Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Sud-ouest du Burkina : Oumar Sangaré examine l’impact de l’orpaillage sur la vie sociale

Accueil > Recherches et innovations • LEFASO.NET • jeudi 10 novembre 2022 à 22h30min
Sud-ouest du Burkina : Oumar Sangaré examine l’impact de l’orpaillage sur la vie sociale

« Orpaillage et changement social dans la commune de Gaoua au Burkina Faso ». C’est la thèse de doctorat unique de sociologie, présentée par Oumar Sangaré. Ainsi, l’impétrant est désormais admis au grade de docteur de l’université Joseph Ki-Zerbo. Cela, après avoir brillamment défendu sa thèse depuis le Canada, devant un jury spécialiste des questions sociologiques. La soutenance s’est déroulée par visio conférence à l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou. C’était le mardi 8 novembre 2022, dans la salle de réunion des Écoles doctorales. La qualité du document et des arguments fournis par M. Sangaré lui ont valu la mention « Très honorable ».

De quelle manière la pratique de l’orpaillage induit-elle des changements dans la commune de Gaoua ? Voici la question centrale à laquelle Oumar Sangaré apporte des éléments de réponse, dans sa thèse de doctorat unique de sociologie. Pour lui, l’or est en train de supplanter les activités agricoles. En témoignent quelques résultats d’études présentés par l’impétrant, dont le détrônement du coton (premier produit d’exportation) par l’or, depuis 2009, selon l’Institut national de la statistique et la démographie (INSD).

« L’or est en train de supplanter pour ne pas dire remplacer dans certaines localités, le travail agricole. Aujourd’hui, il y a de nombreux villages dans le sud-ouest où il n’existe quasiment plus de bras valides pour cultiver. À cela s’ajoute la rareté des terres destinées à la culture au profit de l’orpaillage », a souligné Oumar Sangaré.
Comme illustration, M. Sangaré rappelle une étude menée par l’Assemblée nationale, en 2016. Cette étude fait cas d’une mobilisation de plus d’un million de bras valides dans l’orpaillage au Burkina Faso. Toute chose qui a positionné le pays au rang de 4e producteur en Afrique, selon World Gold Council en 2019.

L’impétrant Oumar Sangaré, spécialiste en santé mentale et en santé communautaire

Face à ces données, l’idéal serait que l’engouement pour l’or puisse entraîner un impact positif en termes de développement, estime Oumar Sangaré. Ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas, a-t-il déploré.

La théorie de la malédiction des ressources naturelles

« C’est pourquoi nous avons évoqué, dans notre étude, la théorie de la malédiction des ressources naturelles. Plusieurs études, en effet, ont démontré que partout où les ressources naturelles sont exploitées, le développement n’est pas forcément proportionnel au volume de ces ressources », explique M. Sangaré. Avant de renchérir qu’en dépit des ressources exploitées, le développement escompté reste en deçà des attentes des populations et des pouvoirs publics.

M. Sangaré révèle également que ces sites d’orpaillage sont de plus en plus caractérisés par un afflux important de personnes dont les règles et principes s’avèrent souvent incompatibles avec ceux des populations locales. Par conséquent, l’on assiste à une pression démographique massive.

L’assistance

Accorder un meilleur encadrement au circuit de l’orpaillage artisanal

« Lorsque vous visitez aujourd’hui les sites d’orpaillage artisanal, c’est un peu comme la jungle où seul le plus fort impose sa loi. On sent très faiblement la présence de l’État sur ces lieux. L’exploitation artisanale de l’or ne bénéficie pas des mêmes attentions que l’exploitation minière », dénonce l’impétrant. Puis, d’indiquer qu’il est facile d’en vouloir aux orpailleurs. Alors que ceux-ci ne bénéficient notamment pas de formations, d’outillage et d’infrastructures adéquats pour une exploitation conforme aux normes édictées.

Comparativement aux ministères en charge de l’éducation, de la santé ou de l’agriculture, M. Sangaré dit remarquer que celui des mines et carrières a le moins d’organes représentatifs sur le terrain. « L’orpailleur qui se trouve à 900 km de la capitale Ouagadougou, quelle que soit sa bonne volonté pour l’obtention des documents officiels, préfère au vu de la distance, exploiter frauduleusement l’or », a-t-il affirmé.

Le jury composé du Pr Ali Sangaré, rapporteur, Pr Augustin Palé, président, Pr Ramané Kaboré, directeur de thèse, Pr Siendira Magnini, examinateur (de gauche vers la droite)

Des groupes armés terroristes utilisent certains sites d’orpaillage

Plusieurs études, dont celle de Crisis Group en 2019, ont montré, selon Oumar Sangaré, que les groupes armés terroristes exploitent certains sites d’orpaillage comme source de financement. Mais aussi pour toutes sortes de trafics et l’enrôlement d’individus dans leurs rangs. Un état de fait qui devrait susciter davantage les autorités à reprendre en main le circuit de l’orpaillage surtout traditionnel.

M. Sangaré entend, par-là, que les textes régissant le secteur soient concrètement appliqués. Ainsi, il recommande que la présence de l’État se fasse véritablement ressentir au niveau des orpailleurs. Ensuite, l’impétrant préconise que les mesures idoines soient prises de sorte à permettre aux communautés de percevoir les retombées de l’orpaillage au niveau local.

« Je souhaite une très belle carrière à M. Sangaré et que cette soutenance lui soit bénéfique », Augustin Palé, professeur titulaire en sociologie de l’université Joseph Ki-Zerbo

Pour le président du jury, en plus d’être d’actualité, le travail abattu par M. Sangaré est de belle facture au regard de sa valeur ajoutée aux précédents résultats de recherches. « La particularité du travail de M. Sangaré est la prise en compte de la dimension socio-anthropologique qui n’a pas été suffisamment documentée dans le domaine de la sociologie », a déclaré Pr Augustin Palé, président du jury.

Quant au directeur de thèse, le travail présenté va être l’une des références en matière d’études liées à l’orpaillage au Burkina Faso. « Malgré les activités socioprofessionnelles qui l’absorbaient, M. Sangaré s’est donné les moyens d’aller sur le terrain pour mener ses enquêtes et finir dans les délais. Ce qui est à féliciter », a mentionné Pr Ramané Kaboré, directeur de thèse.

« Je souhaite qu’il puisse mettre à profit le savoir accumulé dans cette thèse pour décrocher un poste d’enseignant dans l’université de Sherbrooke », Ramané Kaboré, professeur titulaire en sociologie de l’université Joseph Ki-Zerbo

Si M. Sangaré reconnaît que l’orpaillage traditionnel renferme de nombreux aspects négatifs, M. Sangaré pense qu’il pourrait être un levier de développement local, pourvu qu’il soit encadré.

Le couronnement de ce travail abattu par Oumar Sangaré, après trois années passées sur le terrain, représente pour lui, une légitime fierté. Mais aussi un sentiment de responsabilité, dit-il. « Car le grade de docteur n’est pas seulement un titre, c’est tout un ensemble qui va avec. La vie d’un chercheur ne se limite pas à la publication du doctorat, mais au-delà. C’est l’occasion de faire davantage de publications qui trouvent des solutions concrètes aux problèmes du développement. Il faut que les paysans sachent que nos recherches contribuent à l’amélioration de leurs conditions de vie », confie-t-il.

À l’issue de sa soutenance sanctionnée par la mention « Très honorable », Dr Oumar Sangaré dédie d’abord sa thèse aux orpailleurs. Car précise-t-il, chaque jour qui passe, il y a des dizaines de jeunes qui meurent en espérant trouver de meilleures conditions de vie à travers les entrailles de la terre. Ensuite, Dr Sangaré dit attribuer ce travail aux braves populations du sud-ouest, un peuple qu’il soutient avoir fréquenté depuis 1988 jusqu’à aujourd’hui. Enfin, il fait une mention spéciale aux femmes Lobi de la région pour leur travail judicieux dans le domaine de l’orpaillage en parfaite harmonie avec la préservation de la nature.

« C’est dommage que l’or qui revêt un caractère mystique pour le Lobi, c’est déplorable que la terre qui représente un statut de divinité également pour lui soient considérés aujourd’hui comme de vulgaires marchandises », a-t-il regretté.
Spécialiste en santé mentale et en santé communautaire, Dr Sangaré a notamment été chef de département management des projets et développement local à l’Institut africain de management (IAM-Ouaga Burkina Faso, de 2017 à 2018). Il a également été responsable de l’équipe de soutien psychosocial au Centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires (CORUS/Burkina Faso). Mais aussi coordonnateur de l’unité de santé mentale et de soutien psychosocial dans les situations de catastrophes et d’urgence à la Direction de la prévention et du contrôle des maladies non transmissibles (Burkina Faso, 2010-2013 et 2015-2019). Il a enfin occupé le poste de chargé de programme en santé mentale communautaire au niveau du bureau Pays de l’ONG CBM Global au Burkina Faso.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 novembre 2022 à 06:18, par Renault HÉLIE En réponse à : Sud-ouest du Burkina : Oumar Sangaré examine l’impact de l’orpaillage sur la vie sociale

    Toujours pas de trace des affreux exploiteurs français qui, c’est bien connu, pillent les mirobolantes mines d’or burkinabè ?
    C’est quand même étrange qu’autant de gens accusent la France de la mort du moindre poulet, comme d’exploiter des milliers de mines d’or clandestines au BF, avec des contremaîtres sadiques, rougeauds et cirrhosés au Pastis sous leur casque colonial.
    Vos brillants sociologues devraient se pencher de plus près sur la manipulation de certaines foules par des infoxes et des documents bidonnés d’origine slavoïde...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Soutenance de thèse de doctorat : Salifou Kabré s’intéresse à la protection du moringa contre les insectes ravageurs
Enseignement au Burkina : Un hommage rendu au Pr Tanga Pierre Zoungrana lors d’un colloque international
Recherche scientifique au Burkina : « Environ 1500 technologies sont désormais disponibles », Dr François Kagambega, ANVAR
Usage d’une motopompe alimentée par du gaz butane pour le pompage et l’irrigation de riz au Burkina Faso
CAMES : Pr Souleymane Konaté prend les rênes de l’institution
La culture de confiance ou le ciment de la construction de bonnes relations sociales et professionnelles
Effet PYGMALION et Effet GOLEM : les bases intuitives de la réussite ou non en entreprise.
Étalement urbain et sécurité alimentaire dans les villes en Côte d’Ivoire
Soutenance de master : Aziz Bansé mène la réflexion sur l’apport du « projet élevage » de l’Association Tind- Yalgré (ATY) à la lutte contre la pauvreté dans la province du Kourwéogo
Soutenance de thèse de doctorat/UNZ : Jean André Ki élevé au rang de docteur avec la mention très honorable
Soutenance de thèse de doctorat unique à l’UNZ : Mention très honorable pour le désormais Dr Hilaire Sampebego
Recherche en mathématiques appliquées : Mention très honorable pour la thèse de Sougoursi Jean Yves Zaré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés