Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il ne peut y avoir d’aujourd’hui, sans d’hier ou de lendemain, sans aujourd’hui.» Kim Jong-un

HackFrancophonie : Des participants croient en l’ouverture des données publiques en Afrique

Accueil > Actualités > Multimédia • • mardi 23 février 2016 à 22h40min
HackFrancophonie : Des participants croient en l’ouverture des données publiques en Afrique

A l’issue de l’atelier sur les données ouvertes à Paris, des participants n’ont pas manqué de réagir à l’importance de cette nouvelle démarche de bonne gouvernance dans les pays africains.

Lalaicha Maiga, juriste et membre de la communauté Open Streep Map

Je représente la communauté OSN à ce HackFrancophone sur l’utilisation des données de la cartographie. Nous essayons dans la communauté de faire la collecte des données pour les mettre sur la carte. J’apprécie très positivement la tenue de cet atelier qui est très important. Il nous a permis de rencontrer d’autres personnes qui travaillent sur des projets d’open data et de consolider les liens. Mais surtout de voir comment ces données qui existent peuvent être utilisées par les populations. Et comment le gouvernement peut travailler avec la société civile pour avoir un impact positif sur les communautés. C’est un atelier qui permet d’aller au-delà d’open data, parce qu’il permet de prendre en compte ces données et travailler sur des projets concrets une fois de retour au pays.

Mohamed Diaby, tech-entrepreneur/ Côte d’Ivoire

Open data est juste le terme anglophone pour désigner les données ouvertes, autrement dit des données publiques, compilées par des acteurs de l’autorité publique ou privée ou des organisations, qui sont rendues disponibles pour tout le monde et qui peuvent en faire un usage professionnel. Ces deux journées ont permis de confronter des acteurs de deux univers : européen qui a déjà une vraie démarche d’Open data depuis plusieurs années et africain qui découvre les principales initiatives. Je pense qu’ils ont tout intérêt à s’approprier ces données ouvertes dans des logiques de bonne gouvernance participative, d’accès à l’information, de lutte contre la corruption. Comme à tous les hackaton, ce sont des échanges et l’idée est de réunir des compétences diverses. On apprend les uns des autres. L’idée n’est pas de dire : je suis le meilleur et j’ai le meilleur projet. C’est plutôt : j’ai une idée et quelles sont les compétences qui peuvent m’accompagner dans la réalisation de l’idée. C’est un formidable espace d’échange et on espère en avoir d’autres dans le courant de l’année. Je crois aux données ouvertes. Aujourd’hui en Afrique, on ne se base pas sur les faits, plutôt sur des impressions, des émotions. Les données, c’est différent. On a des chiffres et on a un regard sur la gestion de la société qui est beaucoup plus pragmatique et efficace.

Zeynabou Sy N’Diaye, sociologue, gestionnaire de projet, activiste

Il faut reconnaitre qu’aujourd’hui les données sont au centre de nos activités. Nous sommes des activistes et nous nous devons de travailler avec des données. Ouvrir donc ces données permet aux citoyens pour lesquels nous nous battons, de comprendre au mieux les actions des gouvernants qu’ils ont votés. Cet atelier sur Open data m’a encore montré l’importance des données. Reste, à les avoir, de façon inclusive, ouverte, libre et transparente pour être utilisables par tous.

Lire l’intégralité

Propos recueillis par Bassératou KINDO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Réseaux sociaux : Les gens sont plus réceptifs à des messages partagés par des amis ou des parents, selon la Banque mondiale
Autorité du bassin du Niger : Le Burkina Faso a un nouveau réseau de journalistes et communicateurs pour plus de visibilité
WhatsApp repousse la modification de ses conditions d’utilisation au 15 mai 2021
Dialogue social : Ousséni Tamboura tâte le terrain à la SEP
Télévision : Un incendie dans les locaux de BF1 fait d’importants dégâts matériels
Ministère de la Communication : « La priorité, c’est la qualité du service public (…). Cela passe par l’amélioration des conditions de vie et de travail », Aboubakar Sanfo, SG adjoint du SYNATIC
Ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement : Ousséni Tamboura promet de nouveaux chantiers
A la Une de l’Evènement du 10 janvier 2021
AstuceTic : Decrypto, l’application qui dévoile les messages codés
« Nous ne sommes pas obligés de raconter toute notre vie sur internet », rappelle l’expert en cyber-sécurité Youn Sanfo
Nouvelles conditions de WhatsApp : Voici les risques et les alternatives selon l’expert en sécurité informatique, Youn Sanfo
ASSASSINAT DE THOMAS SANKARA : Comment le complot a été organisé et exécuté
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés