Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Barrage de Tanvi Nakamtenga (Koubri) : Bientôt la fin des travaux de réhabilitation

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Tambi Serge Pacôme Zongo ( Stagiaire ) • dimanche 14 janvier 2018 à 13h30min
Barrage de Tanvi Nakamtenga (Koubri) : Bientôt la fin des travaux de réhabilitation

Ambroise Niouga Ouédraogo, ministre de l’eau et de l’Assainissement, était en visite, vendredi 12 janvier 2018, sur le site du barrage de Tanvi Nakamtenga dans la commune rurale de Koubri, à une vingtaine de kilomètres de Ouagadougou. Il s’y est rendu pour constater de visu l’état d’avancement des travaux de réhabilitation dudit barrage dont une partie de la digue a cédé dans la nuit du 25 au 26 août 2017.

Le vendredi 25 août 2017, autour de 20 heures, une partie de la digue du barrage de Tanvi, un village de la commune rurale de Koubri cédait en causant d’énormes dégâts dont l’inondation du monastère Saint Benoît de Koubri. Suite à ce sinistre, le gouvernement en accord avec des entreprises, procédait au lancement des travaux de réhabilitation sur financement du budget national.

Il était donc de bon ton, comme le souligne le ministre de l’eau et de l’assainissement, Ambroise Niouga Ouédraogo, « de venir constater de visu l’état d’avancement des travaux ».

Pascal Compaoré de la mission de contrôle des travaux, la bande de 50 mètres (partie ayant cédée) a été reprise par derrière en repartant à 300

Des explications données par Pascal Compaoré de la mission de contrôle des travaux, « il fallait au regard de la rupture brusque, reconstituer le dossier technique ; ce qui a un peu pris du temps », a-t-il indiqué en faisant en outre des précisions sur la qualité de la réhabilitation de la digue. « …Sinon, on a réhabilité selon les normes ; la partie en amont a été réhabilitée avec de l’argile et celle en aval, avec de la latérite. La bande de 50 mètres (partie ayant cédée) a été reprise par derrière en repartant à 300 mètres soit 150 de chaque côté », fait savoir Pascal Compaoré.

une vue de la digue réhabilitée

De l’avis de l’entrepreneur, Karim Démé, c’est un parc d’une vingtaine d’engins dont il ne reste plus que quelques-uns sur le chantier qui a dû être mobilisé pour l’effectivité des travaux dans le délai imparti. Estimant par conséquent que le barrage est presqu’achevé, il s’est voulu également rassurant : « Ce qui est sûr, à la saison prochaine, ce sera la mise en eau à la grande satisfaction de la population », a lancé l’entrepreneur.

« Restaurer la digue qui a cédé et rétablir l’ancienne digue de plus d’un kilomètre », un défi relevé que la directrice régionale de l’eau et de l’assainissement du Centre, Seïmata Oubian/Derra n’a pas non plus manqué de saluer. Elle a ensuite souligné l’apport de cette réhabilitation dans le quotidien des populations bénéficiaires. « La réhabilitation a permis au barrage de capitaliser 2 200 mètres cube c’est-à-dire, 75% du débit de départ estimé depuis les années 1963 », selon la directrice régionale.

le frère Daniel Innocent Ouédraogo de la paroisse Saint Camille, aujourd’hui, je suis habité par un sentiment de joie et d’action de grâce et de

Et pour l’un de ces bénéficiaires, le frère Daniel Innocent Ouédraogo, c’est un sentiment de joie et de reconnaissance qui l’anime. « Aujourd’hui, je suis habité par un sentiment de joie et d’action de grâce et de reconnaissance en Dieu et en tout un chacun pour l’effort consenti dans la réhabilitation du barrage », s’est-il exclamé en ajoutant ceci : « Nous étions impuissants de voir la vie partir. Le barrage, c’était quand même pour nous une dimension qui nous aidait à vivre la seconde dimension de notre charisme, « Ora et labora » (prie et travaille) » a rappelé le frère Ouédraogo.

ministre de l’eau et de l’assainissement, Ambroise Ouédraogo, c’est l’une des rares fois où on a pu de façon spontanée, restaurer un ouvrage de ce

Quant au ministre de l’eau et de l’assainissement, Ambroise Ouédraogo, il avoue être satisfait de l’avancement des travaux du barrage à plusieurs titres parce que « c’est l’une des rares fois où on a pu de façon spontanée restaurer un ouvrage de cette envergure… ». Cette satisfaction de l’état d’avancement des travaux se justifie également par le fait que « les entrepreneurs ont consommé 60% le délai et sont à plus de 70% du taux d’exécution physique » à soutenu le ministre. Pour ce dernier, au regard des résultats, c’est l’occasion de, « remercier tous ceux qui ont mis leur volonté, leur énergie à ce qu’on atteigne le niveau actuel des travaux, principalement les entreprises des travaux et du contrôle », a conclu le ministre.

Le coût des travaux de réhabilitation est estimé à 500 millions FCFA et la mission de contrôle et de surveillance à 25 millions FCFA. Le délai d’exécution, lui, est de deux mois.

Rappel, le barrage de Tanvi Nakamtenga est un barrage en terre réalisé en 1962 avec une hauteur d’environ 6 mètres, une longueur de digue de 1500 mètres et une capacité de retenue d’eau d’environ 2 268 millions de mètres cube. Il a déjà fait l’objet de deux réhabilitation dont l’une en 2011.

Tambi Serge Pacôme Zongo(Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Boucle du Mouhoun : Le projet PROMIRIAN dote sept communes de matériel pour la mise en place de services sociaux
Coordination nationale des associations d’enfants et de jeunes travailleurs du Burkina : Le bilan des activités de 2018 passé à la loupe
Journées Entreprises 2018 de 2iE : Faire de l’entreprenariat une stratégie d’insertion professionnelle
Province du Bam : L’ONG World Agroforesty Centre visite ses réalisations
Ecole nationale de police : Les élèves de la 48e promotion effectuent une sortie d’études dans les Hauts-Bassins
Revue annuelle du programme de coopération 2018-2020 entre le gouvernement du Burkina Faso et l’UNICEF : jauger le niveau de progrès réalisé
Ecole polytechnique de Ouagadougou (EPO) : Des réflexions pour son opérationnalisation
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés