Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Que chacun apprenne à porter son fardeau tête nue, car dans certains lieux, il n’y a pas de chiffons» Proverbe burkinabè

Dori : Des déplacés internes et réfugiés informés des modes d’accès à la justice

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 25 octobre 2021 à 09h00min
Dori : Des déplacés internes et réfugiés informés des modes d’accès à la justice

Le Centre pour la qualité du droit et de la justice (CQDJ) a organisé, les 22 et 23 octobre à Dori, un atelier d’information des acteurs humanitaires intervenants auprès des personnes déplacées et les réfugiés et une conférence juridique au profit de ces déplacés internes et refugiés de la ville de Dori. Ces activités sont organisées dans le cadre du projet "Accès à la justice" des personnes relevant de la compétence du Haut-commissariat des nations-unies pour les réfugiés (HCR) au Burkina Faso avec l’appui technique et financier du HCR.

Le Burkina Faso connaît depuis 2015 une insécurité accrue. Cette situation a occasionné plus d’un million de personnes déplacées internes (PDI) à travers le pays. La région du Sahel est celle qui enregistre le plus de déplacés internes. En plus de ces déplacés internes, la région enregistre également des refugiés, venus notamment du Mali et installés sur le site de Goudebo. PDI et réfugiés rencontrent souvent des difficultés à avoir accès à la justice pour faire entendre leurs causes et ou pour obtenir une réparation.

Comment faire et permettre à ces personnes vulnérables de savoir qu’ils ont des droits, des devoirs et comment les diriger vers les différentes juridictions et obtenir gain de cause en cas de difficultés ? Pour répondre à ces interrogations, le Centre pour la qualité du droit et la justice, s’appuyant sur son expérience en matière d’assistance juridique et judiciaire aux personnes vulnérables, met en œuvre le projet « Accès à la justice des personnes relevant de la compétence du HCR au Burkina Faso ». Ce projet a pour objectif de faciliter l’accès à la justice des PDI et les réfugiés de la région du Sahel.

Les participants à l’atelier d’information

Les 22 et 23 octobre 2021, les acteurs de la mise en œuvre du projet ont organisé un atelier d’information, suivi d’une conférence juridique sur le site des déplacés internes. Selon Awa Ouédraogo, la coordinatrice du projet, tout est parti du constat selon lequel l’assistance juridique n’était pas prise en compte dans les réponses aux préoccupations des PDI. A l’en croire, les personnes vulnérables ont plus besoin de soutien juridique pour faire face aux violences qu’ils subissent. Elle explique donc que le projet a la vocation d’apporter cette réponse juridique à cette frange de la population. L’atelier de Dori organisé au profit des humanitaires et les autorités administratives, affirme-t-elle, est d’abord de présenter les idées du CQDJ et le but de son intervention.

Awa Ouedraogo coordinatrice du projet

Elle note également que l’atelier permet aussi d’informer les participants sur les possibilités de recours aux mécanismes juridictionnels pour les déplacés internes et les réfugiés : les tribunaux, le fonds d’assistance judicaire ; la direction régionale des droits humains, etc.

Quant à la conférence juridique, elle a consisté à des échanges directs avec les déplacés internes sur les difficultés que ceux-ci rencontrent pour accéder aux différentes juridictions de la région. Environ 300 déplacés internes, refugiés et mineurs étaient concernés par cette rencontre.

Pour les acteurs du CQDJ ; l’objectif recherché est atteint. Les échanges directs avec les PDI ont porté fruits et leur ont permis de connaître leurs droits et devoirs, leur statut juridique et les principes de protections de la personne déplacée et ou refugiée qu’ils ignoraient.

Le projet a débuté le 1er septembre 2021. Les activités se déploient dans la région du Centre, des Hauts-Bassins, du Nord, du Centre-nord et du Sahel grâce à l’appui financier et technique du Haut-commissariat des nations-unies pour les réfugiés.

Daoula Bagnon
Correspondant Dori

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Crise à l’université Nazi Boni : Les parties fument le calumet de la paix en attendant le respect des engagements
Ecole privée de santé Sainte Julie de Ouagadougou : 327 infirmiers et sages-femmes en fin de formation
Education : Le ministre Stanislas Ouaro dans les locaux du lycée technique de Koudougou
Crise à l’université Nazi Boni : Deux organisations de la société civile demandent la prise en charge les étudiants blessés et la libération de ceux arrêtés
Province du Gourma : Deux morts dont une enseignante dans une attaque à main armée
Burkina Faso : Quatre nouveaux officiers aux commandes dans les régions de la Boucle du Mouhoun, à l‘Est, au Nord et au Sahel
Burkina Faso : Qui est le nouveau contrôleur général d’Etat ?
Santé/Burkina : Le ministre de la santé, Charlemagne Ouédraogo parle "santé publique" avec le Mogho Naaba.
Education nationale au Burkina : Le ministère invite des agents à fournir les documents ayant servi à leurs recrutements dans la fonction publique
Réhabilitation de la mosquée de Dioulassoba : Les acteurs s’approprient l’étude de faisabilité
Burkina Faso : Le Fonds DANIDA appuie 27 OSC pour la promotion de la paix et des droits humains
Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés