Des médiateurs de l’UEOMA ont été reçus par le premier ministre

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • mardi 11 octobre 2016 à 00h00min

Une délégation de l’Association des médiateurs des pays membres de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (AMP-UEMOA), a été reçue en audience par le premier ministre Paul Kaba Thiéba. Conduite par son président, Me Alioune Badara Cissé et le médiateur du Faso, Alima Déborah Traoré, la délégation des médiateurs de l’UEMOA a voulu à travers cette visite de courtoisie, recueillir les conseils du premier ministre sur la thématique de la rencontre portant sur le thème : « incivisme et intégration institutionnelle ».

Des médiateurs de l’UEOMA ont été reçus par le premier ministre

A leur sortie d’audience, le président de l’Association des médiateurs des pays membres de l’UEMOA (AMP-UEMOA), a situé l’objet de sa visite au premier ministre. « Ce fut une visite de courtoisie que nous avons faite au premier ministre. Nous l’avons faite à un double titre. D’abord, parce que c’est dans nos traditions, quand nous nous rendons dans un pays, que nous fassions l’effort de venir rencontrer les plus hautes autorités de ce pays. Nous l’avons faite également en compagnie du médiateur du Faso. Nous tenions à porter haut, tous les efforts qu’elle a mis en œuvre pour notre accueil mémorable dans ce pays » a signifié Me Alioune Badara Cissé, président de l’AMP-UEMOA et par ailleurs, médiateur de la république du Sénégal.

Selon Alioune Badara Cissé, il était opportun de recueillir les « instructions » du chef du gouvernement burkinabè sur les travaux qui expliquent leur présence dans ce pays. De ces travaux, il est attendu des réflexions sur les questions liées tant au civisme qu’à l’incivisme. Et le président de l’association des médiateurs des pays membres de l’UEMOA de préciser que cette thématique a été largement développée par le premier ministre lors de cet entretien. « Nous avons parlé de ceux qui ne payent jamais l’impôt, de ces jeunes qui au premier désagrément, s’en prennent aux autobus, aux feux, aux biens publics. Nous avons parlé de ceux-là qui semblent ne pas avoir beaucoup de respect au symbole de l’Etat, de la Nation, de la République. Nous parlons de ceux-là pour qui, le drapeau national a très peu de sens alors que c’est le symbole de ceux qui perdent de leur vie pour que nous puissions garder la nôtre » a-t-il confié.

De quoi motiver le président de l’association des médiateurs des pays membres de l’UEMOA et ses collaborateurs car, s’ils estimaient avoir un simple échange avec le chef du gouvernement, ce dernier a élargi le champ du thème qu’ils ont la mission d’étudier dès mercredi.

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés