Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’œil qui a connu le malheur et qui n’a pas crevé, connaitra certainement le bonheur.» Proverbe Africain

Audiovisuel : Fin de formation en son et images pour les jeunes bénéficiaires du projet Haro

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • vendredi 24 juin 2022 à 11h00min
Audiovisuel : Fin de formation en son et images pour les jeunes bénéficiaires du projet Haro

Débutée le 9 juin dernier, la formation aux métiers de l’image et du son, initiée par Doubacom dans le cadre du projet Haro, a refermé ses portes ce 22 juin 2022. Deux semaines durant, 16 jeunes filles et garçons passionnés, ont vu leurs et capacités renforcées en image, montage, son, maquillage, décor et accessoires. Ils ont reçu leurs attestations de fin de formation ce 22 juin, au cours d’une cérémonie qu’ils ont agrémentée par des prestations de danse, des défilés.

Passionnée par l’image et le son, Roxane Douamba a, à l’instar de 15 autres jeunes, reçu durant 80 heures de formation professionnalisante, les rudiments nécessaires pour être polyvalente dans le monde du son et de l’image. A l’en croire, cette formation va lui être utile dans son désir d’embrasser une carrière dans le domaine du son et de l’image. Apprendre à manier la caméra, faire un montage, réaliser un maquillage de cinéma, enregistrer et utiliser le son, c’est essentiellement ce qui a meublé le temps d’apprentissage de ce groupe de 16 apprenants composé à 80% de jeunes filles. Une part belle faite au genre féminin, très peu représenté dans les métiers du son et de l’image.

Gervais Kwené, coordonnateur du projet Haro

Au cours de la cérémonie de clôture, les participants ont à travers un défilé et une chorégraphie, laisser entrevoir ce qu’ils ont appris au cours de ce temps de formation. Ils ont aussi fait un résumé de ce qu’ils ont pu apprendre dans chaque module de formation. La représentante des formateurs, Françoise Sedogo, a laissé entendre qu’elle avait eu à faire à des jeunes désireux d’apprendre et de se lancer dans les métiers de l’audiovisuel. Elle les a exhortés à toujours travailler à être les meilleurs dans leur domaine et à ne pas baisser les bras face à l’adversité qu’ils pourraient rencontrer.

Cette session de formation s’est déroulée dans le cadre du projet Haro, porté par la maison de production cinématographique et audiovisuelle Doubacom. Le projet Haro s’étale sur cinq ans et comprend trois phases que sont la formation professionalisante en vue de créer des emplois, la production et la diffusion de la série télévisée Haro à laquelle vont participer les jeunes issus de la présente formation, ainsi que l’accompagnement et le suivi des productions audiovisuelles.

Roxane Douamba recevant son attestation de formation des mains du coordonnateur du projet Haro

A en croire le coordonnateur du projet Haro, Gervais Kwené, cinq des apprenants de la formation vont intégrer Doubacom en tant que contractuels, d’ici novembre 2022 pour travailler sur la série en gestation. Les onze autres seront également présents en Free-lance. Afin de se perfectionner encore plus, ils suivront des stages et des formations dans les mois à venir. "Nous aurons une autre phase pratique dans le courant juillet-août, qui sera assortie d’un produit filmique qui sera l’épisode pilote, ensuite suivra le tournage des 26 épisodes", a laissé entendre le coordonnateur du projet.

La série "Haro, les criminels du genre" sur laquelle ces jeunes vont forger leurs armes, est inspirée d’une publication de sketches de Lamoussa Théodore Kafando et sera adaptée en série télévisée dans le genre docu-fiction par Gervais Kwené. "Nous allons reproduire des scènes de vie qui sont dénoncées sur des injustices faites au genre et aux personnes vulnérables, les porter à l’écran, et aussi convoquer des personnes ressources qui vont venir s’exprimer sur le sujet", explique Gervais Kwené.

Une apprenante s’exerçant au maniement du matériel de sonorisation

Chaque épisode aura une durée de 13 minutes. A terme, c’est un projet de 104 épisodes, répartis en 4 saisons avec 26 épisodes chacune. Pour ce qui est de la promotion, après la diffusion dans les médias classiques, une caravane de sensibilisation sera organisée dans 150 communes.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Office national du tourisme burkinabè : La journaliste Marguerite Yelli Sou nommée directrice générale
Votre journal « Courrier confidentiel » Numéros 279 est disponible
Cyberattaque au Burkina : Vers la détection de talents pour sécuriser le cyberespace national
Burkina Faso : Voici le top 5 des tiktokeurs
Sud-ouest : Les hommes de médias outillés sur le traitement de l’information en période de crise
Mémoire de licence à l’ISCOM : La multiplicité de sites médias au Burkina Faso n’est pas synonyme de diversité de l’information, démontre Nado Ariane Paré
Offre de formation : Certificat en communication digitale
1ère Edition du concours Start Up challenge : Moov Africa Burkina initie une formation sur l’Entrepreneuriat digital au profit de 37 jeunes candidats de ladite édition
Start-up challenge Moov Africa Burkina : Qui remportera la subvention de 5 millions de francs CFA ?
Prix de la lutte anti-corruption : Aimé Nabaloum de Le Reporter et Jean Baptiste Bouda de la RTB radio sont les lauréats
Cybersécurité : Avec l’entreprise CVP, prenez une longueur d’avance avec les solutions Kaspersky
CAMON 19 PRO, version artistique Mondrian pour bientôt
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés