ON MURMURE : Des OSC renforcent leurs capacités ce weekend à Ouagadougou

jeudi 17 avril 2014 à 14h59min

Kantigui a appris qu’un atelier de lancement du Projet de renforcement des capacités des Organisations de la société civile (OSC) se tiendra, le samedi 19 avril 2014, à Ouagadougou, L’objectif principal de cet atelier est de donner toutes les informations utiles et nécessaires sur ce Projet de renforcement des capacités des OSC, notamment sur les conditions de domiciliation d’une association au Centre Marcus Garvey.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Il est également parvenu à Kantigui que malgré les apports substantiels de l’Etat burkinabè et de ses partenaires, les OSC sont freinées dans leurs ambitions par des facteurs liés à l’insuffisance des moyens logistiques, techniques, matériels et financiers. Une situation qui limite leur dynamique d’action et entache leur crédibilité. Le temps est plus que jamais venu pour que les OSC elles-mêmes se pencher résolument sur les voies et moyens susceptibles de permettre leur autonomisation sur le plan organisationnel, structurel voire financier afin de garantir leur efficacité et la pérennité de leurs activités. Pour atteindre ces résultats, des réflexions doivent être menées afin de dégager des axes possibles « d’auto-renforcement des capacités » pouvant, à termes, permettre aux OSC d’être des actrices incontournables du développement. Ce sont autant de préoccupations qui ont amené le Centre Marcus Garvey à initier ce projet de renforcement des capacités des OSC. Kantigui encourage ce genre d’initiatives et souhaite bon vent à cet atelier.

...........................................................................................................................................................

L’ISTIC fête ses 40 ans

L’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC) souffle sa 40e bougie en cette année 2014. Pour marquer d’une pierre blanche cette commémoration, Kantigui a appris que les étudiants de l’institut organisent dès le 17 avril prochain, dans la matinée, un don de sang au sein de l’établissement, sis à un jet de pierres des Archives nationales. Dans la soirée, Kantigui qui pratique régulièrement le sport, entend prendre part au cross populaire prévu à l’occasion dans les artères de la ville de Ouagadougou. Le clou de cette commémoration sera marqué par une grande cérémonie le 25 avril 2014 à partir de 9 heures, toujours à l’ISTIC avant la grande explication de la finale maracana sur le terrain du lycée Philippe Zinda Kaboré. Kantigui qui a traîné sa bosse dans cette école pour apprendre les B-A-BA du métier, souhaite un plein succès à cette célébration.

...........................................................................................................................................................

Sabou : le maire en sursis

Les conseillers municipaux de la commune de Sabou ne sont plus en odeur de sainteté avec leur maire, Nawamtaoré Luc Marie Cyrille Kaboré. Aux dernières nouvelles, Kantigui a appris que 27 des 31 conseillers que compte le conseil, se sont réunis le 7 avril 2014 à Sabou. Il est ressorti de ce huis clos une motion de défiance votée par 23 conseillers contre le bourgmestre. Les conseillers « frondeurs » reprochent à l’édile de la commune, « sa gestion autocratique » des affaires de la collectivité. Las de l’avoir interpellé à plusieurs reprises, les élus locaux ont décidé de prendre leur responsabilité. Kantigui lance un appel au dialogue aux différents conseillers afin de préserver l’intérêt général de la commune.

...........................................................................................................................................................

Orpaillage dans le Kourwéogo : des morts !

Kantigui, dans sa fouille, a été informé que le miracle de l’or est en train de tourner au cauchemar pour des orpailleurs exerçant sur les sites de Silmiougou et de Garga, dans la province du Kourwéogo. Selon des informations parvenues à Kantigui, quatre personnes auraient déjà perdu la vie dans la recherche du métal jaune. Si certaines sont mortes des suites d’éboulement, d’autres ont succombé à des maladies contractées dans ce milieu où l’hygiène est la chose la moins partagée. Dans ce décompte des morts, Kantigui a été choqué du comportement de certains orpailleurs insensibles face à la mort. En effet, pendant qu’on extirpait des trous des corps sans vie, d’autres à quelques mètres, s’adonnaient à la cuisson de leur haricot. Kantigui qui a voulu en savoir davantage sur le "mental de fer" de ces chercheurs d’or, en a eu pour son compte avec une réponse qui se passe de commentaires. « Chaque semaine on entend des crash d’avion à travers le monde, est-ce pour autant que les avions vont cesser de voler » ?

...........................................................................................................................................................

L’ONEA et ses releveurs fantômes

Comme tout citoyen consciencieux, Kantigui, las d’attendre ses factures d’eau pendant deux mois, s’est rendu à l’agence ONEA de la ZAD, à Ouagadougou, pour avoir de plus amples informations sur cette situation, pour le moins, inhabituelle. Mais quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre que l’agent releveur des index des compteurs est en congé. Pour une société d’Etat de la trempe de l’ONEA et pour la continuité du service public, Kantigui est tombé des nues face à cette révélation. L’interlocuteur de Kantigui ayant constaté son embarras, s’est ravisé pour dire qu’en réalité, l’agent releveur leur a toujours indiqué que rien ne s’affichait sur les compteurs des abonnés de l’ONEA de la zone de l’ex-secteur n°16 où habite Kantigui. Confus, mais soucieux de la bonne marche des affaires publiques, Kantigui a relevé lui-même l’index de son compteur pour le transmettre à l’agence ONEA de la ZAD. Kantigui qui vient de recevoir sa facture comprenant seulement une redevance espère ne pas avoir affaire à des pénalités dans les prochains mois. L’ONEA doit corriger vite cette situation qui ne l’honore en rien.

...........................................................................................................................................................

Le cri du cœur de Andékanda

L’omniprésent Kantigui se fait le relai d’une situation préoccupante pour la population de Andékanda dans la province du Lorum. La maîtrise de l’eau est une priorité pour le gouvernement burkinabè. C’est dans ce sens que le Ministère en charge de l’eau a lancé les travaux d’aménagement des périmètres irrigués à Andékanda pour le compte du Projet de valorisation de l’eau dans le Nord. A l’occasion, la ministre Mamounata Belem avait insisté auprès des entreprises sur la qualité des travaux et l’implication des communautés dans le suivi des travaux. Mais voici que quelques mois après le démarrage des travaux, les conseillers villageois de développement de Andékanda alertent la commune de Titao et les autorités compétentes. Selon les sources de Kantigui, ils ont au cours d’une session du Cadre de concertation communal en date du 11 avril attirer l’attention des autorités communales sur la qualité des travaux. Ils reprochent à l’entreprise en charge de la construction des canaux d’irrigation, le faible dosage des matériaux de construction. Kantigui se fait le porte-voix des populations et invite les techniciens chargés du suivi à multiplier le contrôle sur le terrain. Les défis dans le domaine des ouvrages hydrauliques sont tellement importants qu’il serait hasardeux de négliger les questions de qualité qui pourraient être plus préjudiciables à l’Etat burkinabè. L’exécution des travaux publics au Burkina Faso, on le sait, laisse parfois à désirer. Kantigui lance cet appel aux spécialistes du contrôle pour qu’ils ouvrent l’œil et le bon, afin d’assurer aux Burkinabè des infrastructures durables.

...........................................................................................................................................................

Zougnanzagmda, un artiste au grand cœur

Kantigui était à la Maison du peuple, hier mardi 15 avril aux environs de 20h, pour vivre le grand concert-live de l’artiste-musicien traditionnel Zougnanzagmda à l’occasion de la célébration de ses 30 ans de carrière musicale. Mais, suite à l’accident tragique de la route à Atakpamé (Togo) où l’on a dénombré 48 morts dont 24 Burkinabè, le chansonnier a eu le grand cœur de reporter son spectacle malgré la grande mobilisation des mélomanes qui emplissaient déjà la cuvette. Kantigui qui salue cet esprit de compassion devant le deuil qui frappe un si grand nombre de familles, a approché le staff technique de l’artiste qui dit avoir reporté l’événement à une date ultérieure. Le 25 avril prochain serait proposé en attendant confirmation. Kantigui souhaite que la terre soit légère à ceux qui ont été brutalement arrachés à notre affection.

Kantigui

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés