Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est seulement avec astuce qu’on parvient à chasser une mouche, non en agissant rapidement.» Proverbe Africain

Burkina Faso : La recherche et l’innovation au service de l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes et femmes

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • Lefaso.net • mercredi 6 octobre 2021 à 19h00min
Burkina Faso : La recherche et l’innovation au service de l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes et femmes

Le ministère de la Recherche scientifique a initié à travers l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et des innovations (ANVAR), une conférence de presse ce mercredi 6 octobre 2021 à Ouagadougou pour annoncer la tenue de la treizième édition du Forum national de la recherche scientifique et des innovations technologiques (FRSIT).

Placé sous le thème : « La recherche scientifique et l’innovation au service de l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes et des femmes dans la sous-région ouest-africaine », le FRSIT aura lieu du 26 au 30 octobre 2021 à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou.

Il a pour objectif général la création d’un cadre d’échanges entre les générateurs des résultats de recherches, inventions et innovations (RRI) et les utilisateurs potentiels que sont notamment les populations locales, les entreprises et les industries. Tout cela pour promouvoir une utilisation efficace des RRI aux fins de booster le développement socio-économique du Burkina Faso.

Mahamadou Sawadogo, secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation

« En choisissant cette année de mettre en avant l’entrepreneuriat et l’employabilité des jeunes et des femmes, nous voulons mettre en exergue la nécessité de promouvoir un entrepreneuriat durable au Burkina Faso afin de créer plus d’emplois au profit des jeunes et des femmes », a souligné Mahamadou Sawadogo, secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation

« Nous voulons, à travers ce thème, impulser la jeunesse burkinabè qui, de plus en plus, s’investit dans la création d’entreprises », a-t-il renchéri.
La treizième édition du FRSIT connaîtra, entre autres, la participation de la communauté scientifique nationale et sous régionale à travers les universités et instituts publics et privés, les centres de recherche nationaux et internationaux, les centres de formation professionnelle, les inventeurs et innovateurs, les élèves et étudiants.
L’une des innovations de la présente édition qui célèbrera les 25 ans du FRSIT- est son organisation en partenariat avec l’Institut supérieur de technologies (IST).

Wati Laurent Zoma, représentant le directeur général de l’IST

« Nous comptons, à l’occasion du FRSIT, apporter notre expertise à l’organisation qui existe déjà depuis 25 ans. En ouvrant l’activité au secteur privé, il y a une façon de penser l’innovation qui va venir se greffer au savoir-faire existant », a indiqué Wati Laurent Zoma, représentant le directeur général de l’IST. « Et nous également, en tant que structure de formation, nous allons prendre des leçons de bonnes pratiques en nous frottant à l’ANVAR », a-t-il ajouté.
Des ateliers scientifiques, des tables rondes, des conférences et des expositions sont prévus mais aussi des cadres spécifiques pour une meilleure animation de cette édition.
Ce sont notamment les espaces programmes-produits, entreprises et B2B, élèves et lycées, étudiants, associations innovateurs-inventeurs, et Afrique.

Le logo labélisé du Forum national de la recherche scientifique et des innovations technologiques (FRSIT)

Un logo a été confectionné pour les 25 ans du FRSIT. Ce logo a été présenté à la presse par la première responsable de la structure.
« Je rappelle que c’est un logo qui est labélisé et vous reconnaîtrez sans doute la carte du Burkina Faso qui montre le caractère national de l’activité et à l’intérieur vous avez des emblèmes tels que le bourrelet de terre qui symbolise la technologie, la roue édentée qui représente l’innovation, une éprouvette qui est un outil inséparable du chercheur… », a expliqué Nafissatou Ouédraogo, directrice du FRSIT.

Nafissatou Ouédraogo, directrice du FRSIT

Selon le directeur général de l’ANVAR, Louis Sawadogo, la treizième édition qui verra la participation de plusieurs pays de la sous-région, dont le Sénégal et la Guinée, sera active et orientée vers la jeunesse. « On va faire ce que l’on appelle un camp d’idéation, une incubation en partenariat avec l’IST pour que les jeunes puissent mettre en œuvre leur savoir-faire », a-t-il précisé.

Louis Sawadogo, directeur général de l’ANVAR

Plusieurs prix seront décernés aux lauréats du FRSIT. Ces prix qui vont de 100 000 à 2 500 000 francs CFA, sont notamment celui du président du Faso, du ministère de la Recherche, du ministère du Commerce et du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST).

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Secteur minier au Burkina : Ce qu’il faut retenir du rapport 2020 de l’ITIE
Mines et carrières au Burkina : La contribution de l’artisanat minier au développement socio-économique au menu du CASEM 2022
Exploitation artisanale de l’or au Burkina : Le gouvernement suspend les activités pendant la période des pluies
Mines : La mine de Karma joue sa survie
Mine de Perkoa : Quatre corps retrouvés
Fermeture et réhabilitation des mines : Le Burkina à l’école du Niger
Mine de Perkoa : Après l’atteinte de la chambre de refuge, c’est l’insoutenable attente
Exploitation minière : Houndé Gold opération pris à partie par les orpailleurs
Mine de Perkoa : "La chambre de refuge n’est pas inondée", selon les sapeurs-pompiers
Mine de Perkoa : La chambre de refuge serait inondée
Drame de Perkoa : « Il reste dix mètres de profondeur pour atteindre la chambre de refuge où nous espérons retrouver les huit mineurs », Lionel Bilgo
Burkina - Mine de Perkoa : « 21 jours après le drame, les villageois semblent perdre espoir »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés