Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

vendredi 28 août 2015 à 02h31min

En réaction au verdict du Conseil constitutionnel qui exclut des candidats aux élections législatives du 11 octobre prochain, la Coordination des associations et mouvements de jeunesses (CPA-Houet) et le Mouvement patriotique burkinabè (MBP) ont Co-animé une conférence de presse à Bobo-Dioulasso ce jeudi 27 août 2015. Pour l’occasion, Boukare Zoungrana et Hubert Bamba, les leaders de ces deux organisations ont appelé à l’inclusion et à une élection transparente, juste et équitable.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

« Nous félicitons les sages du Conseil constitutionnel pour le travail abattu. Le voile est tombé et plus d’une quarantaine de candidatures venant de six partis politiques ont été invalidées. Etant donné que c’est un jugement sans recours nous faisons nôtres les questionnements suivants :
Est-ce que ce verdict permettra aux burkinabè de se réconcilier avec eux-mêmes ?
Est-ce que ce verdict garantira une cohésion sociale au pays des hommes intègres ?
Est-ce que ce verdict contribuera à l’ancrage de la démocratie au Faso
Est-ce que ce verdict permettra au Burkina Faso de s’inscrire dans le concert des nations démocratiques en Afrique et dans le reste du monde (le verdict de la CEDEAO n’a pas été respecté) ? ». Ceci est un extrait de la conférence de presse Co-animée par la Coordination des mouvements et associations de jeunesse de la province du Houet (CPA) et le Mouvement patriotique burkinabè (MBP).

Face aux journalistes, Boukaré Zoungrana et Hubert Bamba ont fini par apporter des réponses à une partie de leur question. Selon Hubert Bamba, la mise à l’écart des candidats à l’élection législative serait une épée de Damoclès qui tournerait sur le Burkina : « Personnellement, je suis pour l’inclusion. Pourquoi exclure ? On a vu l’exemple de la Côte d’Ivoire, c’a commencé petit à petit et les graines de l’exclusion ont continué à germer. Par la suite, on a vu ce qui s’est passé. Il y a des dérives dans la décision du conseil constitutionnel ».

Plus équilibriste, Boukaré Zoungrana a demandé aux sages du conseil constitutionnel de s’exprimer sur les motifs de leur décision finale. A mener une campagne de communication pour aider les burkinabè à cerner les vrais mobiles du rejet des candidatures des anciens députés de la majorité et des anciens ministres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré. Toujours dans la série des questionnements, Boukaré Zoungrana s’est demandé pourquoi des députés, transfuges des partis de la mouvance présidentielle pour le compte du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) n’ont pas été sanctionnés par le Conseil constitutionnel.

Tout en interpellant Michel Kafando, le Président du Faso à se plancher sur l’avenir du Burkina, Boukaré Zoungrana a tenu à partager ses rêves avec les journalistes. Et comme rêve, l’homme souhaiterait l’acceptation de toutes les candidatures aux élections présidentielle et législatives, la défense de la démocratie, la cohésion sociale au Burkina Faso…

OusséniBancé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 28 août 2015 à 02:29
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Mes amis si vous avez pris embaucher, il faut vous assumer clairement. Comme cela nous saurons vous ’identifier en temps opportun.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 02:40, par le Peuple debout
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Arrêtez de vous faire voir ? Il y a quoi de flou dans cette décision ? Aucun parti politique n’a été écarter . Juste des personnes qui ont été à la base de l’insurrection qui a tué plus de 30 fils du FASO sont inéligibles conformément à la loi. Vous qui êtes à cette table si vos fils et filles étaient parmi les victimes de ces mercenaires mobilisé pendant l’insurrection vous n’allez pas faire cette conférence laconique. Avez vous lu la notre attribué à l’ex premier ministre Luc Adolphe Tiao ? Vous ne savez rien de ce que ces gens sont capables. Avez vous penser aux parents de ces victimes ? Et le juge Nébié qui a été assassiné pour la cause avez vous penser à sa famille ?SVP ne remuez pas le couteau dans la plaie plaie des parents de toutes ces victimes de cette insurrection d’octobre.Quelle moyen pacifique le Peuple n’a pas eu à utiliser pour dissuader ces gens là qui tenait coute que coute à modifier la constitution. Paramanga de dire à dire dans son village que même si Ouaga doit prendre feu la constitution sera modifier. Eux au moins ils ont été exclu d’une élection et ceux qui sont morts par leur fautes ? Où étiez vous depuis ce temps où ils s’entetaient à dire que sans Blaise le Burkina n’existe pas ? Arrêtez maintenant c’est du sérieux et nous voulons la paix et le développement pour ce pays .C’est pour cela qu’ il faut que la loi soit respecter . Si le CDP ne peut pas trouver d’autres personnes pour combler leur listes c’est leur problème. Et cela n’étonnerait personne car ce parti nous a habitué à faire voir une race de politiciens arrogants et suffisants qui ne voient le monde qu’autour d’eux.
    Vous n’avez pas besoin d’interpeler le Président pour cela . Si vous êtes analphabète en droit approchez vous des juristes qui vous expliqueront en quoi ce verdict respecte non seulement la décision de la CEDEAO mais aussi notre constitution du Burkina Faso. Sans le respect de cette constitution qui est par ailleurs garanti par notre conseil constitutionnel , nous ne vivrons pas en harmonie au Faso. Et puis arrêtez de prendre l’exemple de la Cote d’Ivoire . En quoi ces deux événements sont pareilles ? Voyez dans vos dictionnaires les sens de Révolution et Rébellion. Au Faso c’est le Peuple qui a décider . Et la loi est dure mais c’est la loi. Que Dieu bénisse notre chère Patrie le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 04:17, par asdi
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    balivernes ! vraiment avec des tarés comme ça Bobo n’est pas prêt à avancer ! yako

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 04:28, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Plaisantins !
    On n’est pas (plus) dans une république bananière, même le Président du Faso ne peut pas remettre en cause une décision du conseil constitutionnel. Il est vrai qu’ils ont été habitués 30 ans à ce que toutes les décision viennent du "PF". Désolé, ces périodes la sont révolues !

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 04:47, par kali11
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    A vous entendre on a l impression que vous vivez sur une autre planète et non au Burkina faso il faudrait que chacun de nous apprenne à lire les textes avant de s avanturer dans des conférences de presse comme celle-ci ; avant de décider a ce que l on sache le CC s est appué sur des textes et non sur des avis et a tranché donc no comment ,si aujourd’hui vous faite appel a son excellence pour son intervention s est que le président lui meme ne fait pas confiance aux juristes que lui meme a nommé a la tete de cette institution nous devons au moins apprendre a respecter les lois sans quoi le pays deviendra la jungle ; les lois sont faites pour etres respecter et se soumettre .

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 04:52, par derak
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Vous parlez de quelle exclusion ? Le peuple tout entier a été exclu et martyrisé pendant 27 années, vous y avez pebsé ? Le cc a pris ces responsabilités devant les hommes et devant lhistoire.. Et n comparez plus notre chere patrie a un autre pays. Le BF, son peuple, unique a son genre car Dieu ne fait pas de photocopie..on sortira vainqueur de cette impasse.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 06:05, par Jagger
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Mrs, le problem n’est pas de se demander si les decisions du conseil constitutionnels vont aider les bUrkinabe a se reconcillier ou pas. La question est plutot de savoir s’ils ont dit le droit ou pas. Et la reponse est oui. Parce que s’ils avaient donne un avis contraire, des gens aussi allaient se poser les memes questions que vous avez posees en plus du fait qu’ils n’auraient pas dit le droit. Et ce ca plutot qu’il faut eviter. Et pour les transfuges qui se sont retrouves au MPP et UPC qui n’ont pas ete sanctionnes, sachez qu’il n’appartient pas au CC de monter les recours contre les candidats. Pouquoi vous meme, vous n’avez pas demande l’invaslidation de leurs candidatures ? Si personnes n’avait demander de recours, le CC allait valider toutes les candidatures. Ils ne font que faire leurs travail, ils ne feront pas le travail des autres comme toi et moi. C’est a nous de leurs demontrer que un tel est ineligible selon la loi meme si eux le savent, il ne leur asppartient pas de le faire sans un recours d’un citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 07:15, par Messager du siècle/ cavalier rouge
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Vous êtes des vrais analphabêtes. Ou bien vous ne suivez pas l’actualité ? Pour répondre à votre préoccupation, c’est l’application du code électoral. C’est pas une campagne de négociation. La loi c’est la loi. Il n’ya pas autres réponses ou autres raisons. Je vous remercie.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 07:33, par kidrh
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Quel serait le rôle de la CC si elle devait se contenter de valider toutes les candidatures.On est du pays de hommes intègres Les exclus devraient en hommes intègres tirer les leçons de leur actions et avoir l humilité de ne pas déposer de candidature pour cette fois ci. Ils doivent admettre que sans leurs entêtements il n y aurait pas eu de morts de destruction de biens.
    On nous cite souvent le cas ivoirien les dispositions discriminatoires du burkina n ont rien de commun avec celles de ce pays. En RCI on a inventé un concept ( l ivoirité) destructeur de l unité du pays un concept qui n etait si loin de la doctrine hitlérienne sur la race pure.
    Les membres du gouvernement de la transition ne sont pas éligibles aux elections du 11 octobre et du début 2016. Qui s en est émut.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 08:20, par espoir 9°
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Épargner nous de nous citer à briser nos oreilles l’exemple de la Côte-D’Ivoire. C’est vous autres qui mettez dans la tête des gens des mauvaises idées. Comme c’était le cas de la révision de l’article 37. Connaissez vous l’histoire de la CI. Connaissez vous les vrais mobiles de la guerre en CI. Pourquoi vous ne citez pas le cas du Mali, la la suspension pure et simple du parti de Moussa Traoré après l’insurrection populaire qui a entrainé comme ici des morts, des blessés, des orphelins. Pensez un peu à ces morts au lieu de rester à vouloir défendre le diable. Nous savons que vous ne jouer que pour votre propre chapelle pas pour le bien du peuple burkinabè. Arrêtez vos inepties maintenant et laisser l’histoire vraie du BF se construire.
    Et puis quel sens vous donnez à votre jargon : inclusion, exclusion, c’est sûre que vous faites amalgame quelque part.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 08:40, par SOBORSSOR (verité)
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    la democratie c’est quoi pour vous ? quand ces personnes ont tout fait pour trouver l’occasion de hoter la vie a d’autre burkinabe ou bien sans cette quarantaine de personne le cdp va mourrir. c’est pluot ces partis qui ne sont pas pret pour la democratie en leur sein puisqu’ils pensent qu’ils sont les seuls a l’interieur de leur parti qui est censé contenir beaucoup de militant

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 08:46, par Achille De TAPSOBA
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Merci au Conseil Constitutionnel. Merci au Grand Juge KAMBOU et son staff. Le droit a été correctement dit.
    Faute politique(Martyrs du 30 et 31 Octobre 2014) = sanction politique et sanction judiciaire.

    Le nouveau code électoral a été très bien appliqué sans complaisance contre ceux qui ont aveuglément soutenu les "indispensables" frères Compaoré.
    Que le cdp et ses satellites sachent que les élections du 11 Octobre 2015 se dérouleront dans la PAIX du SEIGNEUR et aucun trouble à l’ordre public ne sera toléré. Nous défendrons énergiquement la démocratie (élections du 11 Octobre 2015) avec la grande rigueur en MÉMOIRE DES MARTYRS du 30 et 31 Octobre 2014 tombés par la folie des frères Compaoré et de leurs partisans arrogants et zélés.

    DIEU AIME LE BURKINA, il n’ y aura pas de chaos pendant les élections du 11 Octobre 2015. NOUS ÉLIRONS NOTRE PRÉSIDENT DANS LA PAIX DU SEIGNEUR EN TOUTE TRANSPARENCE ET EN TOUTE QUIÉTUDE.

    BURKINA FASO , terre bénie TU SORTIRAS GRAND VAINQUEUR AU SOIR DU 11 OCTOBRE 2015.

    Merci SEIGNEUR pour tout (BURKINA)
    Merci SEIGNEUR pour tout (BURKINA)
    Merci SEIGNEUR pour tout (BURKINA)

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT.

    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE
    JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO

    VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
    VIVE LA DÉMOCRATIE AU FASO
    VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

    ACHILLE TAPSOBA
    Partisan inconditionnel de l’Alternance

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 08:47, par mbatinga
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    pour moi la réponse à toutes ces questions est oui ! je vous renvoie aux leçons que vous avez. vous vous comportez comme des élèves qui n’apprennent pas leurs leçons et qui passent leur temps à poser des questions auquelles ils ont la réponse dans les leçons. il fallait lire la constitution, le code électoral et les extraits des minutes du greffe du conseil constitutionnel avant d’ aller à cette conf de presse.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 09:02, par Do.
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Mais c’est quoi ces gens comprennent pas ? Le raisonnement de la cour est clair, elle devrait se prononcer sur les différents recours en s’appuyant sur un code c’est à dire une loi.Si vous étiez à leur place quelle loi appliquées vous ? Si vous trouvez une réponse à cette question Ousmane aurez compris pleinement leur décision et qu’ils ne sont pour rien.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 09:22, par Justo
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Je suis decu par les militants cdp de l ouest toujours derriere en voyant votre ville delabree sale sans route sans leader et vous pronez le retour de ces vampires pour vous sucer encore heureusement que Kafando aime bobo

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 09:41, par Maxwell 2
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Bamba et Zoungrana ont exprimé leurs sentiments personnels et cela n’engage que eux seuls. une quarantaine de personnes peuvent-elles faire basculer le pays parce qu’elles sont exclues ? soyons honnètes envers nous-meme et envers le peuple, ces personnes sont irremplaçables ? Combien de fois le CDP a organisé des élections sans l’opposition de l’époque ? Le pays a-t-il sombré ? le cdp ne peut-il pas trouvé des gens pour remplacer ces personnes ? c’est la meme erreur que vous avez commise en déclarant Blaise irremplaçable. de tout façon, on vous attend. Vous ne brulerez pas le pays à cause de 42 personnes. VOUS ETES QUI ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 09:44, par SID PAWALEMDE
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Est-ce que vous avez su comment Oumarou clément OUEDRAOGO a-t-il été exclu lorsqu’il a dit lors d’une réunion du Front Populaire qu’il sera candidat aux prochaines élections présidentielles ??? Répondez vite.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 09:48, par sogotele
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Mes chers du CPA-Houet et du MBP ! Arrêtez une fois encore d’être les oiseaux de mauvaise augure qui apparaissent tout de go après la lutte héroïque du peuple. Vous saluez la décision des sages de la CC et vous vous insurgés en contestataires. Soyez logique avec vous même et faîtes-vous dévisager. Ne perturbez plus jamais la quiétude du peuple en marche pour la réalisation de son destin. Il n’y aura pas d’inclusion à ces élections que vous le voulez ou pas. Je constate que vous n’avez participé aucunement à cette lutte héroïque sinon vous n’allez jamais crier à l’inclusion. Taisez-vous et arrêtez le sensationnel.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 09:50, par sarfalao city boy
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    LE REVE EST GRATUIT
    au suivant

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 09:51, par J.CDP.N
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Le verdict n’interdisant pas le remplacement des personnes disqualifiées, nous Jeunes du CDP Nouveau, saluons cette décision du CC. Nous appelons à la désignations de nouvelles candidatures pour voir émerger de nouvelles têtes, certes jeunes, mais propres et crédibles.
    La décision du CC et l’insurrection des 30 et 31 oct 2014, appellent et exigent un vrai renouveau du parti départi et libéré de l’hégémonie de Francois Compaoré et de tout son clan.
    Un pays digne et politiquement mature comme le Burkina ne peut plus se prévaloir d’une monarchisation. Les métastases de la Compaorose que sont les Eddie Komboïgo et AchilleTapsoba, sont les derniers soubresauts d’une politique d’un autre temps fort heureusement révolu.
    Vive le Burkina Nouveau , vive le CDP nouveau .

    Pour J.CDP.N
    Lamine Sanou (Bobo).

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 09:59, par philo
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Notre situation n’est pas à comparer à celle de la Côte d’ivoire. C’est 2 cas différents. Pourquoi les exclus veulent coute que coute être candidat ? y a t-il pas une autre vie après la politique ? Ne peuvent-ils pas continuer à soutenir leur parti en étant un militant non élu ? Sont-ils les seuls à pouvoir être élu dans leur parti ? Y a t-il pas de l’égoïsme à quelque part ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 10:07
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Il faut arrêter de vous plaindre. une quarantaine de personnes de 6 partis politiques est ce que cela doit bouleverser le fonctionnement des institutions et l’entente entre les populations. Le Président Blaise COMPAORE est parti les gens ont il vécu dans ce pays oui ou non ? les institutions ont ils fonctionné oui ou non ? Pour votre information avec le départ de Blaise COMPAORE il y a plus d’une quarantaine de personnes qui ont été mis à la touche sans parler des martyres. Qu’une quarantaine de personnes ne soient pas éligibles et que cela doit poser un problème j’ai honte pour vous. N’avez vous pas plus de 18 ans ? N’êtes vous pas éligibles alors si vous l’êtes alors demander à remplacer ces personnes inéligibles et la vie va continuer.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 10:12, par egouembi
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Chers messieurs évitez de prendre l’exemple de la côte d’ivoire pour le burkina car ici ce n’est pas de l’exclusion mais une éducation pour dire à tous les politiciens que celui ou celle qui se portera ainsi sera aussi sanctionné. évitons de faire l’amalgame soyons honnête. dans une famille ou tout est permis que retrouve t-on ? des prostituées, des drogueurs, des voleurs et tout ce que la nature proscrit. s’ils sont honnête et que vous êtes honnêtes dites toute la vérité. malheur à vous si un malheur arrive au pays à cause de vous. je voudrais attirer l’attention du chef rebelle allassane si tu te laisse utiliser par blaise pour destabiliser la burkina que tous les malheurs du monde s’abattent sur toi et toute ta descente jusqu’à la septième génération amen amen amen ainsi que tous les burkinabé qui se laisseront utiliser

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 10:16, par Djôbi
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    SVP laissons rêver. Le pays des hommes intègres avance avec ou sans le CDP. Le Burkina ce n’est pas la Cote d’Ivoire. Pas de comparaison.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 10:27, par METUOLE
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Vous avez très mal interprété la décision de la cour de justice de la CEDEAO. Le CC n’a fait que suivre ce verdict pour dire le droit rien que le droit. Car si c’était autrement les conseillers n’aurait pas fait leur travail c’est à dire dire le droit. C’est peut-être parce que vous interprétez mal le droit. Michel KAFANDO a dit qu’il respectera le droit et c’est ce qu’il a fait en laissant la justice faire son travail qui est a félicité au lieu de vous lamenté pour rien.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 10:34, par Dany
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    C’est désolant, tout u mouvement associatif, qui ne connait même pas les texte applicables, ni les procédures de saisies !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 10:42, par Karim
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Mon frère je crois que des personnes lisent le droit à l’envers. Sinon comment comprendre que celui qui a fait le recours ai donné des noms et des preuves vous voulez que la CC se mette à la place du requérant pour citer d’autres noms ? Si vous comprenez mal la procédure judiciaire demander assistance aux juristes votre conférence de presse n’avait pas d’intérêt .je demande à Lefaso.net de souvent bien étudier les interventions avant de publier. Vous allez mettre beaucoup de personnes en doute.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 10:42, par Yabyoure
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Mais qu’est ce que vous ne comprenez pas ?

    Chaque partie a le droit de présenter d’autres candidats....

    Arrêtez de jeter de l’huile sur le feu, vous faites chier tout le monde.

    Merde alors !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 12:23, par Pataaleukré
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    C’est tout ce que vous avez pu trouver comme information pour BoBo ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 12:25
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Votre écrit est d’une telle pertinence que je m’en vaudrai de le commenter, en fait les juristes agités et excités qui pensent que le conseil constitutionnel a dit le droit ne sont en fait que des partisans du MPP, de l’UNIR/PS, et bien d’autres partis clandestins aux intérêts lugubres et nébuleux qui n’a rien à voir avec les aspirations de notre peuple qui est la paix. le Burkina ne se limite pas à Ouagadougou et Bobo Dioulasso, le Burkina c’est pas le MPP et son appendice de Dabilgou qui pour raison de morale ne devrait même plus faire de politique, le Burkina, c’est pas l’UNIR/PS.......
    La décision est mauvaise en ce sens que les lois ne sont pas rétroactive, et de ce fait le de électoral du 07 avril 2015 ne saurait s’appliquer à des faits de juin et octobre 2014.
    ce que le Conseil Constitutionnel a fait, ça un nom, le FORFAITURE, et ses membres paieront pour ce crime commis à la démocratie

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 12:26
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Votre écrit est d’une telle pertinence que je m’en vaudrai de le commenter, en fait les juristes agités et excités qui pensent que le conseil constitutionnel a dit le droit ne sont en fait que des partisans du MPP, de l’UNIR/PS, et bien d’autres partis clandestins aux intérêts lugubres et nébuleux qui n’a rien à voir avec les aspirations de notre peuple qui est la paix. le Burkina ne se limite pas à Ouagadougou et Bobo Dioulasso, le Burkina c’est pas le MPP et son appendice de Dabilgou qui pour raison de morale ne devrait même plus faire de politique, le Burkina, c’est pas l’UNIR/PS.......
    La décision est mauvaise en ce sens que les lois ne sont pas rétroactive, et de ce fait le de électoral du 07 avril 2015 ne saurait s’appliquer à des faits de juin et octobre 2014.
    ce que le Conseil Constitutionnel a fait, ça un nom, le FORFAITURE, et ses membres paieront pour ce crime commis à la démocratie

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 13:19, par cisse
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Quitter labas oui,on a refuse leur candidature,ils peuvent placer d’autre en remplacement,ils sont nes avec la politique dans leur mains ?ya en des jeunes dynamiques ils n’ont qu’a les placer sur la liste.pourquoi on laisse creer Des associations au hasard comme ca

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 13:45
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Si c’est ainsi vous raisonnez,pourquoi ne pas aussi permettre aux petits délinquants de la MACO de se présenter aussi à ces élections ?Franchement j’ai du mal à comprendre certains Burkinabè qui veulent une chose et tout son contraire.En attendant,ces malheureuses 42 brebis galeuses sont bel et bien exclues des échéances électorales à venir car la décision de nos sages est sans appel.Pourquoi donc continuer à discourir sur une décision figée ?Que ces 42 bannis aillent se faire foutre,cette décision du CC est une victoire pour les 98% des Burkinabè qui ont été exclus pendant plus de 27 ans par le système mafieux de bilaise compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 14:04, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    - Allez ! Ouste ! Il n’y a pas de thé à vous offrir encore !

    Coordination de jeunes, Association par ci et par là ! Y’en a marre ! Tous des manges-mils, des sautériaux, des fourmis-magnants et des oiseaux granivores !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 14:44
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Il manque beaucoup de bon sens aux gens qui sont animés par la conservation de leurs intérêts égoïstes.ils parlent sans aucun regret ni remords quant aux cadavres des martyrs qu’ils veulent par tous les moyens enjamber pour accéder au pouvoir. Ainsi donc, quelques soit Alpha ou Oméga tant que le cdp ne sera pas aux commandes de ce pays , ils sont prêts à faire vivre l’enfer aux Burkinabe. c’est la conclusion à laquelle on advient quand on suit leur raisonnement qui du reste est une menace voilée. cela fait la troisième fois que j’interpelle les plus hautes autorités de ce pays face aux différentes menaces proférées par ce même groupe politique.Face au silence coupable des Autorités il y a de quoi être inquiet.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 14:58
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    voilà de jeunes plaisantins sans avenir !

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 15:30, par Le Souverain
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Les réponses à vos questions dépendront du comportement des Burkinabè, A commencer par vous.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 16:14, par ki est fou ?
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Vous dites que <> ; où etiez vous ? Il fallait depuis lors deposer votre requête auprès du CC pour les signaler ! Vous parlez sans preuves formelles. Il faut accepter avaler la pulule meme si elle est amere mes gars.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 17:13, par aikaye
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Il faut une vraie démocratie au Faso, soit on décide d’annuler tout ceux qui ont eu à travailler avec Blaise depuis les 27 ans sans discrimination ou on laisse tous les candidats et le peuple va choisir. A quoi représente les urnes ? L’avis des uns et des autres ne peuvent pas représenter le peuple. Et ceux qui ont bâti le régime ? Ceux qui ont fait l’injustice, crime de sang et économique durant ces 27 ans, ils sont blanchis ? Il est temps pour nous de construire les bases d’une vraie démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 17:14, par Jeunedame seret
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Allez-y interpeller les autres mécontents de faire preuve d’intelligence. On n’appelle pas ça exclusion, mais simple conseil d’alternance chez soi. Quand l’aîné est inéligible, on propose le benjamin. Est-ce que vos positions et requêtes sont des réponses positives ou favorables à vos questions ? Un peu de bon sens. On ne veut plus de poussière.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2015 à 18:06, par SID PAWALEMDE
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Avant de se marier, pour un couple, on affiche l’information à la Mairie et on publie l’information à l’Eglise. Si d’aventure quelqu’un s’opposait au mariage, il dépose un recours et l’institution civile ou religieuse arrête le processus du mariage. Donc comprenez bien que ce serait pas pour la gestion d’un pays que nous allons laisser des gens qui ne respectent pas les décisions de justice passer aux élections. Vous avez dû suivre les déclarations de M. KOMBOIGO, ces derniers temps, "qui peut m’empêcher d’aller aux élections" et "nous appelons à la désobéissance civile". Est-ce que jusqu’à sa mort ce monsieur là peut-il être le Président du Faso. Ses ennemis n’ont pu l’empêcher de briguer la présidence du CDP, alors ce qui reste, c’est de le pousser à parler au hasard pour se discréditer et il est tombé dans le piège.

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2015 à 07:47, par Kimos
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Comme ils le disent, ils peuvent vraiment continuer de rever parce qu’ici, il s’agit de Droit et du respect de ce Droit suivant la Charte Nationale de Transition faite en tenant compte des dispositions de la Charte Africaine , de notre Constitution et de la Charte de l’ONU ! Ces pauvres ne comprennent rien du tout ou sont peut etre manipules par des politiciens tapis dans l’ombre... Le Conseil Constitutionnel continuera a epurer ce qu’il doit l’etre, meme pour la liste pour les presidentielles:ceux qui n’en seront pas dignes devront etre ecartes sans Etat d’ame, sinon le peuple subira eternellement la FAUSSE DEMOCRATIE !!!!! Et puis ne comparons pas l’incomparable:LE BURKINA n’est pas la Cote d’Ivoire et nous n’avons pas les memes realites politiques ni les memes processus !!!!!! Vive le Conseil Constitutionnel !!!!! LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2015 à 17:44
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Oui à l’inclusion

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2015 à 13:51, par Elpazo
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Je vous rappel que les 30 et 31 Octobre 2014, il a eu des fils et filles du Burkina Faso, qui versés leurs sang au nom de la démocratie, au nom de la justice et au nom de l’alternance. Ils sont mort à cause de l’entêtement de certains politiciens. Ils sont mort parce qu’au Burkina, après l’assassinat du Camarade Thomas Isidore SANKARA, si tu fait on te fait et y a rien. Pour une fois que nous avons l’occasion de voir certaines personnes répondre de leurs actes, on nous parle d’inclusion.
    A mon sens, aucun parti politique n’a été exclu des élections. Nous disons seulement l’inclusion oui, mais justice d’abord. Ceux qui ont soutenu ouvertement et aveuglement le Nième projet de modification de la notre loi fondamentale jusqu’au 30 octobre 2014 doit répondre et assumer leurs actes.
    De grâce, pour une fois osons montrer aux politiciens la vraie à suivre, la voie du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2015 à 14:20, par Elpazo
    En réponse à : Des leaders associatifs de Bobo interpellent le Président Michel Kafando

    Croyez vous que c’est en permettant à chacun de faire ce qu’il veux, que le Burkina Faso aura un avenir ? C’est pas non plus en laissant chacun, parce qu’il est pouvoir piller les deniers publics que le pays aura un avenir.
    Je pense que chacun devrais pour une fois laisser tomber ses intérêts égoïste au profit de l’intérêt supérieur de la nation.
    Si cette décision du conseil constitutionnel pause problème selon vous et susceptible de compromettre l’avenir du Burkina, laissez moi vous dire que vous avez la mémoire courte. Que pensez vous des 27 ans de Blaise avec son cortège d’assassinats, restés tous impunis. Nous pensons notamment, à Camarade Thomas SANKARA et ses compagnons, Oumarou Clément OUEDRAOGO, Norbert ZONGO et ses compagnons, le juge Salifou NEBIE, les martyres de l’insurrection, etc.. Ces assassinats ne sont t’ils pas susceptibles de compromettre l’avenir du Burkina ?
    Réveillez vous messieurs Boukaré Zoungrana et Hubert Bamba, vous êtes jeunes et pouvez toujours vous mettre sur les bon rails. Vous pouvez toujours avoir votre "mangé" ailleurs que sur cette voie incertaine que vous suivez à présent.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés