Les défis du gouvernement Thiéba III

Une tribune de Saoyba Traoré • vendredi 2 février 2018 à 17h01min

Parmi les défis qui attendent le gouvernement post-remaniement du Premier Ministre Paul Kaba Thiéba, il y en a deux qui nous semblent majeurs, urgents et incontournables : la situation sécuritaire et la situation alimentaire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Les défis du gouvernement Thiéba III

Ces deux défis sont majeurs, parce que c’est le genre de problème dont la résolution ne peut être remise à plus tard. Plus grave, ces deux problèmes peuvent s’auto-entretenir chacun, s’imbriquer l’un dans l’autre et ainsi combiner leurs effets néfastes. Difficile de courir en se grattant le dos dans le même temps.

La situation sécuritaire

Là, je ne souhaiterais pas me mêler de domaines où je n’ai aucune compétence. Toutefois, je vais dans les villages et je puis dire ce que mon regard de novice croit pouvoir remarquer. Les assaillants ne sont plus à nos portes, ils sont à présent dans nos murs. Regardez simplement sur la carte ! Voyez où ses situent les dernières attaques et vous serez édifiés. Aujourd’hui, c’est Tchembolo, une localité située à 50 km de Djibo. Le lundi 29 janvier 2018 c’était à Pétégoli, localité située à environ 15 kilomètres de Baraboulé. Le 24 décembre 2017 c’était à Déou une localité située à environ 76 km de Gorom Gorom dans la province de l’Oudalan. Les 8 et 9 novembre 2017, c’était à Ariel à 5 km de Nassoumbou à une soixantaine de km de Djibo dans la province du Soum.

On peut continuer longtemps ainsi. Toutefois, il est malsain de faire de la réclame pour les actions de ces groupuscules. Jusque-là, nous avons tenu grâce au courage extraordinaire de nos FDS. Il nous faut conquérir l’assistance des populations locales. Enfin, c’est ce que je pense... Il faut être prudent lorsqu’on pose le pied en territoire inconnu. Je m’empresse donc d’aller voir ailleurs. Et qu’on veuille bien me pardonner si j’ai dit des choses inconvenantes.

La situation alimentaire

Là, je confesse que je suis plus à l’aise pour parler. J’ai déjà eu l’occasion de le dire, la saison pluvieuse n’a pas répondu aux attentes des producteurs. Du reste, on voyait la chose venir. Le Réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine, un réseau international qui surveille les tendances des prix des aliments de base dans les pays vulnérables à l’insécurité alimentaire, publiait ces mots porteurs de sens le 31 Octobre 2017 : « La production céréalière attendue de la campagne agricole humide 2017-2018, qui a été marquée par de multiples séquences pluviométriques sèches et d’attaques de chenilles légionnaires, sera globalement moyenne, avec cependant des déficits très sévères par endroit. »

De leur côté, les autorités gouvernementales burkinabè ne sont pas restées muettes. Les 16 et 17 janvier 2018, la Société de gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGESS), dressait le bilan et les perspectives. D’où il est ressorti que « 17 provinces sont déficitaires avec 83 communes à risque et 42,6% des ménages ». Déjà à cette date des 16 et 17 janvier, c’est-à-dire 3 ou 4 mois après les récoltes, « 132.899 personnes réparties dans les régions du Nord, du Sahel, du Centre-Nord et du Centre-Ouest du Burkina Faso, seraient en situation de crise alimentaire ». Enfin, selon le ministre en charge de l’Agriculture, Jacob Ouédraogo, ces craintes se ressentent « déjà sur le marché, avec une faiblesse de l’offre céréalière par rapport à la normale et des prix assez élevés ».

Le gouvernement burkinabè a décidé d’injecter, cette année, 25 milliards FCFA dans la constitution d’un stock céréalier de 95.000 tonnes, à des fins de sécurité alimentaire. En termes clairs, on reconstitue les stocks parce qu’on n’en sait jamais. Décision salutaire quand on sait que la SONAGESS dispose actuellement d’un stock de sécurité d’environ 17.000 de céréales. Mais, manifestement, il en faut plus. Pour renforcer les convictions à ce propos, allez sur les marchés en ville comme au village. Manque de denrées et prix insupportables pour les budgets des familles. Et nous sommes en février.

Une soudure interminable

Les spécialistes comprendront quand je mentionnerais que la période de soudure n’a même pas encore commencé et la situation est déjà critique. Il faut expliquer la chose en termes simples. En moyenne, les pays du Sahel ne produisent que pour quelques mois de consommation de céréales. Cette situation a donné naissance à une expression employée dans toute l’Afrique : la période de soudure. La soudure est la période qui sépare la fin de la consommation de la récolte de l’année précédente et l’épuisement des réserves des greniers, de la récolte suivante. Durant cette période, la population est contrainte de se débrouiller pour faire patienter les estomacs. Il y a alors souvent pénurie et flambée brutale des prix parfois accentuée par la spéculation. Et généralement, cette période de soudure s’étend de juin à septembre.

Ça veut dire quoi, cette affaire ? Ça veut dire que vers le mois de juin les greniers sont vides, on a besoin de forces pour travailler les champs, et la nouvelle récolte est espérée pour Octobre-Novembre. Cela, cette situation pénible pour tout le monde, c’est la situation que l’on pourrait considérer comme « normale », sinon habituelle. Et dites-vous que là, nous sommes seulement en février ! Et je n’ai rien dit par rapport à la situation des éleveurs sans fourrage et sans abreuvement !

En somme !

Ce n’est pas pour être alarmiste que de dire ces choses, car chacun comprendra qu’il ne servira à rien de parler quand il sera trop tard pour le faire. Attendre le trépas du malade avant de dire ce qu’il aurait fallu faire pour lui sauver la vie, c’est de la sorcellerie pure. Nous sommes avertis et un homme averti en vaut deux. Donc un gouvernement averti...

Bien sûr, et ne soyons pas naïfs, ce n’est pas au gouvernement seul d’agir. L’action nécessaire concerne tout le monde. Si le ministère envoie des vivres dans les villages et que des truqueurs interviennent pour dévoyer les choses pendant la distribution, on voit immédiatement les conséquences de tels actes. On en connaît qui ne pensent qu’à leur gosier. Chacun doit donc jouer sa partition. Soit en facilitant les choses, chaque fois que la providence vous en donne la possibilité. Soit en évitant de poser des actes que la morale réprouve. Aux dirigeants de trouver la bonne impulsion.

Sayouba Traoré
Journaliste

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 février à 20:21, par GUESSAD
    En réponse à : Les défis du gouvernement Thiéba III

    L’autre dame,depuis hier est entrain de sourire seulement.Madame,ici on vous demande de venir travailler au lieu de venir montrer votre charme,qu’on s’en balle.
    Moi personnellement,je ne suis pas déçu de ce gouvernement comme certains le font entendre parce que je n’ai jamais porté une quelconque part de ma confiance au Président RMCK qui est le principal problème du pays.
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 21:16, par Cheikh
    En réponse à : Les défis du gouvernement Thiéba III

    Mon cher Sayouba, tu as vraiment tapé dans le mile. Mais en cette matière, les priorités sont parfois multiples et difficiles à démêler, que "Zyeux voient, mais bouche ne parle pas ". A ce titre d’ailleurs, deux de tes propres phrases en témoignent ici suffisamment, à savoir : "Attendre le trépas du malade avant de dire ce qu’il aurait fallu faire pour lui sauver la vie, c’est de la sorcellerie pure". Autrement dit, la santé est aussi plus qu’une priorité ! Quand on est malade, on ne peut même pas manger.
    "Et je n’ai rien dit par rapport à la situation des éleveurs sans fourrage et sans abreuvement !"
    Ici on constate qu’en parlant d’alimentation, tu regroupes du coup de nombreux départements, tels que : L’Agriculture, l’Elevage, l’Eau, les Infrastructures etc.
    Une manière de dire que du point de vue gouvernemental rien n’est secondaire, et tout se tient. Comme on l’a vu tout récemment avec le front social, même le Journaliste, l’Enseignant, le Fiscaliste, l’Informaticien et j’en passe, se disent indispensables au même degré que le Médecin et l’Agriculteur, sinon plus. Voilà pourquoi, "donner un coup de pied à la fourmilière" comme tu le fais ici, serait très hasardeux. Mais bref, cela peut se ranger quand même dans la rubrique des alertes.

    Répondre à ce message

    • Le 2 février à 23:10, par Sayouba Traoré
      En réponse à : Les défis du gouvernement Thiéba III

      Cher frère, je crois avoir dit "parmi les priorités qui attendent le gouvernement...". C’est même la première phrase de l’écrit. Formule qui laisse sous-entendre qu’il y a d’autres priorités.

      Répondre à ce message

  • Le 3 février à 17:52, par MAXWELL
    En réponse à : Les défis du gouvernement Thiéba III

    Monsieur Traoré,

    Tout à fait d’accord avec votre analyse surtout en son dernier paragraphe. Quand vous prenez une société où le DG et l’ensemble du management travaille et que le personnel ne suit pas, ladite société ne pourra jamais prospérer. Il faut qu’on sorte de cette logique de c’est le Président, c’est le gouvernement, c’est tel ou tel ministre. En fait c’est nous tous. Il faut qu’en 2018 les Burkinabé opèrent 1 vrai changement de mentalité sur la contribution de chacun de nous au développement de ce pays. J’en vois qui se délectent de la note du Président du Faso sur le sondage présimètre, comme étant très faible. Chacun de nous est comptable de cette note. J’en connais qui ont passé leur temps à gréver pour un oui ou pour un non. Pourtant nous sommes tous au Burkina ici et on voit ce qui se passe. Quand vous rentrez dans un maquis sur toute l’étendue du territoire, plus de 50% des clients c’est eux.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés