Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On ne peut penser à être acceptable aux yeux des autres avant de l’être pour nous-mêmes.» MALCOLM X

Masroor Eye Institute :« 2% de Burkinabè sont des aveugles », révèle Dr Diallo Wenceslas du CHUSS de Bobo

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 6 décembre 2021 à 09h45min
Masroor Eye Institute :« 2% de Burkinabè sont des aveugles », révèle Dr Diallo Wenceslas du CHUSS de Bobo

C’est un groupe d’ophtalmologues visiblement émerveillés qui ont assisté, à « Masroor Eye Institute », centre spécialisé à vocation sociale de la communauté islamique Ahmadiyya, à la conférence publique ophtalmologique à l’issue d’une visite guidée en ces lieux sis à Kouba, dans la commune rurale de Koubri (sortie sud de la capitale). C’était dans l’après-midi de vendredi, 3 décembre 2021.

La conférence publique s’est déroulée en modes présentiel et visioconférence avec des professeurs intervenant de l’international, inter-agissant avec Pr Wenceslas Jean Diallo, chef de service ophtalmologie du Centre Hospitalier Universitaire Sourô Sanou (CHUSS) de Bobo-Dioulasso et Pr Ahgbatouhabeba Zabsonré, chef de service ophtalmologie au centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo. Elle s’est tenue dans la salle de conférences du centre médical d’accueil, « Masroor Eye Institute » (Institut d’œil Masroor) avec plusieurs dizaines de spécialistes de l’œil, venus de divers horizons.

Après un moment de découverte de ce centre à la pointe de la technologie, à vocation sociale, les participants ont échangé avec les spécialistes sus-cités sur l’enjeu de la lutte contre les maladies oculaires au Burkina et de la mise en place d’un tel centre à la disposition des populations burkinabè, voire ouest-africaines.

« Les maladies oculaires au Burkina posent un problème de santé publique, quand bien même souvent c’est sous notifié. Il faut savoir que la cécité est le premier de tous les handicaps au Burkina avec 19% et 2% de Burkinabè sont des aveugles. Et si on prend tous les handicaps (moteur, physique, psychologique), c’est le handicap visuel qui vient donc en tête avec 19%. Donc, les problèmes visuels posent un problème réel dans notre pays », situe Pr Wenceslas Jean Diallo. Selon le spécialiste, le faible taux de consultations liées à l’œil peut aussi s’expliquer par le fait que les structures et les hommes ne sont pas toujours disponibles.

« Ce n’est pas spécifiquement ophtalmo, mais l’œil étant tout petit, il n’est pas souvent regardé par le personnel de santé et il y a des sous notifications. Mais il est clair que nous ne sommes pas mieux que les autres pays ; les premières causes de la malvoyance, c’est le fait de ne pas avoir de bonnes lunettes. Dans tous les pays du monde, l’OMS (organisation mondiale de la santé) l’a montré, la moitié du milliard de malvoyants sont ceux qui n’ont pas de lunettes. Au Burkina, nous manquons de correction chez les enfants, chez les adultes et les adolescents. Deuxièmement, c’est la cataracte qui est la deuxième cause. C’est une maladie de la personne âgée et ça nécessité la chirurgie, si vous n’avez pas les moyens d’opérer le malade, il ne va jamais recouvrer la vue. Et là, ce sont des moyens économiques, médicotechniques et la disponibilité du personnel », a expliqué Pr Diallo.

----
Lire aussi : Communauté ahmadiyya : les premières pierres d’un centre ophtalmologique…
----

C’est pourquoi, pense le spécialiste Diallo, le centre médical « Masroor Eye Institute » de la communauté islamique Ahmadiyya en gestation, va apporter véritablement une grosse bouffée d’oxygène pour la santé oculaire. « Pourquoi ? Parce que ce sera la première fois qu’on aura un hôpital dédié à lui (à l’œil, ndlr). Ça n’existe pas encore dans notre pays. On a des services dans les hôpitaux, les CMA, mais pas un hôpital dédié à lui, comme on a un hôpital pédiatrique, cardiologique, etc. Donc, la spécificité même de ce centre fait qu’il va apporter quelque chose. Deuxièmement, le contenu de ce centre : on va faire des soins, la formation et la recherche. Ces trois axes vont certainement améliorer et booster la qualité des soins et ce centre entend, dans la vision de ses responsables, être un centre de référence pour non pas le Burkina seulement, pas l’Afrique de l’ouest, mais toute l’Afrique. Le souhait, c’est que les soins qui se font ici soient les mêmes qu’à Birmingham, Londres, Paris, etc. », loue l’enseignant-chercheur en service au Centre Hospitalier Universitaire Sourô Sanou (CHUSS) de la capitale économique.

C’est s’appuyant également sur cet enjeu, que Pr Ahgbatouhabeba Zabsonré, présidente de la société burkinabè d’ophtalmologie, présidente de la société africaine francophone d’ophtalmologie, apprécie le niveau d’équipement du centre et son volet formation post-universitaire. Car, souligne-t-elle, le principal défi au Burkina en matière de santé oculaire, c’est le manque de matériel et la maintenance. Elle exhorte donc les responsables du centre à miser sur la maintenance. « Quand on en a (le matériel, ndlr), ça s’abime et on ne sait pas comment faire pour réparer ça. Si on peut le faire, ce sera bien, on a assez de ressources humaines qui, bien formées, peuvent prendre soins de la santé oculaire des patients », recommande Pr Ahgbatouhabeba Zabsonré.

Principal artisan de cette initiative, « Masroor Eye Institute », Dr Ivaz Ur Rehman souligne que ce centre va se déployer à travers trois axes à savoir, des soins de qualité aux populations, la formation de médecins spécialistes nationaux et la recherche. La construction et l’équipement du centre, qui a coûté plus d’un milliard de francs CFA, a nécessité la collecte de Fonds.

« L’objectif principal de ce Centre, c’est de former des docteurs nationaux pour qu’ils soient davantage aptes à efficacement aider les populations qui n’auront plus besoin d’aller ailleurs pour avoir des soins. Il y a des pays où on trouve des soins de qualités, mais l’objectif, c’est de permettre aux gens d’avoir des soins appropriés sur place au Burkina. (…). Selon les analyses, ceux qui ont des maladies liées aux yeux sont nombreux, alors que des soins appropriés n’y sont pas apportés. C’est la raison pour laquelle, le Burkina a été choisi pour abriter ce centre », justifie le chef de l’initiative, Dr Ivaz Ur Rehman.

Pour rappel, au Burkina, et ce depuis plusieurs années maintenant, la communauté islamique Ahmadiyya, avec l’appui de son organisation auxiliaire, Humanity First, offre régulièrement et gratuitement aux populations, des consultations et opérations de la cataracte.

O.L.
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Mineurs coincés à Perkoa : La chambre de refuge retrouvée vide
Prévision saisonnière 2022 : Les pluies seront abondantes au Burkina, selon l’Agence nationale de la météorologie
Drame de Perkoa : Le gouvernement suit de près la poursuite des opérations sur le terrain
Avis de recherche de Sidibé Ramata elle a été retrouvée merci à tous !
Message de la ministre du genre et de la famille a l’occasion de la journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision
Mineurs coincés à Perkoa : La section Sanguié du MBDHP dénonce une lenteur dans la réaction de la direction de la mine et du gouvernement
Lutte contre les maladies tropicales négligées au Burkina Faso : Des OSC à l’école de la communication stratégique
Publicité des produits de la pharmacopée traditionnelle au Burkina : Le CSC sensibilise les médias et les tradipraticiens sur le respect des textes en vigueur
Journée internationale des musées : "Le pouvoir des musées" comme thème de la célébration
Vie chère à Ouahigouya : Consommateurs et commerçants déplorent la situation
Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel/Burkina : Vers l’opérationnalisation de la phase 2
Dépolitisation et renforcement de la méritocratie au sein de l’administration publique : Un avant-projet de loi en cours de validation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés