Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

vendredi 16 mai 2014 à 19h32min

L’auteur de l’écrit ci-après, Richard Boubié Tiéné, pour ne pas le nommer, interpelle les pouvoirs publics sur un phénomène qui prend de l’ampleur mais qui, malheureusement, n’est pas sans risques, notamment sanitaires pour les citoyens. Il s’agit de la vente de médicaments de rue dans les cars.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

« Au secours, les médicaments de rue envahissent les cars !

Il vous est certainement arrivé d’emprunter un car pour une destination de votre choix. C’est un acte quotidien que nous observons avec, dans certains cas, des péripéties liées à des paramètres aujourd’hui encore négligés : surcharge, voyages en compagnie de boucs, de poulets, voire de chiens. Un parfum de puanteur irradie certains de nos tacots qui flirtent par ailleurs avec une suspension de poussière faisant partie du décor depuis des lustres. Bref, là où la sécurité des passagers rivalise d’ardeur avec le bon sens c’est quand des individus sans autorisation (sauf celle qui leur est verbalement délivrée par le maître des véhicules, le patron) s’adonnent à la vente de médicaments dont les vertus paraissent douteuses. La route pourrait donc tuer pour deux raisons. Le verbe haut, d’un ton quasi-convaincant, des « thérapeutes » d’une nouvelle espèce font leurs affaires dans les compagnies de transport en commun. Leur potion soignerait tout et pourrait, qui sait, réveiller les morts avant que les anges du ciel ou les démons de Lucifer ne daignent venir les escorter. Nous avons choisi pour vous quelques extraits qui attestent de leur maîtrise du verbe de la persuasion.
-  « Si tu as le coco* tu prends ça (il brandit un sachet contenant une substance en poudre), tu le mets dans un verre d’eau que tu bois. Tu fais ça trois fois par jour. Ton coco va disparaitre comme un tourbillon dans la nature. »
-  « Si au lit tu n’assures pas la nuit parce que tu as trop travaillé. Ah mon frère ta femme peut te quitter !!! Sois vigilant, regarde ce petit sachet c’est un mélange de…que tu verses dans de l’eau tiède. Même un éléphant ne sera pas plus résistant que toi. Si ta femme te trompait, elle va te revenir parce que son amant ne fera jamais mieux que toi ».
-  « Vous voyez ce produit-là, vous n’allez pas me croire, il soigne le cancer. Je l’ai même vendu à une haute autorité du pays qui en est guérie. »

Pendant ce temps les passagers boivent ce beau discours mielleux d’un charlatan qui a trouvé le bon filon pour faire mieux que les « coupeurs de route ». Il braque notre mentalité sans arme. Renseignements pris, nos « pharmaciens mobiles » n’ont aucune autorisation d’exercer. Ils ont prêté le serment d’hypocrite plutôt que celui d’Hippocrate et vaquent à leurs occupations sans être inquiétés. Mieux, ils ont réussi à fidéliser certains voyageurs qui n’hésitent pas à les appeler et à se faire livrer les soient disant produits miraculeux à domicile. Le ministre de la santé est-il au courant de ces pratiques ? Le phénomène est récurrent et les conseillers du ministère de la santé lui en ont peut-être parlé. De toute évidence, le ministre ne voyage pas à bord des cars (il a des véhicules de fonctions et de service) ce qui pourrait le dédouaner du laxisme observé. Mais ses agents, ses spécialistes sur le terrain le savent. Si ce n’est pas le cas c’est grave. Allons-nous attendre de compter nos morts pour réagir ? Et si ces médicaments étaient dans les faits efficaces ? Alors, il convient de trouver la formule pour rendre légale cette activité de « pharmaciens en car ». Certains médicaments vendus en pharmacie sont avec le temps retirer des rayons du fait d’erreurs dans leur préparation ou de la dangerosité de leur consommation. Il n’est donc pas évident de garantir la crédibilité des « petits sachets thérapeutiques » commercialisés dans les cars. D’ailleurs n’est-ce-pas là une forme de concurrence déloyale à la pharmacopée ? Ce sont autant de questions qui méritent réflexion. La vie est trop belle pour l’abréger sur des détails échafaudés par notre propre négligence.

*coco : hémorroïdes

Richard Boubié Tiéné

tienerichard@hotmail.com

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 mai 2014 à 20:14
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    A partir du moment que des hauts placés de ce pays alimente ce trafic, il a encore de beaux jours devant lui. Le sport national N°1 dans ce pays est la fraude à tous les niveaux. Tant pis pour les consommateurs. De temps en temps, on amuse la galerie avec un petit reportage à la télé en détruisant quelques centaines de kilos de médicaments de rue... Comme le poisson est pourri depuis longtemps de la tête, tout le reste jusqu’à la queue est déjà pourri. Ainsi, va le Faso émergent de sa gadoue.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai 2014 à 20:22, par koro
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    Merci mon frère pour cet apport.En réalité ces’ pharmaciens ambulants ’sont plus dangereux que les braqueurs car ils tuent a petit les populations .Ils sont pour la plupart venus d’un pays voisin que je ne donnerait pas le nom suite donc a leur démantèlement dans ce pays .Il faut donc que les autorités réagissent a temps pour contrecarre ces malfrats.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai 2014 à 20:58, par Donmozoun
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    Prenez TSR sur l’axe Ouaga-Kaya-Ouaga. Vous en aurez pour votre compte. des médicaments aux noms qui vous laissent pantois.
    Pour se défendre, c’est comme d’habitude : c’est notre gagne-mangé et c’est pour rendre service aux nombreuses personnes qui souffrent. Et le plus marrant : ils sont toujours en promo.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai 2014 à 21:53, par Kalil
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    Bel article ! le problème est grave. Les cars de STAF sont leur supermarché.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai 2014 à 22:18, par Jeune dame seret.
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    Bonne remarque . Ce sont ces mêmes marchants qui trafiquent les drogues et les produits d’endormissement pour escroquer les passagers. Si on laisse passer, ce sera une autre forme de coupeurs de routes avec la complicité des chauffeurs. On a téléphone. je souhaite que les contrôleurs de route acceptent se faire signaler ces méfaits. Des guérisseurs non-médecins, y en a de trop ; et on a mare.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai 2014 à 01:52, par yayabogola
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    Mon frère tu as raison dès ; ces gars parlent tellement bien qu’ils m’ont eu une fois (une seule fois).Ecoutez ils le font avec la complicité du chauffeur qui bénéficie de "ristournes" à la fin de l’opération de séduction.En effet ( en faisant Ouaga_Bobo avec STAF ; j’ai vécu ça personnellement) le gars monte au péage et ne descend que plusieurs kilomètres plus loin (kokologo) pour ensuite emprunter un autre car etc. J’ai croisé ces gars sur un autre axe (Dédougou-Bobo) et tenez vous bien ils tiennent le même discours pr attirer la cliente qui malheureusement est très nombreuse. Il est un constat : les gens st trop malade au Faso, il suffit de voir comment ils se ruent sur ces produits (inconnus) pr s’en convaincre. Ce sont les "3B" qui tuent les "BFois".
    Plus sérieusement, MS doit sévir...il n’a plus d’escuse, Mr TIENE lui a apporté la "nouvelle".

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai 2014 à 07:50, par nikson
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    bien dit franchement affaire de medicament d la rue les autorités sont rester sourds et aveugles les populations n’ont cas se débrouiller

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai 2014 à 10:06, par Un Indigne sanitaire
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    Je m’apprêtais Cher Monsieur Richard à faire exactement comme vous : dénoncer cette pratique que j’ai vécu récemment dans un car TCV au cous d’un voyage Bamako-Bobo-Dioulasso. Mais vous le faites déjà, et avec quelle qualité de restitution !

    Cela dit, il me semble que le propre de ce pays, c’est de jouer plutôt aux pompiers, aux médecins après la mort. Et donc de ne pas souvent agir en amont pour éviter les catastrophes. Parce que ce phénomène en est véritablement une. J’espère que les réactions du Ministère de la Santé seront illico presto.

    Dans mon cas, le chauffeur du car m’a balancé : " on fait ça même en Cote d’Ivoire" !!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai 2014 à 14:26, par leproff
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    bel article. C’est juste j’ ai plusieurs fois suivi ces séances de démonstrations dans des cars bien connus au Faso par tous. il faut que le ministère se penche sur la question et surtout que la plupart des ces soit disant produits viennent du pays voisin

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai 2014 à 20:09, par CARRAMBA
    En réponse à : Voyage en car au Burkina : Attention aux médicaments de rue !

    Tiens j’étais dans le car ce jour là. 09/05/14 J’ai même acheté contre le coco.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés