Salon des banques et des PME : Des réformes attendues pour un secteur créateur de richesses

LEFASO.NET | Tiga Cheick SAWADOGO • jeudi 9 novembre 2017 à 16h56min

La 3e édition du Salon des banques et des Petites et moyennes entreprises (PME) a ouvert ses portes le 9 novembre 2017 à Niamey, la capitale de la République du Niger. « Climat des affaires dans l’UEMOA : quelles réformes pour des PME innovantes et performantes ? », c’est le thème de ce rendez-vous annuel. Les entrepreneurs de l’espace UEMOA sont donc en quête de meilleures stratégies pour booster leurs business, en proie à des difficultés dans un environnement de plus en plus concurrentiel, mais qui créent des richesses et des emplois.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Salon des banques et des PME : Des réformes attendues pour un secteur créateur de richesses

Après le Burkina et le Mali, les Petites et moyennes entreprises (PME) de l’espace UEMOA sont au Niger, à l’occasion de la 3e édition du salon qui leur est consacré. Cette année, la réflexion se porte sur les réformes à mener dans l’espace UEMOA pour des PME innovantes et performantes.

Selon Hermann Nagalo, président du comité d’organisation, les PME sont, dans l’espace communautaire, la solution pour relever entre autres, les défis de la lutte contre le chômage, la promotion de la santé, de l’éducation, de la sécurité, de l’énergie et de l’autosuffisance alimentaire.

Malheureusement, elles ne bénéficient pas d’accompagnement à la hauteur de leurs importances dans le tissu économique des Etats de l’espace communautaire. Du coup, selon les explications de Hermann Nagalo, 70% des PME cessent leurs activités quelques années après le début de leur fonctionnement. Ce salon est donc une opportunité pour trouver les thérapies adéquates pour soigner un malade dont la survie est d’une impérieuse nécessité.

« Les PME performantes et innovantes sont le fruit des incitations fournies par l’environnement institutionnel dans lequel évolue les entrepreneurs », a dit le président du comité d’organisation. Raison pour laquelle, a poursuivi Hermann Nagalo, « seules les réformes institutionnelles seront à même d’inciter celles-ci à développer leur tissu productif pour plus de richesses et d’emplois. La qualité des réformes est susceptible de favoriser la redynamisation des PME en difficulté mais aussi leur financement »
Quant à Damo Justin Barro, président du comité des experts du salon, le secteur privé dans la plupart de nos Etats est dominé à près de 90% par les PME et les PMI (Petites et moyennes industries).

L’ancien gouverneur par intérim de la BCEAO a ainsi souhaité que ce salon soit une étape décisive dans l’engagement des acteurs pour la PME. « Le manque de moyens ne constitue pas un obstacle pour ceux qui croient en ce qu’ils font, qui font ce qu’ils aiment et aiment ce qu’ils font », a-t-il soutenu.

« Nous devons nous engager dans des réflexions permettant d’aboutir à des nouvelles propositions de réformes pour les petites et moyennes entreprises innovantes et performantes dans un environnement international concurrentiel », a pour sa part martelé le secrétaire général du ministère nigérien de l’entrepreneuriat des jeunes, Abdoukadri Hama.

Panels, formations, expositions pour un nouveau souffle

Jusqu’au 12 novembre 2017 donc, différents profils d’acteurs dans l’entrepreneuriat vont échanger leurs idées, tisser des partenariats et formuler des propositions pour donner du souffle à leurs domaines d’activités.

Déjà, les débats s’annoncent. Alors que le secrétaire général du ministère de l’entrepreneuriat des jeunes du Niger estime que le « goulot d’étranglement pour les jeunes entrepreneurs demeure la source de financement » et espère que ce salon sera une opportunité pour en discuter avec les responsables des institutions financières, un banquier relève une nuance.

Pour Idrissa Nassa, président du conseil d’administration de Coris bank, il n’y a pas que le financement qui soit le hic. « C’est surtout des problèmes d’organisation, d’encadrement, des méconnaissance du marché et de l’environnement des affaires qui les (PME, Ndlr.) amènent à disparaître. Les jeunes sont très enthousiastes quand ils créent leurs entreprises, mais ils ne prennent pas souvent le temps de bien s’informer, analyser avant de s’engager ».

Trois panels sont prévus à ce salon :
-  Mécanismes de financement des filières et des chaines de valeurs, état des lieux ;
-  Les stratégies de redynamisation des PME en difficultés ;
-  Les réformes des PME innovantes et performantes dans l’UEMOA.
La formation à l’intention des managers des PME sera l’occasion de savoir comment entreprendre en Afrique : balises du porteur de projet et de création de d’entreprise.
Une exposition-vente de produits et services se tient également sur l’aire du salon, sise au Centre culturel prince sultan.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés