Fonds spécial de financement du secteur informel : Le MPP dénonce une récupération politicienne

DECLARATION • jeudi 29 mai 2014 à 02h23min

Le conseil extraordinaire des ministres, au cours de sa séance du 24 mars 2014, a adopté un certain nombre de mesures parmi lesquelles, « le renforcement des ressources des fonds nationaux de financement de l’entreprenariat féminin par la mise en place d’une ligne de crédit de cinq (5) milliards F CFA… » et « la réalisation d’une opération spéciale de financement d’associations bien organisées du secteur informel à travers la mise en place d’une ligne de crédit de cinq (5) milliards F CFA, logée au sein du Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES) ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Fonds spécial de financement du secteur informel : Le MPP dénonce une récupération politicienne

Le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) tout en marquant son adhésion à toute action tendant à promouvoir les activités du secteur informel et surtout l’entreprenariat féminin, note cependant une maladresse savamment orchestrée par le gouvernement, se traduisant par une cohue indescriptible sur les sites d’inscriptions, notamment à la Maison de la Femme de Ouagadougou.

Au-delà de ce désordre, s’ajoute la récupération politicienne flagrante qui est faite de cette mesure, présentée par les thuriféraires du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), comme une manne financière personnelle que le Chef de l’Etat Blaise COMPAORE, octroie à son peuple en souffrance. De là, découlent des critères discriminatoires non écrits tendant à orienter ces fonds exclusivement aux personnes et associations, proches du CDP ou favorables à l’organisation d’un référendum et à la révision de l’article 37 de notre constitution.

A travers ces manœuvres, il est désormais établi au Burkina que l’Etat se confond à un clan ou une famille politique.
Face à ces manipulations, consistant à exploiter de façon éhontée la situation sociale difficile de la majorité de la population, le MPP :
-  Elève une vive protestation contre ses méthodes occultes d’un autre âge ;
-  Dénonce les méthodes d’intimidation orchestrées à travers ce fonds, par l’achat de conscience, le chantage, l’amalgame, etc. ;
-  Condamne énergiquement l’exploitation politicienne de cette mesure par le CDP et les tenants du pouvoir ;
-  Appelle le gouvernement à la transparence dans les actes, les critères et la destination de ces fonds issus du budget de l’Etat, donc fruits des efforts des contribuables burkinabè et destinés à tous les Burkinabè remplissant les conditions sans aucune discrimination et ce, conformément à la Constitution (cf. Article 2) ;
-  Tient le gouvernement pour responsable de l’utilisation malsaine de ces fonds publics dont le bilan devrait en tout état de cause être fait à l’ensemble du peuple burkinabè.

Le Secrétariat à l’Information et à la Communication

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés