Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

Accueil > Actualités > Opinions • • jeudi 6 octobre 2022 à 22h15min
Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

Ceci est une tribune du juriste Abdoul Karim Sango, relative à l’Acte fondamental du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) lu le mercredi 5 octobre 2022 sur la télévision publique.

Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet. Il comporte des dispositions qui sont purement un non sens juridique. Un bon étudiant en licence de droit aurait mieux fait. La constitution étant rétablie, c’est elle, la règle mère. Il ne saurait exister aucun acte qui puisse lui être contraire de par le seul fait du prince.

Mais ce n’est pas la faute du capitaine Ibrahim Traoré. Tout comme le Mpsr 1, le Mpsr 2 démarre sur de très fausses bases. Évidemment, le Mpsr est entouré par des civils manifestement incompétents au plan des connaissances du droit constitutionnel et administratif. Ce sont ces même civils qui ont poussé Damiba dans la "brousse". Sauf que le capitaine Ibrahim doit savoir que s’il a pu faire partir Damiba ce n’est pas tant par la puissance de feu, ce qui aurait été d’ailleurs une bêtise entre frères d’armes.

Si le rapport de force a été en faveur de Ibrahim, c’est simplement en raison d’une part, de l’intervention des souverainetés morale et religieuse, et d’autre part de la mobilisation populaire. Comme je le disais sur une de nos chaînes de télévision, on ne peut pas continuer de faire la même chose avec les mêmes personnes et espérer obtenir des meilleurs résultats. Et aucun gris gris ne peut vous sauver si vous vous éloignez de la vérité et des principes de droit qui encadrent le fonctionnement normal d’un État. Les Burkinabè n’aspirent qu’à une seule chose, vivre en paix et être gouvernés par les meilleurs de leurs fils.

A cette allure, il faut craindre que les Assises des forces vives ne constituent un marché de dupes !

Mais le peuple a toujours le dernier mot !

Dieu bénisse le Burkina Faso !

Abdoul Karim Sango

Juriste

Vos commentaires

  • Le 6 octobre à 10:30, par Phil En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Et c’est reparti !
    Les mêmes causes vont produire les mêmes effets.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 10:40, par Sacksida En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Oui cet acte n’est pas superieur a la Constitution Burkinabe, mais l’on ne peut d’emble dire qu’il est sans effet par rapport a la gestion du pouvoir du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration, qui ete prise en compte dans l’arret de la Cour Constitutionnelle. Tout acte en la forme et au fond est necessaire pour la manifestation d’une situation juridique donnee et avec la volonte de produire des effets de droits. En ce sens donc il peut exister plusieurs significations et variantes d’actes. Meme etant le Specialiste droits Constitutionnelle soyez modeste pour ne pas reagir et prendre vos emotions pour des verites absolument. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 10:43, par Basnam En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Voici des gens au lieu d’être constructifs, c’est sortir critiquer inutilement. Nous on veut la paix d’abord dans le pays et que les gens retournent chez eux et cultivent et sortent du marasme économique. Toi qui dit connaître le droit gardes cela pour toi si tu ne veut pas apporter ta pierre à construire. Il faut d’abord un pays avant de parler de constitution et nous n’avons certainement pas besoin de copier l’occident. Toi si tu penses connaître le droit va l’exercer dans la zone des trois frontières !

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 10:44, par cemga En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Constitution la oh est-ce un bout de papier que l’on suspend et rétablit à volonté ou c’est effectivement la loi suprême du Burkina. Si cela est vrai, la cour constitutionnelle doit nous éviter une autre forfaiture.

    Quand tu te bats pour quelque chose, la peut ne pas être pour toi.
    Je suis à Solenzo que celui qui est garcon vienne me chercher .

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 10:46, par cemga En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Constitution la oh est-ce un bout de papier que l’on suspend et rétablit à volonté ou c’est effectivement la loi suprême du Burkina. Si cela est vrai, la cour constitutionnelle doit nous éviter une autre forfaiture.

    Quand tu te bats pour quelque chose, la chose peut ne pas être pour toi.
    Je suis à Solenzo que celui qui est garcon vienne me chercher .

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 10:54, par HUG En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Vous etes en colere parce qu il ne vous ont pas appelé.Le.droit francais est la source de notre malheur.Si on pouvait en pasaer.Quand vous etiez avec le pouvoir moribond du mpp qu est ce que vous avez fair pour le droit.Ecliper vous un peu.Vive le Mpsr 2.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 10:56, par LE SAHELIEN En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Monsieur (je connais tout) vous pouvez dire (aussi) que le coup d’état est nul et de nul effet surtout quand M. Damiba avait dit à bobo celui qui veut fait son C.E.
    Merci d’avoir attiré l’attention des nouveaux dirigeants sur l’erreur.
    Vous faites partie des élites de ce pays, donc toutes ces erreurs vous sont imputables.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:02, par Koug En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Vous êtes très fort en droit, va enseigner et fait des propositions pour améliorer au lieu de dire que même un étudiant de licence peut faire mieux (c’est ce qu’on demande aux étudiants). Depuis les crises de 2014, c’est les juristes qui nous tirent vers le bas avec leur interprétation du droit souvent en fonction de leur avantage, pas d’innovation exemple que dit le droit traditionnel de nos ancêtres ? cela serait une innovation dans votre domaine. Au lieu de cela c’est une compilation du droit des écoles occidentales qui ne fonctionne pas avec nos réalités sur certains de ces articles.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:06, par Negblanc En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Bon dieu ! Faites des propositions sur la base de votre expertise ! Nous n’allons pas continuer comme cela !? Ces constitutions que seuls les spécialistes comprennent sont-ils vraiment faits pour des populaces comme nous ? Comme disait un ami, nous avons laissé des études de droit à certaines personnes pour faire des études dites scientifiques et voilà où nous en sommes !

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:11, par Le patriote "Le vrai" En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Bonjour Capitaine Traoré Ibrahim, tu es assez intelligent pour savoir que tu dois mettre tous les vieux clowns soit disant juriste incontournable qui ont travaillé avec Damiba à la poubelle. Qu’est ce que tu crois qu’il puisse faire de bon que de t’enfoncer dedans ? Ce pays est plein de faux type comme celui ou ceux qui ont confectionné ce torchon d’acte fondamental. Tu es assez intelligent pour gouverner sans ce torchon fait par des réactionnaires à la solde de impérialisme français qui ont conseillé Damiba.

    Répondre à ce message

    • Le 7 octobre à 02:18, par SOME En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

      Mon frère vous voyez donc que c’est tout l’appareil qui foutu. Il est donc compréhensible que Traoré avance doucement : les plus idiots vont sortir vite, les autres resteront tapis jusqu au bout pour détruire à la moindre occasion. Il faut se hâter lentement pour ne pas donner l’opportunité de t’avoir. Ne tombons pas dans le piège du droit. Je dirai à Traoré : arrete surtout de parler aux médias extérieurs surtout français. Adresse-toi au peuple et écoute le peuple et organise le peuple avec précaution car il y a beaucoup de taupes et de faux types
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:25, par Alph@2025 En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Cher Abdoul Karim Sango, le MPSR a le mérite d’avoir publié un acte fondamental. A ma connaissance, cela n’a pas été le cas ni pour Lamizana, ni pour Saye Zerbo, ni pour JBO encore moins pour Sankara. Le coup d’état étant consommé et bel et bien consommé, accompagnons les afin de sortir au plus vite de cette situation. Des gens aussi brillants que vous doivent pouvoir le faire sans se compromettre. Que Dieu sauve le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:28, par Nani En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Jamais content, jamais ça va, vous recommencer hein, c’est l’heure de faire des propositions pour faire avancer le pays , mettez de côté les critiques dénigrantes et désavantageuses. Il faut ranger plumes et encre. C’est le temps de cartes sur table, apportez nous mieux que ça.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:29, par erdy En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Karim Sango toi meme tu es un faux juriste. Tu ne connais absolument rien en droit !

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:37, par Boris En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    encore les juristes. Desolé mais ce sont pas " les civiles" qui ont conduit Damiba dans la brousse mais plutot les "juristes et hommes de droits" vous avez parlé maiis vous n’avez rien expliqué de votre position qui est l’acte fondammental est nul. vous n’avez surtout rien proposé en contrepartie. Nous sommes dans un coup d’etat qui deja est anti constitutionnel. Mais on besoin d’avoir un document fondammental qui regira les rapport entre citoyen : Qu’aura t’il fallut faire ? recrire un semblant de constitition (charte de la transition qui est prevu) ? vous les juristes làààà hééééééééyi tropp de bavardage seulement

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:39, par Ayo En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Karim, d’entré on observe que tu es pro Damiba parce qu’en son temps tu n’a pas fais ce type de sortie plustot hasardeuse d’ailleurs. Moi a ta place je me serais juste tu pour observer. Dire que les decisons son nul d’effet n’est pas tres inteliigent de ta part parce que c’est ce que le MPSR appliquera de toute manniere tout comme Damiba a fait.
    D’autre part tu devrais plutot dire :
    Si le rapport de force a été en faveur de Ibrahim, c’est simplement en raison de la mobilisation populaire. Car les religieux on aidé à pieger Traoré avec ces dit conditions de Damiba dont le point essentiel etait le point 5 concernant le respect de la CEDEAO ; nous ne sommes pas dupe.
    Parfois il faut savoir se taire. PETIT A PETIT COMME C’EST ARRIVE AU MALI CHAQUE ENNEMI DU PEUPLE SORTIRA POUR SE DEMASQUER LUI MEME. Karim tu as vraiment changé depuis que tu a eu acces a ce poste de ministre.
    On a deja eu la sortie hasardeuse de Alpha Ahmed Barry. D’autre sortiront et enfin nous auront un espace assaini au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:41, par Patriote En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    je pense pour son propre respect, on ne doit attaquer une production intellectuelle en ces propos comme le fait ce SANGO, il faut humblement critiquer et dire qu’il ya juste un peu failles à corriger. réagir de sorte montre que l’on est aigris ou l’on se croit le plus intelligent.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:42, par Juste En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    "être gouvernés par les meilleurs de leurs fils" ; c’est bien dit, malheureusement vous tous avez accompagné des pouvoirs Prédateurs, Corrompus, Laxistes et Népotistes. Vous découvrez subitement que le Burkina n’était pas gouverné par les meilleurs alors ? C’est cela qui pose problème chez bon nombre d’intellectuels de ce pays ; il faut non seulement dénoncer mais il faut surtout DEMISSIONNER quand c’est pas bon. On attend pas que ça vire au rouge pour donner des léçons.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:47, par Souris Chat En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Karim,
    Peu importe que l’acte fondamental soit parfait ou pas. Nul ou pas nul. Comme tu imagine, il importe peu que le chat soit gris ou noir du moment qu’il attrape des souris. Si le MPSR2 veut qu’il n’ecrive rien du tout comme acte fondamental. Nous peuple Africain, ce qui importe c’est le retrait definif des bases militaires etrangeres de nos terre, la fin du cfa, l’arret du pillage de nos ressource, nous foutre la paix en somme ; donc la couleur du chat nous importe peu.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:55, par Popol En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    le problème ua burkina s’appelle : CONFLIT d’INTERET.

    C’est quoi un conflit d’intérêt ?
    Un conflit d’intérêts peut se définir comme une situation où une ou plusieurs personnes ou institutions sont au centre d’une prise de décision où leur objectivité et leur neutralité peuvent être remises en cause.

    Toute la classe politique, les pseudo intellectuels ayant été occupés des postes comme ce MR parlent toujours en fonction de leur intérêt.

    Mr SANGO , après plus de 7 ans d’insécurité , après avoir "fait toujours la même chose politiquement" (constitution , mise en place d’un gouvernement , d’un assemblée...etc.....).....souffrez que l’on change.
    Vous mêmes dites " qu’on ne peut pas faire ma même chose et espérer un résultat différent"....soyez cohérent.

    Donc on a tjrs géré ce pays avec vous les politiciens qui êtes les parrains des OSC et partis politiques....est-ce que ça a permis de restaurer l’autotité de l’état ou l’intégrité du Faso : NON !

    Le Burkina va définir un nouveau modèle de gestion du pays qui fera cas d’école..les "standards de démocratie occidentale" on en veut plus !
    ...jugez le capitaine au résultat dans quelques temps ....Donc patientez et buvez de l’eau....

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 11:59, par Dabson Zero Alabaz En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    J’ avais beaucoup d’ admiration ppour Sango mais quand il est devenu ministre, il est devenu arrogant et trop sur de lui. Aminata Rachow la petite laveuse de plaies des vieux en allemagne l’a lave propre.
    Mais il a totalement raison ici. On n’ a meme pas besoin d’ avoir fait droit pour savoir que ceux qui ont ecrit ce tetxte dit fondamental sont des idiots. En quioi ce texte est fondamental ? Plus fondamentale que la loi- cadre, la reine- mere des lois ? La constitution est retablie, taisez- vous. C’ est elle que nous tous on regarde maintenant. Vous ne pouvez meme plus gouverner par ordonnance. Comment meme les gens font leur droit aujourd’ hui ? Normal. Trois mille etudiants perches sur des fenetres et qui prennnent cours, vous avez raison.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 12:01, par Ka En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet »
    Karim je confirme : Même un étudiant de première année de droit pouvait conclure mieux cet acte dit fondamental vu que notre constitution est rétabli et viable. Etant un vieux routier de la politique Burkinabé, je sais que passer la main à une jeune génération comme le jeune Traoré qui n’est pas un idéologue comme Thomas Sankara l’était, ne suffira pas, car chacun tentera d’assurer ses arrières sous les nouvelles mains comme Damiba dilapidait les caisses de l’état en se proclamant président illégitime du Faso en piétinant la constitution par corruption de nos membres du conseil constitutionnel.

    Karim, tu as raison en disant cet acte fondamental est nul et de nul effet : Et je dis que chacun respecte la constitution pour permettre à la génération future de s’assumer. Il n’y a aucun péril en la demeure sauf le respect du jeu démocratique et de la parole donnée. Que ces militaires montrent au peuple Burkinabé qu’ils sont là pour le protéger et faire avancer le pays. Restez militaires de bonne foi, et ne faites pas comme le menteur Damiba et son premier ministre.

    Répondre à ce message

    • Le 8 octobre à 08:38, par SOME En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

      Karim je confirme : Même un étudiant de première année de droit pouvait conclure mieux cet acte dit fondamental vu que notre constitution est rétabli et viable. Etant un vieux routier de la politique Burkinabé, je sais que passer la main à une jeune génération comme le jeune Traoré qui n’est pas un idéologue comme Thomas Sankara l’était, ne suffira pas,…

      Mon ami Ka alors là je ne suis pas tout d’accord avec toi ! et je confirme comme lors du coup de damiba, tu es totalement à côté de la plaque. Je ne comprends pas comment tu puis prendre cette position.
      Sans m’étaler en philosophie du droit je dirai que il faut savoir prendre du recul sur les situations afin de les résoudre au mieux. Déjà nous devons questionner la réalité profonde des concepts que véhiculent certains mots et éviter de poser des dogmes irréfragables. En tant que linguiste tu connais la force et la puissance du verbe : Au commencement était le Verbe…Et tu connais le sacré du verbe en Afrique, etc.

      Et si justement il ne suffit pas de passer la main à un jeune pour que ça marche, il est alors un impératif catégorique que le vieux accompagne le jeune comme cela se fait en Afrique, afin d’éviter ce qui s’est passé avec damiba.

      Tous ces débats faits à Traoré peuvent s’apparenter à une tactique de lutte contre l’existence du pays et nous devenons ainsi les alliés objectifs de l’impérialisme. S’accrocher à un dogme, fut-il ce qu’on appelle la constitution, tout en faisant fi du contexte-situation dans lequel se débat le pays, me semble une insuffisance d’analyse. S’accrocher à la constitution et au fait de mettre un civil comme dirigeant, etc pourrait même être assimilé à une manœuvre politicienne.
      Non mon ami Ka, nous n’allons pas rester là à discuter pour savoir si telle eau est assez propre pour éteindre le feu qui brûle la case. Mon ami Ka, tu as tout faux lorsque tu déclares Il n’y a aucun péril en la demeure sauf le respect du jeu démocratique et de la parole donnée. Allons cher ami ! ressaisis toi la ! Tu ne peux pas dire des choses comme ça !

      Cette sortie inutile et nulle et non avenue de Sango est la preuve patente que nous devons nous débarrasser de cette classe politique égoïste et apatride qui ne connaît que la politique politicienne de leurs intérêts.

      Si nous devons passer la main aux jeunes, je préfère un jeune de la carrure de Traoré qu’un Sango, même si Traoré n’a pas encore fait ses preuves. À nous justement de l’aider à faire ses preuves s’il le mérite, et éviter que chacun vienne assurer ses arrières comme tu le dis. Et alors cela ne peut pas commencer par un débat sur le sexe des anges alors que l’ennemi est déjà dans notre cour.

      Tu demandes que les militaires montrent au peuple burkinabe, etc. alors ces militaires ont ils un bâton magique ? ont-ils un pouvoir au delà du peuple ? Une armée est une armée du peuple pour le peuple et avec le peuple. Nous préférons faire un pas avec le peuple que dix pas sans le peuple. Le combat de Sango s’apparente à un combat d’arrière-garde de la classe politique politicienne. C’est exactement ce dont le peuple n’a pas besoin
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 12:01, par FAZI En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Mais qu’est-ce quevous, vous proposez de mieux ?? C’est ça qui est desolant chez les papiers longueurs du BF ; toujours promptes à critiquer, à parler mal, éternellement insatisfaits de ce que font les autres mais quand on leur tend la perche et on demande ce que eux ils proposent pour gerer une situation.. Haya, kokoroko... Rien de concret à proposer. Toujours dans les gros français. Oubien c’est seulement quand eux ils sont dans le système que c’est bon ?

    Répondre à ce message

    • Le 6 octobre à 12:53, par Ka En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

      FAZI tu dis : ’’’’’’’’’’’’Mais qu’est-ce que vous, vous proposez de mieux ??’’’’’’’’’’’’’’’’ C’est simplement mon cher internaute ; IIs disent que la constitution est rétablie, que Traoré reste le signataires des affaires courantes en attendant la nomination d’un président de la transition nommé par la force vive du Burkina et les militaires, qu’il soit militaire ou civile, ça sera dans les règles de notre constitution en cas de vacance d’un président élu démocratiquement.

      Se proclamer président du Faso illégitime comme Damiba, c’est une continuité de l’injustice et d’inégalité qui s’en suive avec des nomination des copains copines pour piller les caisses de l’état. Et je dis que chacun respecte la constitution pour permettre une transition saine suivis des élections transparentes.. Il n’y a aucun péril en la demeure sauf le respect du jeu démocratique et de la parole donnée.

      Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 12:27, par Article 37 En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Ce que Mr SANGO a dit, très peu sont les personnes qui vont accepter cette vérité. Pourtant un état d’exception ne peut remplacer un ordre constitutionnel.
    L’euphorie va passer pour nous ramener à la réalité.
    Désormais il faut financer la guerre et que les Burkinabè soient prêts à mettre la main à la poche.
    Personne ne financera cette guerre à notre place.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 12:37, par hady En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Vous dites que l’acte dit fondamental est nul et de nul effet car il comporte des dispositions qui sont purement un non sens. Hélas vous ne nous ressortez pas ces dispositions et vous ne démontrez rien. Plutôt vous vous attaquez aux personnels civils du MPSR. Vous noté n’est donc pas crédible

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 12:38, par Bangbèda En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Monsieur Sango, merci pour votre point de vue.

    Je ne suis pas juriste, mais il y a une chose très simple que je comprends. Le droit n’est que la matérialisation "écrite" des conventions entre des personnes vivant sur le même espace et partageant des valeurs communes.

    Dès lors, le droit sur lequel vous semblez être un expert est comme vous le savez sans doute "copié-collé" du droit d’un espace et de valeurs qui n’ont rien à voir avec notre réalité.

    Bref, il n’y a pas si longtemps, la traite négrière était un droit, l’extermination des juifs en Europe et l’occupation de la Palestine, ou encore la liberté de la presse en France, le mariage entre personne de même sexe, la lapidation, etc, ont été ou sont conforment au droit.

    Mais lorsque ça ne marche plus, le droit doit évoluer, de gré (si celles et ceux qui votent les lois en sont capables) ou de force (si les "intellectuelles" qui ont cette charge ne sont pas intelligents).

    Sans rancune !

    Bangbèda

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 12:47, par Bilgat En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Et pourtant Sango a raison.
    D’autres oublient qu’au temps des coups d’états antérieurs il n’y avait pas de constitution. Soit vous suspendez la constitution et vous faites ce que vous voulez soit vous restaurez la constitution et alors c’est elle la boussole.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 12:55, par Kouda En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Propos nuls et de nuls effets venant d’un juriste dont le parti a été incapable d’établir correctement une liste de candidatures nationale aux élections législatives passées. Balayez devant votre porte avant de nous emmerder.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 13:05, par Biiga En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Dieu vous guide mon Capitaine et vous éloigne de ce genre de politicien spécialiste en droit ! Ces gens sont responsables des lourdeurs administratives mon Capitaine.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 13:42, par Sacksida En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Des Diplomes DEA, Doctorat qui ont Bu le droit Bourgeois Neocolonial et refusent d’evoluer en tenant comptes des realites concretes Nationales et veulent se prendre pour la cuisse de Jupiter ou le nombril du Monde..Quand vous etiez Conseiller Special a la Presidence du Faso, avec votre DEA dites nous ce que vous avez concretement fait pour changer positivement de Gouvernance actuelle ? Voyez Vous Thomas Sankara n’a pas EU besoins d’un DEA ou d’un Doctorat pour refonder tous les secteurs de la vie publique nationale et cela au services du Peuple Burkinabe et Africains. Il faut oser inventer des paradigmes politiques, economiques, sociaux Culturels pour que l’Afrique Combattante sorte du sous developpement structurelle graves. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 13:58, par kabore En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Un bon étudiant en licence de droit aurait mieux fait. retenez cette phrase ;c’est la plupart de ceux la qui ont détruit le pays

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 14:39, par yacby En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Grand frere avec tout le respect que je vous doit je vous demande pardon ;laissez les jeunes travaillez.......svp taisez vous

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 15:07, par Paix et sécurité pour le Faso En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Si le communiqué suspendant la Constitution, signé du Capitaine Ibrahim TRAORE, fait autorité, pourquoi le rétablissement partiel de la Constitution, acté dans l’Acte fondamental, et signé encore du même Capitaine TRAORE, ne ferait pas autorité ?

    De mon point de vue, l’Acte fondamental pouvait même être une reprise inextenso, de la Constitution, complétée par les éléments nouveaux de l’Acte fondamental d’une part ; et extirpée de ses dispositions contraires, d’autre part ; et la Constitution resterait intégralement suspendue !

    N’oublions pas que le coup d’Etat nous met de facto, dans un Etat d’exception !

    Sous réserve du "non sens juridique" dont parle le Ministre SANGO, l’observation du non juriste que je suis, porte pour l’instant, sur l’alinéa 2 de l’article 11 de l’Acte fondamental. Deux options sont possibles :
    - option 1, écrire : Celle-ci s’applique à l’exception de ses dispositions contraires au présent Acte fondamental (il s’agit de "contraires" au lieu de "non contraires")
    - option 2, écrire : Celle-ci s’applique dans ses dispositions non contraires au présent Acte fondamental.

    Juste un avis et une contribution !

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 15:11, par justice En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    maitre SANGO QUELLES SONT VOS PROPOSITIONS PAR RAPPORT A L ACTE FONDAMENTAL. C EST CA LA VRAIE QUESTION

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 15:22, par Omar Dao En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Il faut reconnaitre que nous sommes dans une situation anticonstitutionnelle depuis janvier avec le renversement de Rock. Aucun acte fondamental, charte ou autre ne peut être au dessus de la constitution. Les circonvolutions trouvées par Damiba, les fameuses "forces vives" ou même le Conseil constitutionnel et récemment par Traoré ne sont que des arrangements pragmatiques pour continuer à faire fonctionner l’Etat. Pas besoin d’être étudiant ou spécialiste en droit pour le savoir.
    Tant que cela est fait dans le but d’éviter le totalitarisme et l’arbitraire, je pense que c’est un moindre mal et il faut le prendre (y a t-il d’ailleurs un autre choix ?).

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 15:59, par m’yaka En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Si tu vois que la politique ne te réussi pas, pourquoi ne pas changer de métier ? tu penses que le coup d’état est autorisé par la constitution ? pourquoi tu veux que ses conséquences soient gérées par la constitution. C’est pour ça, qu’on appelle transition. Le malheur du Burkina c’est les juristes, une filière ou tout le monde devient docteur et surtout professeur pour endoctriner les apprenants. Même quand on connait son cours de droit, on doit raisonner pour l’adapter à notre contexte.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 18:26, par Bernard Luther King ou le Prophète Impie En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    1) M. Sango, vous etes en retard sur ce debat bien qu’etant vous-même juriste. JE invite à relire le même debat lors de l’avènement du MPSR1.
    2) Des juristes constitutionnalistes ont donné des avis pertinents et constructifs en son temps. Vous, êtes vous constitutionnaliste ? Que faites vous en Droit de ce qu’on appelle le "Bloc de constitutionnalité" ? Vous pensez que la "Constitution" est la seule et unique Loi Fondamentale ? La demarche du MPSR2 n’est en rien different du MPSR1. De plus, en la forme, leurs dispositions restent RECEVABLES ET même VALIDES pour constituer ephemerement un "Bloc de constitutionnalité". A situation d’exception, solution d’exception.
    3) Dans leur acte fondamental, c’est le fond qui reste à voir : c’est bref,et aucune disposition n’est contraire à celles dejà existante dans la Constitution, sauf la disposition "d’amendements probables".
    4) Je vous invite à relire les articles des constituionnalistes sur ce debat en Jan 2022 : vous êtes en retard et commettez l’ecueil de nous mettre des batons dans les roues. Ressaississez-vous !
    A bas Dieu et vive l’Universalité d’Esprit !

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 19:02, par Bob En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Dans l’absolu mR Sango dit quelque chose qui n’est pas faux. Mais est-ce que le problème n’est pas ailleurs ? Cette constitution a été taillée comme un costume pour Kouassi Blaise COMPAORE et depuis 2014, elle devait être relue et amendée pour éviter ce qui a permis à Kouassi Blaise COMPAORE puis à Roch Marc Christian KABORE de diriger le pays comme une boutique. Il faut IMPÉRATIVEMENT une nouvelle constitution qui institue de vraies institutions, contrôlées et des moyens de sanctionner la MAUVAISE GOUVERNANCE. La démocratie n’est pas une religion et lorsqu’elle aboutit à la déliquescence des valeurs, à la légalisation du vol, de la corruption, de l’injustice et du pillage des ressources, il faut que les gens acceptent qu’on réfléchisse à d’autres formes d’organisation de notre société. Le RETOUR à la « Vie constitutionnelle NORMALE « , ne doit pas devenir un DOGME. En réalité cela est même en CONTRADICTION avec notre volonté de gagner la guerre contre le terrorisme. La mobilisation populaire dont nous avons ABSOLUMENT besoin sera impossible si on donne encore le pouvoir aux politiciens égoïstes, apatrides et corrompus qui ont amassé un véritable TRÉSOR de GUERRE qui leur permet de CORROMPRE des populations désabusées qui votent mécaniquement en se disant que Roch, Zephirin ou Abdul c’est blanc bonnet et bonnet blanc. C’est la raison pour laquelle lla France et ses affidés de la CDEAO poussent au Retour de ces bandits. Quel que soit celui d’entre eux qui prend le pouvoir, ils ont un moyen de pression sur lui.
    En résumé Sango n’a pas tort, mais le vrai PROBLÈME c’est la CONSTITUTION COMPAORE elle même.

    Répondre à ce message

  • Le 6 octobre à 20:24, par Togsida En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Le Burkina est le pays qui méprise ses intellectuels. On ne peut pas gouverner sur des bases fondamentales déjà nulles et nulles d’effet comme l’a dit Sango. Ériger un torchon en charte met en évidence notre amateurisme et décrédibilise le pays sur l’échiquier mondial. Il faut savoir comme Mandela capitaliser sur les compétences des fils du pays pour passer cette phase difficile que traverse notre chère patrie.Il faudra arrêter de croire que l’on peut vivre en autarcie. L’Euphorie finira par passer en effet et le capitaine avec nous ferons face à la réalité du fonctionnement normal d’un État.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre à 08:23, par Ulysse Ouanga En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Bonjour à tous
    Le coup d’Etat étant consommé, il faut vraiment se garder de ce genre de propos pour ne pas contribuer à aggraver l’incivisme des citoyens. On pouvant le dire autrement avec des mots plus courtois et en parabole. Au Burkina, le problème de nos soit disant intellectuels est qu’ils sont subjectifs dès lors qu’ils ne sont pas appelés à la soupe.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre à 08:24, par LE FORGERON En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Bonjour,

    C’est vrai que vous avez raison mais le pays ne peut pas rester sans lois. Nous sommes dans une phase transitoire qui nécessite la présence de ladite constitution et un autre texte complémentaire pour gérer la situation actuelle. Ce texte complémentaire sert essentiellement à nous permettre de sortir de cet état qui peut être considéré comme "exception" vers l’état normal démocratique en passant par une transition. Les experts en droit constitutionnel peuvent donner un nom convenable à ce texte complémentaire que les autorités actuelles l’ont appelé " Acte fondamental". Si le nom n’est pas approprié alors les experts peuvent leur proposer un nom approprié. Mais nous citoyens qui connaissons rien en droit constitutionnel ce nom ne nous gêne pas. Cependant aucune loi ne peut être au-dessus de la constitution si la constitution est active. Ainsi ce texte dit "Acte Fondamental" ne peut pas être au-dessus de la constitution c’est l’erreur que DAMIBA avait commise. Cet Acte Fondamental, permet seulement aux autorités de pouvoir prendre certaines ordonnances. Conclusion nous demandons aux constitutionnalistes et hommes de droit de comprendre un peu la situation actuelle que traverse notre cher pays et aider ces jeunes Patriotes à gagner la guerre contre les terroristes et leurs alliés. Car c’est quand il y a la vie que nous pouvons parler de la Constitution et son application correcte. Combien de FDS et de civils sont morts ? Est-ce que les terroristes cherchent à connaitre notre constitution ? En temps de guerre toutes les possibilités sont permises. Nous pensons que les jeunes Patriotes allaient déclarer le pays en guerre et prendre des décisions qui conviennent même. La constitution après la guerre contre le terrorisme et alliés s’il vous plait. Concentrons-nous sur la guerre contre le terrorisme et alliés.

    Que la terre de nos ancêtres vous accompagne dans cette lutte.

    La Patrie ou la Mort, Nous vaincrons !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre à 11:14, par L’Alchimiste En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Contribution à prendre en compte si on veut vraiment le meilleur pour le Burkina Faso !!!!
    De toute façon, on sait qui est constitutionnaliste au Faso : RASSEMBLEZ-LES même s’ils ne s’entendent pas !
    L. BADO, A. LOADA, A. SANGO, SOMA ....que chacun apporte sa contribution sur une partie des textes pour consolidation avant publication !
    Naturellement, le Faso leur versera une somme forfaitaire (à convenir) pour leur contribution.
    MPSR 2, alors.....

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 11:44, par Ibn Youssif Kano En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Nous on a que faire des vieilles lois taillées à la mesure française. La constitution du 2 juin a été calquée sur le modèle de celle de la France ; article par article. Pour moi que l’ACT fondamental ait effet ou pas, c’est l’adhésion populaire qui l’emporte. De toute façon même la constitution est nulle d’effet dès lors qu’elle ne nous a pas permis depuis 92 de bouger d’un iota sous tous les régimes dits démocratiques. C’est au contraire elle qui nous a mis dans ce merdier. Si l’ACT fondamental peut nous aider à sortir de cette situation alhamdulillah. On jugera l’ACT selon l’effet qu’il produira à la fin de la transition. Pour le moment, les decisions issues de l’act sont superiees r à celle de la vieille constitution. Allez-y theoriser pour vos etudiants.C’est l’utilité qui fera désormais l’effet d’un act auBurkina maintenant. Le reste on s’en fout

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 21:49, par Patarbtalle En réponse à : Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango

    Bon vraiment hein, est ce que la où on est là on a besoin de grandes théories juridiques ? A ton vraiment besoin de tout ca là dans un pays submergé par le terrorisme. De grâce gardez vos débats d’écoles pour vos étudiants de Fac. Ici, nous sommes sur le terrain.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : Un citoyen propose la création d’un fonds pour soutenir l’effort de guerre
Terrorisme : Un tournant dans la lutte en vue avec la nouvelle transition ?
Burkina : Les contributions étrangères utiles au chantier sécuritaire ?
Lutte contre le terrorisme : La veille citoyenne doit demeurer plus que jamais debout, selon un citoyen burkinabè
Newton Ahmed Barry : « Si je devrais être un mort de plus, alors qu’il en soit ainsi...Mais personne ne me fera taire »
Sécurité au Burkina : Me Hermann Yaméogo rappelle le délai de « trois mois solennellement donné » par le président Ibrahim Traoré
Violences basées sur le genre : Elles peuvent prendre plusieurs formes et ne commencent pas uniquement à l’âge adulte, selon Hierbine Aïcha Palé
Pillage du magasin de la SONAGESS à Arbinda : Le supplice de Tantale n’aura pas eu lieu !
Néo-Sankarisme et panafricanisme : Des défis majeurs au Burkina
Renaissance africaine : L’écrivain Hassane Baadhio rend hommage à Nioussérê Kalala Omotundé
Burkina Faso :L’ex-députée ALT Adja Zarata Zoungrana dénonce une cabale contre des opérateurs économiques
Le Mouvement M30 Naaba Wobgo à l’Union européenne : « Pourquoi vous ne condamnez pas les fournisseurs d’armes et les sponsors des groupes armés ? »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés