CCVC/Yatenga : Les syndicats réclament de meilleures conditions de vie et de travail

vendredi 19 août 2016 à 23h33min

La section du Yatenga de la coalition contre la vie chère (CCVC) a organisé un point de presse ce vendredi 19 aout 2016 à son siège sis au secteur1 de Ouahigouya. Une sortie médiatique dont l’objectif vise à interpeller les autorités régionales sur quelques préoccupations du moment des populations de la région du Nord. A l’occasion, les problèmes permanents d’électricité du Centre Hospitalier Régional (CHR) et les risques d’inondations liés aux digues en état de dégradation totale des barrages de Goinré et de Séguénéga ont été entre autres évoqués.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
CCVC/Yatenga : Les syndicats réclament de meilleures conditions de vie et de travail

La coordination provinciale de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés, depuis sa mise en place en 2008 a fait de la défense des intérêts matériels et moraux de la population du Yatenga sa première priorité à en croire les animateurs de la conférence de presse. Pour Cheick Abdoul Dramane Ouédraogo Secrétaire Général et coordonnateur des activités de la CCVC, une vaste campagne de revendication autour de quatre grands axes a été lancée depuis 2015.

Il s’agit selon le secrétaire général de la section provinciale de la CCVC, des doléances liées aux difficultés rencontrées par le CHR pour son bon fonctionnement, les coupures intempestives d’électricité ralentissant les activités économiques et administratives, les pénuries récurrentes d’eau et la situation laborieuse des étudiants du Centre Polytechnique Universitaire de Ouahigouya (CUPO) dont les conditions d’études ne s’améliorent pas depuis plusieurs années.

Des risques d’inondation décriés par la CCVC

A ces questions qui ont mobilisé les membres de la coalition autour de plusieurs activités et qui selon les conférenciers sont toujours d’actualité, se sont greffées d’autres préoccupations urgentes. Ainsi donc, le cas des digues des barrages de Goinré, Séguénega qui sont sur le point de céder, l’accessibilité difficile des cimetières de la commune, la dégradation des routes désenclavant la ville de Ouahigouya (routes de Seguenega, de Titao, de Tougan, de Tangaye) ont été au centre des préoccupations et des échanges. La coordination dit avoir interpellé les autorités régionales sur la détérioration de la digue de Goinré dont la destruction serait de son point de vue une catastrophe pour les populations riveraines.

Construit en 1967, le barrage de Goinré, faut il le rappeler, est la principale source d’approvisionnement en eau potable de la ville de Ouahigouya, en attendant la fin des travaux de celui de Guitti. En outre, cette retenue d’eau de Goinré permet à des milliers de producteurs maraîchers de mener des activités économiques rentables. Cliquez ici pour lire la suite sur régions.lefaso.net

Yann NIKIEMA
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés