Irrigation goutte à goutte : Dr Tulinabo Mushingi apprécie l’expertise d’iDE à Yamtenga

jeudi 26 novembre 2015 à 03h04min

Dans le cadre de sa tournée dénommée « Road Show », l’ambassadeur américain Tulinabo Mushingi était ce mardi 24 novembre 2015 à Yamtenga, quartier situé à la périphérie Est de Ouagadougou. Là, le diplomate a visité le centre de technologie d’iDE (International Development Entreprise), une organisation dont l’expertise dans l’irrigation goutte à goutte convainc plus d’un producteur agricole. Plusieurs membres d’organisations de la société civile militant en faveur d’un Burkina « vert » étaient également de la partie.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Irrigation goutte à goutte : Dr Tulinabo Mushingi apprécie l’expertise d’iDE à Yamtenga

Les effets du dérèglement climatique n’épargnent aucun pays, qu’il soit grand émetteur de gaz à effet de serre ou non. Inondations pour les uns et sécheresses pour les autres, notamment les pays sahéliens où les ressources en eau sont de plus en plus maigres. Il est donc impérieux de trouver des solutions innovatrices d’adaptation et de résilience pour faire face à la menace. Cela, iDE y a pensé il y a une trentaine d’années de cela. Implantée au Burkina Faso depuis 2011, elle a développé l’irrigation goutte à goutte, une technique bien appréciée des producteurs du fait de son accessibilité et de ses nombreux avantages. Au regard des efforts abattus en amont par l’ONG pour un tant soit peu aider les populations à faire face aux effets des changements climatiques, l’ambassadeur américain le Dr Tulinabo Mushingi a jugé nécessaire d’aller visiter les installations et encourager l’équipe que dirige Janet Trucker Miawotoe.

Au-delà de l’impossible
Au cours de la visite guidée par Aida Ganaba, puis par Marc Ouédraogo, les hôtes d’un jour ont fait le tour des kits d’irrigation goutte à goutte, des pompes solaires, des réservoirs de stockage d’eau et des ouvrages d’assainissement à but économique. Toutes ces installations convainquirent le diplomate qu’ « aucune action n’est trop petite pour contrer les changements climatiques ». C’est sans doute ce qui explique l’optimisme de la directrice-pays d’iDE, Janet Trucker, pour qui « il est bel et bien possible de surmonter le sentiment d’impuissance, de dépasser les impossibilités pour rêver et créer de futurs possibles et souhaitables par la valorisation des initiatives innovantes et des solutions pour l’avenir à travers l’entrepreneuriat social ».

Le « goutte à goutte », une mine d’avantages
« Plus de gain par goutte d’eau », telle est la devise de l’organisation. L’irrigation goutte à goutte renferme donc une mine d’avantages pour les agriculteurs. A en croire les témoignages de ces derniers lors des discussions qui ont eu lieu sous le thème « Changements climatiques et entreprenariat social », cette technique permet d’économiser 40 à 60% d’eau, de gagner du temps, d’avoir une production de qualité et en quantité et inéluctablement un retour sur investissement rapide. M. Donat Ilboudo, gérant de la ferme Eco-Touristique de Koubri reconnait avoir engrangé un bon bénéfice en 2014 après l’utilisation d’un kit de 200 m2 dans son champ de courgettes. Tout comme lui, ce sont plus de 2000 petits producteurs qui ont adopté le « goutte à goutte » et iDE peut bien s’enorgueillir d’avoir écoulé plus de 5000 kits depuis son implantation au Burkina Faso.

Dynamiser l’entrepreneuriat local
Afin d’atteindre le maximum de petits producteurs en qui elle voit « un potentiel d’investissement », l’iDE a formé des Conseillers en business agricole (CBA) qui ont la lourde tâche de porter la bonne nouvelle de l’irrigation goutte à goutte aux agriculteurs, de leur prodiguer des conseils et d’assurer le service après-vente. Les commerçants ou distributeurs constituent également un maillon incontournable de la chaine de l’ONG qui, rappelons-le, intervient dans quatre provinces dont le Kadiogo, le Boulkiemdé, le Sanguié et le Yatenga. Cette ambition de dynamiser l’entrepreneuriat privé local a été saluée par l’ambassadeur Mushingi qui voit en cela un moyen de perpétuer les actions après la fin des projets.
En rappel, Paris abritera du 29 novembre au 11 décembre prochain la 21e conférence des Parties (COP) 21 qui réunira plus de 40 000 participants venant de 195 pays. L’objectif global de ce grand rendez- vous sur le climat sera de contenir le réchauffement de la terre en deçà de 2°C.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés