Rapport de performance régional à mi-parcours : Sur 44 mesures programmées, la Boucle du Mouhoun réalise 2.

jeudi 30 juillet 2015 à 23h13min

Ce mercredi 29 juillet 2015, le Cadre régional de dialogue de la SCADD de la Boucle du Mouhoun a ténu sa deuxième session ordinaire à Dédougou. Elle a permis l’examen et l’adoption du rapport de performance régional à mi-parcours de l’année 2015. De ce rapport, il ressort que la Boucle du Mouhoun est à un taux de réalisation de 4,76%.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Rapport de performance régional à mi-parcours : Sur 44 mesures programmées, la Boucle du Mouhoun  réalise 2.

Le rapport à mi-parcours de la mise en œuvre des actions en cohérence avec la stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) au niveau de la Boucle du Mouhoun s’organise autour de quatre axes. C’est notamment l’accroissement durable de l’économie régionale, la valorisation et la gestion durable des ressources naturelles, l’accès des populations aux services sociaux de base et le renforcement de la gouvernance, des finances et des capacités des acteurs. Il ressort qu’au niveau de l’axe 1, aucune mesure des treize n’a été entièrement réalisée. Il en est de même pour les treize mesures de l’axe 3. Les axes 2 et 4 sont réalisés respectivement à 33,33% et 20%. D’une manière globale, sur un total de 44 mesures programmées, seules deux mesures ont été entièrement réalisées soit un taux de 4,76%.

Pour le Directeur régional de l’économie et de la planification, Bamorifin Djané, « dans l’ensemble, le bilan est passable. D’autant plus que le taux de réalisation physique est de 4,76% et au plan financier il est de l’ordre de 30% ». Selon monsieur Djané, la faible performance enregistrée s’explique par la dissolution des conseils municipaux et régionaux, l’application du budget d’austérité. A ces difficultés le Directeur régional de l’économie et de la planification, BamorifinDjané ajoute le retard dans l’adoption des budgets, la lenteur dans le traitement des dossiers, le retard dans le transfert des ressources, l’insuffisance des ressources financières, la défaillance de certains prestataires, l’insuffisance de personnel dans les DPCMEF. Pour pallier ces difficultés, les participants proposent en aval l’anticipation sur préparation des dossiers et en amont un suivi rapproché des prestataires sur le terrain. Les collectivités ont souhaité que la rigueur soit mise dans la sélection des prestataires et que les sanctions soient renforcées pour les prestataires défaillants.

Ibrahima TRAORE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés