Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dès l’instant que vous apprenez à reconnaître la beauté dans ce monde, vous cessez d’être un esclave.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Transformation digitale au Burkina : KeoLID se positionne comme le catalyseur

Accueil > Actualités > Multimédia • Lefaso.net • jeudi 8 septembre 2022 à 17h00min
Transformation digitale au Burkina : KeoLID se positionne comme le catalyseur

L’incubateur d’entreprises, KeoLID a reçu la visite de la ministre de la transformation digitale, des postes et des communications électroniques et la représentante résidente de la Banque mondiale ce jeudi 8 septembre 2022. Il s’agit pour les visiteurs du jour, de voir de façon concrète les différentes entreprises incubées par KeoLID.

Le Burkina Faso semble résolument orienté vers un processus d’accélération de la transition digitale. Pour cela, le ministère de la Transformation digitale a mis en œuvre une stratégie nationale de développement de l’économie numérique, intitulée e-Burkina. Bâtie autour de plusieurs piliers et axes, e-Burkina met en pole position le développement du capital humain et l’essor d’une industrie numérique.

Le projet a opté pour une approche consistant à renforcer cet environnement en créant les conditions pour une émergence d’entreprises innovantes et des startups viables qui créent de la valeur ajoutée et des emplois. Deux structures, dont KeoLID, ont été retenues pour servir d’incubateurs, de centres d’excellences et de support pour tout l’écosystème du numérique mais aussi dans la mise en œuvre de programme d’incubation pilote au profit de quelques dizaine de jeunes porteurs d’idées.

KeoLID a incubé des jeunes brodeurs

KeoLID est un lieu ouvert au public et aux entreprises où il est mis à leur disposition des outils mécatroniques. Elle dispose d’outils et de machines de dernières générations qui fait d’elle l’un des Fab Labs les mieux équipés. La visite de la ministre en charge de la transformation digitale et de la représentante de la Banque mondiale au Burkina Faso s’inscrit dans la dynamique de constater de visu, les projets réalisés par KeoLID.

A l’issue de la visite, la ministre en charge de la transition digitale, Dr Aminata Zerbo/Sabané s’est montrée satisfaite par ce qu’elle a vu. « Je pense que ce que nous avons vu ce matin nous réconforte dans les efforts que nous faisons pour développer l’écosystème du numérique », a-t-elle confessé. Le développement de l’écosystème du numérique passe nécessairement par les incubateurs, les Fab lab, et les centres de formations. Elle a souligné que KeoLID a été appuyé par son département dans le cadre du projet et financé par la Banque mondiale. Dans sa composante 3, e-Burkina consacre une place de choix à la formation et l’entrepreneuriat. « Ce que nous avons vu ce matin est très satisfaisant. Les résultats sont appréciables. Nous avons des jeunes engagés et dynamiques. C’est une très belle contribution de formation de jeunes », a-t-elle soutenu.

La ministre en charge de la transformation digitale (à gauche) s’est dite satisfaite par ce qu’elle a vu

Le projet e-Burkina a été financé par la Banque mondiale à hauteur de 275 millions de francs CFA. Il est piloté par le ministère de la Transition digitale et mis en œuvre par l’Agence nationale de promotion des TIC (ANPTIC). La représentante résidente de la Banque mondiale, Mamounata Nbow Fam espère que grâce à son financement et grâce à KeoLID, le Burkina aura de « milliers et de milliers » d’autres KeoLID. Elle a espéré que les jeunes incubés à travers cette initiative pourront dupliquer ce qu’ils ont appris à l’échelle du pays pour que le numérique soit un catalyseur de développement.

Le projet e-Burkina a été financé par la Banque mondiale

Des entreprises créées grâce à l’accompagnement de KeoLID

Les startups créées évoluent dans au moins 13 secteurs distincts d’activités. Cependant, 25% des projets relèvent du secteur agro-sylvo-pastoral et 20% du secteur du commerce, transformation industrielle et artisanale. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Réseaux sociaux : La responsabilité pénale du fait des émojis
Journalisme sensible aux conflits : Les journalistes burkinabè s’illustrent à la 6e édition du prix Pax Sahel
Journée de la recherche en informatique au Burkina : C’est parti pour la 5e édition
Prix PADEV 2022 : SAFLAN, meilleure innovation africaine du secteur des télécommunications
Technologie : Huawei dévoile ses solutions de connectivité et de stockage aux utilisateurs burkinabé
Et voici "Courrier confidentiel" N° 289-290 (Numéro double)
Arrestations tous azimuts, menaces et harcèlements : La presse ouest africaine en danger !
Offre d’emploi : Une rédaction recrute des web-journalistes
Technologie : DMS, le logiciel qui booste les performances des pharmacies
Burkina-ARCEP : Les réseaux de téléphonie mobile ont jusqu’au 31 décembre pour se conformer aux prescriptions de leurs cahiers de charge
"Courrier confidentiel" N° 288 Disponible !
Protection de données personnelles au Burkina : Les capacités des délégués renforcées sur la loi 001-2021 du 30 mars 2021
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés