo
L’humeur de Sayouba Traoré : « Pauvre Afrique ! »
Nos internautes ont du talent : Polémique sur la paternité de l’échangeur du nord
Tribune de Moussa ZERBO sur le besoin de grue dans la commune de Bobo-Dioulasso
La noblesse du combat des éléments de la GSP et la « débâcle » de notre ministre de la Justice (Paul Kéré)
« Mesdames et Messieurs, en vos titres et grades, tout protocole respecté », une aberration protocolaire selon l’Ambassadeur Mélégué Traoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés