Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la paix

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • jeudi 8 décembre 2022 à 21h45min
Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la paix

L’association Iqra a organisé ce jeudi 8 décembre 2022 à Ouagadougou, un forum dénommé « Jeunes pousses pour la paix ». Ce programme entre dans le cadre du projet « Destination paix ». Cette activité vise à créer un cadre pour permettre aux enfants de s’exprimer et de s’épanouir mais aussi d’apprendre. A travers ce travail, l’association veut semer la graine de la paix.

Depuis 2015, l’association Iqra développe un ensemble de projets visant à réduire la vulnérabilité des couches sociales défavorisées et à favoriser les actions de prévention de l’extrémisme violent et la radicalisation.

Dans le souci de contribuer à ramener une paix durable au Burkina Faso, l’association a mis en place un projet dénommé « Destination paix ». Dans la mise en œuvre de ce projet, un forum est organisé ce jeudi à Ouagadougou sous le nom « Jeunes pousses pour la paix ».

L’objectif général de ce forum est de procéder à la présentation du guide et des outils d’animation des centres « Jeunes pousses pour la paix » élaborés dans le cadre du projet.

A travers ce programme, l’association Iqra a pour ambition de semer la graine de la paix. « Jeunes pousses pour la paix comme poussent les plantes, nous voulons que de la même manière dont les plantes s’abreuvent d’eau et d’engrais, ces jeunes pousses puissent s’abreuver de paix, pour construire une société pacifique », confie la coordonnatrice nationale de l’association Iqra, Awa Bissiri.

Au moins 20 enfants prennent part à cette initiative. Mais au-delà de ces jeunes, plusieurs autres fréquentent les centres d’éveils. « Quand l’école n’est pas là, les centres d’éveils Jeunes pousses pour la paix la remplacent un tant soit peu pour l’éducation. C’est comme une école en situation d’urgence, parce que l’éducation ne peut pas attendre », a indiqué la coordonnatrice nationale.

Aïssata Bélemviré, une adolescente venue de Kalambaogo

Aïssata Bélemviré, une adolescente venue de Kalambaogo, une commune rurale située dans le département de Kaya, province du Sanmatenga, région du Centre-nord, prend part à ce forum. Cette élève de CM2 qui n’a pas la chance cette année de poursuivre ses études dans son village pour des raisons sécuritaires trouve que les centres d’éveil Jeunes pousses pour la paix jouent un rôle important pour les enfants comme elle qui ont dû abandonner les études à cause de l’insécurité.

Selon ses dires, elle pardonne à tous ceux qui ont commis des actes inhumains dans son village. « Je suis un enfant de paix. Et un enfant de paix est un enfant qui peut pardonner et qui sait pardonner à tout le monde, quel que soit le mal qu’on lui a fait », a laissé entendre l’écolière. L’élève a invité tous les enfants du pays à cultiver la paix pour un Burkina Faso meilleur.

Ramata Diallo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Quatre nouveaux officiers des forces armées nationales nommés à des postes de responsabilité
Burkina Faso : Une conférence publique pour discuter des enjeux et défis de l’enregistrement des décès
Amicale des femmes de la Sitarail : Une journée pour faire découvrir le métier de cheminot aux enfants des travailleurs
Administration du travail : Le Burkina accueille la 44e session du Centre régional africain d’administration du travail
High-tech : Abstergo Store à la conquête du marché burkinabè
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés