Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Ouaga 2000 : Le quartier de nouveau accessible après le blocus de mercredi

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 2 octobre 2015 à 06h05min
Ouaga 2000 : Le quartier de nouveau accessible après le blocus de mercredi

L’activité a timidement repris ce jeudi 1er octobre 2015 au quartier Ouaga 2000, au lendemain du blocus qui y avait été instauré par les forces de défense et de sécurité en vue de l’assaut final sur le camp Naba Koom.

Quand nous y avons fait un tour en cet après-midi du jeudi 1er octobre 2015, ce n’était vraiment pas encore le trafic des grands jours sur les principaux axes routiers du Quartier Ouaga 2000. Quartier qui avait fait l’objet la veille de mesures sécuritaires exceptionnelles de la part des forces loyalistes dans le cadre de l’assaut final pour la libération du camp Naba Koom. L’activité y avait timidement repris.
Au pied du Monument des martyrs de l’insurrection populaire du des 30 et 31 octobre, sur le boulevard Mouammar Kadhafi menant au palais de Kosyam, Ephrem Ouédraogo s’active avec deux de ses collègues à désherber autour des fleurs de l’édifice.
« On est là depuis le matin pour arranger les fleurs. Jusque-là, il n’y a pas de problème. Tout se passe bien. Des éléments des forces de défense et de sécurité empruntent la voie mais ils ne nous empêchent pas de travailler », confie-t-il.
Le travail avait également repris dans une station- services située au nord du monument. « Depuis ce matin jusqu’à maintenant, il n’y a pas de problème. Donc, on peut dire Dieu merci », explique Abdramane Diallo, pompiste, chef d’équipe en service.
Parmi les clients de la station, Abdoulaye Mossé, qui était heureux lui aussi de constater la reprise : « Il y a un peu plus de sérénité dans la zone aujourd’hui. Nous voyons que les gens vaguent à leurs occupations. Nous sommes là pour solliciter les services de la société. Il y a 24 heures ou 48 heures de cela, il n’était pas possible d’accéder ici »

Pendant le temps fort de la crise

S’il y avait reprise à Ouaga 2000 ce 1er octobre, ce n’était pas du tout le cas les jours précédents ou pendant le temps fort de la crise du coup d’Etat du 16 septembre 2015.
« On ne se plaint pas pour le moment. Par rapport à hier, aujourd’hui, c’est le jour et la nuit. Puisque hier on n’a pas travaillé toute la journée », explique le pompiste Diallo.

Et d’ajouter : « Au temps fort de la crise, ce n’était pratiquement pas possible de travailler ici. A chaque fois on était alerté quand il y avait des tirs dans les environs. On était souvent obligé d’arrêter et de rentrer à la maison. Et le lendemain encore, ce n’était pas sûr de revenir puisqu’on devait toujours resté à l’écoute. Et s’il y avait quelque chose, on nous informait de la maison et on revenait maintenant reprendre le travail. C’était ainsi ».
Et pour Abdoulaye Mossé, la citation du président américain, à savoir que l’Afrique n’avait pas besoin d’hommes forts mais d’institutions fortes restent plus que jamais d’actualité au Faso.
« Tous les Burkinabè aujourd’hui doivent être en mesure de comprendre ce que Barack Obama avait dit sur la nécessité des institutions fortes. Obama ne l’avait pas dit simplement pour faire plaisir aux Américains. Mais, c’est une théorie qui s’applique partout. Plus que jamais, une armée comme la nôtre doit défendre la population et non un groupe ou un individu. Ce qui n’était pas du tout le cas du Régiment de sécurité présidentielle qui a plus servi Blaise Compaoré et son clan au détriment du peuple burkinabè », a-t-il soutenu.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés