Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

Ceci est une lettre d’information des étudiants burkinabè au Maroc. • mercredi 4 janvier 2017 à 23h55min

Nous, collectif d’étudiants boursiers Burkinabè au Maroc, informons les autorités burkinabè en particulier Monsieur le Ministre de l’Enseignement Secondaire et Supérieur, Monsieur le Directeur du CIOSPB, l’opinion nationale, la communauté des Burkinabè résidant au Maroc, de la tenue d’un sit-in ce jeudi 05 janvier 2017 au sein des locaux de l’Ambassade du Burkina Faso à Rabat Agdal à partir de 11h 00.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

Réussir au baccalauréat avec des mentions a été la plus grande fierté de nos familles et de notre Etat qui a jugé bon et utile de former ses filles et fils les plus excellents dans ce pays ami qu’est le Maroc. Il est très bien voire louable d’accorder une bourse à un élève, mais le suivre et savoir ce qu’il devient est le plus important.

En effet, cela fait une belle lurette que nous n’avons plus aucune nouvelle du complément de bourse que l’Etat burkinabè était censé nous verser trimestriellement à raison de 48 000 FCFA le mois. Nous avions appris par son Excellence Monsieur le Président du Faso lors d’un récent entretien avec le peuple sur Twitter que notre complément de bourse a été viré.

Nous ne savons pas sur quelles bases les collaborateurs de son Excellence lui ont donné cette information, mais nous tenons à informer l’opinion nationale quela première tranche de notre complément de bourse de l’année académique 2016-2017, censée nous parvenir début octobre 2016 et dont l’utilité première est la couverture de nos frais de rentrée universitaire n’est toujours pas à notre disposition. Avec ce retard, et face à l’obligation de nous acquitter des différentes factures (loyer + eau + électricité) et à la nécessité de nous nourrir, ce serait aujourd’hui un euphémisme de qualifier de misérable la vie de l’étudiant boursier de l’État burkinabè, ici au Royaume.

Cette bourse qui n’est en fait qu’un complément de bourse est très anecdotique et hautement insignifiante dans un pays où le SMIG est de 150 000FCFA. Malgré cela, la dernière bourse que nous avons reçue est celle de Juillet 2016 avec également un retard d’environ 3 mois.Cumuler emplois et études est une mission quasi impossible pour les subsahariens que nous sommes compte tenu non seulement de la législation marocaine en matière d’embauche des étrangers mais aussi du rythme des études dans les écoles marocaines, sans quoi il y’a longtemps que nous aurions cherché d’autres moyens de survie.

Ainsi privés de notre principale (ou seule) source de revenu, ce sit-in apparait pour nous comme l’ultime moyen d’expression à travers lequel nous espérons attirer l’attention des premières autorités dont nous relevons. Si jamais nous n’avions autant éprouvé les sentiments d’oubliés et de délaissés, nous nous accrochons aujourd’hui à l’espoir d’être entendus.

Notre mot d’ordre est lancé, nous appelons tous les étudiants burkinabè du Maroc à effectuer massivement le déplacement pour cette manifestation qui se veut pacifique. Toutes les démarches administratives ont été faites, et ce sit-in s’inscrit dans la plus conforme légalité.

Nous, collectif d’étudiants boursiers, de l’État burkinabè, au Maroc, nous donnons donc rendez-vous ce jeudi 05 janvier 2017 pour un sit-in continu, jusqu’au virement de nos deux compléments de bourse en retard, respectivement ceux d’octobre 2016 et de janvier 2017.
Nous vous remercions.

Le comité d’organisation

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 janvier à 22:26, par sorbone
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    EH DIEU MALGRÉ ÇA LES ÉLUS SE PARTAGEAIENT DES MILLIONS ET POUR LE RÉVEILLON DE NOËL ON INVITE DES ARTISTES TELS QUE MEWEIY ESPOIR 2000 POUR UNE JEUNESSE QUI NE SAIT PLUS RIEN FAIRE SI CE N EST S AMUSER DANS LA MISÈRE MENTALE.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 23:06, par Nabiga
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    C’est lamentable ces gens du ministère et du ciospb. Je vais vous raconter l’histoire vécu par le benjamin de ma famille. Récemment certains des meilleurs eleves aux examens ont vécu un scénario digne dun film. Certains meilleurs du BAC C ont reçu comme prix un ordinateur portable et une somme de 300,000 fcfa devant le président Roch ,son premier et les accompagnants des élèves a A la presidence a KOSYAM. Mais curieusement apres la ceremonie de remise de prix certains meilleurq au BAC C une fois rentrés a la maison ont été rappelés urgemment de revenir cette fois fois au ministère des enseignements secondaires avec leurs prix en mains pour une information importante. Arrivés sur place leq gens du ministere les ont dit que ctait pas 300,000fcfa on devait leur remettre mais plutot 200.000 et que ctait les meilleurs du BAC F qui devait recevoir les 300.000Fcfa. Voici en fait comment ces gens du ministère sont., de vrais amateurs et qui sait encore. Si pour des prix ponctuels qon doit remettre en une journée ils se mélangent les pinceaux imaginer un peu a une autre échelle la merde et l’incompétence ils peuvent démontrer. Les gens du Ciospb eux se sont chargés de laisser les enfants courir derrière leur Visas et pour finir les enfants sont arrivé en retard au Maroc avec un retard de 3mois pour commencer les cours. Ces gens musèlent les matières grises. Avec ça comment allons nous nous développer ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 23:19, par KnPamouss
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    L’heure est grave et nous tenons vraiment à nous faire entendre à travers ce sit in continu. C’est inadmissible de vivre dans de telles circonstances. 4 mois sans aucun sous, ne serait ce que pour une mission hors de Ouaga c’est intenable.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 00:18, par TINDANO YENTEMA
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Étudiant boursier au Maroc
    La dernière bourses que nous avons reçu est celle de JUILLET, ce ne sont pas nos parents qui nous ont envoyé étudié au Maroc c’est belle et bien l’état burkinabé. Alors pourquoi nous a t’il abandonné à notre sort ici. moi personnellement j’ai deux mois de retard de paiement de mon loyer et mon bailleur me mettra dehors ce lundi si rien n’est fait.
    Voilà ce que on mérite pour avoir été meilleur au bac.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 00:51, par nathalie
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Revener au pays continuer vos etudes et vous verrez que votre situation au maroc n est pas a plaintre .

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 10:43, par zar
      En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

      Mlle Nathalie, on connait vos jalousies..mais sache que nous sommes au maroc par le mérite et l’exellence..Quant à notre situation, nous allons la surmonté et tout ira bien.Tampis pour les hypocrites

      Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 11:54, par L’Autre Africain
      En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

      Nathalie, quand on ne peut pas compatir à ce que vit un Homme, la sagesse commande de ne rien dire ! Merci donc de la boucler désormais si tu n’as rien à dire.

      Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 15:10, par Africain
      En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

      Ecoutez chere Nathalie.Vous ne pouvez pas faire cette analogie.Si vous etes etudiante au Burkina,sachez que c’est de ceux que vous envieez après votre baccalaureat,de vos meilleur qu’il s’agit.Ne comparez pas 17 de moyenne à 10.Pour avoir travaillé dur,c’est pas la recompense que doit etre donnée à ces derniers.Que vous le veuillez ou pas,c’est de ceux là que viennent les leader du pays et si vous voulez faire sans eux c’est une perte.Quand vous n’avez pas quelque chose de plus intelligent à dire,svp abstenez vous et ne revelez pas votre aigreur...LA PPATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONT

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 04:34, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Chaque fois avec des mois de retard alors que le président dit que les bourses ont été virées.Si telle info s avérait,quelqu un quelque part ferait-il fructifier cet argent dans un compte d épargne à son propre profit ?

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 15:37, par Kandé
      En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

      Le Président s’est certainement renseigné auprès du département concerné. Mais il faut se dire une chose, le transfert peut être effectué au niveau du Trésor public et mettre du temps à arriver à destination, sans que quelqu’un "le fasse fructifier quelque part dans un compte". C’est tout un mécanisme à enclencher et des écritures entre des banques centrales et commerciales qui n’appartiennent pas à la même zone monétaire.

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 06:09, par Yiriba
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Il y a 25 millions qui ont été égarés par une délégation dirigée par le PM en mission en France. Demandez qu’on trouve et qu’on vous transfère une partie de cette cagnotte, vous en avez certainement plus besoin. Ne laissez pas tomber dans l’oubli cet argent publique qui existe.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 08:04, par jacques
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    c’est vraiment inhumain d’envoyer des étudiants dans un pays et de les abandonner a leur sort. alors que certains se partages des millions pour leurs fêtes de fin d’année.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 08:19, par lapatriote
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Et les gens se plaignent parce que le 1er Ministre dit que les gens ne travaillent pas. Non seulement les gens ne travaillent pas, il y a la méchanceté, la médiocrité, l’irresponsabilité...
    Comment livrés des étudiants dans la nature et passer le temps à envoyer des voeux de nouvel an pendant que le devoir n’est pas accompli ?
    De toute façon, tous les secteurs de la fonction publique sont concernés. Mais frères et soeurs du Faso, nous pouvons faire mieux que ça.
    Courage à vous chers Etudiants !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 08:56, par Bibiiga
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Telles sont les conséquences de la magouille dans l’octroi des bourses. Trop de bourses octroyées à des non méritants. Et comme le pays a des difficultés économiques en ce moment, il devient difficile de payer les boursiers. C’est le cas également pour les étudiants en France, c’est malheureux... L’ASCE doit faire des audits profonds au CIOSPB, lister tous les boursiers, remonter jusqu’aux dossiers, retirer les bourses et s’il le faut demander des remboursements et demander des comptes au DG. Les bourses coûtent énormément au gouvernement. Un boursier par exemple en France doit recevoir au moins 600 euros ( 393574,2 FCFA) par mois J’emmerde le MESS et le CIOSPB. Et une question au MESS : que deviennent les boursiers après leurs études ? Aucun suivi des boursiers, rien rien.C’est purement et simplement du "Brain drain". Quand les meilleurs sortent ils ne reviennent plus et cela profite à qui ? à l’occident bien sûr. En plus de piller vos ressources naturelles, on vous retire vos cerveaux...Reveillons-,nous un peu.

    Cordialement,
    Bibiiga

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 12:00, par Rahim
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Cette situation est partagée par tous les étudiants boursier de l’état dans le Maghreb ( Maroc , Algérie, ....). L’état doit prendre ses responsabilités. Dans le cas contraire les autorités doivent arrêter d’envoyer des boursiers. N’oublions pas la qualité de la formation qui est plutôt en dessous des attentes.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 13:16, par Adams
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Simplement honteux de la part des nouvelles autorités ; Sous Blaise , les bourses étaient virées à temps.
    Félicitations pour cette initiative.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 13:42, par burk
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    c’est le cas de tout les etudiants boursiers de l’’etat en Afrique en France etc. c’est inadmissible

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 14:34, par Paul Mathias
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Plus rien ne sera comme avant !
    Pendant qu’on se distribue 127 millions pour les fêtes de fin d’année, les étudiants n’ont plus leur bourse !

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 14:48, par Sidnaaba
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    S’il vous plait ayez pitié des enfants. ils sont loin des parents et aussi l’espoir de demain.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 16:12, par tramazol
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    il faut mener cette lutte de façon énergique pour que nos autorités prennent conscience. La vie dans les pays maghrébins est très dure coté logement et social. Mais reconnaissons tout de même que la plupart des étudiants boursiers nourris et entretenus aux frais du contribuables ne rentrent plus au pays après l’obtention du diplôme ils préfèrent travailler au Maroc ou rejoindre l’Europe ou les USA. Cet etat de fait a sûrement entrainé un manque de volonté ferme aux différents acteurs de s’occuper des bourses. On peut fouiller les statistiques voir moins de 5% des boursiers reviennent servir l’Etat donc c’est comme si l’Etat burkinabé faisait un investissement à perte dans les bourses extérieure. Je soutiens certes les étudiants dans leur lutte mais qu’ils sachent aussi que le fait de ne pas revenir servir le pays après les études entrainera un jour à la suppression du complément de bourse. Beaucoup me traiteront d’aigris et jaloux mais c’est juste mon point de vue et je pourrai aussi me tromper sur toute la ligne.

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 16:50, par Wilfried
      En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

      Monsieur, vous avez parfaitement raison. La question c’est de savoir si tout est mis en œuvre pour que ceux ci reviennent. Je puis vous assuré qu’aucun étudiants n’aimerait rester et construire sa vie dans ces pays. L’Etat ne met rien en oeuvre pour faire revenir nos cerveaux. Ceux qui prennent le courage de rentrer viennent se buter contre le chômage, la misère
      Étudier 5 ans à l’extérieur pour un diplôme et revenir peiner à trouver un stage. Demander des comptes au CIOSPB sur le nombre d’étudiants qui reviennent et leur situation actuelle. Il ne seront quoi vous dire.
      Dans des pays comme le Ghana, la bourse te garantie un poste dans la fonction publique et tu as obligation de revenir à la fin de Tes études ce qui n’est pas le cas chez nous malheureusement.

      Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 17:11, par Jeunedame seret
      En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

      Cher TRAMAZOL tu aurais raison ; mais sache que l’État n’est pas un bon pasteur. Sinon, avant d’envoyer ses fils ailleurs en formation, il doit s’assurer qu’il peut les récupérer et en faire bon usage. C’est une affaire de gestion. Les étudiants partout ailleurs souffrent de la nostalgie de leur cher Burkina. Mais l’État ne sait pas conduire son troupeau. Il ne suffit pas seulement de les disperser et de rentrer chez soi attendre leur retour sécurisé le soir. Renseignez-vous chez les peuls. Notre État est lâche et désengagé. Il ne sait pas valoriser ses ressources. Et il est fier d’acheter même des enseignants vacataires par exemple, alors que ses fils sont excellents dehors. C’est ça l’intégrité.

      Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 17:53, par Sid Pa Yii
      En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

      Je pense que tu as forcé sur la dose de Tramazol ! Les statistiques sont là et vérifiables. La plupart des étudiants burkinabè du Maroc rentrent au pays (plus de 75% statistiques 2013) ! Le problème, c’est qu’il n’y a rien quand ils reviennent, ils doivent "se chercher" ! L’Etat investit sur eux et après se préoccupe peu ou pas du tout de ceux qu’ils deviennent et là c’est pas du tout correct.
      Evoluer à l’étranger n’est pas une perte pour le pays pour peu qu’un réseau soit créé pour s’intéresser aux ressortissants burkinabès de l’étranger (de façon générale pas spécifiquement ceux qui ont fait des études) et leur garantir un cadre institutionnel conséquent pour les investissements. L’exemple encore c’est au Maroc avec les RME(Ressortissants Marocains de l’Etranger) qui peut servir d’exemple ...ou tut près de nous le cas du Ghana ! Diminues ta dose à défaut d’arrêter la prise de ce produit.

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 16:36, par WALAY
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Adams, tu ment comme tu respire. Les bourses ont toujours été payées avec des retards dans les pays d’accueil même si en début de périodes il se peut que vous recevez les bourses en avance. Il faut se demander si le montant des bourses a été débloqué ou pas et où çà cloche. C’est tout une procédure et des gens peuvent ne pas jouer leur partition mais de là à faire des amalgames, voir mentir n’est pas sérieux

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 16:53, par Nabiga
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Jsui en partie d’accord avec tramazol. Mais il faut comprendre que si bcp ne rentre pas au pays apres lobtention de leur diplôme cela est dû a ce désintéressement de nos autorités. Sinon ils peuvent prendre des dispositions pour que les enfants reviennent au bercail. Mais sils sont laissés a eux même comme cest le cas actuelmznt alors n’attendez pas qu’ils reviennent. Je vous dis ces gens qui nous dirigent n’aiment pas leur pays. Ils ne se soucient de rien sinon que d’être élu ou occuper les postes .

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 17:17, par Jeunedame seret
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    À votre place chers étudiants, je déménage chez l’ambassadeur à vie. Mettez une dizaine de compagnons avec leurs matériels dans son domicile d’une manière subite sans ressortir. Et ROCK même va retirer les millions des députés pour vous. C’est incivique ?? Mais ça paye. On s’en fout

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 17:38, par lavieille
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    je suis pas allée loin à l’école. je voulais savoir si un élève est envoyé par l’état pour aller étudier ailleurs, si les parents peuvent lui envoyer de l’argent comme ils veulent ? et comment ? svp, éclaircissez-moi. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 18:22, par Nabiga
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    On dit tout le temps que le développement dun pays repose sur le l’éducation et la santé. Mais au Burkina quelle place accorde t’on a l’éducation ? Quelle place accorde t-on a la santé ? Vous avez la réponse chers amis. Je vais vous dire quel que chose et certainement vous le savez. Il y’a des éminences grises burkinabè partout dans le monde entier. Et quand vous posez la question sur leur perspective pour le Faso ils vous racontent tjrs avec amertume comment leur pays d’origine le Burkina les a abandonné a eux même. Souvent c’est le minimum vital qu’on les a privé pour étudier. Honnêtement trouvez vous normal que l’État ne fasse rien pour récupérer ou canaliser les étudiants qu’il a envoyé étudier a l’étranger ? Et que dire de ceux qui sont restés au pays. Ça fait pitié. On sera tjrs dernier au monde si rien n’est fait.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 18:40, par Nabiga
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    Je souhaiterais que le ministre nous donne des eclaircissements sur les 300.000fcfa des lauréats au BAC C et autre qon a déclaré au et fort devant le président Roch a KOSYAM et après le rappel de ces mêmes lauréats au ministere pour retirer 100.000fcfa des enveloppes des enfants pour leur remettre 200,000fcfa.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 21:05, par Burk
    En réponse à : Etudiants burkinabè au Maroc : Un sit-in le 5 janvier 2017

    S’il vous plait il y at-il du nouveau par rapport a nos bourses. Moi je suis a Dakar et c’est le mm probleme qui se pose

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés