Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Ce que tu ignores vaut parfois mieux que ce que tu sais» Proverbe africain ; Les proverbes et expressions africaines (1998)

Ouahigouya : querelle entre FFS et le CDP

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • lundi 14 novembre 2005 à 08h24min

Le dimanche 13 novembre 2005, jour de l’élection présidentielle, l’affluence dans les bureaux de vote de Ouahigouya était grande. Du petit matin jusqu’à 9h, on voyait encore de longues files de personnes devant les bureaux de vote.

Pour le directeur national de campagne du candidat Blaise Compaoré, Salif Diallo, cela est la preuve que "le peuple burkinabè dans sa maturité, met en oeuvre sa souveraineté... Cela est à saluer". Et le ministre d’Etat de poursuivre : "Je vois qu’il y a de l’engouement pour cette élection ici à Ouahigouya".

Salif Diallo a voté au secteur 10, très tôt le matin à 6h 28 mn. Le secrétaire permanent des engagements nationaux, Alphonse Arzouma Ouédraogo au secteur 13, le ministre de la Justice, Boureima Badini au secteur 7, le gouverneur de la région du Nord, Henri Marie Yaméogo au secteur 1.

Le président de l’ADF/RDA, Gilbert Noël Ouédraogo, lui, a voté à l’école WendPeengré au secteur 2. Somme toute, le scrutin se déroule normalement, a dit le président de la CEPI Tasséré Savadogo. Mais déjà aux environs de 12h, on ne voyait presque plus personne planer aux différents lieux de vote. Tout était devenu désert au moment où nous tracions ces lignes. Par ailleurs, il nous a été permis de constater des cas d’irrégularité.

En effet, des usurpateurs d’identités ont été démasqués dans certains bureaux de vote, notamment aux secteurs 13 et 2, avec des cartes qui ne sont pas les leurs. Selon certaines sources, il y aurait un réseau qui serait en train de distribuer des cartes à des gens qui n’en disposent pas, avec une prime de surcroît si toutefois les intéressés arrivaient à voter le candidat que le réseau soutient.

C’est ainsi que bon nombre ont été pris en possession d’une carte d’électeur et d’un extrait de naissance qui ne leur appartenaient pas, par des membres de bureaux ayant douté, du fait que la plupart des votants n’avaient pas de carte d’identité. Interrogés sur leur identité, les intéressés n’arrivaient pas à donner des réponses exactes. Nous avons eu à constater aussi que l’opposition n’avait pas de représentants dans la plupart des bureaux de vote de Ouahigouya.

En rappel, le Yatenga compte 568 bureaux de vote, avec 196 589 inscrits. Les taux de retraits des cartes d’électeur étaient de 90,16% pour la province et 71% pour ce qui est de la commune de Ouahigouya, à la date du 6 novembre 2005.
Pour finir, au bureau de vote n°2 du secteur n°2 de Ouahigouya, plusieurs personnes détentrices de cartes d’électeurs obtenues parallèlement ont été interceptées.

L’ambiance était chaude entre les délégués FFS et les militants CDP. Le commissaire de la CENI et les responsables de la CEPI sont venus constater les faits. Ils ont retiré les cartes d’électeurs qu’ils ont gardé avec eux. Selon une dame détentrice d’une de ces cartes que nous avons interrogée : "On m’a appelé dans une cour et on m’a dit de choisir une carte et un acte de naissance parmi un gros lot et d’aller voter".

La cour d’où sortaient les cartes serait située à quelques pas du bureau de vote. Un élève, que nous avons intercepté, a fui, laissant sa carte d’électeur entre les mains d’un confrère. Actuellement les votes sont suspendus dans ce bureau.

Par Lassina SANOU

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés