Fondation Rama : Un congrès pour lutter contre les fistules obstétricales

lundi 18 juin 2012 à 01h12min

Du 6 au 8 septembre 2012, se tiendra à Ouagadougou un Congrès panafricain sur les fistules obstétricales. Initié par la Fondation Rama, le Congrès est placé sous le parrainage de Chantal Guérin, présidente de la Fondation SEMAFO. Pour parler de l’évènement, les organisateurs ont rencontré les hommes de médias, ce jeudi 14 juin à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

La fistule obstétricale se définit comme la constitution d’une communication anormale (une fistule) entre la vessie et le vagin (fistule vésico-vaginale) ou entre la vessie et le rectum (fistule vésico-rectale) survenant à la suite d’une grossesse compliquée.

Cette maladie, qui a disparu des pays occidentaux depuis plus d’un siècle, fait encore des victimes dans les Nations en développement, dont celles de l’Afrique pour plusieurs raisons. Il s’agit, de l’avis de Mme Rasmata Kabré, présidente de la Fondation Rama, très active dans la lutte contre les fistules obstétricales, de l’excision, des grossesses précoces et de toute autre pathologie qui complique la grossesse. Selon les chiffres, plus deux de millions de femmes souffrent encore de cette maladie dite de la honte dans les pays en développement et 500 mille nouveaux cas apparaissent chaque année.

« Maladie humiliante », les fistules obstétricales ne sont pas, selon la présidente de la Fondation Rama, une fatalité. Pour preuve, « des femmes atteintes de cette maladie ont été guéries par nos soins », a-t-elle indiqué avant d’ajouter que depuis 2006, plus d’une centaine de femmes ont été soignées et plus de la moitié ont été guéries. Des cas plus compliqués attendent d’être pris en charge beaucoup plus adéquatement.

« Malheureusement, il y a des femmes qui ne pourront pas être soignées parce que leurs fistules ont atteint un niveau irréversible. Nous cherchons à créer des activités génératrices de revenus pour ces dernières afin qu’elles se sentent plus utiles dans la société », a indiqué Mme Kabré. La prise en charge des malades se fait avec le concours du ministère de la Santé. « Cette prise en charge nous permet de soigner les femmes gratuitement », s’est réjouie la patronne de la Fondation Rama.

Au cours du Congrès, placé sous le parrainage de Chantal Guérin, présidente de la Fondation SEMAFO, les participants partageront leurs expériences sur la lutte contre les fistules obstétricales. Plus de 400 personnes venant de 20 pays d’Afrique, d’Amérique et d’Europe sont attendues à Ouagadougou. Les associations burkinabè œuvrant dans ce domaine, seront, selon Mme Kabré, associées à l’évènement.

Jacques Théodore BALIMA

Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés