Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans chaque être humain une force intérieure qui, une fois libérée, peut faire de chaque vision, rêve ou désir, une réalité» Anthony Robbins

Films documentaires africains : Bientôt de nouveaux produits sur le marché

Accueil > Actualités > Culture • • vendredi 8 juin 2012 à 02h10min

Débutée le 24 mai dernier à Bobo-Dioulasso, chef lieu de la région des Hauts-Bassins, la résidence d’écriture de projets de films documentaires, initiée par Africadoc-Burkina et les Films Djabaja, a pris fin le 5 juin 2012. Afin de présenter ces projets de films au public, une conférence de présentation des scénarii s’est déroulée le 6 juin dernier à l’Institut français à Ouagadougou.

Au total 10 auteurs ont pris part à la résidence de Bobo-Dioulasso. Venus du Bénin, du Sénégal, du Mali, du Tchad, de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso, les participants ont pu perfectionner les idées de films qu’ils avaient en tête sous l’égide de deux spécialistes. Il s’agit de Berni Goldblat et de Jean-Louis Gonnet.

Les projets prennent en compte les vécus quotidiens des populations ainsi que de leurs cultures. On a notamment Awa Traoré du Mali dont le projet intitulé « A quand le soleil ? » porte sur la situation politique que vit son pays actuellement. Yewol Maurice Nagalo et Alphonse Coulidiaty, tous du Burkina ont présenté respectivement « Sono, mon ami le caméléon » et « L’autre ethnie, amie ou ennemie ? ». Ces deux projets portent sur les traditions au Pays des Hommes intègres. Le premier se propose de présenter le caméléon sous différentes perceptions culturelles selon les régions et le second entend dénoncer les interdits matrimoniaux entre certaines ethnies (gourmatché-peuls) au Burkina Faso.

Présents à cette conférence, Gaston Kaboré, cinéaste et Raymond Tiendre, réalisateur, ont porté leurs regards de spécialiste sur les différents thèmes. Raymond Tiendre s’est dit émerveillé par le projet « Songho » de Kady Diedhiou du Sénégal. « J’ai été touché par le projet Songho qui va traiter d’un malade mental qui entend faire de la musique pour dire au monde sa perception de la vie. J’aimerais voir ce film s’il est réalisé », a indiqué M. Tiendre.

Les participants ont reçu des attestations de participation de la part de Afridoc et ses partenaires.
Après cette première étape, des projets, selon les organisateurs de la résidence, seront sélectionnés pour participer à une autre séance d’écriture à Saint Louis au Sénégal, en octobre prochain.

Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés