Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

Accueil > Actualités > On en parle... • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • lundi 19 novembre 2018 à 00h16min
Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

Le samedi 17 novembre 2018, environ 3 000 Burkinabè ont pris d’assaut la Maison du peuple de Ouagadougou, à l’occasion du lancement du procès du peuple contre la Françafrique initié par le président de l’ONG Urgences panafricanistes, Kemi Seba.

Il était 15h20 lorsque le président de l’ONG Urgences panafricanistes (UP) a fait son entrée à la Maison du peuple, à Ouagadougou. Il a été accueilli sous des ovations bien nourries d’une population, composée en majorité de jeunes, sortie nombreuse pour dire « non » à la Françafrique, un instrument de répression monétaire de l’Afrique, comme l’a souligné l’ONG.

Cette cérémonie qui marque le lancement du procès du peuple contre le néocolonialisme est prévue pour se tenir dans tous les pays francophones. Elle a vu la participation du président du Mouvement africain pour la renaissance, Hervé Ouattara ; du secrétaire général du Cadre « deux heures pour Kamita », Serges Bayala ; du Balkuy Naaba et de nombreux autres invités.

A l’occasion, Relwendé Koumtoumbré, Assane Bationo, Vincent Nébié, Karim Ouédraogo et deux filles ont fait des témoignages sur des thématiques axées, entre autres, sur l’exploitation des ressources africaines, les crimes politiques, le franc CFA, les médias de la Françafrique, devant un tribunal présidé par Kemi Seba. Serges Bayala était le procureur de la cour. « La cour condamne sans pitié le néocolonialisme français ». C’est le verdict qu’il a livré à l’issue des différents témoignages.

« Il y a une vraie prise de conscience africaine qui est présente et aucune force exogène, aucune corruption africaine ne nous empêchera de dire ce que nous pensons et d’agir comme nous le devons face à cet impérialisme qui a tué nos parents (pères, mères, frères et sœurs) depuis trop longtemps », a, pour sa part, lancé Kemi Seba. Dans les pays où il est interdit d’accès, notamment la Côte d’ivoire et le Sénégal, il dira que « le peuple s’organisera et le combat se mènera d’une manière ou d’une autre. Le combat aujourd’hui est plus que jamais rallumé et nous allons déguerpir les colons et les traitres africains qui travaillent pour ces derniers ».

Puis d’ajouter que « ça ne dépend pas que de moi. C’est quelque part un esprit beaucoup plus grand qu’une seule personne qui est en train de s’organiser un peu partout. Vous l’avez vu, la salle était remplie ». Le président de l’ONG UP a, en outre, exprimé sa déception face aux agissements de certains médias de la place. « Ils ont tous fait cette semaine pour que la Maison du peuple ne soit pas remplie », a-t-il dit. « Mais le peuple burkinabè s’est réuni massivement pour une cause commune. Et ça sera la même chose pour les pays d’Afrique francophone », a-t-il promis.

Pour Kemi Seba, le fait de les attaquer et d’interdire l’accès de certains pays, est la preuve qu’ils « tapent juste ». « Si nous, nous parlions dans le vent, ils nous laisseraient entrer comme certains chanteurs qui disent qu’ils sont panafricanistes et qui sont sponsorisés par RFI. Nous, notre démarche est claire. Nous sommes diabolisés par l’impérialisme français, nous sommes persécutés par l’impérialisme français parce que nous dérangeons véritablement le système et nous réunissons les masses africaines ; ça les dérangent profondément », a expliqué l’activiste.

En sus, il a précisé qu’il n’est le leader de personne. « Je ne suis qu’un porte-voix. Et si aujourd’hui, on s’est réuni, c’est parce que les ancêtres nous boostent et veillent pour que nous nous relevions contre ce système prédateur ».

Tous les pays d’Afrique francophone auront connu des procès populaires d’ici mars. « A la fin de toutes ces audiences, une sanction commune et collective sera établie par le peuple, pour le peuple, contre l’impérialiste français et les traitres africains qui collaborent au quotidien avec ce néocolonialisme. Je fais le serment, au nom des ancêtres, que le néocolonialisme va vivre ses dernières heures d’ici quelques temps », a-t-il conclu.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 novembre à 01:27, par Hassan En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Ce que Kemi Seba fait en Afrique francophone en ce 21eme siècle, personne ne le fait pour l’instant. Personne. Il dérange la France et ses valets à la tête de nos états. C’est pour ça qu’on le persécute. Il dérange certaines ISC financée par l’occident. C’est pour cela que certains le boycottent.
    Mais paradoxalement, il est entrain de réunir des centaines de milliers pour ne pas dire des millions qui ont saisi le combat heroique du frère.

    Ce qui me fait le plus mal c’est que ce sont des noirs qui le tueront et le saliront (ces derniers étant payés par des blancs).

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 07:46, par yovis En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Le simple look de ces personnes laisse perplexe. S’agit-il des adeptes d’un autre jihad ? Pour ma part, cet individu incarne la France-Afrique à la perfection : il est Français et Béninois sans que l’on ne sache qui il est vraiment ! Peut-être plus français que Béninois à en juger par son accent des populi des banlieues de Paris.
    Est-il au sérieux ? Qu’il vienne rester dans le Bénin de ses ancêtres. Qu’il se débarrasse des Euros ou autres CFA et Dollars de ses comptes bancaires. Qu’il s’exprime désormais en fon. Après tout cela on avisera.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 08:47, par snoop doog En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Il ne s’agit pas d’être contre la françafrique,mais nous voulons prendre notre destin en main pour ne plus compter éternellement sur les autres .Nous voulons devenir des partenaires plus forts sans faire de nous(Africains)des clients ou des articles de consommations.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 09:53, par SOME En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Merci Aissata pour ton article. Merci a ces activistes qui jouent vraiment un role pour conscientiser et permettre au peuple de prendre ses responsabilités. Merci Urgences panafricaines d’avoir le courage de mettre leurs vies en danger comme sankara l’a fait pour le devenir du continent.

    Cette sale histoire de mafia de la francafrique connaitra sa mort en afrique. Pour l’heure c’est les proces symbolique que nous lancons, bientôt ce seront les vrais proces. Quand sankara avait parlé des proces populaires certains ont rigolé ensuite ils ont tout fait pour que ca ne se tienne pas. Mais ca s’est tenu. Il en sera de meme pour la francafrique .

    La mobilisation populaire surtout dans sa fraction la plus jeune, est une preuve que ca se realisera. Malgré la mobilisation de cette presse d’abrutissement et de desinformation au service de la francafrique . donnez nous cette presse qui s’est devoilée explicitement afin d’informer qui sont ses vrais ennemis. Oui on connait ces soi disants artistes qui pretendent lutter pour l’afrique alors qu’ils en sont ses pires ennemis Je ne vous citerai pas les noms de ces prostitués politiques.

    Nous avons compris que tant qu’il y aura la francafrique jamais nous n’evoluerons. Le rouleau compresseur de l’Histoire est en marche et tant pis pour ceux qui croient l’avoir bloquée. Rien d’impossible au peuple convaincu et responsable qui se prend sa destinée en main.
    « La Révolution démocratique et populaire a besoin d’un peuple de convaincus et non d’un peuple de vaincus, et non d’un peuple de soumis qui subissent leur destin » Thomas sankara
    « l’Afrique ou la mort nous vaincrons »
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 09:58, par SOME En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    dommage que la configuration ne permets pas de repondre directement aux interventions. pour ce 2e Yovis, je dirais tout simplement d’aller laver sa tete a pire que l’eau de javel
    l"esclave qui ne veut prendre mener sa lutte pour sa desalienation mentale on ne peut rien pour lui. Commence par là, ensuite on pourra essayer de t’aider
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 10:20, par Peuple Insurgé En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Soutiens ! Très belle initiative. Continuez ces tribunaux pour sensibiliser davantage. Comme l’a si bien dit Tom Sank, "l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’appitoie sur son sort". Encore une fois Soutien !!

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 10:29, par Peuple Insurgé En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Merci SOME. Je partage entièrement votre compréhension de la situation. Mais je pense que les auteurs de certains posts travaillent pour l’empire. Sinon venant d’un nègre comme moi dont les ancêtres ont subi..., de telles Inepties ne se justifient pas

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 11:48, par Le révolté En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Si KEMI SEBA n’était pas né, la jeunesse Africaine devrait le créer. Soutient infaillible à cette lutte contre le néocolonialisme, le franc CFA et tout ces machins créés par la france pour piller l’Afrique. Et nous mettons en garde cette même france pour garantir la sécurité de ce jeune homme. Au cas échéant si un de ses cheveux tombe, nous brûlerons tous les ambassades français dans tous les pays d’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 11:54, par Ka En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Oui je confirme : Si j’ai ténu a assisté et écouter ces jeunes décidé que rien ne sera plus comme avant c’est que leur avenir était en jeu. Surtout tous ces jeunes qui étaient présents à la maison du peuple avec Hervé Ouattara et Semi keba, ont compris depuis que les printemps des jeunes Africains commencé depuis l’Egypte est que, ‘’’’changer d’époque ne signifie pas fin d’une situation donnée, car tout est une question de mutation des données.’’’’ Ce que je peux confirmer en ayant écouté ces jeunes, c’est que ça soit le franc CFA et autres, la fautes ne vienne plus de la France notre colonisatrice, le problème c’est à nous les Africains. Tous les jeunes à cette rencontre de procès virtuel a été un avertissement qu’il faut bien en prendre en compte pour l’avenir du continent.

    Il est tellement plus facile d’accuser des facteurs extérieurs ! Cela évite de se remettre en question et de s’auto flageller. Tout effort est vain, et il est même facile, avec une dialectique simple, voire simpliste, de montrer que ça ne sert à rien de se fatiguer, puisque les facteurs externes nous maintiennent irrésistiblement dans le sous-développement et que, quoi qu’il arrive, il suffira de mendier un peu auprès des "sponsors" qu’on va culpabiliser, pour continuer tranquillement à "manger", et même "se goinfrer." Oui il est temps que nos décideurs se réveillent, surtout être indépendant de notre devise et voler de nos propres ailes pour suivre la mondialisation. Comme je l’ai dit, même si Bila Kaboré père du premier Burkinabé et parmi les signataires des accords du Franc CFA avec la France était à la maison du peuple, il dira que tout change, et le franc CFA mérite d’être changé.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 12:00, par 4Matic En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Ce fut un grand moment. J’etais Dans la salle. Merci à la société civile africaine de s’organiser pour notre libération.
    kemi seba a été très fort d’initier ce type de mobilisation. La jeunesse africaine a pris ses responsabilités et désormais juge la France !!
    vive l’afrique Libre

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 12:25, par KuriKAMITA un curriculum africain En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Laissez Yovis il faut des nègres égarés comme lui pour justifier la nécessité de notre lutte. On les écrasera tous bientôt. VIVE KAMITA

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 12:51, par HUG En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    La France est un pays très pauvre en ressources naturelles cependant elle figure parmi les pays les plus industrialisés ?Pourquoi. Cependant un pays comme la république démocratique du Congo a toutes les ressources naturelles mais elle demeure très pauvre avec une instabilité.
    C’est pourquoi les africains doivent s’unir comme l’avait suggéré le Ghanéen KWAME N’KRUMAH et bien d’autres personnalités qui en réalité étaient en avance sur leur temps. Unissons nous, unissons nous malgré nos divergeances
    Pour terminer , je me pose la question pourquoi l’envoyé spécial de RFI au burkina n’a pas fait passé l’élément de cette mobilisation à RFI

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 13:19, par LAVERITE En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Oui bravo aux organisateurs mais quelle sera la plus value ?
    un conseil : revoir votre habillement les prochaines fois sinon on vous confond facilement à des voyous. la chaine au tour du cou signifie quoi ? Habillez vous convenablement lors de vos sorties mediatiques.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 13:24, par Le corse En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Le révolte !! fais bien attention à tes menaces !!
    Les derniers abrutis qui ont essayé, pourrissent à 2m sous terre !
    Il Faut raison garder !

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 13:38, par Un Burkinabê En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    @ Yovis : La Nationalité Française de Kémi ainsi que la langue française avec laquelle il communique et ses comptes bancaires ne sont point un handicap pour le combat qu’il mène. Nous n’avons pas besoin d’Africains qui raisonnent comme vous autres pour notre combat. Si vous ne pouvez pas nous aidez abstenez vous à aider l’ennemi d’en face.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 15:09, par Raogo En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Celui là fait parti des 20 SANKARA selon les prédictions de feu SANKARA THOMAS. Je le suis et je resterai dernière lui. La France, les occidentaux doivent revoir leur politique en Afrique. Voyez vous, en tuant KHADAFI pour leur intérêt c’est toute l’Afrique de l ’Ouest qui est dans le problème. Qu’ils arrêtent de décider qui seront nos futures dirigeants. Qu’ils arrêtent de piller nos ressources naturelles. Qu’ils arrêtent de financer les conflits, les guerres pour leur propre intérêt. Parce que le premier SANKARA des 20 SANKARA est née. Il faut qu’en Afrique chaque pays Africain ait son SANKARA ainsi il aura une révolution dans toute l ’Afrique contre ceux qui nous pillent. Ils sont jeune, ils peuvent créer, qu’ils créent des concepts qui vont les différencier de toute ressemblance aux jihadistes ou à toutes autres religions. Un concept que tous peuvent nous retrouver

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 21:02, par Alain En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Evidemment que la nationalité française comme l’une des 2 nationalités de Monsieur KEBA pose problème. Pourquoi ne rénonce-t-il pas à la nationalité française ? SANKARA n’aurait jamais pris la nationalité française. Vous voyez mes frères, je préfère encore un Monsieur comme Sekou TOURE qui a été cohérent dans ses prises de décision même si par la suite il y a eu des dérives. Ce Monsieur a la nationalité française ; si ça chauffe, il va nous laisser dans nos emmmerdes et il ira s’installer tranquillement dans une banlieue parisienne.
    Enfin, Ayez pitié de ces bonnes dames qui ont encore un bébé en bas âge. Si vous voulez vraiment les aider, donnez leur les 2000f mais de grâce ne les obligez à venir assister à vos shows. Regardez la photo, sans commentaire...

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 01:10, par Boss En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Pour ceux qui critiquent sa nationalité ou la langue avec laquelle il communique...juste se poser la question si la lutte est juste.
    Est-ce juste de mener un combat pour améliorer ses conditions d’existence et celle de ses enfants dans le futur ?
    Est-ce juste de décider et d’accepter de se prendre en main après plus de 60 ans "d’indépendance" ?
    Est-ce juste de se dire que nous pouvons et devons gérer nos propres affaires et qu’on doit arrêter de s’infantiliser. Tous les enfants doivent un jour ou l’autre se prendre en charge, et ce n’est pas à 60 ans...
    Si la réponse est "oui", alors tout le reste ne compte plus.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 08:31, par Un Burkinabê En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    @ Alain : Je trouve justement que c’est un avantage d’avoir un Kemi avec la nationalité française. Pensez vous que si Thomas Sankara avait la nationalité française il serait assassiné ? Si Nkrumah avait la nationalité française serait il tué ? Pourquoi Laurent Gbagbo et son fils Michel sont ils toujours en vie malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils se trouvaient en Avril 2011 ? N’est ce pas du fait qu’ils aient la nationalité française qu’ils doivent leurs vies ?
    Je vous laisse le soin d’y réfléchir.

    @ Le corse : amener les gens à 2m sous terre n’est pas une valeur humaine qu’il faille s’en orgueillir. Seul Dieu doit ôter la vie d’un être humain.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 17:32, par la sagesse En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Comme nos peres revolutionnaires avais dit « les ennemies de l’afrique sont les africains »,personne ne viendras construire l’afrique a la place des africains et personne ne le detruira a la place des africains et tout changement merite un sacrifice.Quand on dit un tel un refigié c’est qu’il a refuser d’assumé sa revolte un moment de son existence.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 17:47, par Un Francais En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    Quel bouffon, ce Kemi Seba ! Un exemple, il vient parler de l’exploitation des ressources du Burkina par la Francafrique, et parmi les societes qui extraient l’or au Faso on trouve des entreprises a capitaux Canadiens, Anglais, Hollandais, Chinois, Sud-Africains, etc ... mais c’est la faute aux mechants Francais ? WTF. Par contre, il a raison pour le CFA, on pourrait le remplacer par le Dollar du Zimbabwe, cela permettrait de lutter contre la penurie de papier toilette.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 19:32, par Alain En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    @ Un Burkinabé. Mon frère, il me semble que c’est assez réducteur ce raisonnement. Sylvanus Olympio avait la nationalité française, il a été assassiné et Simone Ggabgo n’avait pas la nationalité française et elle est toujours en vie. On peut aligner les exemples comme ça.
    On se lève pour soutenir un Monsieur qui n’a même pas le début de commencement d’une idée pour un plan de sortie du Franc CFA. Je suis africain, j’ai honte que 60 ans après notre soi-disant indépendance, nous utilisons toujours une monnaie qui est gérée par le colonisateur. Mais c’est pas une histoire de "gros coeur". Le vrai problème c’est que nous sommes incapables d’assumer notre indépendance. Exemple : notre sécrurité est toujours sous la caution de la France ; c’est nous qui appelons la France au secours. Demandez à nos amis maliens.

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre à 23:15, par Yacouba L’Africain En réponse à : Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses

    @Un Francais : votre phrase n’est pas terminée :
    "WTF. Par contre, il a raison pour le CFA, on pourrait le remplacer par le Dollar du Zimbabwe, cela permettrait de lutter contre la penurie de papier toilette."
    Cela permettrait aussi à remettre à l’Afrique ses devises qui sont stockées au Trésor Français. On verra bien quels sera votre place économique sans l’exploitation des ressources des autres.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés