Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

Accueil > Actualités > Opinions • Paris mérité mieux qu’un ambassadeur en sursis ! • lundi 22 avril 2013 à 22h51min
 Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France  interpelle le Premier ministre

Annoncé comme démissionnaire de son poste d’Ambassadeur du Burkina Faso à Paris suite à la
publication d’un rapport de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat (ASCE) qui épinglait sa gestion
entre 2006 et 2011 à la tête du Ministère des Enseignements Secondaire , Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESSRS), Monsieur Joseph PARE demeure à la surprise générale à son poste.

Si selon toute vraisemblance, ce statu quo semble convenir à l’intéressé lui même et au Chef de l’Etat
Blaise Compaoré, de qui dépendrait la décision de son maintien ou de sa révocation, cette situation
(inédite dans les annales de la diplomatie burkinabé), au delà de son caractère ubuesque, contribue à
ternir considérablement et durablement l’image d’Etat de Droit du Burkina Faso, en France et dans le
Monde.

A qui profite donc ce statu quo ?

Après plusieurs mois d’attente d’une réponse politique qui n’arrive pas, la Section de France du
Mouvement Burkinabé des Droits de l’Homme et des Peuples pose aujourd’hui publiquement cette
question aux autorités politiques burkinabé, notamment au Premier Ministre Luc Adolphe TIAO.

Monsieur Le Premier Ministre,

Salué par une large frange de l’opinion publique nationale et internationale comme le top départ d’une réelle moralisation de la vie publique burkinabé (qui en a bien besoin !), votre engagement à donner désormais des suites tangibles aux rapports de l’ASCE tarde, à nos yeux, à se traduire en mesures concrètes.

A la lecture de votre récente déclaration devant notre assemblée nationale, vous avez évoqué à propos des personnes citées par l’ASCE pour leurs gestions indélicates, trois catégories de citoyens présumés coupables : 1) ceux qui auraient reconnu leurs malversations et se seraient acquittés des montants dus, 2) ceux qui auraient reconnu leurs malversations et qui n’auraient pas encore fini de régler leurs passifs, 3) ceux qui contestent absolument les fautes qui leurs sont reprochées.

Pour situer définitivement l’opinion publique, compte tenu de l’importance et de la spécificité de ses
missions sur lesquelles nous reviendrons plus loin, la seconde question que nous vous adressons est la suivante :

Dans quelle catégorie se situe Monsieur Joseph PARE parmi les trois groupes évoqués devant la
Représentation Nationale Burkinabé ?

Ayant fort opportunément invoqué le devoir de réserve pour ne pas répondre à un journaliste qui
l’interrogeait (quatre mois après l’annonce de sa démission) sur la raison de son « faux départ », nous
comprenons que l’intéressé ne soit pas la personne la mieux placée pour répondre à cette question (*).

Profondément attachée aux libertés fondamentales dont doit jouir tout citoyen burkinabé, notre requête d’une clarification de la situation de l’Ambassadeur en sursis qu’est aujourd’hui Monsieur Joseph PARE ne saurait s’apparenter à une quelconque chasse aux sorcières.

Dans le même élan, nous défendrons fermement son droit à la présomption d’innocence en même
temps que le droit non négociable d’exiger que notre Ambassade à Paris soit dirigé par un(e)
citoyen(ne) jouissant pleinement du respect dû à sa haute fonction.

Ce n’est en effet un secret pour personne que Monsieur Joseph PARE (en attendant d’être lavé de tout soupçon de détournement, toute chose que nous lui souhaitons) n’est plus apte à assumer sereinement et efficacement les missions d’Ambassadeur du Burkina Faso à Paris.

Comme l’avait si justement écrit un journaliste qui saluait sa démission annoncée : « il était délicat pour un ambassadeur cité dans pareille histoire de représenter avec plénitude son pays.
Un diplomate de premier ordre accusé d’avoir barboté dans les finances publiques rencontre
difficilement les officiels, a fortiori les fameux Partenaires techniques et financiers (PTF), sourcilleux
sur l’utilisation qu’on fait de leurs écots sous nos tropiques » ( cf. L’Observateur du 17 septembre 2012). Ce propos garde toute sa pertinence et toute son actualité.

Aucune contorsion politico-juridique ne peut légitimer le statu quo qui perdure quant au sort réservé
par la justice burkinabé à Monsieur Joseph PARE, suite à sa citation dans le rapport de fin juillet 2011
de l’ASCE.

Malgré ses talents reconnus de diplomate, Monsieur Djibrill BASSOLE, Ministre de tutelle de
Monsieur Jospeh PARE, a fini par perdre son latin dans ses multiples tentatives d’expliquer
l’inexplicable.

Alors qu’il avait été clair et limpide quand l’affaire PARE a été rendue publique en déclarant « il serait
raisonnable de mon point de vue que l’ambassadeur Joseph Paré puisse effectivement cesser ses
fonctions, qu’il puisse rentrer au Burkina pour se disculper et se blanchir des accusations qui sont
faites contre sa personne » (AIB, 18 septembre 2012) , son propos est devenu ambigu et confus quatre mois
plus tard : « Il l’a demandée (NDLR : il s’agit de la démission de Monsieur Joseph PARE) . Maintenant, c’est le
président du Faso qui décide et qui nomme un (nouvel) ambassadeur, si tel est son souhait ». « Et en
entendant que quelqu’un d’autre soit nommé pour le remplacer, il reste à son poste …

A supposer que
le président du Faso prenne la décision de le changer, les procédures de désignation et de nomination
d’un ambassadeur prennent toujours du temps et quelque fois, ce délai n’est même pas dépendant de
la volonté du pays qui nomme » (cf. Sidwaya du 1er février 2013)

Monsieur Le Premier Ministre,

Au delà de l’image de l’Etat de Droit (encore en difficile gestation) ternie par cette affaire, au delà de la
dignité à rendre à la fonction d’Ambassadeur du Burkina Faso à Paris et de la nécessaire et vigoureuse
lutte à mener contre la corruption et l’impunité, nous vous interpellons également sur les conséquences
directes qu’entraîne l’absence d’un interlocuteur crédible , respecté de tous (y compris, et surtout, des
autorités administratives et politiques françaises) et réellement impliqué dans la résolution des
nombreux problèmes que rencontrent les Burkinabé en France .

De plus, des échéances électorales importantes se profilent (notamment les présidentielles de 2015)
sans qu’un cadre démocratique n’ait été défini pour reprendre et faire aboutir la décision du vote des
burkinabé de France (notamment par la mise en place d’un groupe de réflexion et d’actions,
représentatif de la communauté, etc).

Ainsi toutes les promesses faites à notre Mouvement par vous-même (lorsque vous étiez Ambassadeur
à Paris et en tant que Premier Ministre) et par Monsieur Joseph PARE à sa prise de fonction
(désormais Ambassadeur en sursis) restent lettres mortes !

Monsieur Le Premier Ministre,

Les Burkinabé de France, de par leur propre expérience, savent que des mesures peuvent être prises
par les plus hautes autorités d’un pays quand la situation l’exige (comme l’enseigne l’affaire Jérôme
CAHUZAC) pour tenter de préserver la crédibilité de l’Etat et de rétablir la confiance des citoyens
dans les institutions républicaines.

Monsieur Le Premier Ministre, face à cette situation, la Section du MBDHP en France exige :

-  une clarification de la question de la représentation diplomatique du Burkina Faso en France,
.
-  la désignation d’un interlocuteur pour une reprise du dialogue avec la communauté burkinabé, dans toutes ses composantes, sur ses attentes démocratiques et sociales (que nous avons eu l’occasion de vous présenter à diverses occasions),
.
-  le rétablissement d’un climat sain et de confiance dans la gestion des affaires courantes de la
représentation diplomatique du Burkina Faso en France.

Dans l’espoir d’une suite à la hauteur des attentes de l’opinion démocratique nationale et internationale,
veuillez agréer, Monsieur Le Premier Ministre, l’expression de notre ferme détermination à contribuer
au raffermissement des valeurs qui fondent l’Etat de Droit du Burkina Faso.

(*) : Interview du Journal Le Pays du 27 janvier 2013

Paris le 22 avril 2013

Le Bureau National de la Section de France du MBDHP

Ampliations :
.
Comité Exécutif National du Mouvement Burkinabé des Droits de l’Homme et des
Peuples (MBDHP), Ouagadougou,
.
Union des Associations Burkinabé de France (UABF)
.
A toute association de la Communauté Burkinabé de France.

Vos commentaires

  • Le 23 avril 2013 à 00:30 En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    Svp,Qu’est-ce c’est que le MBDHP ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 02:03, par Bibega En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    En tout cas le gouvernement burkinabe dans sa lutte contre la corruption tres souvent fait un pas en avant et cinq pas en arriere. Il faut vraiment eclairer le peuple burkinabe sur cette question. Et ce n’est pas la seule d’ailleurs. il y a beaucoup de dossiers ainsi restes lettre morte. L’on se souvient, des malversations de la cour des comptes, la mairie centrale de Ougadougou ou Mr Simon COMPAORE President Directeur General de Simonville(Ouagadougou) avait refectionne la mairie a plus d’un milliards et demi. Que lumiere soit faite sur tout ces dossiers. Blaise laisse ses proteges mettre trop de merdes dans la gestion du bien public sans etre inquietes.

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 02:35, par Tamp-soba En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    Didier, ce n’est pas à Tiao qu’il faut poser cette question qui le dépasse, mais au Président du Faso qui a pouvoir de nomination ou de refus de démission. Vous ne savez pas qu’à Kossyam c’est François compaore qui a le dernier mot ? Sortez de votre idée de respect de votre État de droit dans un pays où quelques uns font leur loi. Quant à mon ami Paré laissez-le en paix car il ne vous a rien fait et il n’a commis aucune faute. Vous-là, vous ne représentez que l’ombre de vous même car vous refusez de reconnaître la légitimité des délégués Csbe vrais représentants élus à qui vous n’avez d’ailleurs pas adressés votre torchon. Qui vous a dit de tirer ce missile sur mon ami Paré ? Certainement Luc adolphe Tiao, le plus incompétent des premiers ministres que le pays ait connus. En plus il est ingrat. Foutez-nous la paix et occupez-vous des sans- papiers burkinabé car y a matière à droit de l’homme là-bas puisque Tiao a reconnu qu’il a échoué pour les sans-papiers Burkinabè alors qu’il y’a vrai vrai une convention. Merde .

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 02:57, par VERITE En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    MBDHF de France vs avez oublie que votre pays le BURKINA n a plus d hommes integres depuis 1987.vs parlez de quel droit ?meme le droit a l alimatation n existe pas au faso.le PM a dit que comme la justice a ete remplacee la malgouvernance et la corruption,tous les voleurs peuvent desormais venir prendre un pret sans interet chez le ministere de l economie et des finances et aller deposer a l exterieur et revenir etre ministre dans mon gouvernement pour m aider a reviser l article 37.MERCI

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 03:04 En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    Vous les burkinabe de france la, mais qu’est-ce que vous n’avez pas compris. Vous pensez que la pagaille qui entoure l’ affaire Pare est un accident de l’ histoire ? Elle n’est que le reflet de la pagaille qui regne meme dans le pays qui n’est plus gouverne. Dieu a fait laisse- guidon sur nous. Au burkina faso, aujourd’ hui, chacun fait ce qu’ il peut, ce qu’ il veut , comme il peut et comme il veut, pourvu que ces comportements inacceptables dans un pays de droit ne lorgnent Kossyam. A part de ca, comme le disaient nos voisins, devant c’est mais jsuqu’a ce que devant se revele en fait etre du tigue nakouro.. petit pois. Quand sur la terrasse d’ une maison poussent des herbes, c’est que le probleme vient de l’ interieur.

    Répondre à ce message

    • Le 23 avril 2013 à 09:31, par Le Sage. En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

      Oui c’est ça aussi le problème au Burkina : on accuse à tort quelqu’un d’honorable comme Monsieur PARE et ensuite on se rend compte qu’il est innocent. Entre temps, l’intéressé tellement intègre a déposé sa démission pour pouvoir se défendre. Après on fait quoi ? Le Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme (M.B.D.H.) doit savoir, pour mieux défendre ses partisans que si une démission est donnée au Président du Faso, si cette démission n’est pas acceptée pendant deux mois, cette démission devient caduque et l’intéressé doit poursuivre sa mission. Mais comme les burkinabè sont contumiers de balancer l’information même fausse avant de vérifier, vous comprenez que cette suspiscion du MBDH est illégitime vis-à-vis de son Excellence Monsieur e Professeur Joseph PARE qui poursuit d’ailleurs merveilleusement sa mission. Taisez-vous bande de connards. Quand le peuple réel souffre au Burkina Faso, que disent vos rapports inexistants : RIEN.

      Répondre à ce message

    • Le 23 avril 2013 à 09:48, par daou En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

      au B F c’est grave pas de dirigeants,mm Blaise se cherche avec ses lacrous ne défens pas le peuples mais qui se font grossir les ventres.aussi sa dépasse la compétence de Thiao,lors de son discours à l’Assemblé en janvier,la question lui a été posé et il a dit que sa relève de la compétence du chef de l’État et qu’il n’a pas eu information pou répondre la question.ma question ,je pense que c’est le premier ministre qui compose son gouvernement et l’ambassadeur relève des affaires étrangères,ou bien ?

      Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 07:46 En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    C’est tout de meme curieux tout ce acharnement.
    Je fini par comprendre que le MBDHP au lieu de s’occuper de ses attibutions en premier fait la place belle à une politique partisane et destructrice.
    Je suis plus ecoeurée par cette attitude du MBDHP que par cette histoire de malversations.

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 07:48, par dago En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    Comme Tiao veut faire croire aux gents qu’il peut prendre des decisions irevocable voilà pourquoi le MBDHP lui pose la question. sinon en relaité on sait qu’il est là juste pour distraire les gents et organisé les tourné dans son vilage ! puisse le seigneur sauver le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 09:55, par Maestros En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    C’est vrai qu’une chose est de reconnaitre l’incompétence de Tiao mais il faut comprendre que lors de vos de vos meeting, l’argent qui est faroté ne vient nul part des caisse du trésor public donc ne venez pas demander des compte à Paré il n’a fait que exécuté aux ordres reçus. Demander plutôt au PF et à notre futur président François COMPAORE

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 10:02, par Buff En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    Depuis quand la diplomatie dépend du premier ministère au Burkina.Pour être un non sens, ce courrier en est un.Aucun intérêt pour les burkinabés vivant en France.Aussi quand il s’agit d’écrire des hérésies pareille vaut mieux le faire à son propre nom.Pour un défenseur des droits de l’homme c’est pathétique cette ignorance du fonctionnement de l’autorité étatique de son propre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 10:14, par Mamon Yélé En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    N’est-ce même pas au président HOLLANDE normal, à la France des droits de l’homme, à la communauté toute burkinabé entière qu’il faut demander la suite ?
    Jo PARE a présenté sa démission. il n’a été suivi par personne car les autres ont préféré surveiller eux mêmes les bizarreries qu’ils ont réalisées.
    Or Jo PARE est aussi gendre des Français donc quand il est resté Ambassadeur ça les arrangeait il ont fermé les yeux.

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 11:50, par ka yaandé En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    c,est dans cette affaire que vous comprendrez que le blaiso commande tout le pays et toute ses institutions comme il maneouvre la commande de sa tele. depuis le premier ministre jusqu’au ministre personne ne peut decider de quoi que ce soit sans qu’il ne donne son feu vert. sinon a lire, LAT et Djibi Bassole, on voit qu’il ya une ferme volonté d’agir. Maleureusement le dieu Blaiso est là avec son baton.

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 11:57, par Le Vrai En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    Il n’ya pas que Joseph Pare qui ete epingle par le rapport de l’ASCE. il ya un certain Bassirou OUEDRAOGO, Directeur Regional de la Sante de Manga. Ce Monsieur a detourne plus de 156.000.000 quand il etait MCD a Banfora en 2008. il a ete epingle par les structures de controle. Et voila qu’on le nomme DR a Manga. Son nom figure dans la liste de l’ASCE ainsi que celui de son gestionnaire d’alors KOUANDA, mais c’est le Burkina. C’est bien dommage

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 12:37, par Lady Gaga du Faso En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    Interpelez LAT jusqu’à fatiguéééé ! le pauvre se cherche ! pitiééé ! vous voulez qu’il dise quoi ? il se rattrape tous les jours que Dieu crée par des propos "à problème"
    Les autres "soit-disant bouffeurs ou matteurs de nos sous" qui se promènent impunément dans nos villes et campagnes...qu’est devenu le gar du PDDEB ? Mathieu... ? qu’est devenue Odile BONKOUNGOU ? Que devient GUIRO ? eehh même si’il a "volé" dès lors que la justice ne l’a pas reconnu pour coupable où est le blèm ? pauvre petit poisson ! et les requins et baleines là ?
    ehhhh Paré faut rester là-bas ! tant que le Blasco ne t’a pas dit de rentrer tu es toujours notre ambassadeur là-bas ! voilà ! c’est le pays réel comme ça ! kiakiakia

    Répondre à ce message

    • Le 23 avril 2013 à 13:57 En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

      J’ai suis membre du MBDHP dès les premières heures lors des rencontres à la maison du peuple en 1992.
      J’avoue qu’une telle prise de position de la part de MBDHP-France me surprend.
      Vous conspirez contre l’actuel ambassadeur.
      Le mouvement est il devenu une tribune pour promotion politique d’un aspirant à l’ambassade de France ?
      je me desolidarise d’une telle prise de position .
      si vous voulez etre ambassadeur, chercher un autre canal.N’amener pas votre haine et votre cupidité chez nous.

      Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 17:19, par DAMI*S En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    D apres LAURENT BADO on vole dans ce pays et ya rien qu es ce que vs croyez..

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2013 à 17:33 En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    "Le Bureau National de la Section de France du MBDHP" " Union des Associations Burkinabé de France (UABF)"
    Il représente qui ces gens ? Moi je vis en France, mais je ne les connais pas. Ils se représentent eux même.

    Répondre à ce message

    • Le 26 avril 2013 à 14:11 En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

      Tu ne peux pas tout savoir, c’est normal. Si tu t’intéressais un temps soit peu à la vie de la communauté burkinabé de France, tu aurais connu le MBDHP/FRANCE, l’UABF et toutes les autres associations de France. Elles sont environ une trentaine et beaucoup contribuent à l’amélioration de la vie dans les villages du Burkina (écoles, dispensaires, cantines endogènes, etc.) Tout ça tu ne le sais pas. Quand il y a des problèmes comme la famine au Burkina, les inondations de Ouaga, vient à l’ambassade, tu comprendras comment on travaille.

      Merci à toi et interesse-toi davantage à la vie des associations burkinabé de France.

      Répondre à ce message

  • Le 6 mai 2013 à 11:09, par CRI DE COEUR En réponse à : Affaire Ambassadeur Joseph PARE : LE MBDHP-France interpelle le Premier ministre

    Bjr à tous.excusez moi des propos mais c’est le pays qui fonctionne comme cela.Regardé un peu du coté des Impôts ou j’y suis.des agents sont dans leurs postes depuis plus de 10(dix) ans et son inamovibles.soit qu’ils connaissent le ministre ou le secretaire général.Comment dans une administration de mobilisation des ressources on peut agir ainsi ?Quand on s’habitue aux contribuables au bout de 3(trois) années tu deviens inéfficace ou corrompu.la deuxème situation arrive frequement.Je vous prie Monsieur le Ministre de bien vouloir donner des intructions fermes pour faire tourner les agents dans tout le Burkina et ceux dans des delais de 3(trois )ans maximum.Si vraiment l’efficacité dans la mobilisation des ressources financières vous tient à coeur.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Lettre d’un citoyen "soucieux et meurtri" au président Damiba et à la hiérarchie militaire
Afrique/Insécurité : « Quand on se noie, on s’accroche à tout... », estime l’analyste-politique Timbila Jean Sanogo
Du procès de l’université qui doit être réinventée : Le mépris et le populisme comme fondements d’un argumentaire décalé
Newton Ahmed Barry rappelle au Premier ministre malien, un conseil de Sankara : « Même quand on a raison, ce n’est jamais bon d’être seul »
Burkina : Le vivre-ensemble, est-il menacé dans le département de Pouni ?
Le Burkina Faso peut-il être une nation ? : Lettre ouverte aux autorités, citoyens et citoyennes de « la patrie des hommes intègres »
Burkina Faso : Les raisons du limogeage de Barthélémy Simporé, selon l’analyste politique Abdoulaye Barry
Sahel : Pour une réponse politique à la « crise des déplacés »
Burkina Faso : Un citoyen lance une pétition en faveur du dialogue
Mendicité groupée dans les villes du Burkina Faso : « Cette situation nous bouffera tous, si rien n’est fait »
Je suis Kamao : Damiba n’est pas Dieu
Gouvernance du MPSR : Harouna Dicko invite le président à convoquer "un dialogue national inclusif de vérité"
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés