Protection et promotion des droits de l’enfant : Save the children et le REPRODEN s’engagent à poursuivre la lutte

LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO • vendredi 31 mars 2017 à 00h22min

Une année après la mise en œuvre de la campagne « aucun enfant oublié », l’ONG Save the children et le Réseau des parlementaires pour la promotion des droits de l’enfant (REPRODEN), restent déterminés à relever les défis en matière de protection des droits de l’enfant. Ce jeudi 30 mars 2017, les deux parties ont dressé le bilan des activités de l’année écoulée. Ce fut également l’occasion de planifier les actions de l’année 2017, notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Protection et promotion  des droits de l’enfant : Save the children et le REPRODEN s’engagent à poursuivre la lutte

Le droit à l’égalité et à la protection contre la discrimination, quelle que soit leur race, leur religion et leur sexe, le droit à un nom et à une nationalité, le droit à la santé, à l’éducation et à la formation, le droit à une prise en charge en cas de handicap…Ces droits fondamentaux doivent contribuer à assurer le plein épanouissement des enfants. Pourtant, il ne passe pas un seul jour sans que ces droits ne soient bafoués.
« Nous vivons dans un monde dans lequel un enfant peut être privé de soins de santé vitaux ou de nourriture, du simple fait de son origine et de l’endroit où il vit (…)Dans un monde où un enfant sur dix vit loin de chez lui, du fait de conflits ou de crises humanitaires persistantes » a noté la représentante de la Directrice pays de l’ONG Save the children, Valérie Sorgho, par ailleurs responsable campagne et plaidoyer the l’ONG .

Fort de ce constat, Save the children, qui a fait de la promotion et de la défense des droits des enfants son cheval de bataille, a bien voulu éliminer les maux qui minent la vie des enfants burkinabè. Et cela, avec l’appui de la représentation nationale à travers le REPRODEN, que l’ONG a redynamisé il y a deux ans de cela. « Nous avons des objectifs communs et nous avons pensé que seulement un partenariat avec les parlementaires pouvait nous aider à atteindre ces objectifs. C’est dans ce sens que REPRODEN et Save the children ont bien voulu joindre leurs voix pour pouvoir défendre et demander le respect de ces droits au niveau du Burkina » a souligné la responsable campagne et plaidoyer the l’ONG.

Bilan de la campagne « aucun enfant oublié »

Du partenariat avec le Réseau des parlementaires pour la promotion des droits de l’enfant, a été mise en place la campagne « aucun enfant oublié » au titre de l’année 2016. « Le réseau, après l’élaboration de son plan d’actions et des textes constitutifs a effectué des activités avec l’accompagnement de Save The Children » a signifié la 5ème vice-présidente de l’Assemblée nationale, Konaté Salimata, représentant la présidente du REPRODEN. A titre d’exemple, grâce au plaidoyer des parlementaires, des partenaires techniques et financiers et des OSC, une ligne budgétaire de 1 milliard a été votée au titre de l’année 2017 pour l’achat d’intrants.

Si le réseau a été sensible à la cause de l’enfant, il n’en demeure pas moins que les activités menées ne sont pas suffisantes. « Elles ont présenté des lacunes et nous nous engageons à les corriger en intégrant d’autres activités » promet la vice-présidente de l’Assemblée nationale. Confronté à des défis tels que la difficile mobilisation des parlementaires et du suivi des engagements pris, le REPRODEN s’est de nouveau engagé à surmonter les différentes difficultés pour sortir les enfants burkinabè de la pauvreté.

Stratégie 2017

S’agissant l’année 2017, les deux parties ont décidé d’intervenir dans trois zones à forte mortalité maternelle et infantile. Il s’agira avec le soutien des parlementaires, de faire du lobbying auprès des ministères en charge de la santé, des finances et de solidarité nationale pour que les populations à la base, puissent avoir leurs besoins satisfaits. « Sur la base des statistiques nationales dont disposent la santé, nous allons réparer les zones dans lesquelles, la mortalité infantile et maternelle est le plus élevée au Burkina » a dit Valérie Sorgho. Puis de poursuivre qu’après cette étape, un parlementaire lead sera déterminé en vue de recueillir les besoins des populations à l’échelle communale. « Les parlementaires que nous sommes, se rendront dans ces trois régions, probablement une commune par région, pour poser des actions. Nous allons nous intéresser à la question de la santé, la malnutrition et voir, quels peuvent être notre apport pour améliorer l’état nutritionnel » a soutenu la député Salimata Konaté.

En rappel, l’ONG Save the children est une organisation non gouvernementale de promotion et de défense des droits des enfants. Depuis près d’un siècle maintenant, elle œuvre pour sortir les enfants de la pauvreté à travers le monde.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés