Axe Dédougou- Koudougou : En attendant la fin du calvaire des usagers !

mardi 14 août 2012

Dédougou constitue aujourd’hui le seul chef-lieu de région du Burkina non encore relié à la capitale par du bitume. Mais, le lancement officiel des travaux de construction et de bitumage de cette route, la nationale N°14, Dédougou-Koudougou, a eu lieu le 29 mai 2010. C’est le groupement d’entreprises EBOMAF SA/KARA qui est chargé de l’exécution des travaux sur ce tronçon de 130 km, prévus pour une durée de 30 mois. A quelques mois de l’échéance, plus de la moitié du tronçon n’a pas véritablement changé. Secousses, poussière, boue… constituent le quotidien des usagers.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Après le gerbage des matériaux de terrassement et de chaussée, les travaux de terrassement avaient été lancés le 11 octobre 2010 à Dédougou. Au bout de 30 mois, la route latéritique devrait faire place à une chaussée revêtue en enduit superficiel bicouche sur une largeur de 7 m avec des accotements de 1,50 m en rase campagne et de 8 m axée des accotements, de 2 m en agglomération.

Certains optimistes s’étaient laissé aller, en rêvant de voir les usagers de la RN°14 rouler sur du bitume sur les 50 premiers kilomètres dès le début de l’année 2011. Que nenni ! C’est en 2012 qu’ils auront ce privilège. Les usagers et certaines populations de villes et villages traversés attendent encore.

Le dimanche 12 août, nous avons emprunté ce tronçon. Constat : De Dédougou à Tchériba (environ 50km), les routiers se frottent les mains. Les populations riveraines aussi. Fini les déviations, fini aussi les secousses, la boue et la poussière. Le bitumage de cette partie est quasiment terminé. La route est recouverte de bitume, les différents ponts attendent les dalles à leurs extrémités. Des collines ont été aplaties, des arbres réduits au néant. 50 kilomètres après Dédougou, le calvaire est en passe de devenir un souvenir. Même si de temps à autres, on aperçoit des tas de cailloux sauvages ou de terre, ou encore des « garages » spontanés où sont stationnés quelques engins de l’entreprise chargée de l’exécution des travaux. La satisfaction des usagers s’arrêtent là.

Le reste du tronçon n’a pas véritablement varié. Des engins lourds obstruent la route si ce n’est des troncs d’arbres entreposés pour obliger les usagers à effectuer des déviations. Secousses, poussière, boue… constituent le quotidien des usagers de la voie, si ce n’est des véhicules enfoncés. Les ponts sont en construction, notamment sur le fleuve Mouhoun où un second pont, plus large, devrait remplacer l’ancien. Des matériaux de constructions sont entreposés de part et d’autres de la voie. Le tronçon est véritablement en chantier, mais il sera difficile d’être dans le délai, pense-t-on du côté des usagers de la nationale n°14. Les populations et usagers de la voie devront donc prendre leur mal en patience. De Dédougou à Ouagadougou, les transporteurs mettent plus de cinq heures à parcourir une distance d’à peine 230 km.

La région de la Boucle du Mouhoun dispose d’énormes potentialités en ressources agricoles et hydriques, en faunes aquatiques et terrestres, susceptibles d’assurer son plein essor économique pour un véritable développement. En plus de permettre aux populations de circuler aisément et de faciliter le transport des produits du « grenier du Burkina » vers d’autres localités, le bitumage de cette route devrait favoriser un accroissement du volume des activités socio-économiques.

Les travaux intègrent des aménagements connexes dont la construction de deux postes de péage, la plantation de 5 000 arbres, la réalisation de 13 500 m linéaires de clôtures pour les écoles et dispensaires. Le tout devrait coûter plus 36 milliards de francs CFA.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Imprimer l'article

Messages

  • Encore bonjour Mr DIALLO.

    Merci pour les infos que vous nous donner et venant des intérieurs de notre pays .Pour la voie on espère qu’elle sera très bien bitumée ;pas du bitume bon marché qui va partir dans 5 ans.

    • Mon cher replique, sache que cette route qui n’est même pas encore terminée connait déja des faiblesses mises a nu par ce hivernage béni.
      Sur la partie actuellement bitumée, au PK98+100, l’eau des pluie traverse la route et crée un petit barrage contiguë à la route alors qu’aucun petit ouvrage d’assainissement n’est prévu. ce qui fait que les bordures du goudron ont commencé à partir. et si l’hivernage continue tel qu’actuellement, la route sera coupée.
      L’entrepreneur, pour faire réceptionner sa route pourra se contenter de colmater la partie en question et remettre du bitume, ce qui lui reviendra moins cher. Mais si la route est réceptionnée sans que la faille n’aie été sue par qui de droit, alors ne soyons pas étonné que après deux ans comme tu dis, on peut dire aurevoir à ce "joyau"

  • Merci pour cet article qui porte à l’endroit de l’opinion le calvaire que vivent les populations du Mouhoun ; obligées de faire le détour par Boromo pour rallier Ouagadougou. Nous interpellons les autorités pour qu’au moins dans l’attente de la fin des travaux de bitumage, l’entreprise rende les déviations praticables pour nous éviter le long détour par Boromo. Vivement que ce cri de cœur soit entendu !

  • Merci infinement pour ce bel article. Mais la qualité du goudron laisse à desirer. On dirait un goudron de la vie chère. La durée de vie de cette route serait ephémère. L’Etat n’a qu’à ouvrir l’oeil. Tous les jours que Dieu fait ce sont des camions de céréales qui quittent NOUNA, DJIBASSO, DEDOUGOU, SOLENZO, TOUGAN, GOURAN pour d’autres cieux (BF, Niger).
    Aussi n’oubliez pas que certains transporteurs maliens préfereont emprunter cette voie que de passer par Bobo afin de reduire les charges. Le tronçon OUAGA-DEDOUGOU-NOUNA-DJIBASSO-frontière du Mali est long d’environ 370 Km. Comparez seulement cela à OUAGA-BOBO sans BOBO-Frt du Mali.La route que nous nous voyons ne pourra pas supporter laa densité du trafic.

  • C’est est goudron de nom,il va disparait dans peu de temps et on avancera encore les pluies, surcharges comme raisons. Les autorités n’ont jamais réalisé quelque chose de serieux pour la boucle du Mouhoun.

  • Rien qu’à voir les deux photos, on peut ne pas aimer l’entreprise mais force est d’être honnête pour reconnaître que le chantier va bon train. Peut-être pas au rythme que l’on aurait souhaiter mais un tel ouvrage ne se construit pas dans la précipitation. Si un délai de trente mois a été donné pour les travaux, les concepteurs savent pourquoi. Alors balle à terre !

    • les gens parlent de la qualité des ouvrages de franchissemnt. A dédougou ce n’est pas le délai qui nous importe mais la durabilité du goudron par rapport au trafic. il faut emprunter la cinquantaine de kilomètres bitumées. Tu verras et tu sauras. Et puis il faut comparer le goudron mis sur la route Dédougou-Bobo et celle qui est entrain d’être mis. C’est le jour et la nuit.Ne te laisse pas berner par les photos.

  • Bel article. Comme tous ceux qui interviennent le disent : "nous sommes au Burkina et on sait comment ça se passe".Nos autorités nous endorment avec les "bonnes intentions, amsi au fond peuvent ils faire quelque chose ? C’est deal qui les lient avec ceux qui executenet ls marchés la plupart du temps. Tu fais ça et je te laisse ça !!!

  • "

    "A dédougou ce n’est pas le délai qui nous importe mais la durabilité du goudron par rapport au trafic. il faut emprunter la cinquantaine de kilomètres bitumées. Tu verras et tu sauras. "
    Vous n’aurez ni l’ un ni l’autre. Vous n’aurez pas votre goudron en tres peu de temps. Vous n’ aurez pas non plus un goudron de qualite. Maintenant si vous pouvez sauter et m.. votre derriere, faites - le maintenant.

    Les gens de la Boucle du Mouhoun en general sont nicables. C’est pourquoi ce gouvernement les nique avec une pine seche.Permettez moi d’etre vulgus par depit. Voila une region totalement abandonnee. Pourtant, c’est l’ un de ses fils qui a dit a Blaise d’aller a la democratie dans une voiture. Peut- etre il lui aurait dit de partir a la dictature sur un velo. C’etait meme plus mieux. Il ne suffit pas de dire nous sommes les greniers du Burkina, nous avons des ressources. Et apres. Si tu es une tres jolie femme, tu as tous les arguments et tu te donnes cadeau, tu veux que les hommes ils n’ ont qu’a fairte quoi ? Ils vont te faire cadeau et circuler. C’est ce qu’ on ne paie pas tout homme intelligent cherche- la. Et c’est les populations comme ceux de la Boucle du Mouhoun les politiciens veulent. Ce qu’ on nous fait, pourquoi on fait pas ca aux Lobi Gaopua ? Pourquoi on fait pas ca aux Gourmachemas ? Pourquoi on fait pas ca a gens de Reo ? Donc nous meme on na ca s’asseoir et puis voir que le probleme du non respect la ca vient de nous aussi. Tu es fort et puis tu connais meme pas ta force, tu veux quoi ? Ya pas d’ atout pour quiconque ne sait pas qu’ il a des atouts et qui sait pas rougir les yeux. Meme la tortue a rougi les yeux. Sinon Dieu voulait la transformer meme en cailloux.

    Webmaster, pardon, faut laisser passer ca pour ouvri les yeux aux

    Bwaba, Samo, Dafin de la region. S ; ils s’ organisent pas pour devenir une force qui fait peur, ils auront toujours ce qu’ ils ne veulent pas. Le monde - la n’ est pas fait pour les larmoyants. Ils n’ ont droit qu’aux aumones, pas ce auquel il meritent.

    Drabo Cheick Oumar

  • Merci pour ce article. Effectivement, a travers les photos, je ne suis pas sûr que ce goudron pourra supporter ces gros véhicule de transport de marchandise. Le premier ministre a fait des belle parole derrière ces ouvrages mais je ne crois pas a ses parole. Et comme vous le saviez, il faut donner avant de prendre le marché... sa veut dire ce que sa veut dire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés