Journées promotionnelles du riz étuvé : Une vitrine pour améliorer sa connaissance et sa consommation au Burkina Faso

LEFASO.NET | Romuald DOFINI • mercredi 20 décembre 2017 à 23h26min

Du mercredi 20 au dimanche 24 décembre 2017, se tient à la place Tiéfo Amoro de Bobo-Dioulasso, la première édition des journées promotionnelles du riz étuvé du Burkina Faso. Initiée par l’Union Nationale des Étuveuses de riz du Burkina (UNERIZ), la célébration de ces journées est associée à celle de la deuxième édition des journées de dégustation du riz étuvé dans les Hauts-Bassins. La cérémonie officielle de lancement des activités a eu lieu ce mercredi 20 décembre 2017 et a été présidée par le secrétaire général de la région des Hauts-Bassins, Bernard Béba, représentant son gouverneur.

Journées promotionnelles du riz étuvé : Une vitrine pour améliorer sa connaissance et sa consommation au Burkina Faso

Les journées promotionnelles du riz étuvé organisées par l’UNERIZ en collaboration avec ses partenaires visent à faire connaître ce type de riz par le grand public et de le rapprocher aux consommateurs. En outre, ces journées sont une occasion pour rendre un vibrant hommage à tous les acteurs du monde rural qui travaillent jour et nuit sans relâche pour le développement de l’agriculture dans notre pays et assurer du même coup les besoins en alimentation de nos populations.

En effet, le Burkina Faso assiste depuis quelques années à l’émergence des unités d’étuvage de riz aux abords des bas-fonds de production de riz ainsi que dans les zones périurbaines. « Cette activité spécifiquement menée par plus de 4 000 femmes organisées autour de leur faitière nationale qu’est l’UNERIZ, fait la fierté de notre pays », a indiqué le secrétaire général des Hauts-Bassins, Bernard Béba.

Ainsi, la promotion et la commercialisation des produits rizicoles du Burkina Faso est l’un des objectifs principaux de l’UNERIZ. Car malgré que sa valeur nutritive soit prouvée par les nutritionnistes, comparativement aux différentes espèces de riz importé, le riz étuvé du Burkina Faso reste méconnu du grand public burkinabè.

« Le riz étuvé est un riz de grande qualité et riche en élément nutritif. En effet, l’étuvage qui est un traitement à la vapeur du riz paddy permet aux éléments nutritifs contenus dans l’écorce et le son (enveloppe) de s’infiltrer à l’intérieur du grain de riz augmentant ainsi sa valeur nutritive. La production du riz étuvé permet de développer l’agriculture locale et d’atteindre l’auto suffisance alimentaire », a laissé entendre Mariam Sawadogo, présidente de l’Union Nationale des Étuveuses de riz du Burkina.

C’est pourquoi, ces femmes réunies au sein de leur faitière veulent travailler à faire connaître d’avantage ce riz local, car elles estiment que si les gens font le choix du riz importé c’est parce qu’ils ignorent la valeur nutritive du riz local.
Ainsi, le CECI en collaboration avec d’autres partenaires au développement intervenant dans la filière riz notamment OXFAM, PIGO, PIKOLTO, ont ensemble développé avec l’UNERIZ, une synergie d’action afin que leurs interventions soient complémentaires pour assurer des résultats durables et pérennes.
C’est convaincu que le développement d’un pays comme le notre passe obligatoirement par le développement du secteur agricole en général et par la transformation et la valorisation des produits qui y sont issus, que le CECI et d’autres partenaires au développement ont décidé d’accompagner l’entrepreneuriat féminin à travers les femmes étuveuses de riz au Burkina Faso.

« Le CECI est une ONG canadienne de coopération internationale dont la mission est de lutter contre la pauvreté et l’exclusion dans le monde. Il assure sa présence soutenue au Burkina Faso depuis mars 1985. Avec l’UNERIZ, le processus d’accompagnement des unions a commencé depuis 2008 avec la construction du premier centre d’étuvage de riz du Burkina Faso à Bama. Et depuis 2014, le soutien du CECI s’est renforcé à travers l’élaboration et la mise en œuvre du projet « appui aux étuveuses de riz du Burkina (PAERIZ) » financé par affaires mondiales Canada et le CECI pour un cout global de deux milliards neuf cent cinq millions deux cent milles (2 905 200 000) FCFA », a indiqué madame Sédégo, porte-parole des partenaires financiers et techniques qui accompagnent l’UNERIZ et ses unions membres.

Selon elle, promouvoir la consommation du riz national du Burkina est un enjeu pour tous. « Consommons burkinabè », tel est le leitmotiv du CECI. C’est pourquoi, ses membres se sont engagés à soutenir les étuveuses de riz et partant soutenir tous les acteurs de la filière riz, afin de mieux faire connaître le riz national, d’amener les ménages à l’adopter, afin que vive la filière riz et l’étuvage du riz au Burkina. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés