Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

Accueil > Actualités > Opinions • Lefaso.net • dimanche 17 octobre 2021 à 22h45min
Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

"Cbs l’Iconoclaste" estime, à travers les lignes qui suivent, que les attaques récurrentes d’individus armés non identifiés contre des chantiers routiers et la destruction du matériel des entreprises de travaux publics n’ont qu’un seul but : empêcher Roch Kaboré d’avoir un bon bilan à défendre au terme de ses deux mandats et tirer l’économie burkinabè vers le bas.

L’une des formes abjectes de manifestation du terrorisme est le sabotage des travaux routiers réalisés ou en cours de réalisation au Burkina Faso. En effet, le 13 octobre 2021, des individus armés incendiaient un camion porte-char et une pelle hydraulique de l’entreprise Soroubat chargée du bitumage quasi terminé de la route Kantchari-Diapaga et du bitumage en cours du tronçon Matiacoali-frontière du Niger (tronçon situé sur la route nationale 4).

9 jours auparavant, soit le 2 octobre, c’est un agent de la même entreprise et son chauffeur qui furent enlevés avant d’être libérés, alors que leur véhicule se retrouvait emporté par ces mêmes thuriféraires de la violence. Ces actes de sabotage viennent rappeler d’autres du même acabit posés de par le passé par les fous d’Allah dans d’autres régions du pays : l’entreprise Kangala chargée des travaux routiers sur le tronçon Dori-Gorom, a vu une de ses machines brûlée le 8 octobre dernier. La palme de ces actes dignes d’un hooliganisme innommable restera l’incendie, le 9 septembre dernier, de 10 engins lourds de l’entreprise Centro chargée de bitumer la route Tougan-Lanfiéra-N’Di ; une entreprise dont un autre engin a été emporté à l’occasion.

A cela s’ajoute, avant mai 2021, la mort d’un agent de l’entreprise Kangala sus-citée et de la dizaine d’attaques qu’elle a subies et qui ont affecté et endommagé ses matériels. Bref, la liste est longue et non exhaustive et nous passons sous silence ce pont démoli dans la région du Sahel avant 2020.

Comme on peut le constater, le tableau est sombre et démontre à souhait que les terroristes sont résolument engagés à tirer l’économie nationale vers le bas en touchant à l’un des leviers-clé du développement du pays. Cela est d’autant plausible que le secteur routier a une grande part contributive au développement d’un pays. Et l’on est porté à croire que c’est cette réalité qui a prévalu à l’adage selon lequel « Le développement passe par le développement de la route ». Aujourd’hui, on n’a pas besoin d’être Cassandre ou Protée pour deviner ou comprendre que c’est conscients de cet énorme apport des infrastructures routières dans l’économie nationale que les terroristes s’attaquent de façon ad nauseam à ce secteur.

Ainsi, l’objectif visé in fine, en empêchant l’exécution des travaux, c’est de réduire à sa plus simple expression le nombre de réalisations en matière d’infrastructures routières faites sous le régime du président Roch Kaboré. Et partant, de mettre l’économie nationale à genou. Cela participe du syndrome Gbagbo que j’ai déjà développé dans mon livre Possibo la Diabolaise : un syndrome qui consiste à pourrir le mandat de tout président en place.

Dans le cas d’espèce, en mettant du sable dans le « benga » de l’enfant de Tuiré en l’empêchant d’avoir un bon bilan à défendre au terme de ses 2 mandats. Et les allégations des terroristes lors du 1er mandat du président et en début de son 2e mandat dans la province du Sanmatenga selon lesquelles les actes terroristes ne cesseront pas tant que le président Kaboré sera aux affaires, nous confortent dans cette analyse et participent de cette volonté sulfureuse de noircir le bilan du président.

Il faut mettre les bouchées doubles pour la sécurité

Cela dit, il reste à explorer les pistes de solutions à envisager pour enfin mettre fin à cette vermine terroriste qui endeuille la Nation depuis bientôt 6 ans. A ce que l’on dit, en ce qui concerne le secteur routier, recourir aux services du génie militaire servirait à pallier la question de la réalisation sereine des infrastructures routières dans les zones à fort défi sécuritaire. Ce, dans la mesure où le génie militaire a une double aptitude de réalisation des travaux routiers et de sécurisation du territoire. Le président du Faso gagnerait donc à mettre à profit cette compétence du génie militaire qu’il ne faut point laisser sommeiller dans les bureaux.

Il faudra lui doter des moyens d’action nécessaires à cet effet, si tant est qu’il est limité en termes d’équipements. Au-delà du secteur routier, c’est pour la Nation tout entière qu’il faut mettre les bouchées doubles pour la sécurité des populations pour lesquelles la quiétude est devenue une arlésienne.

C’est pourquoi le contrat à signer en matière de défense avec la Turquie annoncé en mi-septembre dernier par le gouvernement burkinabè, doit sans tarder se matérialiser dans les faits et permettre l’acquisition de matériels de dernière génération à utiliser dans la lutte antiterroriste. Ce, pour mettre au service de notre pays la technologie dite « avancée » de la Turquie dont on vante la qualité et qu’il a été donné de voir, en août dernier, par la délégation burkinabè lors du salon de défense et de sécurité en Turquie.

Qui sait ? Hormis la mobilisation citoyenne générale contre l’hydre terroriste que nous appelons depuis de tous nos vœux, peut-être que les drones des célèbres frères turcs Bayraktar qui ont fait leurs preuves en Libye et en Azerbaïdjan (le drone TB2, le drone Akinci (bi-moteur de 20 mètres d’envergure et 6 tonnes au décollage)), pourraient être la bouée de sauvetage qui contribuera à mettre fin aux larmes des innocents au pays de Sankara.

Cbs L’iconoclaste
L’écrivain chroniqueur

Vos commentaires

  • Le 17 octobre à 17:39, par Pandabf En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Arrêtez ces excuses ; le vrai problème vient de l’inefficacité du pouvoir à s’imposer. Les régions à risque sont bien connues ; comment fait-il alors que les ressources n’y sont pas mobilisées ? Il faut se dire que sans sécurisation totale de tout le territoire, en commençant par les zones à risque, aucune activité productive, économique ou sociale ne pourra se poursuivre de façon durable. Par conséquent la sécurisation devrait être la préoccupation principale du quinquennat. Toutes ces histoires de forums par ci par là ne serviront à rien sans quiétude. Les gens à ouaga peuvent travailler et avoir des salaires parce que le danger n’est pas encore imminent ; mais si cela venait à changer, on verra comment les gens vont survivre.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 18:36, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Hum... Cette interprétation est plausible...

    Mais j’en ai une autre, plus de tactique militaire, et elles ne s’excluent pas mutuellement : Une route goudronnée ne peut pas être facilement creusée pour dissimuler un engin explosif ! Et une route goudronnée réduit considérablement le temps de trajet, donc l’arrivée des militaires sur place en cas d’attaque.

    Cela n’arrange donc pas l’affaire des terroristes que les routes conduisant aux régions où ils sont implantées soient goudronnées, et ils font tout pour l’empêcher. Mais c’est peine perdue, ces routes seront bel et bien achevées.

    D’un autre coté, les centaines de millions utilisés pour dédommager les entreprises sont autant d’argent en moins pour acheter de l’équipement militaire, notamment gilets pare-balles, blindés et surtout aéronefs qu’ils redoutent le plus.

    Celui qui parle du génie militaire ne sait visiblement pas dans quel état Blaise Compaoré a laissé notre armée. Qu’il sache juste que même en injectant "les moyens", ils ne pourraient pas être opérationnels avant des années pour ce type de travaux, et nous ne pouvons pas attendre. Ces chantiers sont désormais sécurisés par l’armée, et inch Allah on va y arriver !

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 19:48, par Touabga En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Il est à constater que vous faites de la reptation pour défendre le piteux bilan dans tous les secteurs de Roch aux fins certaines d’obtenir une faveur de sa part ou de son régime. En choisissant de limiter votre analyse (chronique, certainement le terme que vous préférez) aux attaques terroristes sur les personnels et les biens des entreprises routières dans lesquelles plusieurs cadres du MPP sont actionnaires, vous faites le choix d’occulter les civils tués dans les cases, les FDS dynamités ou lâchement assassinés, les fonctionnaires morts dans l’exercice de leurs fonctions... Les familles affectées, les veuves et orphelins demandent à votre bon sens de respecter la mémoire de leurs proches morts dans cette guerre dont votre idole ne montre aucune capacité de résultat. Le bilan routier de Roch n’intéresse pas l’écrasante majorité des Burkinabè. Cette majorité attend de votre idole un seul et unique BILAN qu’il utilise les moyens militaires et sécuritaires octroyés par le peuple du Burkina pour mettre fin à ces tueries. Autre discours sera de la gesticulation inutile et de la masturbation intellectuelle.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 20:04, par Bernard Luther King ou Le Prophète Impie En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    SVP, sachons que la 1ere vicitme de cette situation, c’est le PEUPLE et non le regime MPP. Et sachons aussi que si le terrorrisme est le 1er versant de l’insecurité, la mal-gouvernance criarde est le 2eme versant de l’insecurité. Ne nous apitoyons pas sur des opportunistes de l’Histoire mais soyons eplorés pour notre peuple, double victime et du terrorrisme et de la mal-gouvernance. En moore, on dit clairement que "avant de diaboliser le scorpion, il faut prendre soin de s’acquitter de son devoir de mettre de l’ordre dans tsa maison"

    A bas Dieu et vive l’Esprit Critique Authentique !

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 21:25, par SID PAWALEMDÉ En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    L’erreur de l’exécutif burkinabè c’est de penser que c’est un problème d’hommes. Du Général Sadou au Général Gilbert OUEDRAOGO sans oublier les différents chefs des Départements aussi bien de la Défense que de la Sécurité (les Simon Compaoré, les Chérif S’y et Les Ousséni Compaoré) etc....... Bref ce n’est pas un problème d’hommes mais un problème de stratégie à dérouler et au finish, de 20, le Burkina passe à environ 15 millions de personnes sans attaques djihadistes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 21:26, par Beouco En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    CBS l iconoclaste,
    on s en fiche 1000 fois du mandat de rock.
    se qui nous interest c est son devoir de president vis a vis de la constitution.
    Et dans cette constitution, il a jure d assurer security et integrity du pays entre autres.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 06:09, par Baoyam En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Cet écrit réduit abusivement le problème du terrorisme à une menace sur le mandat du président Roch. C’est cette lecture politicienne erronée qui a créé la léthargie au sommet de l’Etat. Le terrorisme veut simplement implanté un état islamique dirigé par des meurtriers et ça doit être clair pour tous. Toutes les attaques et les vols font partie d’une stratégie de guerre. Les nôtres semblent manquer de stratégie. Moins de lecture politicienne, plus de mobilisatoon et de stratégie !

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 08:03, par HUG En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Si tel est le cas nous demandons au president de les traiter comme les ennemis et de les mater.C est simplement ce qu on lui demande et pas plus .Cela devient de la legitime defense.Allons seulemenr.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 08:18, par Wendmi En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Toi tu ne voies que les chantiers routiers qui sont sabotés. Mes parents dans la gnagna, diapaga, matiacoali, kantchari, pama, ... ne mangent pas la route. Ils veulent simplement la sécurité pour aller labourer les champs et assurer la sécurité alimentaire, faire paitre leur bétail, conduire leurs enfants à l’école, aller aux marchés de leurs villages ; en un mot VIVRE en tant que burkinabè sur la terre du Burkina. Et, le Président Rock en prêtant serment a juré sur la constitution du pays dans ce sens. Qu’il respecte se serment un point c’est tout.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 12:01, par KOLO Idrissa En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Les populations ne mangent pas les routes à mon avis.
    On brule leurs greniers, leurs récoltes et on vole leurs bétails.

    Ce sont ses faits qui les font quitter leurs localités.

    Il faut suspendre les histoires routes pour donner plus de moyens aux FDS dans leurs actions.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 13:14, par HUG En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Cher ecrivain chroniqueur il faut respecter les gens un peu. Le mpp a pu meme acquerir des pseudo intellectuels appélés ecrivain chroniqueur.iPendant qu il y a plus de 1millions de personnes qui ne dorment plus chez eux. Pendant qu il y a des milliers de morts et blessés lies au terrorisme c est de route que tu viens nous parlez., D ailleurs. cest le contribuable qui fait construire les routes et non le president comme tu le dis.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 13:15, par HUG En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Cher ecrivain chroniqueur il faut respecter les gens un peu. Le mpp a pu meme acquerir des pseudo intellectuels appélés ecrivain chroniqueur.iPendant qu il y a plus de 1millions de personnes qui ne dorment plus chez eux. Pendant qu il y a des milliers de morts et blessés lies au terrorisme c est de route que tu viens nous parlez., D ailleurs. cest le contribuable qui fait construire les routes et non le president comme tu le dis.Allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 13:52, par SKY En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Chimère encore des chimères !!! Que feront nous de ces routes si le pays tout entier est entre les mains des djihadistes ?? Il aura beau construire des milliards de km de route mais son bilan est plus léger qu’une plume du moment ou il n’a pas pu sécuriser l’intégrité du territoire des assauts intempestifs des hordes de la mort. Disons même qu’il n’a aucun bilan et n’a plus aucune légitimité.

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 15:40, par jeunedame seret En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    Veux-tu dire que ces attaques sont les oeuvres des jaloux du pouvoir MPP ? Et quelle est la réaction de Rock ? Laisser faire sans crainte de perdre son trône ? Dans ce cas on peut juste conclure qu’il n’y a pas de terrorisme ; il y a seulement une rivalité de pouvoirs politiques au Faso. On comprend pourquoi ces individus sont toujours connus mais non-identifiés. Rock a-t-il aussi tué pour salir le mandat de Blaise et gagné élections ? Dans ce cas, continuez vos attaques égoistes. On verra qui vous allez gouverner quand tout le monde mourra.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre à 04:46, par Maam En réponse à : Sabotage des travaux routiers par les terroristes : Pourrir à tout prix le mandat du président du Faso

    " De tous ceux qui n’ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent".!
    Karissaaaa !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Relations internationales : La politique d’intelligence économique de la Chine face aux pays en développement
2e Guerre mondiale : Sidiki Boubakari, un Burkinabè compagnon de la libération mort pour la France le 23 octobre 1942
Coupures récurrentes d’internet au Burkina : AfricTivistes s’interroge et interpelle le gouvernement burkinabé !
Lutte contre le terrorisme : Un doctorant de la Carter School for Peace & Conflict Resolution fait des propositions
Burkina Faso : Inata ou de la nécessité d’une révolte patriotique
Burkina Faso : La mémoire courte de l’incompétence qui tue
Tribune : Depuis quand des Noirs ont gagné une guerre ?
Lutte contre le terrorisme : « Je m’accuse, je suis coupable »
Présence de la Chine populaire en Afrique : Menace ou opportunité ?
Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale
Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)
Burkina Faso : Face à la guerre, le tout régalien de l’Etat est-il encore tenable ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés