Projet d’urgence d’appui à l’Alimentation du bétail : Les acteurs se concertent pour de meilleurs résultats

mercredi 14 mai 2014 à 23h55min

Le département en charge de l’élevage, a procédé mercredi 14 mai 2014 à Kombissiri, au lancement technique du Projet d’urgence d’appui à l’Alimentation du bétail (PUAAB).Financé par le fond fiduciaire Japonais de Développement Social(JSDF), le projet PUAAB d’une valeur de 1 382 250 000 F CFA a pour objectif principal d’améliorer l’accès à l’aliment bétail, à l’eau et au déparasitant dans les zones affectées par la crise climatique au Burkina.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Projet d’urgence d’appui à l’Alimentation du bétail : Les acteurs se concertent pour  de meilleurs résultats

L’élevage constitue un puissant moyen de lutte contre la pauvreté de par son caractère redistribué des richesses et contribue à plus de 18% du PIB. Il représente également près de 26% des exportations en valeurs. Malgré cette importance socioéconomique, révélée par la représentante du ministère des ressources Animales et Halieutiques du Burkina(MRAH), le domaine reste confronté à des difficultés naturelles et anthropiques tel que les aléas climatiques limitant ainsi son plein essor. C’est dans cette optique que le ministère en charge de l’élevage, accompagné de divers partenaires a mis en place le Projet d’urgence d’appui à l’Alimentation du bétail (PUAAB), entré en vigueur, depuis mai 2013.

Doter les éleveurs de moyens techniques pour faire face au changement climatique.

Son lancement technique survenu ce mercredi 14 mai 2014, à Kombissiri a permis au chef du projet, Monsieur Siri Idrissa de revenir sur les objectifs du projet. Selon lui, PUAAB vise à faciliter l’accès des éleveurs aux intrants zootechniques et vétérinaires et à l’eau dans les zones à risques ; à améliorer la valorisation des aliments grossiers ; et développer une stratégie de communication qui permette aux différents acteurs de réagir efficacement aux effets de la crise climatique.

Il va profiter à son issue, le 30 juin 2015, à plus de 16 000 ménages vulnérables et pauvres propriétaires d’animaux des espèces ciblées, (en majorité, la frange reproductive des bovins et les petits ruminants ; et les équins et les asins, utilisés comme animaux de trait). Soit 100 000 individus, selon le chef de projet.

100 000 bénéficiaires dans 162 communes du Burkina Faso de l’aide japonais

Financé par le fond fiduciaire Japonais de Développement Social(JSDF) géré par la banque Mondiale, le projet PUAAB est d’un coût global 1 382 250 000 F CFA, selon la chargée de la coopération à l’ambassade du Japon, Yumiko Kameo. « Le Japon considère que la sécurité alimentaire est un élément essentiel pour la stabilité socioéconomique d’un pays. Et puis l’élevage comme l’agriculture constitue une composante essentielle pour l’activité économique du Burkina », a-t-elle ajouté pour expliquer la motivation de son pays à accompagner le projet.

Dons de matériels, Formations et réhabilitation de points d’eau

Les résultats finaux attendus à la fin du projet sont entre autres, la dotation des bénéficiaires en matériels d’élevage, en vue de l’amélioration des techniques de préservation des animaux au delà de la crise climatique. A cet effet 200000 comprimés de déparasitant, de 3000 tonnes de SPAI, de 50 tonnes de pierres à lécher seront distribués aux bénéficiaires dans 162 communes, la sensibilisation et la formation de 10000 éleveurs transhumants sur la gestion durable des ressources pastorales, la formation de 3750 ménages, en technique de valorisation des SPA et des fourrages et la réhabilitation de 100 points d’eau. Egalement la formation de 300 operateurs de broyeurs et la mise à disposition de 150 broyeurs sont prévues.

La cérémonie de lancement technique du PUAAB-BF a permis en outre, d’abriter un atelier de concertations des acteurs impliqués dans l’exécution du projet, afin d’en assurer l’efficience.Ces échanges visaient à satisfaire les besoins de communication à l’endroit des différents partenaires et des bénéficiaires, au partage des résultats déjà visibles sur le terrain, à en croire Siri Idrissa.

Par Arba Nadembega

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés