Burkina : Le parc national d’Arly reconnu patrimoine mondial de l’UNESCO

LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • lundi 10 juillet 2017 à 23h48min

Extension du parc national du W au Niger, classé patrimoine mondial depuis 1996, le complexe W-Arly -Pendjari (complexe WAP), à cheval sur le Bénin et le Burkina Faso, est désormais, lui aussi, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette inscription du premier site naturel du Burkina sur le patrimoine mondial le 7 juillet dernier, intervient huit ans après celle des Ruines de Loropéni, dans région du Sud-Ouest.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Burkina : Le parc national d’Arly reconnu patrimoine mondial  de l’UNESCO

Situé dans la province de la Tapoa, à 435 Km de Ouagadougou, le parc national d’Arly, encore appelé réserve totale de la faune d’Arly, couvre une superficie de plus de 18 000 ha. Transfrontalier avec le Niger, à travers le parc national du W (le nom du parc W vient de la forme dessinée par les méandres du fleuve Niger), le parc national d’Arly du Burkina a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO le 7 juillet 2017, avec la réserve de Pendjari au Bénin. L’objectif principal de ladite liste étant de faire connaître et de protéger les sites que l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, considère comme exceptionnels.

« Il (complexe WAP) s’agit du plus vaste continuum d’écosystème terrestre, semi-aquatique et aquatique des savanes d’Afrique de l’Ouest. Le bien sert de refuge à des espèces animales qui ont disparu ou sont très menacées » nous renseigne le communiqué de la 41ème session annuelle du comité du patrimoine mondial, qui se tient du 2 au 12 juillet 2017, à Cracovie en Pologne.

Ce complexe accueille la population d’éléphants la plus grande d’Afrique de l’Ouest et la plupart des grands mammifères typiques de la région comme le lamantin d’Afrique, le guépard, le lion ou le léopard. Il abrite aussi la seule population viable de lions de la région. On y trouve plus de 460 espèces d’oiseaux, 80 espèces de reptiles et 120 espèces de poissons. Cependant, des espèces animales sont menacées d’extinction dans ce complexe. Il s’agit, entre autres, du guépard, de l’éléphant, du lion, du léopard, de la gazelle à front roux, du damalisque, du lycaon et de l’hippopotame, qui figurent sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

En effet, du parc d’Arly au parc W, ces aires protégées restent confrontées aux aléas climatiques et à l’impact des activités humaines. D’où cet appel du ministre de l’environnement burkinabè, Batio Bassiere, aux trois pays, à redoubler d’efforts dans la gestion concertée du complexe. « L’Aboutissement heureux du dossier d’inscription témoigne de la bonne et franche collaboration entre les trois pays », peut-on lire sur la page Facebook du ministère de l’environnement.

Avec l’inscription du parc national d’Arly au patrimoine mondial de l’UNESCO, le pays des hommes intègres peut célébrer sa deuxième victoire. Puisqu’il y a huit ans, les Ruines de Loropéni dans le Sud-Ouest du pays, bénéficiaient de cette reconnaissance internationale.

Nicole Ouédraogo
lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 juillet à 17:03, par Tule
    En réponse à : Burkina : Le parc national d’Arly reconnu patrimoine mondial de l’UNESCO

    "Puisqu’il y a huit ans, les Ruines de Loropéni dans le Sud-Ouest du pays, bénéficiaient de cette reconnaissance internationale". Oui, c’est vrai mais grâce au travail d’un éminent professeur patriote auquel des intellectuels bouffons ont trahi et réclament la paternité de cette reconnaissance à leur seule compte.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 13:59, par Urbain
    En réponse à : Burkina : Le parc national d’Arly reconnu patrimoine mondial de l’UNESCO

    Bonjour,
    La mare aux hippopotames de bala est une forêt classée et réserve de biosphère. Les réserves de biosphères sont établies dans le cadre du programme de l’UNESCO intitulé "Homme et Biosphère". Le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB, sigle anglais) est un programme scientifique intergouvernemental visant à établir une base scientifique pour améliorer les relations homme-nature au niveau mondial. C’est légèrement différent du programme sur le patrimoine mondial qui concerne le complexe WAP qui vient de bénéficier de ce statut. Le processus de reconnaissance de la foret classée de la mare aux hippopotames comme réserve de biosphère a été mené en 1989 par les cadres du ministère de l’environnement en collaboration avec le comité national MAB du Burkina Faso. Le comité MAB est placé sous la tutelle du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 18:24, par Martial HLPGD
    En réponse à : Burkina : Le parc national d’Arly reconnu patrimoine mondial de l’UNESCO

    Je pense que la Nation et le monde scientifique doivent honnêtement reconnaître les mérites des efforts et sacrifices de ceux qui se sont usé pour que les différents chantiers puissent poursuivre leurs cours. Pr. JB Kiethega est de ceux-là.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés