Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Un nouveau centre de formation pour les plasticiens

Accueil > Actualités > Culture • Association pour la promotion des arts plastiques (APAP) • mercredi 27 octobre 2004 à 07h20min

L’Association pour la promotion des arts plastiques (APAP) a procédé, vendredi 22 octobre 2004, à l’ouverture officielle de son centre de formation en art plastique à Ouagadougou. Cette cérémonie inaugurale a été présidée par le secrétaire général du ministère des Arts, de la Culture et du Tourisme, Sanhour Médah.

"Le nombre d’artistes qui émerge ne dépend pas seulement de leurs talents, mais surtout des facilités qui leur sont offertes pour s’exprimer", a expliqué la coordonnatrice de l’APAP, Mme Suzanne Ouédraogo, pour justifier la création de ce tout premier centre de formation de notre pays.

Le Centre de formation "Naanego" est équipé d’une salle d’exposition, de hangars, de salles de cours et de matériel didactique. Ce cadre offre aux artistes, surtout la frange jeune, plusieurs types de formation. Un cycle long de trois ans et des formations modulaires.

Les modules concernés sont la peinture, le dessin et la sculpture. Les frais de formation sont de 25 000 FCFA par module et 60 000 FCFA par an, pour le cycle long. Pendant les vacances, l’école organisera aussi des cours d’initiation au profit des élèves à 10 000 FCFA pour une période d’un mois.

"Naanego" se donne pour mission de contribuer au développement des arts plastiques au Burkina Faso.

A moyen terme, ce centre voudrait jouer le rôle d’agent de placement et de promotion des artistes plasticiens au niveau national voire international.

Le secrétaire général du ministère des Arts, de la Culture et du Tourisme, Sanhour Médah s’est réjoui de l’initiative de l’APAP car "de nos jours, il est désormais question de professionnalisation et de quête permanente de l’excellence. On a beau être doté de talents, un minimum de formation demeure incontournable".

Le besoin de formation existe dans tous les domaines mais il est plus crucial dans celui de l’art. La création de "Naanego" et son choix de mettre l’accent sur la formation des jeunes, permettront aux artistes de notre pays d’être compétitifs, a-t-il ajouté.

La cérémonie marquant l’ouverture des activités de ce centre a eu pour marraine, Benjamine Douamba, et a été agrémentée par des prestations des musiciens comme les Sœurs Doga et Alassane Rouamba, "le grand conteur".

Boureima SANGA
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Promotion et vulgarisation du Festival des Solidarités Internationales (FESTISOL) au Burkina Faso : Les acteurs de l’organisation en conclave à Ziniaré
Culture : Meek Man, un espoir de la musique chrétienne
Culture : Sana Bob, l’artiste qui a tout surmonté pour s’imposer dans l’arène musicale burkinabè
Musique : Maria Bissongo chante « Mousso », un hymne à la femme
Musique : La « Consécration » de Tiness la Déesse
Décès du musicien et économiste Ki Jean : Des proches témoignent
Artisanat : Instituteur de formation, Abdoulaye Ouattara fait de la teinture sa passion
Ministère de la Culture : Elise Foniyama Thiombiano Ilboudo demande les bénédictions du Mogho Naaba
Burkina : L’Académie nationale des sciences, des arts et des lettres accueille 18 nouveaux académiciens
Bi Nabié, artiste musicien : « La musique peut servir de catalyseur à la réconciliation entre des fils en situation de déchirement »
Culture : « La situation du cinéma aujourd’hui, c’est comme si on tombait du 50e étage », Evariste Pooda, directeur du cinéma et de l’audiovisuel
Ismo Vitalo : De chauffeur de bus à la prison, il trouve sa voie dans la musique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés